Le Togolais Achille Tchabou primé aux AdicomAwards 2020

Les lauréats de l’édition 2020 des AdicomAwards sont connus. Lors des cérémonies de l’édition des AdicomAwards qui a été 100% virtuel, le jeune togolais Méhiugnim Achille Tchabou de la startup « Les Zopitaux et Moi » faisait partie des heureux gagnants.

Ce prix récompense le travail acharné qu’a accompli Achille Tchabou avec les Zopitaux et Moi. La startup les Zopitaux et Moi a été primée dans la catégorie ‘’ coup de cœur de TV5 Monde Afrique ‘’ lors de cette édition des AdicomAwards. Les Zopitaux et Moi est la première plateforme de communication digitale dans le secteur de la santé au Togo. Le but de cette startup de rendre accessible l’information médicale à toute personne en utilisant le numérique.

Lire aussi: Nigeria : Chidi Nwaogu remporte le premier prix au Africa 35.35 Awards

Les Zopitaux et Moi est une plateforme digitale créée par une jeune équipe de jeune étudiants togolais en médecine. Les Zopitaux et Moi est aussi une association . Elle a été créée pour compenser le manque d’informations en santé dans le pays. Informative et innovante, la plateforme parle de tout sans tabous. Ces jeunes togolais font le bonheur de la population.

L’évènement a été initié par TOTEM Expérience et a pour objectif de récompenser les talents en influence marketing et en créativité digitale en Afrique. L’édition de cette année a été placée sous le thème « Inspirer les créateurs de contenus ».

Togo: Un numéro d’identification à tous les togolais ainsi qu’aux expatriés

Au Togo, le Conseil des Ministres a adopté un projet de loi relatif à l’identification biométrique des personnes physiques.

L’identification biométrique consiste à attribuer à toute personne physique de nationalité togolaise ou résidant au Togo, un numéro d’identification unique (NIU) sur la base de ses données démographiques et biométriques.

« Ces données ainsi que les NIU permettront de générer une base de données centrale, sécurisée qui servira de référence pour la vérification de l’identité des bénéficiaires des services publics, privés ou sociaux », précise le communiqué du Conseil des ministres, rapporté par Togo First.

A long terme, indique le Conseil des Ministres, l’opération « permettra entre autres, d’assurer le suivi administratif du citoyen, de simplifier la mise à jour du fichier électoral, de réduire les fraudes dans le secteur financier et de faciliter l’accès aux services de santé ainsi que le ciblage des bénéficiaires des aides dans le secteur social ».

Lancé en 2018, le processus d’identification biométrique devrait prendre un coup d’accélérateur, avec l’adoption attendue de la loi y relative.

En rappel, quelques jours plus tôt, le Chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé annonçait des réformes, notamment dans l’Etat civil: « Désormais, les actes de naissance seront établis gratuitement ». Mais pour résoudre le problème d’identité, « dès cette année, nous allons démarrer un programme pour qu’à chaque Togolais, soit attribué un numéro d’identification qui jouera le même rôle que les cartes d’identité », a affirmé le N°1 togolais.

Titre modifié

Source: Ecofin

Le Togolais Edem Koffi Agbeko fabrique une Multiprise portable sans fil

Le Togolais Edem Koffi Agbeko est résolu à innover dans le domaine de l’énergie en s’appuyant naturellement sur la technologie. Après le sac solaire et le générateur, il vient de mettre sur pied un nouveau dispositif.

Multipo c’est une multiprise sans fil portable d’une puissance de 50watt hybride qui a la capacité d’utiliser du courant domestique pour son fonctionnement et les ondes comme la seconde source d’énergie pour donner du courant continue 220V.

Un prototype existe pour le moment. Le jeune togolais espère mettre très bientôt ses multiprises sur le marché à un prix abordable. Selon les informations confiées à Tech en Afrique, tous les projets sont faits sur fonds propres. Edem A. ouvre ses portes aux personnes intéressées par ses innovations.

