Togo Zoom, une application mobile qui embrasse l’actualité

Togo Zoom est une aubaine pour ceux qui veulent être à l’affût des informations historiques et actuelles du Togo. Mise au point par Coders for Togo, cette application est utile sur trois grands points qui permettent tous d’avoir le Togo dans la poche. 

Le groupe de jeunes développeurs baptisé Coders for Togo a encore innové pour les Togolais. Il s’illustre cette fois-ci dans le secteur médiatique avec Togo Zoom pour effectivement faire un zoom sur le pays. Jean-Claude Konou et son équipe repose la solution sur trois points : les actualités, les offres d’emploi et l’histoire du Togo.

Togo Zoom est en effet un atout pour ceux qui consultent régulièrement les informations du pays. Elle propose aux utilisateurs les dernières  actualités du pays. Outre cette fonction, cette création de Coders for Togo va faciliter la recherche des offres d’emploi des jeunes togolais. Avec Togo Zoom, les utilisateurs ont toute l’histoire du Togo en poche ; un vrai avantage pour les élèves.

Pour faciliter l’utilisation au public, cinq grandes fonctionnalités ont été mises à leur disposition. Il peut consulter les actualités par rapport à sa pertinence et par catégorie.  Les utilisateurs ont également le choix de classer certains articles comme étant favoris ou rendre l’article disponible en mode hors ligne. La dernière fonctionnalité concerne la notification Push. L’utilisateur sera automatiquement au parfum des dernières informations ou offre d’emploi grâce à une notification.

Cliquez pour télécharger Togo Zoom

Lire aussi : Malawi : Un ministre appelle à la réduction des frais de connexion internet

Twitter : plus de 7000 comptes pro-Trump supprimés

Le réseau social à l’oiseau bleu continue sa lutte contre la propagation de fausses informations. Twitter a suspendu ce mardi des comptes liés à la mouvance conspirationniste pro-Trump « QAnon ». Cette mouvance répand sur la plateforme des théories du complot.

Twitter veut fournir encore plus d’effort pour limiter la propagation de fausses informations. Les 7000 comptes liés à la mouvance « QAnon », ont été supprimés au nom de son
règlement sur « les comportements ayant le potentiel de causer des torts dans la vie réelle ». Ils divulguent sur le site de microblogging des contenus liés à une théorie du complot américaine, propagée par des fans de Donald Trump.

Selon ses adeptes de la mouvance, les États-Unis sont dirigés depuis des décennies par une organisation criminelle. Cette organisation serait composée de certaines figures comme Clinton, Obama, Rothschild, George Soros, ainsi que des vedettes d’Hollywood et d’autres membres de l’élite mondiale.

Twitter a décidé de durcir le ton contre la mouvance « QAnon » parce que ses adeptes causent de plus en plus de dégâts au sein de la société. Cette organisation est désormais considérée comme un « effort coordonné pour nuire ».

C’est dans cette politique de lutte contre les comptes les plus problématiques qu’environ 150 000 autres comptes seront supprimés de la plateforme. Ce sont des comptes considérés comme à la base de harcèlement coordonné envers une victime. Pour les faire disparaître, Twitter va s’assurer que les comptes et contenus associés ne soient pas recommandés par ses algorithmes.

Lire aussi : Twitter : 130 comptes de personnalités piratés

Malawi : Un ministre appelle à la réduction des frais de connexion internet

Cela n’arrive pas tous les jours de voir des ministres demander aux opérateurs de faciliter la vie des consommateurs. Le ministre de l’information, Gospel Kanzako  s’est entretenu avec les membres de l’Autorité de régulation des communications du Malawi (MACRA).

Il a exhorté toute l’équipe à engager des discussions avec les entreprises de télécommunications mobiles. Son idée est d’obtenir auprès de ces entreprises la réduction des coûts des données Internet. Le ministre estime qu’il faut permettre à davantage de Malawiens de profiter des services dans le secteur des communications.

Les coûts sont encore très élevés selon le ministre. « Compte tenu de cela, les Malawiens ont l’impression d’être écorchés vivants et ils sont très inquiets du développement car ce sont les entreprises de téléphonie mobile qui se réjouissent de réaliser d’énormes profits », a-t-il poursuivi.

Le ministre a donc exhorté l’Autorité de régulation des communications du Malawi à engager rapidement des discussions avec les entreprises de communications mobiles pour résoudre le problème au profit de tous les Malawites.

Il se dit prêt à travailler dans le sens d’une plus grande libéralisation du marché des Télécoms. Si les opérateurs actuels ne sont pas à même de bien servir les consommateurs, autant faire appel à d’autres . «Devrions-nous dire que nous connaissons ce problème parce que nous n’avons que trois sociétés de télécommunications mobiles au Malawi? Si oui, engageons plus d’acteurs car nous voulons que les Malawiens bénéficient des services TIC sans aucune entrave », a-t-il fait savoir.

