Cameroun : découverte de PATIK, future Silicon Valley d’Afrique

PATIK (Parc des Technologies et de l’Innovation de KRIBI)  est le nom de ce qu’on peut appeler la future Silicon Valley d’Afrique.  PATIK est l’idée d’un groupe d’entrepreneurs technologiques camerounais.

L’objectif poursuivi est de doter le Cameroun et par-là, toute la sous – région Afrique Centrale de son premier technopole. Une zone d’innovation pouvant accueillir jusqu’à 252 entreprises, 480 entrepreneurs et porteurs de projet, des banques, business angels , acteurs de capital – risque et fonds d’investissement. En termes de création d’emploi, le PATIK entend favoriser 4 240 emplois directs les trois premières années de fonctionnement ainsi qu’un flux annuel de 15 000 habitants.

Lire aussi : Cameroun : Un drone solaire pour lutter contre Boko Haram

Un projet de taille qui pèse 18 milliards

Avoir une telle zone pour les entrepreneurs nécessite des ressources financières conséquentes or le constat est réel partout : quand on parle de projet, c’est le souci de financement qui est le premier blocus que rencontrent plus d’un. Il faudra donc de 18 milliards de Francs pour acquérir des hectares de terrain, faire toutes les démarches administratives possibles, entamer les travaux de constructions, etc.

Prochaine étape : la levée de fond

A ce stade,Kamsu Leuppue,chef projet révèle qu’« En souscrivant à la campagne crowdfunding pour un montant de 10.000 francs CFA l’action, vous contribuerez à doter la sous – région et le Cameroun : du premier pôle d’attractivité au profit des acteurs du numérique et de la technologie ». A noter qu’il y a au total 3765 actions disponibles.

« Ce nouveau capital nous permettra de couvrir les dépenses liées à la R&D –Recherche et Développement) et à l’audit général du PATIK en vue de son statut de Zone Franche Industrielle. N’hésitez pas : devenez actionnaire de l’International Development Informatics – Promoteur du PATIK » a-t-il lancé.

Togo : Allôlekeo ou le WhatsApp africain

Allôlekeo , le nom vous est sûrement nouveau. Peut-être même qu’il ne vous dit rien mais il compte faire mouche d’ici peu de temps. En Afrique, ce ne sont pas les applications mobiles qui font défaut. Il y a celles qui n’ont rien à envier à Facebook ou encore moins à WhatsApp. Et pour cause, un jeune togolais a lancé en janvier dernier une application dénommée « Allôlekeo » pour dire « comment tu vas » en osant croire qu’elle pourra valablement remplacer le fameux WhatsApp de MarK Zuckerberg

Lire aussi : Afrique : Famous, un nouveau réseau social en gestation

Avec un design responsive, Allôlekeo permet tout comme les applications de messagerie instantannée de s’envoyer des messages, faire des appels audio et vidéo. Non seulement elle est gratuite à vie mais elle est aussi sans mis à jour répétitif et permanent qui importune plus d’un.

Vous l’auriez compris, sa particularité est simplement que vous direz adieu aux mises incessants et de plus ça fait du made in Africa. La vision cachée de cette application est de « permettre aux africains de communiquer avec un outil fait maison » selon son promoteur Nikabou . Apres tout rassure t-il « l’innovation anéantit la concurrence ».

Il faudra noter que pour le moment, l’application n’est pas encore disponible sur Playstore en raison des derniers tests pour le lancement de la version bêta. Néanmoins, pour s’en procurer, il suffit juste d’envoyer un mail à nikabounadjombe@gmail.com afin d’avoir automatiquement accès à une pièce jointe téléchargeable.

Niksoft corporation, la structure conceptrice d’Allôlekeo est une startup togolaise qui fait de l’édition d’applications web, Desktop et mobile de gestion d’entreprises. Elle fournit ses services aux entreprises, petite ou grande, quelque soit leurs tailles. La start-up est composée de 2 femmes programmeurs, un commercial et un expert en réseau.

Informations complémentaires : écrire à (00228) 92997683

Togo : Les lauréats du Hackathon AgriPME sont primés

Le hackathon AgriPME initié par le ministère des postes et de l’économie numérique s’est déroulé du 30 au 31 mars. A cours de ces deux jours, les 7 équipes enregistrées ont trimé des heures durant pour présenter des plateformes dédiées à l’agriculture aussi innovantes les unes que les autres.

Des représentants de chaque équipe ont eu 5 minutes chacun pour présenter devant des centaines de personnes, leurs projets. On retient au total 7 conceptions parmi lesquelles Agri Biz, Agri Boost, Interface de traitement Agricole (ITA), Agri Info, Togo Farm, Agro Pro et E-agribusiness.

En se basant sur les critères de la qualité de la prestation voire celui de l’utilité de l’application tout comme l’applaudimètre. Le jury a avoué ne pas avoir eu de mal à sélectionner les meilleurs. Ce qui pouvait se lire sur le visage du public après chaque prestation.

Au terme des délibérations, E-agribusiness a été choisi comme étant la meilleure plateforme permettant ainsi à l’équipe de remporter la cagnotte de 1 million de francs suivi de l’ITa, 2ème et enfin Togo Farm. Exceptionnellement, les sponsors ont jugé bons d’offrir des prix de consolations aux autres équipes participantes qui n’ont quand même pas démérité.

« Je suis content que mon équipe ait remporté le Hackaton Agri PME car c’était pour nous une compétition majeure. Il fallait ‘gagner ou mourir’. Je voudrais ici remercier toute mon équipe composée de programmeurs aussi talentueux que moi » a confié à Techenafrique, le porte-parole de la 1ère équipe lauréate, Dona Etchri.

Précisons que AgriPME est un système de subvention de l’Etat pour l’achat d’engrais destiné aux agriculteurs les plus vulnérables. Le projet a déjà dans sa phase pilote enregistré près de 80000 agriculteurs vulnérables qui reçoivent des subventions via mobile money. Le hackathon AgriPME  vient donner un coup de pouce au projet.

Zimbabwe : l’opérateur TelOne inaugure le premier data center du pays

TelOne, l’un des plus anciens opérateurs de téléphonie mobile du Zimbabwe a inauguré ce vendredi 23 mars un data center de classe mondiale. Une première dans ce pays de plus de 14 millions d’habitants. Cette réalisation a été possible grâce à un financement de 98 millions de dollars accordé au Zimbabwe en 2015 par Exim Bank of China dans le cadre du projet national de haut débit (NBB).

Lire aussi : Kenya : A 17 ans,Ziyaan Virji remporte un prix mondial pour l’innovation

Ce centre de données  a coûté selon les responsables de l’entreprise, 4 millions de dollars et est réalisé par la société chinoise Huawei Technologies.

Lire aussi : Des feux tricolores made in Burkina bientôt sur le marché

Supa Mandiwanzira, le ministre zimbabwéen de l’Information, des télécommunications et des Postes, a souligné lors de la cérémonie d’inauguration que  « le lancement de ce centre de données est un développement important qui mérite d’être célébré, car il est en accord avec l’ère des Big data dans laquelle notre pays est entré, ce qui rend ces systèmes indispensables ».

Et à la directrice de TelOne, Chipo Mutasa  de renchérir : « Les installations construites sont de niveau international. Elles garantissent une fiabilité de 99,982%. Les entreprises sont invitées à recourir à notre centre de données comme hébergeur au lieu de construire les leurs».

Lire aussi : Apple offre 1 million de dollars à quiconque peut pirater un IPhone

TelOne Data Center offre des services comme la co-implantation, la récupération après sinistre, le back-up et le stockage, des services en nuage en passant par l’hébergement web et la location d’espace de rack.

L’Afrique dispose enfin de son nom de domaine : .africa

.africa est le nouveau nom de domaine reflétant l’Afrique. En face d’un tel site, ne pensez ni à un site d’arnaque et consorts. C’est bel et bien ce que l’on considère comme  l’identité numérique de l’Afrique. Cela aura été un processus long et parsemé d’embûches mais finalement l’Afrique dispose enfin de son propre nom de domaine.

