SEMOA vulgarise les paiements électroniques en  Afrique subsaharienne

SEMOA vulgarise les paiements électroniques en Afrique subsaharienne

Service mobile for Africa (SEMOA) est une jeune entreprise créée en 2017 avec pour spécialité  la fabrication des bornes électroniques multiservices destinées à la vente sur le marché de l’Afrique sub-saharienne. Elle se positionne dans le paiement mobile. Le Togolais Edem Adjamagbo , responsable de SEMOA avec d’autres collaborateurs ont pour vision de rendre virtuel les moyens de paiement. ils ne sont qu’à leurs débuts.

Selon Edem, la sous-région reste encore dominée par le payement comptant, ce qui rend toujours le taux de pénétration faible.« Seulement 23 % de la population dispose d’un compte en banque, et le taux de pénétration de la carte bancaire n’est aujourd’hui que de 7 % » a-t-il expliqué

« Régler une facture d’électricité ou renouveler son crédit de téléphone mobile se fait généralement en espèces, avec souvent des files d’attente très longues aux guichets. Cette situation freine aussi considérablement le développement du e-commerce » soutient-il.

Edem Adjamagbo, spécialiste du secteur, par son entreprise SEMOA veut résoudre le problème du transfert en proposant aux populations l’utilisation de téléphones mobiles pouvant permettre à SEMOA d’installer dans des centres de commerce des bornes électroniques indoor sécurisées. Les populations vont grâce à ces bornes, bénéficier d’un système dénommé « Cashpay » qui va ainsi, favoriser le paiement de leur achat sur des sites e-commerce et des sites de vente en ligne.

SEMOA aura comme commission de 8 % sur les transactions effectuées par les utilisateurs « Lorsqu’un internaute effectue une commande, il reçoit sur son portable un code qu’il peut ensuite rentrer sur nos bornes, avant de régler alors son achat par cash, au moyen du lecteur de billets » a précisé Edem Adjamagbo. Les populations peuvent aussi acheter des crédits de téléphonie mobile ou effectuer du transfert d’argent grâce aux bornes de SEMOA.

Près de 60 000 euros ont été mobilisés par Edem et son équipe pour le lancement de SEMOA. Ils ambitionnent atteindre une somme de 1,5 million d’euros au cours de l’année. Ces fonds seront investis dans le recrutement du personnel surtout au Togo où Edem Adjamagbo veut en faire continuellement la fabrication et la maintenance des bornes.

Il sera aussi le lieu de développement des applications. SEMOA estime vouloir déployer d’ici 2020 plus de cent terminaux dans le pays. La même année, le cap devra être mis sur  le lancement de son entreprise en Côte d’Ivoire et au Sénégal.

Il faut rappeler que SEMOA a remporté à Casablanca en janvier dernier  le prix « Fintech Africa of the Year 2018 ».

Crédit photo : alome

Aimé Amson

Related Post

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *