Au Ghana, les drones livrent des médicaments

Au Ghana, voir des drones livrant des médicaments ne pourra plus étonner. Les autorités du pays en ont décidé ainsi en officialisant la livraison de produits pharmaceutiques via des drones. II est question d’épargner les citoyens de certaines situations difficiles où acheminer des médicaments peut prendre du temps trainé pour une raison ou une autre.

Les zones rurales sont les plus visées du moment où le manque d’infrastructures routières empêchent les populations d’avoir convenablement accès aux services médicaux.

Le Ghana est entrain de construire « le plus grand service de livraison par drones au monde », assure le président ghanéen, Akufo Addo.  « Personne au Ghana ne devrait mourir parce qu’il n’a pas eu accès à un médicament dont il a un besoin urgent », poursuit-il.

Un centre pour drone est déjà opérationnel à Omenako à 70 km de la capitale Accra. Trois autres seront ouverts dans les prochains mois. Ils auront chacun 30 drones et de 150 produits (médicaments, vaccins, anti-venins, matériel chirurgical…) qui seront distribués dans 500 cliniques rurales.

Le projet est piloté par l’entreprise américaine Zipline. L’Etat ghanéen devra lui verser 12 millions de dollars. Une somme jugée ‘énorme’ par les opposants au pouvoir actuel. Ils estiment que cet argent pourrait plutôt servir à équiper les centres de santé en matériels notamment ambulances et autres.

L’idée est de servir environ 2 000 établissements de santé desservant 12 millions de personnes dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Lik Pc, l’ordinateur made in Togo est sur le marché

Lik Pc, l’un des premiers ordinateurs fabriqués au Togo a été lancé vendredi à l’auditorium de la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS) au Togo.

Conçu par la société Liksoft, Lik Pc est doté d’équipements informatiques de la nouvelle génération de type tout-en-un. Il est doté d’un écran léger, avec une souris sans fil . Il ne dispose pas d’unité centrale et n’a pas besoin d’onduleur pour son fonctionnement.

L’ordinateur Lik Pc a été conçu par le jeune Togolais Malik Mouzou en collaboration avec la société Liksoft. De par sa faible consommation en énergie, l’ordinateur Lik Pc se positionne comme la solution pour travailler en réduisant les coûts en électricité.

L’ordinateur professionnel et personnel Lik Pc est conçu avec : un design élégant, avec une touche spéciale d’humilité.

Une faible consommation en énergie électrique et un support des systèmes d’exploitation professionnels de dernière génération (Windows 10, édition professionnel et édition familiale). Une aubaine pour les entreprises en quête de simplicité dans la productivité.

LIKSOFT est un concepteur togolais de solutions d’optimisation des systèmes d’informations et d’innovations technologiques au service de l’émergence et du développement.

 

Pc dispose des caractéristiques suivantes :

Système d’exploitation : Windows 10
Processeur : Intel® Core™ i5-3337 V, 1.80GHZ, 02 cores
Mémoire RAM : 08GB (extensible 32GB), 1600 MHZ
Ecran: 21, 5” – HD 1920 x 1080 pixels
Stockage: SSD 32Go + 1 TB SATA
Virtualisation: activée
Réseau: wifi, ethernet

 

Pour contacter la société LIKSOFT
E-mail: contact@liksoft.tg
Site web: www.liksoft.tg
Tel: +228 96981211

 

Daniel A.

Togo: l’édition 2 du forum  ‘’Entrepreneurs pour Entrepreneurs’’  s’annonce pour mai 2019

Le samedi 25 mai 2019 aura lieu dans la capitale togolaise à  Africa Coworkers, l’édition 2  du forum  Entrepreneurs pour Entrepreneurs. Elle est destinée à toute personne physique ou morale menant une activité entrepreneuriale tout secteur confondu.

Le forum Entrepreneurs pour Entrepreneurs est une rencontre des jeunes entrepreneurs sans distinction des domaines d’activité d’entrepreneuriat ni de secteurs d’activités.

L’objectif de ce forum est de  faire la lumière sur les éléments permettant de comprendre ce nouveau phénomène qu’est le digital entrepreneuriat et d’appréhender le digital entrepreneur sous ses différentes facettes.

Le projet vise à promouvoir l’auto emploi des jeunes,  la sensibilisation sur les monnaies électroniques,  susciter et encourager les initiatives des jeunes entrepreneurs digitaux.

