Suspension temporaire des services Zem et Tricycle Gozem au Togo

Gozem est une plateforme technologique de transport pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale. Elle permet à des milliers de passagers de se déplacer en toute sécurité en les connectant à des chauffeurs, conduisant moto-taxis, tricycles ou taxis.

Elle annonce une pertubation de ses activités en pleine pandémie du coronavirus. La startup se conforme aux recommandations du gouvernement qui a fait savoir ce vendredi 03 avril, qu’il est désormais interdit de remorquer des personnes sur les taxi-motos et tricycles. La jeune pousse n’a pas perdu du temps pour revoir sa copie en attendant d’éventuelles recommandations du gouvernement.

Voici l’intégralité du message :

Suspension temporaire des services Zem et Tricycle Gozem conformément au décret du gouvernement

Chers utilisateurs de Gozem, Comme annoncé par le ministère des Infrastructures et des Transports et le ministère de la Sécurité et de la Protection civile dans un decret officiel en date du 3 Avril 2020, il existe désormais une interdiction officielle du transport de passagers via tout engin à 2 ou 3 roues au Togo jusqu’à nouvel ordre. Sur la base de cette directive, Gozem cesse temporairement ses activités Zem et Tricycle, sous réserve de toute autre annonce du gouvernement.

Toutefois, les Taxis voitures Gozem restent opérationnels, avec un maximum de 3 passagers par voiture, en accord avec les directives du gouvernement.

Nous conseillons également aux passagers et aux conducteurs de Taxis Gozem de rouler avec les vitres baissées pour améliorer la ventilation.

Nous sommes de tout cœur avec toutes les personnes touchées par COVID-19 au Togo.

Le Togolais Edem Koffi Agbeko fabrique une Multiprise portable sans fil

Le Togolais Edem Koffi Agbeko est résolu à innover dans le domaine de l’énergie en s’appuyant naturellement sur la technologie. Après le sac solaire et le générateur, il vient de mettre sur pied un nouveau dispositif.

Multipo c’est une multiprise sans fil portable d’une puissance de 50watt hybride qui a la capacité d’utiliser du courant domestique pour son fonctionnement et les ondes comme la seconde source d’énergie pour donner du courant continue 220V.

Un prototype existe pour le moment. Le jeune togolais espère mettre très bientôt ses multiprises sur le marché à un prix abordable. Selon les informations confiées à Tech en Afrique, tous les projets sont faits sur fonds propres. Edem A. ouvre ses portes aux personnes intéressées par ses innovations.

Edem et son prototype

Le jeune homme ayant fait à la base des études en graphisme et réalisation audiovisuelle ne baisse pas les bras. Il avoue avoir encore d’autres projets plus intéressants dans sa sacoche.

Contacts : +228 99138412/93459655

agbeko.koffiedem@gmail.com

Liberia : Des services télécoms en zones rurales

Les résidents du district de Parluken dans le comté de Grand Kru ont commencé par accéder aux services telécoms. C’est grâce au partenariat entre Liberia Telecommunications Authority (LTA) et K-Net, une société de télécommunications privée.

Ils veulent fournir des services de communication cellulaire à cette partie du pays. Dans un communiqué de presse , les autorités de LTA ont déclaré que le public avait appris que l’installation de tours pour la fourniture de services de communication par téléphone portable dans cette partie rurale du Libéria avait commencé.

« Le problème de la communication dans la partie la plus reculée du Libéria est plus que alarmant et décourageant, mais le cas avec Parluken, le comté de Grand Kru devient progressivement un problème facile en tant qu’équipe de Liberia Telecom Communication (LTA) et K-NET est maintenant à Parluken pour installer les premières tours « , a indiqué le communiqué.

À Parluken, le site choisi pour la tour se trouve sur l’un des points les plus élevés de la ville. Les fouilles ont commencé et les efforts de déblaiement du site, qui, une fois terminé, abriteront une tour de télécommunications pour les deux fournisseurs de réseau (Orange Liberia et Lone étoile MTN) pour fournir des services à cette zone non desservie , apprend-on.

La construction en cours du site pour installer la toute première tour a commencé dans le district de Parluken, comté de Grand Kru

Des services Internet Wi-Fi (sans fil) temporaires sont actuellement disponibles pour la première fois dans le canton. Le comté de Grand Kru, le comté d’origine du président George Weah .

Can Total 2021 : le Cameroun fait appel à l’association des blogueurs

La Can Total 2021, ne veut pas négliger la communication digitale. Dans une lettre adressée au Président de l’ABC (Association des Blogueurs du Cameroun), le ministère des sports et de l’éducation physique sollicite l’aide des blogueurs pour assurer la communication via internet du championnat.

La contribution des blogueurs pour la communication digitale du championnat est importante la mise en exergue du Cameroun. « Dans le cadre de l’organisation du Championnat d’Afrique des Nations CHAN 2020 organisé par notre pays du 04 au 25 avril prochains sur les sites de Yaoundé, Douala-Japoma, Douala-Bepanda et Limbe-Buea,

J’ai l’honneur de vous inviter à bien vouloir accompagner les actions de communication digitale du COCAN 20-21 avant, pendant et après l’événement. Vous voudrez bien mettre à contribution l’ensemble des blogueurs de votre association, à l’accomplissement de cette action patriotique visant la promotion et le rayonnement international du Cameroun via internet et les réseaux sociaux. », peut-on lire sur la lettre.

Ce sera un véritable atout pour le Cameroun de se faire remarquer sur les réseaux sociaux, puisque ces derniers sont incontournables de nos jours. Can Total 2021 aura donc l’onction « numérique » des blogueurs. Une initiative saluée par la communauté des blogueurs du Cameroun comme ceux d’autres pays.

Lire aussi : Rwanda : Des drones pour éradiquer le paludisme

Raheem Geraldo

Niger/ Hackathon : des jeunes présentent des innovations technologiques

A Niamey (Niger) , L’UNICEF, en collaboration avec le CIPMEN a organisé une compétition (Hackathon) axée sur les solutions technologiques innovantes. Ce hackathon s’est déroulé sur la période du 24 au 26 Janvier à la Cité de l’Innovation de Sadoré (Département de Say).   Pour cette édition, le privilège est donné aux jeunes, particulièrement à la gent féminine dans les instances décisionnelles. 

Au cours de cette compétition, plusieurs jeunes filles et garçons de la région étaient amenés à concevoir, en temps record (48h), des prototypes de solutions numériques en réponse aux problématiques (défis) d’inclusion et de participation des jeunes. Ils ont bénéficié de la supervision d’experts thématiques.

Au total 20 équipes de différents projets, ont pris part à cette compétition. Avec l’assistance des experts les sessions de travail ont été rythmées par : la cocréation, le brainstorming, le prototypage et évidemment le coaching des experts. Après les présentations des différents projets sur une durée de cinq minutes, le jury a retenu deux lauréats.

Le deuxième lauréat a eu un prix d’une valeur de six cent cinquante mille (650 000) FCFA, pour son projet qui porte sur la création d’une application mobile de sondage d’opinion au niveau national et la décentralisation de l’administration publique. L’équipe est constituée de : Armadan Chegou Indi Gana, Tchiffa Guimbaro Hadizatou, Almou Maman Dan Garba Hariratou, Aboubacar Hassia, Laouali et Baraou Youssoufou. 

Le premier prix d’une valeur de trois millions de (3 000 000) de FCFA, est octroyé aux lauréats du projet PLAJN « la Plateforme des Jeunes Nigériens ». C’est une plateforme web en ligne qui a pour mission de faire valoir les avis et initiatives des réseaux des jeunes et des femmes. L’équipe lauréate est composée de Jamilou Saadou Idi, Adama Boubacr Oumarou.

Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises du Niger – CIPMEN est le premier incubateur du Niger. Il oeuvre pour le développement des activités des entreprises dans le domaine des nouvelles technologies, des énergies renouvelables, de l’environnement et de l’agrobusiness.

Le Gabon lance son réseau social Wakandha en février 2020

Wakandha devient un made in Gabon. le pays va lancer son propre réseau social le 28 février. Plus qu’un mois et le réseau social dénommé Wakandha sera une réalité. L’idée vient d’un programmeur informatique certifié et entrepreneur numérique gabonais du nom de Jimi Kenneth Lendoye.