Edem et son prototype

Le jeune homme ayant fait à la base des études en graphisme et réalisation audiovisuelle ne baisse pas les bras. Il avoue avoir encore d’autres projets plus intéressants dans sa sacoche.

Contacts : +228 99138412/93459655

agbeko.koffiedem@gmail.com

Le Togolais Edem Koffi Agbeko fabrique un générateur électrique (vidéo)

Edem Koffi Agbeko, un jeune togolais âgé 27 ans a inventé un générateur de courant particulier, dénommé « CM classique ». Ce dernier est particulier dans le sens où, il peut fonctionner sans carburant.

Graphiste de profession, cette invention de ce jeune passionné par les nouvelles technologies a pour objectif de remédier au problème d’électricité fréquent dans les villages du Togo. Le CM classique est donc une solution pratique pour faire sortir ces villages de l’obscurité. C’est une innovation que  Edem Koffi Agbeko ambitionne de l’internationaliser.

Lire aussi : Nigéria : A 6 ans, il construit un générateur à base de déchets plastiques

Le générateur fournit du courant d’une capacité de 220 volts et d’une puissance de 80 watt. D’après les explications du jeune inventeur, le générateur puise sa source d’énergie dans des mini plaques de 12 volts placés à l’intérieur.

Edem Koffi Agbéko n’est pas à sa première invention. En Août dernier, il a été lauréat d’un prix au Salon digital et d’innovation de Logex tenu à Lomé, pour une invention baptisée, le « Sac scolaire lampe ». Il a également déjà décroché le prix d’incubation au Cabinet Synergie.

Ainsi, ces trouvailles lui ont permis d’être le promoteur du sac solaire made in Togo. Agbéko bénéficie du soutien du fonds d’appui aux initiatives économiques des jeunes (FAIEJ).

Raheem Geraldo

Sam Kodo :  « Sans aucune action votre projet n’est qu’un rêve, une illusion »

Sam Kodo est un geek, un féru des nouvelles technologies en général et de la robotique en particulier. C’est à l’âge de 8 ans qu’il a commencé à bricoler ses premières machines. Du robot enseignant virtuel à l’ordinateur et tablette solaire, il a à son actif un certain nombre d’innovations qui lui ont valu des prix dans plusieurs pays.

Quelques semaines après avoir entamé son projet de drone agricole, la Rédaction de Tech en Afrique a voulu savoir plus sur les moyens d’actions de ce jeune. Il dévoile dans un entretien, ses difficultés, comment il les surmonte, sa vision et éventuellement comment il compte contribuer à un continent bouillonnant en matière de robotique. Interview.

 

Bonjour Sam, Parlez-nous brièvement de vous ?

 

Bonjour Tech en Afrique,

Je suis Sam Kodo, inventeur et entrepreneur togolais. J’ai crée en 2013 une entreprise spécialisée dans la conception des Tablettes et ordinateurs alimentés en énergie solaire pour améliorer l’éducation dans ma communauté. Cette innovation m’a permis  de remporter plusieurs prix nationaux et internationaux.

 

Depuis  quelques années, on vous a vu sur de différents projets. Pouvez-vous nous en parler ?

En Afrique il existe de nombreux défis et  challenges qui selon moi ne peuvent être relevés que par les innovations et la technologie. En tant qu’Africain, il est de mon devoir de les résoudre ou du moins inspirer d’autres innovateurs africains à les résoudre.

Tout a commencé à 8 ans par les robots que j’ai fabriqués avec les déchets électroniques et après ce fut le tour des ordinateurs alimentés en énergie solaire. Par après, ce fut des machines pour filtrer l’eau puis les robots éducatifs. Aujourd’hui ce sont les drones agricoles et je réserve encore pleins de nombreuses surprises.

Le but est de bâtir une sorte d’Empire de technologie en Afrique pour faire de l’Afrique le leader mondial dans ces domaines comme le Japon ou l’Amérique.