Lire aussi : Burkina Faso : ADYX lance « Mes Libraires » une librairie en ligne

Apple : une lunette intelligente pour garantir le respect de la vie privée

Dans sa mission de protéger la vie privée de ses utilisateurs, Apple emploie les grands moyens . L’entreprise travaille sur une nouvelle technologie de réalité augmentée. Bientôt grâce à des lunettes spécialisées connectées au mobile, l’utilisateur sera le seul capable de voir l’écran de son iPhone ou son iPad.

Depuis quelques mois, l’entreprise de Steve Jobs travaille sur une nouvelle technologie pour protéger ses clients des regards indiscrets. Pour se faire Apple s’est tournée vers une technologie de réalité augmentée. En effet l’entreprise a opté pour les futurs lunettes connectées connues pour le moment sous le nom de « Apple Glass ». La marque pourrait bien les sortir en septembre 2020. 

« Un premier dispositif couplé à un premier affichage et à un capteur d’image reçoit des données de sortie d’un deuxième dispositif ayant un deuxième affichage différent du premier affichage », peut-on lire dans une publication du site du bureau américain de marque et brevet.

Les données de sortie représentent le contenu affichable par le deuxième appareil sur le deuxième écran. En gros seuls les possesseurs de l’Apple Glass pourront consulter leurs écrans car le système rendrait illisible le contenu pour toute autre personne.

Cette nouvelle technologie accroît considérablement l’autonomie du mobile car si dans le passé ce sont les filtres polarisants qui  empêchaient les curieux de regarder par dessus l’épaule, ils consommaient également énormément de batterie. Par contre grâce à ses futurs lunettes de réalité augmentée, l’utilisateur du mobile pourra voir la totalité de son écran mais l’écran semblerait éteint chez les autres.

Comme à l’accoutumée chez Apple, les lunettes connectées ne pourront fonctionner exclusivement qu’avec un mobile de la marque. Notons aussi que dans le cas où l’utilisateur n’aura pas ses fameuses lunettes sur le nez, son mobile restera inutilisable. Il faut bien admettre que même si l’idée est bien prometteuse, les utilisateurs peuvent ne pas la trouver pratique.

Lire aussi : Twitter : 130 comptes de personnalités piratés

Les Rwandais dépensent 7% de leurs revenus en connexion internet

Selon un rapport fait par l’UIT (Union Internationale des Télécommunications), les rwandais utiliseraient 7% de gains pour tirer profit des données mobiles. Suite à ce rapport, le Rwanda est classé dans le top 30 des pays avec un accès à internet moins coûteux.

Le Directeur Général de la RURA (Rwanda Utility Regulatory Authority) s’est prononcé sur les résultats du ICT Price. D’après ce dernier, un internaute Rwandais utiliserait 7,1% du revenu national brut. Un taux estimé à 780 dollars pour une allocation mensuelle de 2 Go. Patrick Nyirishema, le DG de la RURA conteste l’analyse comme n’étant pas une bonne mesure compte tenue de la réalité économique du Rwanda qui est déficitaire.

« Lorsque l’économie d’un pays est 20 fois plus importante que la vôtre, vous auriez besoin d’avoir un coût internet 20 fois plus bas pour avoir le même taux d’abordabilité. Ce n’est pas raisonnable car le coût du matériel de télécommunication est presque le même partout dans le monde », a-t-il affirmé. Avant de rajouter : « ce n’est pas une mesure pour déterminer le prix de l’internet, mais plutôt quel est le niveau de votre économie ».

M. Patrick Nyirishema explique que le rapport de l’UIT est carrément différent des chiffres relevés. Il ajoute même que le Rwanda possédait le coût internet le plus bas de la région, un coût évalué à 2 dollars pour 1 Go.

Le rapport semble indiquer un coût d’internet  moins cher en Afrique qu’en Europe. Les utilisateurs d’Internet mobile en Afrique paient 11,5% du revenu national brut soit 3 fois plus dans les autres régions du monde. Sans compter l’île Maurice et le Gabon qui se rapprochent de la référence mondiale, d’autres pays comme les Seychelles, le Nigeria et le Botswana seront au sommet dans les années à venir.

Si le prix des données mobiles, de la voix, et du haut débit reste moins cher dans certains pays, cela n’est pas dû à une augmentation de la pénétration d’Internet. Suite à une enquête faite par le gouvernement électronique des Nations Unies en 2020, le Rwanda aurait un taux de pénétration d’Internet de 21,77%. Quant au Directeur Général de la RURA, il est fermement resté sur son avis. Selon lui, l’abordabilité de l’internet n’est pas un obstacle en Afrique. C’est plutôt les appareils pour se connecter à Internet qui font défaut.

