Facebook va tester Instagram Lite en Afrique

Le monde de la technologie ne cesse d’évoluer en dépit de la crise sanitaire. Les développeurs de Facebook se sont attelés autour d’un nouveau projet. Le géant américain ambitionne de tester la version Lite d’Instagram en Afrique.

Il y a de cela quelques années le rachat de Instagram par Facebook a apporté beaucoup de modifications pour les deux plateformes. Après que la firme de Mark Zuckerberg ait lancé la version Lite de Facebook qui a connu un succès remarquable, elle a lancé la version lite d’Instagram en Asie du Sud. Cette version plus légère du réseau social atterrira bientôt en Afrique du Nord et en Amérique du Sud.

Cette nouvelle modification va toucher plusieurs utilisateurs de téléphones moins performants ou avec une capacité de stockage faible. Cela permettra d’augmenter le nombre d’utilisateurs mais aussi de faciliter l’utilisation. L’Afrique est donc le point stratégique pour asseoir le développement de la nouvelle version de Instagram.

Lire aussi : Instagram prévoit un service de chat sur sa version web

Facebook se base sur le débit faible de la connexion internet et aussi sur le nombres accrus d’utilisateurs de smartphones. Instagram veut permettre à tout le monde d’accéder à l’application peu importe le téléphone et la connexion, selon Tzach Hadar responsable de Facebook à Tel Aviv.

Les responsables des deux réseaux s’appuient aussi sur la réussite de Facebook Lite en Israël. Un succès mémorable qui a permis également le développement de plusieurs technologies. La collaboration entre Facebook et l’Afrique s’accroît de plus en plus ces derniers temps. On peut en déduire que c’est lié à la jeunesse africaine qui se rue vers ses plateformes pour se divertir et communiquer.

Cameroun : la taxe sur les téléphones et les tablettes est suspendue

Les utilisateurs camerounais de téléphones portables et de tablettes peuvent lâcher un « Ouf » de soulagement. Le président Paul Biya a suspendu l’application de la collecte de droits et taxes de douane sur les téléphones et tablettes via une plateforme numérique dédiée.

Dans une correspondance en date de ce lundi 19 octobre 2020, le président de la République camerounaise a demandé au Premier ministre « de faire surseoir à la mise en œuvre de la collecte par voie numérique des droits de douane et taxes sur les téléphones et terminaux importés ». Cette nouvelle taxe numérique qui a été mise en vigueur le 15 octobre dernier a suscité une vague d’indignation au sein de la population camerounaise.

Cette décision présidentielle de suspendre la nouvelle taxation fait le bonheur des opérateurs de téléphonie mobile. En effet, ils ont formulé la semaine dernière une offre de services dédiée en remplacement à la plateforme Arintech. L’Association des opérateurs de téléphonie mobile du Cameroun (AOTMC) veut évincer la plateforme de Paul Zambo. Elle a relevé des failles sur le fonctionnement de cette plateforme numérique impliquée dans le nouveau dispositif de collecte de ces taxes.

Lire aussi : Cameroun : une taxe numérique entre en vigueur cette semaine

Frédéric Debord, le directeur général d’Orange Cameroun qui est la tête de l’AOTMC a proposé une « offre alternative » au gouvernement. Contrairement à Arintech, la solution de l’association garantit « une plus grande protection des consommateurs, un mécanisme de paiement contrôlé par le client, et une communication intense sur le dispositif convenu », selon Frédéric Debord.

Les opérateurs de téléphonie mobile soulignent que cette solution remplaçante d’Arintech limitera les risques de plaintes des consommateurs. Cette offre alternative permettra de collecter dans des délais précis les droits et taxes de douane dus.

Togo: Un camp de Robotique pour des jeunes filles lycéennes

Avec l’appui de l’ambassade des Etats-Unis, les communautés Minodoo et EcotecLab lancent la première édition de ‘‘Girls Coding Camp’’ du 5 au 7 octobre 2020. Il s’agit d’un camp de Robotique dans la ville de Kpalimé (128 km de Lomé) pour les jeunes filles lycéennes.

