Le Ghana rehausse sa sécurité en matière d’échanges électroniques.

Le Ghana s’est doté d’une infrastructure à clés publiques (PKI). D’une valeur de 4 millions de dollars cette infrastructure a été inaugurée la semaine dernière par la ministre des communications, Ursula Owusu-Ekuful.

La PKI est l’ensemble des solutions techniques de cryptographie.  Elle a pour rôle de délivrer les certificats numériques afin de promouvoir  l’entrepreneuriat et la sécurité des opérations. 

Lire aussi : Qui est Mandla Maseko, le premier africain devant se rendre dans l’espace?

Le Ghana pourra développer ses propres systèmes de paiement électronique. Pour la ministre, la délivrance des permis de conduire et de véhicule, les passeports, les fiches d’assurance maladie devraient être signés grâce au PKI. Tout ce processus renforce la sécurité et l’authenticité des services.

Lire aussi : Ghana : Kantanka Automobile fait son entrée aux  Émirats Arabes Unis

L’infrastructure à clés publiques (PKI) intervient aussi dans la vérification et l’authentification de la validité des parties impliquées dans un échange électroniques. 

La ministre des communications a laissé entendre que la PKI contribuera à promouvoir le commerce électronique dans le pays. Selon elle, ce projet sera bénéfique pour plusieurs organisations publiques axées dans les services électroniques.

Il est à rappeler que l’infrastructure à clés publiques est construite dans le cadre du projet  Transform de la banque mondiale et est logée à l’agence nationale des technologies de l’information.

Ghana : Kantanka Automobile fait son entrée aux  Émirats Arabes Unis

Au Ghana, l’immense majorité des voitures sont étrangères, comme ailleurs en Afrique : européennes, américaines ou japonaises. 

Aujourd’hui, le Ghana   a son  propre entreprise ghanéenne de construction automobile, Kantanka Automobile, qui fait également de son mieux pour ouvrir de nouveaux horizons.

Lire aussi : Pelebox, un casier intelligent facilitant la distribution de médicaments

Dans ses ateliers à une soixantaine de kilomètres de la capitale Accra, elle a pour mission de produire  des véhicules « made in Ghana ».

Kantanka Automobile opère évidemment au Ghana et a récemment ouvert des filiales au Libéria, dans les pays d’Afrique de l’Ouest,  en Norvège et aux  pays européen.

Lire aussi : Sénégal : Pose de première pierre d’un grand centre pour l’entrepreneuriat

Cependant, dans l’optique d’étendre ses activités, Kwadwo Safo Jnr, le PDG de la société automobile ghanéenne a révélé que les plans de la société sont bien avancés dans son objectif de percer le marché des Emirats Arabes Unis. 

« L’entreprise concentrera ses efforts sur la commercialisation du style de carrosserie des modèles Kantanka lorsqu’elle s’installera enfin à Dubaï. Cela signifie que le Kantanka Mensah et le Kantanka Amoanimaah deviendront les véhicules d’affichage qui seront mis en évidence dans les efforts de marketing à Dubaï », a déclaré Kwadwo Safo

Pour superviser l’expansion de l’entreprise au Moyen-Orient,  le dirigeant de Kantanka Automobile a tenu plusieurs réunions avec des hommes d’affaires clés à Dubaï afin de démarrer ses activités.

Orange Fab Côte d’Ivoire : Trois startups sélectionnées pour la saison 5


Les startups lauréates de la saison 5 d’Orange Fab Côte d’Ivoire sont désormais connues. A la suite du lancement de la campagne de la saison 5, 237 candidatures ont été recueillies sur le site www.orangefab.ci.

Après une analyse et une sélection rigoureuse, trois projets ont été retenus pour continuer l’aventure de la saison 5 d’Orange Fab Côte d’Ivoire. Ce sont : Afrik’apps, Innoving et Novate Média.

Lire aussi : Huawei ambitionne de lancer la 5G au Maroc

Les lauréats bénéficieront pendant 12 semaines d’un cadre de travail équipé avec un accès gratuit au téléphone et à l’Internet, d’un coaching et d’un mentoring avec des personnes de renom. Ils profiteront de l’expertise d’Orange et de son réseau de 16 Orange Fabs, de la participation à de nombreux événements tels que VIVATECH Paris et d’un accompagnement financier.

Lire aussi : Qui est Mandla Maseko, le premier africain devant se rendre dans l’espace?

MyInnovingApp  de la startup Innoving a connu une avancée décisive cette année où elle a été dénichée comme lauréate du prix de l’innovation de la saison 5 d’Orange Fab Côte d’Ivoire. 

Fort de cette distinction, Alex Degny, le promoteur de la startup Innoving, a été invité en mai 2019 à Vivatech, salon parisien de l’innovation, devenu en l’espace de quelques années le passage obligé des startups qui deviendront des champions mondiaux dans les dix prochaines années.

« MyInnovingApp permet de mieux se structurer, de gagner du temps, de maximiser le potentiel de son business et d’avoir un outil d’aide à la décision. La majorité de nos clients ont vu leur chiffre d’affaires s’accroître au bout de 2 mois d’utilisation », a laissé entendre Alex Degny lors de son passage au  salon parisien de l’innovation.

Pelebox, un casier intelligent facilitant la distribution de médicaments

Pelebox est une plateforme numérique qui gère divers casiers intelligents activés grâce à Internet. Elle  permet aux patients de récupérer leurs médicaments en moins de 2 minutes. Ils sont épargnés des heures d’attente dans des cliniques publiques.

C’est une innovation sociale qui exploite le pouvoir de la technologie pour améliorer la prestation de services. Les casiers intelligents Pelebox peuvent être placés à différents endroits, tels que les centres commerciaux.

Lire aussi : Qui est Mandla Maseko, le premier africain devant se rendre dans l’espace?

Les patients s’enregistrent au programme de collecte de la clinique locale. Le médicament préemballé est chargé dans le casier intelligent Pelebox. En effet, son système permet aux malades de recevoir sur leur téléphone une alerte et un code pin. Ils saisissent le code puis un coffre s’ouvre avec le médicament correspondant.

Derrière cette innovation se trouve un jeune sud-africain, Neo Hutiri. « Un casier intelligent qui apporte un grand changement dans la manière dont les médicaments sont distribués dans les établissements de santé ». C’est en quelque sorte la traduction conforme de la toute nouvelle innovation.technologique du sud-africain Neo Hutiri réalisée grâce à l’obtention du Prix Afrique de la Royal Academy of Engineering.

Ils représentent des moyens alternatifs d’atteindre les patients, garantissant ainsi que les ressources de base des cliniques peuvent désormais se concentrer sur l’interface patient plutôt que de perdre du temps à dispenser des médicaments. Pelebox apporte un plus au domaine de la santé en Afrique du sud.

Huawei ambitionne de lancer la 5G au Maroc

En marge du 9e sommet annuel des fournisseurs, le directeur Marketing et stratégie de Huawei, Chakib Achour a évoqué le lancement de la 5G.  

Dans son intervention, Chakib Achour a laissé entendre que le géant Huawei envisage être le premier à lancer la 5G en Afrique. Ils n’attendent que l’accord du gouvernement.

Lire aussi : Rwanda : XPhone, le premier smartphone alimenté par la blockchain

Il poursuit en soulignant qu’au Maroc, l’entreprise a une bonne croissance à deux chiffres par an.

Elle  provient des cas d’usage avec les clients au Maroc et en Afrique. «  La réussite de Huawei tient d’ailleurs de la proximité des clients avec lesquels nous communiquons même sur les réseaux sociaux », précise M. Achour.

Lire aussi : Qui est Mandla Maseko, le premier africain devant se rendre dans l’espace?  

Pour ce faire, l’entreprise s’est dotée d’une base de données axée sur l’intelligence artificielle. Outre l’ambition de développer des partenariats et l’emploi, il est à noter que le géant chinois travaille aussi sur la technologie et la 5G.

Vodafone Ghana et le GIFEC s’associent pour connecter les zones rurales

L’association mondiale des opérateurs de téléphonie (GSMA) a rendu public son alliance avec l’opérateur de téléphonie mobile Vodafone Ghana et le Fonds ghanéen d’investissement pour les communications électroniques (GIFEC), à Kigali au Rwanda.

Cette alliance est basée sur un objectif commun. Celui d’apport de la connectivité internet mobile dans les communautés rurales toujours non connectées.

Lire aussi : Kelou Digital Challenge : Tigo Tchad récompense les lauréates

Selon le président directeur général du GIFEC, Abraham Kofi Asante : « le défi d’atteindre des personnes non connectées dans notre partie du monde repose essentiellement sur l’accessibilité financière, l’alphabétisation, des services pertinents ainsi que sur une technologie appropriée ». 

Ainsi des solutions innovantes seront mises à la disposition de Vodafone Ghana pour un test et un déploiement sur ses réseaux.

Lire aussi : FaceApp, l’application russe de ‘vieillissement’ n’est pas sans danger

Dans le but de favoriser le réinvestissement de sociétés impliquées, le GIFEC accordera jusqu’à 30% d’exonération fiscale à matérielles télécoms importées.

Selon Abraham Kofi Asante, la connectivité universelle nécessite des interventions publiques intelligentes car les forces du marché ne sont pas suffisantes. « Nous explorons ce partenariat pour fournir une connectivité aux communautés des régions du Nord et du Haut Ouest du Ghana, le dernier kilomètre permettant de connecter des non connectés sera atteint, afin de créer des pistes pour l’inclusion numérique », précise-t-il.

Il est à rappeler que ce projet s’étendra sur une durée de 18 mois à compter de juillet 2019.

Facebook : Les utilisateurs peuvent publier des liens dans les stories

Les Pages Facebook peuvent enfin ajouter des liens à leurs Stories. Cela représente une superbe nouvelle pour les community managers et les administrateurs de pages Facebook.

Sur Instagram, il est nécessaire d’avoir au moins 10.000 abonnés pour ajouter un lien dans une Story, sur Facebook il n’y a aucune condition. Peu importe le nombre de fans sur la Page Facebook, il est possible de l’ajouter à la Story.

Lire aussi : Huawei ambitionne de lancer la 5G au Maroc

Facebook vient de déployer la possibilité de partager des liens dans les stories aux utilisateurs de Facebook (via un profil Facebook uniquement). Les marques peuvent donc espérer un accès imminent à cette possibilité.

Pour partager un lien dans une story Facebook (en tant que profil, donc), il suffit de cocher la case correspondante, puis suivre les fonctionnalités. Le principe est similaire sur mobile, il suffit de choisir sa story plutôt que le fil d’actualité. 

Lire aussi : Côte d‘Ivoire : Pour piloter un drone, il faut un agrément de 3 millions FCFA 

De plus Facebook propose aussi d’ajouter des boutons d’appel à l’action (CTA). Des boutons qui permettront de : Réserver, Acheter, En savoir plus, Appeler, Itinéraire, Voir l’événement, Voir l’offre d’emploi, etc.

Cette nouvelle fonctionnalité de Facebook va la rendre encore plus utile qu’elle ne l’est déjà. Comme indiqué, le partage de liens dans les stories Facebook est actuellement réservé aux profils. Espérons que les pages aient bien accès à cette fonctionnalité.

Kelou Digital Challenge : Tigo Tchad récompense les lauréates

L’opérateur Tigo Tchad a récompensé les lauréates de la troisième édition du Prix « Kelou Digital Challenge ». Cette initiative contribue à l’autonomisation des femmes.  Elle les pousse à s’auto-suffire en mettant sur pied des projets intégrant les technologies numériques. 

Lire aussi : Camair-co lance le paiement des billets d’avion par Mobile Money

Les cinq meilleures initiatives sélectionnées ont reçu une subvention allant de 1 000 000 F CFA à 3 500 000 F CFA. Un accompagnement techniquey est associé pour pouvoir développer des entreprises viables.  

Lire aussi : Nigeria : 100 millions $ pour connecter les zones rurales

Cette compétition annuelle est destinée aux femmes âgées de 18 à 55 ans, résidant au Tchad. Seuls les projets innovants à forte valeur ajoutée, pour les communautés tchadiennes sont retenus pour évaluation.

Le Prix « Kelou Digital Challenge » est instauré par Tigo Tchad en partenariat avec le Fonds des nations Unies pour la population.

Tigo Tchad s’est engagée à investir dans la transformation numérique du pays à travers l’offre de produits et services innovants.

Nigeria : 100 millions $ pour connecter les zones rurales

Le Nigeria vient d’être soutenu par l’ EXIM Bank of India pour connecter les zones rurales. Un prêt de 100 millions de dollars US lui est accordé.

Il rentre dans le cadre du programme d’amélioration de la connectivité nationale.

Ce projet vise à installer 1000 sites télécoms dans les zones rurales . Ces sites seront alimentés à l’énergie solaire. Le ministre de la communication Adebayo Shittu explique qu’il est préférable d’utiliser l’énergie solaire.

Lire aussi : Kenya : Le NupEA identifie le site de la première centrale nucléaire

« Il est très coûteux d’entretenir les mâts actuels  qui nécessitent une alimentation électrique régulière, ce que nous n’avons pas au Nigeria », a-t-il reconnu.

Le ministre est rassuré de l’atteinte de l’objectif du gouvernement, celui de réaliser un taux de pénétration du haut débit de 70% dans le pays d’ici 2021. 

Lire aussi : Ghana : AirtelTigo encadre des aspirants entrepreneurs

Il est à rappeler que ce financement reçu est une partie du prêt de 10 milliards de dollars US, qu’a accepté l’Inde d’accorder aux États africains. Ce fonds concerne la mise en œuvre des projets prioritaires nationaux.

Lire aussi : La Chine s’engage à offrir deux satellites au Nigeria

Les zones rurales en Afrique restent souvent en marge de l’évolution technologique.

Alexine Afaya

Camair-co lance le paiement des billets d’avion par Mobile Money

Au Cameroun, les clients pourront désormais acquérir des tickets de voyage à partir de leurs téléphones portables. Cameroon Airlines Corporation (CAMAIR-CO) se met à l’ère du paiement électronique.

Il est désormais possible pour les passagers de la compagnie aérienne publique camerounaise, Camair-co, d’acheter leurs titres de transport via les services Mobile Money. Les opérations sont possibles avec les opérateurs de mobile Orange et MTN Cameroun.

Lire aussi : Kenya : Le NupEA identifie le site de la première centrale nucléaire

Cette offre permet ainsi de pouvoir acquérir son billet d’avion tous les jours, y compris les week-ends et les jours fériés, à partir de son téléphone portable.

Camair-co rejoint ainsi dans la galaxie du Mobile Money certaines entreprises de transport par bus VIP qui expérimente ce moyen de paiement des services depuis plusieurs années.

Lire aussi : FaceApp, l’application russe de ‘vieillissement’ n’est pas sans danger

Sur ce registre, les groupes de téléphonie mobile Orange et MTN viennent de mettre sur pied la plateforme Mowali. Elle va gérer la capacité  des transactions entre ces deux grands acteurs du Mobile Money en Afrique.

Par ailleurs, Orange Cameroun et MTN Cameroun revendiquent près de 10 millions d’utilisateurs du Mobile Money. Le volume des échanges via ledit service est sans cesse croissant depuis son lancement en 2006.

Selon une récente étude de l’Institut National de la Statistique (INS), ce service représente 40,7% du chiffre d’affaires de MTN et 40,3% de celui d’Orange.