Lire aussi : Afrique : Famous, un nouveau réseau social en gestation

Vendredi dernier, la présidente sortante de la Commission de l’UA, la Sud-africaine Nkosazana Ndlamini-Zuma a confirmé la disponibilité de ce nom de domaine à partir de juillet prochain.  « Les Africains qui souhaitent l’utiliser peuvent d’ores et déjà introduire une demande » a-t-elle ajoutée. D’une manière ou d’une autre, ce nom de domaine donnera plus de visibilité aux Africains et surtout aux. Inutile de rappeler combien de fois l’Afrique est ‘invisible’ sur Internet.

Lucky Masisela, directeur de la société ZA Central Registry, qui sera chargée de gérer le nom de domaine .africa explique que sur 2 millions de sites africains, l’Afrique du Sud possède à elle seule plus de la moitié faisant d’elle l’économie numéro un du continent. Ce nouveau nom de domaine qui intervient 32 ans après le tout premier c’est-à-dire le fameux .com, va booster un tant soit peu Internet en entraînant une diminution systématique du coût des  noms de domaine. Contrairement à l’enregistrement d’un site sur un domaine national en Afrique qui peut avoisiner 250 dollars (125000 F), .africa ne coûtera que 18 dollars (9000 F). Une aubaine incontestable pour tous !

Selon un rapport de la Banque Mondiale, au moins 22% de la population d’Afrique subsaharienne a accès à internet. Ce qui représente un des plus faibles taux au monde. L’Union africaine compte faire  augmenter ce taux de 10% d’ici 2017, soit environ 32%.

Togo : Du wifi gratuit est disponible à l’université de Lomé

Depuis janvier dernier, les étudiants de l’Université de Lomé ont constaté la  disponibilité de hotspots wifi dans plusieurs places comme le restaurant universitaire, le bâtiment de l’ancienne direction FLESH, le COUL, la cité F, le bâtiment DRH, entre autres.

Bonne nouvelle pour les étudiants  de l’université de Lomé qui ont toujours revendiqué ces installations pour  leurs recherches .  Pour se connecter, il suffit juste de taper « pilote » pour le login et le mot de passe puis le tour est joué. Un moyen d’intégrer l’usage des Tic au secteur éducatif.

Lire aussi : Le Togo lie TIC et éducation

Cette dotation se situe dans le cadre du  projet ENT (Environnement Numérique de Travail) dont le but est  de mettre à la disposition des apprenants, des élèves un environnement de travail interactif où les cours, documents et autres sont accessibles en un clic sur internet. Cela permettra de profiter des  cours en ligne, et à des cours par visio-conférence. A noter que ce projet est déjà mis en œuvre dans plusieurs lycées du Togo.

Le pays s’est donné pour tâche de déployer des hotspots wifi un peu partout. En novembre dernier, des zones wifi ont été installées à Lomé, Kpalimé et dans plusieurs localités.  La vision c’est de faire en sorte que d’ici 2030, aucun Togolais ne se situe à plus de 5 km d’un point d’accès haut débit. Ambitieux, n’est-ce pas?

Le Togo lance son projet e-village

Le projet  e village lancé par les autorités togolaises entend doter les chefs de canton et de village  d’un téléphone portable, d’une carte SIM et d’un crédit téléphonique mensuel.

Lire aussi :Free Togo maps rend accessible la carte du Togo hors ligne

Ce samedi 23 avril, au moins 4000 téléphones ont été distribués par le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé  à Notsé (localité située à 90 km de la capitale Lomé).

Cette innovation vise entre autres à  connecter les localités du pays pour une meilleure circulation des informations. Cela permettra de faire face à tout imprévu  d’appeler les secours en temps réel pour répondre à leurs préoccupations. E-village fera asseoir d’ici-là une meilleure communication et les échanges d’informations entre les chefs, les préfets, les services d’urgence et de sécurité ainsi que l’administration centrale.

Ce projet a été lancé en 2016 et est mis en œuvre par le ministère chargé du numérique, en collaboration avec le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales.

Apps Togo : les lauréats de l’édition 1, enfin connus

La cérémonie de remise des prix du concours de création d’applications innovantes  Apps Togo s’est déroulée mardi 17 mai à Lomé. C’était en présence du ministre de l’Economie numérique et des postes, Cina Lawson, des autorités administratives et d’une foule d’invités.