Wakandha, ce nouveau réseau social révolutionnaire donne la possibilité à ses utilisateurs d’échanger avec tout individu connecté. Publier, commenter, répondre aux commentaires, réagir, partager, créer des pages, des groupes sera naturellement disponible.

Wakandha se démarque de la concurrence sur un certain nombre de points. Il permet aux internautes de poster du contenu musical dans plusieurs rubriques sans restriction. L’autre atout de cette plateforme d’échanges réside dans la publication de notes vocales.  

Contrairement aux autres réseaux sociaux, l’utilisateur peut répondre à un commentaire sous une publication par une note vocale.  Un Marketplace offrira à toute personne ayant un compte Wakandha la possibilité de créer une boutique Wakandha incorporée à l’application. Un moyen pour les intéressés de  vendre et toucher des gains via une carte visa.

« C’est une gamme d’outils qui répondent aux besoins actuels et futurs des internautes qui verront une opportunité rêvée d’avoir en une application tout ce dont ils nécessitent. Avec en plus une bibliothèque, livestreams et couple Match. Chacun est servi», a indiqué à GMT, le fondateur de ce réseau social.

Cliquez pour visiter le site

Avec GMTE241

Lire aussi : Togo : La ville de Sokodé aura son premier incubateur dans quelques jours

Cryptomonnaies/ Coinhouse n’est représentée ni au Togo ni en Afrique

Coinhouse n’est représentée ni au Togo ni en Afrique. C’est une véritable arnaque qui est en cours en Afrique de l’ouest et en l’occurrence au Togo. Des individus se font passer pour des représentants légaux de l’entreprise française Coinhouse.

Cette dernière excelle dans la vente et l’achat des cryptomonnaies, est légalement constituée avec des chiffres mises à jour régulièrement, des données pour la localiser et même se rendre dans ses locaux.

Des personnes malhonnêtes promettant de vendre des dollars à 585 F CFA s’érigent en représentants de l’entreprise au Togo . Ce prix proposé pour le dollars est de loin une aubaine pour les personnes initiées à la culture de l’investissement dans les monnaies électroniques.

Les personnes basées incriminées sont actuellement basée au Togo reçoivent les paiements via mobile money mais ne renvoient pas les dollars comme prévu. Informée, la direction de l’entreprise s’est voulue ferme. Elel a d’ailleurs rassurée avoir eu vent de ces pratiques .

« Nous ne sommes pas implanté au Togo. La seule adresse fiable pour accéder à nos services est la suivante : https://www.coinhouse.com/ », nous a-t-on envoyé via mail.

L’entreprise a fait savoir qu’elle prendrait les dispositions idoines pour mettre fin à cette situation. Coinhouse explique être au courant de ces pratiques et que des mesures adaptées seront prises.

Coinhouse est à la fois une plateforme en ligne et un espace physique d’échange de cryptomonnaies. La plateforme permet l’achat et la vente de Bitcoin, Ethereum et Litecoin. Le propriétaire de la marque est la société Arizen 35 rue du Caire Paris 75002 selon Wikipedia.

Lire aussi : Togo : La ville de Sokodé aura son premier incubateur dans quelques jours

Avast, (antivirus) accusée d’avoir revendu les données des utilisateurs

Avast, la société éditrice de la célèbre antivirus Avast est accusé d’avoir revendue les données de ses utilisateurs à travers le monde. Elle l’aurait fait par le biais d’une de ses filiales.

Les données de ses centaines de millions d’utilisateurs sont en jeu. C’est du moins ce que révèle une enquête conjointe de Motherboard et PCMag.

La filiale d’Avast Jumpshot, est taxée de commercialiser « Toutes les recherches. Tous les clics. Tous les achats. Sur tous les sites » effectués par les clients de la suite de sécurité. Les données de navigation collectées sont ensuite revendues, à des clients comme Google, Yelp, Microsoft, Pepsi, Sephora, et bien d’autres. Ces géants l’utilisent pour améliorer les services et mieux comprendre les utilisateurs.