Par ailleurs, il s’agit de créer une plateforme de relaie d’information, des opportunités et de promotion des jeunes entreprises. «La présence sur internet est devenue vitale pour toutes les entreprises. Dans ce contexte, les entrepreneurs se tournent vers le net pour accéder plus facilement à un marché de plus en plus important ».

« Les opportunités d’affaires sont nombreuses et les start-ups sont majoritairement des digitales entreprises», a expliqué les organisateurs du forum.

Ce forum est une initiative de  la Start Up 228Entrepreneurs en collaboration  avec le centre d’incubation Africa Coworkers.

Pour cette deuxième édition du forum Entrepreneurs pour Entrepreneurs, il est prévu une conférence qui sera prononcée sur le thème : «Le digital entrepreneuriat et digital entrepreneur : challenges, outils et perspectives».

Vous pouvez participer à la 2eme édition du forum ‘’Entrepreneurs pour Entrepreneurs’’ en vous  inscrivant sur ce LIEN

ou contactez les organisateurs sur Tel: 00228 98 08 26 83.

 

Daniel A.

GHIYADA-AFRICA organise le SANULF ce 20 avril à Lomé

Pour célébrer la journée Internationale de la Jeune fille, femme dans le Secteur des TICs, GHIYADA-AFRICA et ESPACE YALI POINT COM organisent le Salon Africain du Numérique et du Leadership Féminin (SANULF).

Le samedi 20 avril 2019 aura lieu dans l’enceinte de l’amphithéâtre du Lycée d’Enseignement Technique et Professionnel d’Adidogomé (LETP-A), le Salon Africain du Numérique et du Leadership Féminin (SANULF).

Ce salon est une initiative de GHIYADA-AFRICA en faveur des jeunes filles africaines, afin d’éveiller leurs consciences, leur leadership et les inciter à se servir des technologies de l’information et de la communication (TIC), comme outils et faire carrière dans ce secteur des TICs.

Dans le cadre du Salon Africain du Numérique et du Leadership Féminin GHIYADA-AFRICA en collaboration avec ESPACE YALI POINT COM, il est prévu une conférence placé sous le thème : «Femme, fille et intelligence artificielle pour le développement du Togo».

Info line : (+228) 98 94 27 87 / 93 42 91 80 / 22 50 41 98.

Afrique :Fadima Diawara va bientôt lancer son smartphone Kunfabo

L’entrepreneure Fadima Diawara va bientôt lancer son smartphone Kunfabo pour l’Afrique. Elle compte en faire un téléphone moins cher accessible à toutes les bourses. Fadima et son équipe travaillent sur le projet depuis 2 ans.

A part ouvrir une usine de montage de ces appareils en Afrique, un autre volet social permettra de construire des écoles dans les milieux reculés.

A quelques mois de son lancement, elle se confie à la Rédaction de Tech en Afrique dans une interview exclusive.

 

Donnez-nous quelques raisons qui peuvent pousser une personne à acheter Kunfabo ?

Kunfabo s’imposera par sa qualité et son prix accessible ; par ces applications purement africaines de géolocalisation des centres de santé, hôpitaux, pharmacies, recettes africaines, musique,
la mode sur le continent…intégrées au smartphone .

Pour être une marque, le concept même de Kunfabo , c’est réellement d’accompagner le client africain dans sa vie quotidienne.

Prototype de Kunfabo

Faites-nous un aperçu de votre expérience depuis le début de l’aventure

Depuis le début du projet, j’ai appris énormément car je me suis entouré des personnes expertes dans leurs domaines. J’ai surtout compris que rien n’est impossible. L’impossible, c’est dans notre tête et la clé c’est la persévérance.

Quel message pour l’Afrique ?

Je lance un appel à tous mes frères et Sœurs Africains à soutenir cette nouvelle marque, se l’approprier et faire en sorte qu’elle grandisse et surtout consommons africain pour le développement de notre continent.

J’en appelle aussi aux investisseurs Africains , aux sponsors… nous avons besoin de leurs collaborations pour l’aboutissement du projet .

Sciences et Technologie/ Le Nigeria décroche la médaille de bronze en Tunisie

Quatre jeunes hommes nigérians du collège scientifique et technique St John’s, Alor (État d’Anambra), ont remporté la médaille de bronze au Festival international de l’ingénierie, des sciences et de la technologie en Tunisie. Ils ont mis en place un dispositif appelé Source d’alimentation alternative adaptable pour l’Afrique subsaharienne. 