Lire aussi : Twitter : 130 comptes de personnalités piratés

Twitter : 130 comptes de personnalités piratés

Plus d’une centaine de comptes Twitter de personnalités ont été piratés. Cent trente comptes ont été touchés par une attaque sans précédent, a reconnu Twitter dans un communiqué vendredi matin. Twitter a rassuré les titulaires de compte que les mots de passe n’étaient pas accessibles lors de l’attaque. Elle n’a pas été en mesure de donner la même certitude en ce qui concerne d’autres informations privées, y compris le contenu des messages directs.

« Nous continuons à évaluer si les données non publiques liées à ces comptes ont été compromises et fournirons des mises à jour si nous déterminons que cela s’est produit », a déclaré Twitter.

En effet, des comptes de plusieurs personnalités du monde politique et de l’univers du sport, de la musique, entre autres, ont été victimes de piratages. Obama, Elon musk, Kim Kardashian, Kanye West, ils sont nombreux.

En prenant possession de leurs comptes, les hackeurs promettaient de doubler les investissements des internautes. Ces derniers devraient envoyer des bitcoins afin d’avoir un retour sur investissement, ce qui ressemble à un soutien de la part de ces stars en ces temps de pandémie. Le montant final du préjudice n’est pas encore connu mais devrait dépasser les 12 BTC (plus de 100 000 dollars) , plus de 53 millions de FCFA selon les spécialistes.

Alors que les enquêtes sont en cours, les premiers éléments renvoient vers un petit groupe de pirates qui avaient précédemment tenté de monétiser leur accès en volant et en vendant des comptes avec des noms d’utilisateur.

L’attaque a attiré l’attention du FBI, qui enquête sur la situation, selon les informations de Reuters. «Nous sommes conscients de l’incident de sécurité impliquant plusieurs comptes Twitter appartenant à des personnalités de haut niveau. Les comptes semblent avoir été compromis afin de perpétuer la fraude par crypto-monnaie », a déclaré le bureau dans un communiqué.

Lire aussi : Le Kenya met l’accent sur les formalités nuptiales en ligne

Le Kenya met l’accent sur les formalités nuptiales en ligne

Le Kenya a lancé des services de mariage en ligne dans le but d’éliminer les rassemblements de personnes. L’idée est de réduire les risques de propagation de la pandémie de coronavirus.

Les couples qui envisagent de faire un mariage civil devront désormais enregistrer leurs coordonnées sur le portail eCitizen. Ils doivent aussi payer les frais de mariage, faire une réservation pour une entrevue avant le mariage et obtenir plus tard un rendez-vous pour le mariage.

L’horaire devra être respecté sinon les couples devront réserver de nouvelles dates. Une fois l’inscription sur la plateforme terminée, les couples auront à attendre 21 jours pour avoir une approbation. Ce outil est déployé à Nairobi, puis le sera dans d’autres villes.

La secrétaire administrative en chef du bureau juridique de l’État, Winnie Guchu, a encouragé les couples souhaitant se marier devront suivre l’intégralité du processus d’inscription sur le portail eCitizen.

Les services de mariage au bureau du gouvernement ont été initialement suspendus en mai après qu’un afflux de citoyens ait été enregistré. Cela pose de sérieux problèmes de respects des mesures barrières.

Cependant, lorsque les services ont repris brièvement à la mi-mai, 1841 couples, dont les mariages ont été suspendus, voulaient procéder à leur mariage civil, une décision qui, selon Mme Guchu, a posé d’énormes défis au bureau de l’officier de l’état civil du mariage.

« Lorsque nous avons repris, seuls 700 couples étaient disposés à reporter leur mariage, mais nous nous sommes retrouvés avec un gros de 1 841 couples. Nous espérons que davantage de personnes reporteront leur mariage afin que nous puissions gérer les demandes », a-t-elle déclaré.

Tout ceci démontre à suffisance l’importance des nouvelles technologies en situation pandémique ou encore dans le quotidien. Le Kenya montre l’exemple.

Lire aussi: Burkina Faso : ADYX lance « Mes Libraires » une librairie en ligne

Burkina Faso : ADYX lance « Mes Libraires » une librairie en ligne

« Mes Libraires » est une première plateforme e-commere, une librairie en ligne offrant des services bien plus qu’une librairie physique. Elle est disponible depuis quelques jours et est pilotée par la structure ADYX Burkina.

Son premier objectif, rassembler toutes les librairies du Burkina. Elle a aussi plusieurs fonctionnalités notamment un service qui permettra aux clients de gagner de l’argent en vendant leurs vieux livres ou les troquer avec d’autres clients. Ainsi,  les auteurs, éditeurs et distributeurs pourront vendre sur la plateforme à tout moment.

« Mes Libraires » détient également un service d’aide aux étudiants  qui ont du mal à se procurer des livres à cause des coûts qui sont parfois trop élevés. Pour cela, les étudiants peuvent louer des livres à 10% du prix de vente juste pour les modules. La plateforme intervient ainsi dans le domaine éducatif et culturel.

« Notre ambition est de réunir toutes les librairies du Burkina sur une même plateforme.Mes libraires: c’est toutes vos fournitures scolaires. Vous y trouverez tout ce dont vous avez besoin pour la rentrée des classes. Préparez la rentrée scolaire  sans stress et sans prévoir un gros budget.
Vous n’avez qu’à commander tout le matériel sur meslibraires.com. Depuis  chez vous, faites vos courses n’importe quand, n’ importe où et nous livrons le tout à domicile. », nous confie Serge Ady , l’un des promoteurs de cette initiative.

Visuel de « Mes Libraires »


Pour ceux qui n’arrivent pas à trouver leurs produits dans les autres librairies, un accompagnement personnalisé et gratuit est disponible pour la recherche des articles auprès des partenaires internationaux .

« Mes Libraires » vise à atténuer les disparités commerciales et régionales au niveau de l’accès aux livres, aux bibliothèques.

Visitez http://meslibraires.com/



Enok Tsevi

Kenya: Telkom et Google apportent la 4G aux communautés rurales

Telkom Kenya, en collaboration avec la société mère de Google, Aphabet, a lancé un réseau de ballons Internet 4G. Le projet Google Loon qui est tout sauf nouvelle rentre dans une phase plus active. Il sera, selon ses initiateurs, à même de combler le fossé énorme de l’accès à Internet dans le pays. Ce projet se veut aussi un catalyseur pour intensifier les efforts vers un meilleur accès à l’e-learning, la télémédecine, la fintech, l’insurtech, l’e-commerce, entre autres.

« Le Kenya a beaucoup dépensé pour essayer de fournir une couverture Internet universelle, mais la technologie dépend des stations de base terrestres. Nous passons maintenant aux stations de base aériennes pour couvrir les régions non desservies et mal desservies », a fait savoir le secrétaire du cabinet ICT Joe Mucheru (photo).

Les ballons flottants, ont été envoyés au Kenya par la route maritime depuis la Californie, aux États-Unis, à 15 388 kilomètres, sont entrés dans l’espace aérien du pays par Mombasa, le premier apparaissant le 14 mars, après autorisation de la Communications Authority of Kenya (CA), la Kenya Civil Aviation Authority et la Kenya Air Force. Ces ballons fonctionnent à énergie solaire et contrôlés par le vent.

« Je suis fier que le Kenya ait été sélectionné pour ouvrir la voie à la garantie d’une inclusion totale pour l’accès à Internet. J’apprécie l’initiative de Telkom car cela signifie désormais que davantage d’initiatives peuvent être menées en ligne dans des villages reculés », a déclaré le directeur général par intérim de l’Autorité des communications de Kenya (CA) Mme Mercy Wanjau.

Le service est disponible à partir de 6 heures du matin et s’éteint automatiquement à 21 heures.  Les agriculteurs des communautés concernées espèrent avoir plus accès aux marchés en ligne et écouler facilement leurs produits.  

Lire aussi : Kenya : Google veut fournir la connexion grâce à des ballons flottants

Dakar, 9e ville africaine à l’écosystème start-up le plus dynamique

L’Afrique abrite six des principaux fintech mondiaux d’après le classement Fintech City index 2020 qui identifie les pôles émergents, les sociétés fintech et les plus tendances. Dakar occupe la 9e place africaine et 209e mondiale. Le classement est réalisé en fonction de trois paramètres : le nombre de start-up, leur qualité et leur environnement commercial. 

Le Global Fintech index, établi par Findexable est le premier classement mondial de toutes les villes dans lesquelles il existe un cluster de technologie financière. Dakar se classe à la 9e place africaine et 209e au niveau mondial. L’innovation technologique s’est tracée un chemin non-négligeable dans le secteur au Sénégal.

Le Sénégal multiplie les incubateurs et les fonds d’investissement pour permettre aux start-up de se développer. Objectif : atteindre 35 000 emplois directs dans le domaine des nouvelles technologies d’ici 2025. Depuis quelques années, les petites entreprises se multiplient dans le pays. En Afrique francophone, Dakar est aujourd’hui un eldorado pour les start-up.

Bonne connexion Internet, incubateurs, espaces de travail en équipe… Dans la capitale sénégalaise, tout est fait pour que les startups se développent. Des fonds spécialisés dans le financement des start-up sont nés au Sénégal pour répondre à la demande des entrepreneurs. C’est le cas du fonds d’investissement Teranga Capital.

Selon le rapport de Fintech City index, le Sénégal s’inscrit dans la dynamique de devenir un leader en Afrique.

Lire aussi : Twitter, bientôt payant ?

Enok Tsevi