En Afrique, il a été constaté un faible taux de participation de la femme dans les domaines de la technologie. Un sujet auquel s’intéressent Minodoo et EcotecLab. Cette réalité est le fondement du projet dénommé ‘‘Girls Coding Camp’’. Il est basé sur la mise en place des clubs de technologie à Kpalimé dans le but de susciter un engouement autour de la  technologie et de la science chez des jeunes étudiantes ou lycéennes.

A cet effet, 30 filles ont été sélectionnées par les écoles pour ces trois jours de codage dans la ville de Kpalimé. Cette initiation consiste à former et à sensibiliser les filles à la programmation informatique. Les thématiques de Design Thinking, l’intelligence artificielle, l’impression 3D, la domotique, entre autres. Ces trois jours de camp seront marqués par des ateliers pratiques. 

Les jeunes filles en pleine séance

Par ailleurs, le comité d’organisation de cette initiative précise que le projecteur sera bientôt braqué sur d’autres villes du Togo toujours dans le cadre de la première édition du ‘‘Girls Coding Camp’’

Les communautés Minodoo et EcotecLab prônent l’union autour des valeurs de partage. Ils soutiennent la recherche des solutions technologiques aux problèmes rencontrés au quotidien. Elles ont une passion commune pour la technologie et l’entrepreneuriat.

Suspension temporaire des services Zem et Tricycle Gozem au Togo

Gozem est une plateforme technologique de transport pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale. Elle permet à des milliers de passagers de se déplacer en toute sécurité en les connectant à des chauffeurs, conduisant moto-taxis, tricycles ou taxis.

Elle annonce une pertubation de ses activités en pleine pandémie du coronavirus. La startup se conforme aux recommandations du gouvernement qui a fait savoir ce vendredi 03 avril, qu’il est désormais interdit de remorquer des personnes sur les taxi-motos et tricycles. La jeune pousse n’a pas perdu du temps pour revoir sa copie en attendant d’éventuelles recommandations du gouvernement.

Voici l’intégralité du message :

Suspension temporaire des services Zem et Tricycle Gozem conformément au décret du gouvernement

Chers utilisateurs de Gozem, Comme annoncé par le ministère des Infrastructures et des Transports et le ministère de la Sécurité et de la Protection civile dans un decret officiel en date du 3 Avril 2020, il existe désormais une interdiction officielle du transport de passagers via tout engin à 2 ou 3 roues au Togo jusqu’à nouvel ordre. Sur la base de cette directive, Gozem cesse temporairement ses activités Zem et Tricycle, sous réserve de toute autre annonce du gouvernement.

Toutefois, les Taxis voitures Gozem restent opérationnels, avec un maximum de 3 passagers par voiture, en accord avec les directives du gouvernement.

Nous conseillons également aux passagers et aux conducteurs de Taxis Gozem de rouler avec les vitres baissées pour améliorer la ventilation.

Nous sommes de tout cœur avec toutes les personnes touchées par COVID-19 au Togo.

Le Togolais Edem Koffi Agbeko fabrique une Multiprise portable sans fil

Le Togolais Edem Koffi Agbeko est résolu à innover dans le domaine de l’énergie en s’appuyant naturellement sur la technologie. Après le sac solaire et le générateur, il vient de mettre sur pied un nouveau dispositif.

Multipo c’est une multiprise sans fil portable d’une puissance de 50watt hybride qui a la capacité d’utiliser du courant domestique pour son fonctionnement et les ondes comme la seconde source d’énergie pour donner du courant continue 220V.

Un prototype existe pour le moment. Le jeune togolais espère mettre très bientôt ses multiprises sur le marché à un prix abordable. Selon les informations confiées à Tech en Afrique, tous les projets sont faits sur fonds propres. Edem A. ouvre ses portes aux personnes intéressées par ses innovations.

Edem et son prototype

Le jeune homme ayant fait à la base des études en graphisme et réalisation audiovisuelle ne baisse pas les bras. Il avoue avoir encore d’autres projets plus intéressants dans sa sacoche.

Contacts : +228 99138412/93459655

agbeko.koffiedem@gmail.com

Liberia : Des services télécoms en zones rurales

Les résidents du district de Parluken dans le comté de Grand Kru ont commencé par accéder aux services telécoms. C’est grâce au partenariat entre Liberia Telecommunications Authority (LTA) et K-Net, une société de télécommunications privée.