L’appareil, un onduleur électrique doté d’un panneau solaire qui absorbe l’énergie du soleil, stocke l’énergie dans l’onduleur et la distribue aux ménages et aux bureaux, selon le besoin.

Le festival a duré neuf jours, du 21 au 29 mars 2019 et était destiné aux étudiants âgés de 14 à 24 ans de 40 pays. Il comportait un concours scientifique dans différents domaines visant à renforcer les compétences innovantes des jeunes scientifiques et à les encourager à faire preuve d’imagination et de créativité pour résoudre les problèmes de leur environnement.

Les talents nigérians se sont affrontés avec des représentants des pays suivants: Canada, Italie, Corée du Sud, Turquie, Chine, Suède, Ukraine, Ukraine, Malaisie, Bosnie-Herzégovine, Indonésie, , Tunisie, Afrique du sud etc.

Le Dr Nkem, sous-gouverneur de l’État d’Anambra, a déclaré qu’il « faut beaucoup pour que les enfants quittent les côtes de ce pays et battent les gens qui viennent des pays développés; se lever et défendre ce qu’ils ont produit et montrer ce qu’ils peuvent faire si l’occasion se présentait. En écoutant ces garçons parler avec une telle confiance, cela montre qu’ils possèdent cette invention. Ils comprennent ce qu’ils font. Je pense qu’ils doivent être davantage encouragés à continuer dans ce qu’ils font », a-t-il fait savoir.

Togo : Edem Agbeko veut multiplier ses sacs solaires

Le jeune togolais, Edem Koffi Agbeko, après des études en graphisme et réalisation audiovisuelle, s’est lancé dans l’entreprenariat avec la création d’un “sac solaire’’. Son défi actuel est de trouver plus de moyens financiers pour passer du prototype à des sacs commercialisables.

Grâce aux recherches et l’envie d’aider les jeunes en milieu reculé, il invente sur fond propre un “Sac Solaire’’ monté à la main. Cette idée lui est venue après avoir observé les jeunes de son village parcourir de longue distance pour l’école. De retour, ils n’ont pas de l’électricité pour étudier.

Ce sac qui possède une plaque solaire, une batterie en lithium de 4,5 voltes et un indicateur de niveau de pile, peut faire fonctionner une lampe et qui peut éclairer une chambre dans un rayon de 2 à 3 mètres.

Avec ce “sac solaire’’ et d’autres innovations comme, briquet solaire, rideau téléguidé, WIFI routeur solaire, le jeune Agbeko compte conquérir toute l’Afrique ainsi que le monde entier.

prototype du sac

Pour Edem Koffi Agbeko, l’Afrique dispose des têtes bénies. «Les nouvelles technologies c’est pour l’Afrique » a-t-il affirmé.

Pour rappel Edem Koffi AGBEKO, a co-réalisé le film “Rêves d’Afrique’’ avec Remi Jennequin un réalisateur français. Et le montage du film “Mariage Impossible’’ du groupe Triomphale à Kara est à mettre à son actif.

Il a plusieurs cordes à son arc.

 

Prudence A.

 

 

Sécurité digitale : les banques ouest-africaines déclarent la guerre aux cybercriminels

Nous sommes loin de l’époque où la cybercriminalité se limitait aux arnaques. Aujourd’hui, les modes opératoires ont changé et les banques se retrouvent premières cibles des attaques.

Des «key loggers» pour espionner les frappes du clavier, des « Remote Access Tools » pour contrôler à distance, ou encore des outils d’envoi automatique des e-mails ; les hackers rivalisent d’ardeur pour attaquer les institutions financières. Ce système pirate s’installe discrètement sur les ordinateurs des victimes, souvent via des virus cachés dans des «fake mails».

Ce type d’attaque est le plus fréquent dans l’espace UEMOA. Un ensemble de mesures a été élaboré pour détecter et combler les failles. Au préalable, les banques misent sur la sensibilisation des utilisateurs lors de la réception des e-mails et sur les comportements à risque à éviter lors de l’utilisation des ressources informatiques en entreprise. Il serait inefficace d’avoir tous les outils de sécurité requis si les utilisateurs ne sont pas sensibilisés puisqu’ils sont les premiers en interne à ouvrir des brèches par ignorance.

Aussi les banques ont l’obligation de mettre en place des Firewalls (ou pare-feu) pour filtrer le contenu, les liens externes reçus par le réseau de la banque, de même que des outils de cryptages des informations confidentielles des banques. Ceci permettra de réduire le risque de vol de données. Elles disposent également des outils pour la modification des fichiers et des répertoires sur toute l’étendue de leur infrastructure IT.