 

 Comment est-ce que vous vous organisez pour réaliser ces projets ?

Tout naît d’abord du constat d’un problème ou d’une situation, ensuite la créativité se met automatiquement en action. J’adore acquérir de nouvelles connaissances et faire des recherches sur internet. Je crois que ce sont ces valeurs qui me permettent d’arriver à avoir de nouvelles idées.

Sam Kodo au Maroc avec son robot VT-BOT
Sam Kodo au Maroc avec son robot VT-BOT

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez ?

La plus grande des difficultés que j’ai rencontrée en tant qu’innovateur est d’abord  d’ordre moral. Il arrive parfois de rencontrer certaines personnes qui ne partagent pas forcément votre vision et  qui peuvent vous démoraliser avec certains propos négatifs ou dévalorisants, ce qui pourrait avoir pour conséquence de vous dévier de vos rêves. En évoluant, j’ai appris à éviter au maximum cette catégorie de personnes.

Enfin, une autre  difficulté peut être d’ordre matériel ou financier. Je me rappelle comment à mes débuts,  je cotisais mon argent de petit déjeuner pour acheter les jouets lors des foires dans le seul but de récupérer les moteurs électriques et pour payer des composants électriques.  C’était tout ce qu’il me fallait pour fabriquer mes robots.

 

Pour financer les projets, le manque de moyens financiers est souvent relevé par les acteurs. Qu’en est-il à votre niveau?

Pour réaliser un projet, il faut tout d’abord  croire en son projet et être flexible aux suggestions et inflexible aux critiques ‘négatives’. Ensuite, il faut prendre le temps de bien étudier son marché avant de passer à l’action. Sans aucune action votre projet n’est qu’un rêve, une illusion. Seule l’action permettra à votre projet de voir le jour. Aujourd’hui grâce aux nombreux prix et compétitions remportés dans divers pays, j’arrive à financer mes propres projets.

 

Un commentaire sur l’écosystème tech du Togo/ de l’Afrique ?

Aujourd’hui nous sommes en train de connaître ce que j’appellerai « le siècle des lumières en Afrique » ou de grandes idées et innovations naissent et transforment le continent.

Il faut aussi savoir que chaque ère a une période limitée dans le temps. Si nos gouvernements ne profitent pas de cet instant pour soutenir les porteurs de projets africains, dans le futur ce sera trop tard pour notre génération et un jour on se reprochera cette grande erreur et comme conséquence on continuera par dépendre des aides extérieures.

 

Mots de fin ?

Cela fait déjà plusieurs mois que je vis aux Etats-Unis afin de m’inspirer de leurs technologies et leurs savoirs pour à mon tour, apporter ma contribution au développement du Togo.

Je partage avec vous cette citation de Nelson Mandela (Paix à son âme) qui disait : « Cela parait toujours impossible, jusqu’à ce que ce soit fait. ». En tant que jeunes africains, nous avons pour obligation de développer notre continent. A vrai dire, les choses semblent impossibles à réaliser parce que c’est ce que nous croyons, or la vérité est que tout est possible. Si les autres ont réussi à développer leurs nations pourquoi pas nous ?

 

 

 

Arménie : Le Togolais Koku Klutse décroche le Prix Jeune entrepreneur(e) francophone

En Arménie, les Togolais font encore parler d’eux en bien. Tout comme en 2017, le Prix jeune entrepreneur (e) francophone revient au Togo. Après Lucia Allah-Assogba (lauréate de la première édition) c’est  au tour du jeune entrepreneur Koku Klutse de décrocher ce même prix au cours de cette deuxième édition. Il a reçu sa récompense dans l’après-midi de ce mercredi 10 octobre 2018.

Et de 2 pour la Francophonie. Et de 2 pour le Togo. Le Prix jeune entrepreneur(e) francophone rentre pour la deuxième consécutive en terre togolaise. Et cet honneur revient par à l’entrepreneur K. Koku qui dirige Jony Group. Depuis l’Arménie où il assiste au sommet de la Francophonie, il n’a pas manqué de livrer à notre Rédaction ses premières impressions.