La société tente de se laver la main en vain. Elle explique : « les données sont entièrement dépersonnalisées et agrégées et ne peuvent pas être utilisées pour identifier ou cibler personnellement. »  Une thèse qui ne convainc pas du tout Vice Eric Goldman, professeur à l’université de Santa Clara.  « Il est presque impossible d’anonymiser des données. Quand ils promettent de le faire, je ne les crois pas du tout », a-t-il expliqué.

Ces données incluent l’historique des recherches Google, des coordonnées GPS sur Google Maps, des pages LinkedIn, des vidéos YouTube et même des sites p0rn0graphiques.

L’éditeur sait avec précision les heures de visite d’un site et les recherches faites. Ces éléments pourraient faciliter l’identification de certains utilisateurs selon les spécialistes.

Avast a déjà été au cœur d’une pareille polémique. Elle a même été sanctionnée par Mozilla et Opéra qui ont retiré 4 de ses extensions de leurs navigateurs. Depuis, la société affirme être devenue un bon élève jusqu’à ce que ce nouveau scandale n’éclate.

Lire aussi : Togo : La ville de Sokodé aura son premier incubateur dans quelques jours

Coronavirus : Une intelligence artificielle l’avait prédit 10 jours avant l’OMS

Le coronavirus qui fait des victimes en Chine et continue par s’étendre n’a pas échappé à la technologie. Il a été prédit grâce au recueil d’une masse de données par un algorithme mis au point par la firme canadienne BlueDot. L’intelligence artificielle a repéré les premiers signes de l’épidémie bien avant l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

L’IA a récolté une impressionnante montagne de données sur Internet. Selon les responsables de l’entreprises, elle ne prend pas en compte les réseaux sociaux mais plus les requêtes dans les moteurs de recherche.

Pour anticiper l’émergence d’une épidémie, l’algorithme s’est notamment appuyé sur les messages postés sur des forums, des articles de presse en ligne, les symptômes recherchés sur un moteur de recherche tels que Google ou les bulletins de santé communiqués par des organismes officiels.

« Notre système d’alerte mondial combine plus de 100 ensembles de données avec des algorithmes propriétaires afin de fournir des informations précises sur la propagation des maladies infectieuses » explique BlueDot sur son site web.

Dans le cas du Coronavirus, l’algorithme était ainsi parvenu à prédire l’arrivée du virus à Bangkok, Séoul, Taipei et Tokyo bien avant les scientifiques. Des autorités d’une dizaine de pays, des compagnies aériennes et hôpitaux étaient au courant. Malheureusement, les prédictions n’ont pas été prises au sérieux à cause des craintes sur son pourcentage de fiabilité.

Mise au point il y a 6 ans par Kamran Kha, un ancien médecin, l’intelligence artificielle de BlueDot utilise des systèmes d’apprentissage automatisé (ou machine learning) couplés à des montagnes de données récupérées sur la toile.

Lire aussi : WhatsApp ne fonctionnera plus avec ces smartphones en février 2020

WhatsApp ne fonctionnera plus avec ces smartphones en février 2020

La liste des smartphones pour lesquels WhatsApp a décidé de ne plus faire de mises à jour n’a cessé de croître. Dès février 2020, la célèbre application cessera de fonctionner sur les smartphones équipés d’iOS 8 ou d’Android 2.3.7 ou antérieur.

Les premiers smartphones à en faire les frais sont sous systèmes d’exploitation Windows Phone. WhatsApp a noté sur son blog que les appareils avec les versions 2.3.7 d’Android ainsi que l’iPhone iOS 7 et les versions antérieures peuvent encore être compatibles jusqu’au 1er février 2020.

WhatsApp signale également que les appareils uniquement Wi-Fi ne peuvent pas être compatibles. Dans le cas d’Android, avec le système d’exploitation 2.3.7 et l’iPhone, « il n’est pas possible de créer de nouveaux comptes ou de revérifier les comptes existants ».

Ce ménage a commencé depuis longtemps. En 2016,  l’entreprise avait déjà annoncé ne plus  prendre en charge certains téléphones qui ne supportent pas les mises à jour. Les appareils dépassés étaient BlackBerry OS et BlackBerry 10, Nokia S40, Nokia Symbian S60, Android 2.1 et Android 2.2, Windows Phone 7 et iPhone 3GS/iOS 6.

Lire aussi : TGV DIGITAL Ltd recrute deux rédacteurs web