Pour sécuriser les données, les banques suivent également un ensemble de protocoles et de procédures définis par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et des organismes, comme le Groupement interbancaire monétique (GIM-UEMOA) qui compte près de 130 banques au sein de son réseau. Selon les consignes, en cas d’attaque ciblée, les appareils infectés sont aussitôt mis sous scellé. Ensuite, la banque procède à l’analyse de l’ensemble des postes impactés pour remonter aux sources de l’attaque.

Ahlin Accrobessi

 

Villes intelligentes : le Maroc accueille la 4e édition du Smart City Expo

Casablanca abritera la 4ème édition de la Smart City Expo. On débattra de l’intelligence artificielle et des nombreuses opportunités qu’elle offre pour l’amélioration des conditions de vie. Cette année, la rencontre déroule un tapis rouge à Bangkok. La capitale de la Thaïlande, métropole invitée d’honneur accueillera des responsables municipaux et partenaires de l’écosystème Smart City.

En quelques années, la ville asiatique s’est considérablement développée pour faire face à d’importants défis d’ordre environnemental et démographique. Avec une position géographique stratégique, des infrastructures résistantes et une jeunesse consciente des enjeux du nouveau millénaire, Bangkok a réuni toutes les conditions pour profiter au mieux de l’intelligence artificielle.

Elle s’est dotée d’un plan de développement 2013-2032 initié pour transformer la capitale en « une ville durable et agréable à vivre pour ses habitants ».
Faire de Bangkok une cité intelligente ; cela fait aussi partie de l’initiative gouvernementale « Thaïlande 4.0 ». Le pays s’est en effet fixé pour but de créer pas moins de 100 villes intelligentes à l’intérieur de ses frontières au cours des deux prochaines décennies.

La stratégie est basée sur quatre secteurs d’actions dont la construction d’une économie fondée sur la créativité, la création d’une valeur ajoutée respectueuse de l’environnement, le bien-être des citoyens et des investissements dans les infrastructures de transports.

En conférence de presse jeudi dernier, les organisateurs entendent par cet événement ouvrir de nouveaux horizons de création de nouveaux métiers. Cette rencontre sera suivie, les 20 et 21 avril, de la Smart City Hackathon 2019. Il s’agit d’une compétition de brainstorming pour innover et relever les défis du développement urbain de Casablanca. Après le succès de l’édition précédente qui s’est déroulée sous le thème de la mobilité, le Smart City Hackathon lance, cette année, un nouveau challenge consistant à intégrer l’intelligence artificielle dans le quotidien urbain des citoyens marocains.

 

Ahlin A.

 

Kenya: une application pour faciliter l’apprentissage de la conduite

Karim Kanji un étudiant de 21 ans de l’université de Maseno au Kenya a conçu une application mobile dénommée ‘’Drive in Theory’’ dans le but d’aider les étudiants à obtenir aisément leurs permis de conduire.

Comme beaucoup de pays dans le monde, au Kenya, personne n’est autorisée à rouler si elle ne possède pas un permis de conduire valide. Mais avant qu’un permis de conduire ne puisse être délivré, l’on doit passer un test.

Karim a eu l’idée de faire  son  application mobile quand il  s’est rendu compte que la plupart des élèves ou étudiants échouent lors de leur examen de permis de conduire. C’est sa manière de trouver une solution à cet obstacle.

Avec l’application ‘’Drive in Theory’’, l’étudiant qui prépare son examen, peut apprendre et comprendre le rôle des panneaux sur les routes avec des  annotations simplifiées.

«Les informations dans l’application mobile peuvent servir comme une référence pour ceux qui avaient passé déjà l’examen. Ils les aideraient à améliorer leur niveau de connaissances dans le domaine et aussi apprendre les mêmes choses qu’ils auraient pu manquer lors de leurs formations », explique Karim Kanji.

Karim a décidé de mettre en place une entreprise de développement informatique, des applications et des logiciels et où peut se former un individu lambda passionné des nouvelles technologies.

« J’ai décidé de créer une entreprise pour former les gens sur comment suggérer les solutions et développer les logiciels. Ainsi leur donner l’opportunité de mettre en pratique ce qu’ils ont eu comme formation dans le but de surmonter les problèmes que font face nos sociétés dans le domaine technologique », a-t-il déclaré.

 

 

 

Daniel A.