Lire aussi : Mali/ Coris Challenge : L’application Ekeneya occupe la première place

Pour Cina Lawson, Apps Togo a pour ambition de promouvoir la création d’application mobile, web et desktop pouvant réponde aux besoins des populations. Elle ajoute que  cette  compétition ne peut que favoriser le développement de l’entrepreneuriat et la promotion du made in Togo.

16 applications  ont été retenues sur 21 évaluées par un  jury international composé des professionnels du secteur des Technologies de l’information et de la communication. Elles sont reparties en 3 catégories : développeurs indépendants, établissement d’enseignement supérieure et Pharo .

Après évaluation, le prix spéciale coup de cœur du jury est attribué à l’application Amphimillion  (développeurs indépendants) destinée aux universités et pouvant permettre aux étudiants de suivre les cours en vidéos. Une enveloppe de 500000 Fcfa a été remise à son concepteur. Une récompense de 3 millions revenait à Adotcal (annuaire mobile de numéros de téléphones) d’un concepteur de catégorie  Pharo.

Lire aussi :Le Togolais Dona Etchri retenu pour RFI Apps Challenge Afrique

Au niveau des établissements d’enseignement supérieur, ont été primé respectivement Bit Guide (plateforme d’annonces) ,500000 Fcfa, Police help (gestion des incidents de circulation) , 1000000 Fcfa et e-Diari (gestion du calendrier et des profil audio adaptés) 2 millions Fcfa.

Les développeurs indépendants avaient pour  1er prix Togo Agro (plateforme d’échanges commerciaux inter-États dans le secteur agroalimentaire) ,2 millions de Fcfa, 2ème prix SOS Système (traitement des sinistres) 1 million de Fcfa et 3ème prix école Togo(plateforme éducative) ressort avec 500000 Fcfa.

Cina Lawson a exhorté les lauréats que la création d’entreprise est une aventure collective.

CardioPad s’occupe de la santé cardiaque au Cameroun

CardioPad  permet d’enregistrer et d’analyser les problèmes cardiaques  d’un patient.  La tablette possède des applications embarquées à usage médicale.

Lire aussi : Cameroun : Une couveuse néonatale made in Dschang primée à Paris

La particularité est que les résultats, une fois obtenues peuvent être transmis à un cardiologue à distance pour interprétation. Cela pourra éventuellement être bénéfique pour les zones reculées des pays africains.

CardioPad pallie à ce manque de cardiologues qu’il y a au Cameroun.  Il y a environ 30 cardiologues pour 20 millions d’habitants. L’ingénieur camerounais Arthur Zang a trouvé le juste milieu. Sa tablette est commercialisée depuis cette année 2016.

Pour rappel, le projet a remporté une médaille d’or à l’Africa Prize for Engineering Innovation organisé par Royal Academy of Engineering du Royaume Uni.

La Namibie présente un téléphone fonctionnel sans SIM

Un jeune élève namibien qui fabrique un téléphone portable fonctionnel sans SIM. Les téléphones sont comme condamnés à fonctionner avec une carte SIM pour effectuer les diverses opérations. Mais le modèle unique que vient de développer un élève relève ce défi.

Lire aussi : Namibie Telecom rend possible l’accès à internet sur l’île Impalila

Il n’a que 19 ans et son nom c’est Simon Petrus, l’inventeur de ce téléphone. Pour y arriver, il s’est servi de quelques pièces de rechange de téléphone, des composants de télévision, d’une ampoule et aussi d’un chargeur. Passer un appel n’a jamais été si simple. Il suffit d’être dans une zone où il y a des fréquences radio et le tour est joué. Le jeune inventeur peut émettre des appels à n’importe quel moment et sans interruption.

Lire aussi : Namibie: Une première école pour initier les enfants à la robotique

Autre chose ? Oui justement, il peut regarder NBC1 TV, une chaîne de télévision locale. « C’est un étudiant moyen, mais il est le meilleur élève de la classe des Sciences Physiques » a déclaré Vatileni, un de ses professeurs.

Pour l’avenir, Petrus aspire à devenir un ingénieur.