Ils veulent fournir des services de communication cellulaire à cette partie du pays. Dans un communiqué de presse , les autorités de LTA ont déclaré que le public avait appris que l’installation de tours pour la fourniture de services de communication par téléphone portable dans cette partie rurale du Libéria avait commencé.

« Le problème de la communication dans la partie la plus reculée du Libéria est plus que alarmant et décourageant, mais le cas avec Parluken, le comté de Grand Kru devient progressivement un problème facile en tant qu’équipe de Liberia Telecom Communication (LTA) et K-NET est maintenant à Parluken pour installer les premières tours « , a indiqué le communiqué.

À Parluken, le site choisi pour la tour se trouve sur l’un des points les plus élevés de la ville. Les fouilles ont commencé et les efforts de déblaiement du site, qui, une fois terminé, abriteront une tour de télécommunications pour les deux fournisseurs de réseau (Orange Liberia et Lone étoile MTN) pour fournir des services à cette zone non desservie , apprend-on.

La construction en cours du site pour installer la toute première tour a commencé dans le district de Parluken, comté de Grand Kru

Des services Internet Wi-Fi (sans fil) temporaires sont actuellement disponibles pour la première fois dans le canton. Le comté de Grand Kru, le comté d’origine du président George Weah .

Can Total 2021 : le Cameroun fait appel à l’association des blogueurs

La Can Total 2021, ne veut pas négliger la communication digitale. Dans une lettre adressée au Président de l’ABC (Association des Blogueurs du Cameroun), le ministère des sports et de l’éducation physique sollicite l’aide des blogueurs pour assurer la communication via internet du championnat.

La contribution des blogueurs pour la communication digitale du championnat est importante la mise en exergue du Cameroun. « Dans le cadre de l’organisation du Championnat d’Afrique des Nations CHAN 2020 organisé par notre pays du 04 au 25 avril prochains sur les sites de Yaoundé, Douala-Japoma, Douala-Bepanda et Limbe-Buea,

J’ai l’honneur de vous inviter à bien vouloir accompagner les actions de communication digitale du COCAN 20-21 avant, pendant et après l’événement. Vous voudrez bien mettre à contribution l’ensemble des blogueurs de votre association, à l’accomplissement de cette action patriotique visant la promotion et le rayonnement international du Cameroun via internet et les réseaux sociaux. », peut-on lire sur la lettre.

Ce sera un véritable atout pour le Cameroun de se faire remarquer sur les réseaux sociaux, puisque ces derniers sont incontournables de nos jours. Can Total 2021 aura donc l’onction « numérique » des blogueurs. Une initiative saluée par la communauté des blogueurs du Cameroun comme ceux d’autres pays.

Lire aussi : Rwanda : Des drones pour éradiquer le paludisme

Raheem Geraldo

Niger/ Hackathon : des jeunes présentent des innovations technologiques

A Niamey (Niger) , L’UNICEF, en collaboration avec le CIPMEN a organisé une compétition (Hackathon) axée sur les solutions technologiques innovantes. Ce hackathon s’est déroulé sur la période du 24 au 26 Janvier à la Cité de l’Innovation de Sadoré (Département de Say).   Pour cette édition, le privilège est donné aux jeunes, particulièrement à la gent féminine dans les instances décisionnelles. 

Au cours de cette compétition, plusieurs jeunes filles et garçons de la région étaient amenés à concevoir, en temps record (48h), des prototypes de solutions numériques en réponse aux problématiques (défis) d’inclusion et de participation des jeunes. Ils ont bénéficié de la supervision d’experts thématiques.

Au total 20 équipes de différents projets, ont pris part à cette compétition. Avec l’assistance des experts les sessions de travail ont été rythmées par : la cocréation, le brainstorming, le prototypage et évidemment le coaching des experts. Après les présentations des différents projets sur une durée de cinq minutes, le jury a retenu deux lauréats.

Le deuxième lauréat a eu un prix d’une valeur de six cent cinquante mille (650 000) FCFA, pour son projet qui porte sur la création d’une application mobile de sondage d’opinion au niveau national et la décentralisation de l’administration publique. L’équipe est constituée de : Armadan Chegou Indi Gana, Tchiffa Guimbaro Hadizatou, Almou Maman Dan Garba Hariratou, Aboubacar Hassia, Laouali et Baraou Youssoufou. 

Le premier prix d’une valeur de trois millions de (3 000 000) de FCFA, est octroyé aux lauréats du projet PLAJN « la Plateforme des Jeunes Nigériens ». C’est une plateforme web en ligne qui a pour mission de faire valoir les avis et initiatives des réseaux des jeunes et des femmes. L’équipe lauréate est composée de Jamilou Saadou Idi, Adama Boubacr Oumarou.

Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises du Niger – CIPMEN est le premier incubateur du Niger. Il oeuvre pour le développement des activités des entreprises dans le domaine des nouvelles technologies, des énergies renouvelables, de l’environnement et de l’agrobusiness.

Le Gabon lance son réseau social Wakandha en février 2020

Wakandha devient un made in Gabon. le pays va lancer son propre réseau social le 28 février. Plus qu’un mois et le réseau social dénommé Wakandha sera une réalité. L’idée vient d’un programmeur informatique certifié et entrepreneur numérique gabonais du nom de Jimi Kenneth Lendoye.

Wakandha, ce nouveau réseau social révolutionnaire donne la possibilité à ses utilisateurs d’échanger avec tout individu connecté. Publier, commenter, répondre aux commentaires, réagir, partager, créer des pages, des groupes sera naturellement disponible.

Wakandha se démarque de la concurrence sur un certain nombre de points. Il permet aux internautes de poster du contenu musical dans plusieurs rubriques sans restriction. L’autre atout de cette plateforme d’échanges réside dans la publication de notes vocales.  

Contrairement aux autres réseaux sociaux, l’utilisateur peut répondre à un commentaire sous une publication par une note vocale.  Un Marketplace offrira à toute personne ayant un compte Wakandha la possibilité de créer une boutique Wakandha incorporée à l’application. Un moyen pour les intéressés de  vendre et toucher des gains via une carte visa.

« C’est une gamme d’outils qui répondent aux besoins actuels et futurs des internautes qui verront une opportunité rêvée d’avoir en une application tout ce dont ils nécessitent. Avec en plus une bibliothèque, livestreams et couple Match. Chacun est servi», a indiqué à GMT, le fondateur de ce réseau social.

Cliquez pour visiter le site

Avec GMTE241

Lire aussi : Togo : La ville de Sokodé aura son premier incubateur dans quelques jours

Cryptomonnaies/ Coinhouse n’est représentée ni au Togo ni en Afrique

Coinhouse n’est représentée ni au Togo ni en Afrique. C’est une véritable arnaque qui est en cours en Afrique de l’ouest et en l’occurrence au Togo. Des individus se font passer pour des représentants légaux de l’entreprise française Coinhouse.

Cette dernière excelle dans la vente et l’achat des cryptomonnaies, est légalement constituée avec des chiffres mises à jour régulièrement, des données pour la localiser et même se rendre dans ses locaux.

Des personnes malhonnêtes promettant de vendre des dollars à 585 F CFA s’érigent en représentants de l’entreprise au Togo . Ce prix proposé pour le dollars est de loin une aubaine pour les personnes initiées à la culture de l’investissement dans les monnaies électroniques.

Les personnes basées incriminées sont actuellement basée au Togo reçoivent les paiements via mobile money mais ne renvoient pas les dollars comme prévu. Informée, la direction de l’entreprise s’est voulue ferme. Elel a d’ailleurs rassurée avoir eu vent de ces pratiques .

« Nous ne sommes pas implanté au Togo. La seule adresse fiable pour accéder à nos services est la suivante : https://www.coinhouse.com/ », nous a-t-on envoyé via mail.

L’entreprise a fait savoir qu’elle prendrait les dispositions idoines pour mettre fin à cette situation. Coinhouse explique être au courant de ces pratiques et que des mesures adaptées seront prises.

Coinhouse est à la fois une plateforme en ligne et un espace physique d’échange de cryptomonnaies. La plateforme permet l’achat et la vente de Bitcoin, Ethereum et Litecoin. Le propriétaire de la marque est la société Arizen 35 rue du Caire Paris 75002 selon Wikipedia.

Lire aussi : Togo : La ville de Sokodé aura son premier incubateur dans quelques jours