« Je suis très content de ce prix, d’abord pour moi, puis pour mon pays le Togo. Le prix est à sa deuxième édition, et pour chacune des deux, le Togo s’est imposé lauréat. C’est une très grande joie qui m’anime », s’est réjoui le lauréat.

« Je dirai à la jeunesse togolaise de croire en elle. De travailler dur et de la rassurer qu’une troisième édition, puis une quatrième, peuvent toujours avoir comme lauréats, des Togolais. Car nous regorgeons de talents énormes, très primés de par le monde entier », nous confie le patron de Jony Group.

Au Togo, son entreprise qui existe depuis 2016 s’évertue à livrer du gaz butane. Elle s’est spécialisée dans la promotion du gaz butane à travers un service de  livraison expresse de gaz à domicile partout à Lomé et ses environs, en temps plein, avec possibilité de paiement du coût par tranches hebdomadaires.

Jony Group fournit par ailleurs des services de recyclages de fausses bouteilles de gaz, l’installation, la maintenance et la réparation des équipements à gaz. A ces services s’ajoutent des actions de sensibilisation et d’information sur les énergies renouvelables.

 

Toute la Rédaction de Tech en Afrique félicite le lauréat et lui souhaite bon vent !
Le Togolais Dona Etchri retenu pour RFI Apps Challenge Afrique

Le Togolais Dona Etchri n’a pas fini de porter haut les couleurs de son pays.  En début du mois de septembre, il faisait parti des lauréats de l’Agrihack Talent au Rwanda. Cette fois, son application e-agribusiness est sélectionnée pour la phase finale de RFI Apps Challenge Afrique.

Il n’y  a pas 1 sans 2. Enfin, c’est un peu cela avec Dona Etchri dont les efforts pour l’émergence de l’agriculture africaine ne peuvent plus passer inaperçus. Le jeune depuis des années se bat pour cette cause avec l’appui de son équipe.

Pour cette nouvelle saison, le Togolais se retrouve avec la crème de ceux qui innovent dans le domaine agricole. Sa solution e-agribusiness met en relation  différents acteurs du secteur agricole à l’instar des paysans, acheteurs et l’État. Cette plateforme permet aux agriculteurs vulnérables ou non, disposant d’un smartphone ou pas de pouvoir écouler le plus rapidement possible leurs récoltes. Dans le même temps, les acheteurs savent par exemple à quel acteur ‘sérieux’ s’adresser pour rentrer en possession de tel ou tel produit agricole.

Notons qu’en 2016, e-agribusiness en ce temps dénommée « Togo Agro » a permis à son promoteur Edeh Dona Etchri de remporter le 1er prix  au concours Apps Togo. Par après, il  a été finaliste du Concours AGORIZE Challenge 2016 puis demi-finaliste Agrihack Talent au cours de la même année au Kenya. En mars 2017, l’exploit a été réédité au hackaton Agri PME où E-agribusiness a pris la première place.

Quant au RFI Challenge App Afrique, ce concours est à sa troisième édition. Les deux premières ont été respectivement dédiées à la santé et l’éducation. Elles sont une initiative de France Médias Monde pour dit-on développer des solutions mobiles ou web innovantes dans le domaine du développement durable. Les finalistes sont attendus à Cotonou. Le 1er repartira avec une enveloppe de 15 000 €.

 

 Les 10 projets retenus :

Agropad Solaire – Dzembouong Tiam Erik Gyslain
Ayanna Tech – Ndiaye Guedal
Crops Info – Mouity Cakpo Austen Junior
Eagribusiness – Dona Etchri
Premium Hortus – Johannes Goudjanou
Mewankofarm – Laminsi Christelle
Mobile Agribiz – Narcisse Mbunzama
Saagga – Serge Auguste Zaongo
Tele Irrigation – Abdou Maman
We fly Agri – Steeve Camara