Paul kagamé répond aux accusations d’espionnage sur WhatsApp

Paul kagamé répond aux accusations d’espionnage sur WhatsApp

Le président rwandais Paul Kagamé a répondu aux accusations portées à son égard concernant l’espionnage à travers l’application de messagerie WhatsApp. Selon les accusations le président aurait espionné les opposants par le biais d’un téléphone. D’après lui le coût de la technologie nécessaire pour le faire est trop élevé.

Au cours d’une conférence de presse tenue à Kigali dans la capitale du Rwanda, Paul Kagamé a déclaré qu’il souhaitait pouvoir s’offrir cette technologie « pour en savoir plus » sur ses ennemis.

Lire aussi : Conférence Netpreneurship : Jack Ma , Jet Li et Ban Ki Moon au Ghana

Le service de messagerie a accusé la société israélienne NSO Group d’avoir envoyé son logiciel espion Pegasus à 1400 téléphones à des fins de surveillance. La grande partie des personnes ciblées seraient originaires du Rwanda.

Le groupe NSO a nié tout acte répréhensible, affirmant que ses logiciels espions Pegasus n’ont été vendus qu’à des clients approuvés.

Faustin Rukundo, un membre du Congrès national rwandais, a déclaré que lui et ses collègues ont été pris pour cible par le biais du service de messagerie.

Par ailleurs un groupe de recherche de l’université de Toronto dénommé Citizen Lab, a confirmé les allégations de Faustin Rukondo.

Alexine AFAYA

 

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *