Donald Trump veut s’en prendre à Alibaba

Le président américain Donald Trump s’est attaqué à Alibaba. Il laisse entendre qu’il est possible que ce géant soit aussi interdit sur le sol américain. Nul doute q’il le dit avec conviction. Ce qui relance la guerre commerciale avec la Chine. Puisque ces dernières semaines, il n’a fait que rendre la vie dure à Tiktok, l’application chinoise. Le président américain y voit un instrument permettant d’obtenir des informations sur les Américains. Autrement dit, Tiktok est accusée d’espionnage au profit du gouvernement chinois.

C’est après TikTok et WeChat que le président des États-Unis s’est attaqué samedi au géant chinois du commerce en ligne Alibaba. Au cours d’une conférence de presse , Donald Trump a laissé entendre qu’Alibaba pourrait également être interdit d’exercer aux États-Unis. Il lui a été demandé s’il voulait interdire d’autres entreprises chinoises et notamment Alibaba. «Oui, nous regardons d’autres choses», a confirmé Donald Trump, rapporte Reuters.

La menace survient après que le président a signé, vendredi dernier, le décret obligeant ByteDance, la maison mère chinoise du réseau social TikTok à céder sa célèbre appli aux Américains. L’entreprise doit vendre son application dans un délai de 90 jours.

Le secrétaire d’État Américain Mike Pompeo a lancé au début du mois d’août une vaste offensive contre les géants technologiques chinois, baptisée «Clean Network», littéralement «nettoyer les réseaux». Washington a dans son collimateur le moteur de recherche Baidu, China Mobile et China Telecom ou encore Tencent, une holding qui excelle dans les services internet et mobiles ainsi que dans la publicité en ligne.

Lire aussi : Nigéria : De l’électricité à partir du manioc

Le Kenya veut une loi sur l’usage des drones

Il sera interdit aux opérateurs de drones d’utiliser des appareils d’imagerie pour effectuer une surveillance ou prendre une photo d’une personne sans consentement écrit.

La Kenya Civil Aviation Authority (KCAA) souhaite que le Parlement approuve des règles strictes sur l’utilisation des drones et autres systèmes d’aéronefs sans pilote (UAS) dans le pays.

Les propositions ont été déposées au Parlement.  L’exploitant ou le propriétaire d’un drone ne doit pas l’utiliser pour enregistrer une image d’un bien immobilier privé ou loué ou du propriétaire, du locataire, de l’occupant, de l’invité ou du titulaire d’une licence de ce bien dans l’intention de le surveiller.

Le nouveau règlement prévoit toutefois qu’un propriétaire de drones équipé d’un dispositif d’imagerie peut, avec l’approbation de la KCAA, être utilisé à des fins de cartographie et d’évaluation de la surface de la Terre. L’autorisation prend en compte le terrain et les plans d’eau de surface et d’autres caractéristiques et pour l’étude des forêts et la gestion des forêts.

Les drones peuvent également être utilisé dans les opérations de recherche et de sauvetage et dans les enquêtes sur la végétation et la faune. Les règles obligent le propriétaire ou l’exploitant d’un dispositif d’imagerie à se conformer à toute autre loi relative à la protection de la vie privée ou des données.

« Un opérateur ou un propriétaire de drones ne doit pas les exploiter d’une manière qui constitue une nuisance pour le public, une personne ou la propriété d’autrui », énonce les règles actuellement examinées par le Comité sur la législation déléguée.

Cliquez pour télécharger gratuitement Tech Mag Afrique numéro 3

La nouvelle loi pourrait interdire à une personne d’exploiter un drone à plus de 122 mètres au-dessus du sol et à moins de 50 mètres de toute personne, navire, véhicule ou structure qui n’est pas sous le contrôle du responsable, sauf avec l’autorisation de la KCAA.

Lire aussi : Le réseau social Dikalo sera présenté à la startup Istanbul 2020

Orange Burkina Faso veut augmenter ses tarifs, le gouvernement dit non

Orange Burkina Faso veut augmenter les tarifs de connexion internet et des services voix. Elle l’a fait savoir à travers à travers un communiqué publié quelques jours plus tôt.

Orange Burkina Faso annonce un réajustement de ses tarifs à la hausse à partir du 17 février 2020. Elle l’explique par la pression fiscale exercée par l’État du Burkina Faso.

« Ce réajustement tarifaire fait suite à l’entrée en vigueur de la loi des finances pour l’exécution du budget de l’Etat exercice 2020, qui augmente le taux de la taxe spécifique sur les entreprises de télécommunication à 7% du chiffre d’affaires réalisé par chaque entreprise » explique la société.

Dans un tweet diffusé , le Premier ministre du Faso s’est montré ferme. Il dit ne pas comprendre une telle augmentation de tarifs, balayant du revers des mains cette décision d’augmentation, obligeant l’opérateur Orange Burkina Faso a la mettre dans ses tiroirs.

L’adoption de la loi de finance ne saurait être selon lui, un argument suffisant pour décider d’une augmentation des tarifs de façon unilatérale.

« Le communiqué de Orange relatif à l’augmentation des tarifs est inacceptable. Les débats opérateurs de téléphonie/ARCEP sur la question sont antérieurs à la loi de finances 2020 et font l’objet d’une étude.

Le gouvernement n’acceptera aucune augmentation avant les conclusions », a écrit le premier ministre sur son compte Twitter.

Lire aussi: Burkina Faso : Orange veut augmenter les tarifs des services Internet et voix

Burkina Faso : Orange veut augmenter les tarifs des services Internet et voix

Orange Burkina fait une annonce qui risque de faire grincer les dents des clients de la société Orange qui se plaignent déjà de la qualité des services notamment de la 4G. Dans une correspondance, en date du 30 janvier 2020, adressée à ses clients, Orange Burkina annonce un réajustement général de ses tarifs de communication et de service internet, à compter du 17 février 2020.

« Ce réajustement tarifaire fait suite à l’entrée en vigueur de la loi des Finances pour l’exécution du budget de l’Etat exercice 2020 qui augmente le taux de la taxe spécifique sur les entreprises de télécommunication à 7% du chiffre d’affaires réalisé par chaque entreprise.
Il consistera en une augmentation tarifaire de l’ordre de 2.04% sur l’ensemble des offres et services que nous vous proposons. » déclare le  directeur général de Orange Burkina Faso, Cheikh Haidara.

Ce réajustement sera peut-être une aubaine pour la société d’offrir de meilleurs services à la hauteur des gains que cela lui rapportera.

« Tout en vous réaffirmant son engagement à toujours offrir les meilleurs services qualités prix, Orange rassure son aimable clientèle que ce réajustement tarifaire demeure un impératif dans la recherche d’un équilibre viable entre les besoins de ses consommateurs et la pérennité de ses actions. » Lit-on dans le message adressé. La société de télécommunications Orange, notamment Orange Burkina adresse un message à sa clientèle.

Lire aussi : L’incubateur Sokodé Tech Entrepreneur a ouvert ses portes