La CEDEAO recommande au Togo de ne plus couper internet

La Cour de justice de la CEDEAO s’insurge contre les coupures volontaires d’Internet. L’instance juridique de l’organisation estime qu’en faisant cela les autorités violent la liberté d’expression des citoyens. Cette pratique constitue également un frein au bon fonctionnement de la vie quotidienne et professionnelle des citoyens.

Le tribunal de la CEDEAO reconnaît que les autorités ont violé le droit à la liberté d’expression en coupant Internet lors des manifestations de l’opposition en 2017. La coupure volontaire d’internet voulait essentiellement « canaliser » les manifestations de masse organisées pour contester certaines décisions de l’État. En 2017, les manifestations concernaient les réformes constitutionnelles liées à la limitation du mandat présidentiel.

Sept Organisations non gouvernementales (ONG) basées au Togo et la journaliste blogueuse Houefa Akpedje Kouassi ont saisi la Cour de justice pour dénoncer la violation par les autorités de la liberté d’expression. Elles se sont engagées dans une lutte qui a finalement porté ses fruits. Cette interdiction de coupure d’internet ordonnée aux autorités togolaises est une victoire pour ceux de la classe politique mais aussi pour ceux qui vivent d’Internet , bref pour tous ceux qui vivent au Togo.

Lire aussi : Kenya : Telkom réduit les frais de connexion internet pour les étudiants

En effet, Internet représente une source de revenus pour une bonne partie de la population surtout la jeunesse. Lorsque cet important outil de travail est coupé, c’est la vie professionnelle et économique des populations qui en pâtit. Maintenant que la CEDEAO a interdit cette pratique, les Web entrepreneurs ne peuvent que lâcher un ouf de soulagement.

Notons que le jugement rendu par l’instance économique est un message adressé aux autres États de la région « qui ont recours à des coupures d’Internet lors des élections ou des manifestations pour museler les voix dissidentes ».

Togo/ OpenHack : Nunya Lab retient 3 projets sur 10

L’incubateur Nunya Lab basé à Lomé et ses partenaires ont organisé 3 jours de hackathon. Ils ont pu sélectionner ce vendredi 5 juin, 3 projets sur 10. La phase finale de cet Hackathon a permis de passer en revue les 10 projets classés dans trois catégories. Il s’agit de la santé, l’énergie et la Fintech.

Tous les projets ont été évalués sur des critères précis. Au cours du processus, les critères comme la valeur ajoutée du projet pour la population, son accessibilité et sa facilité d’utilisation et son adéquation vis-à-vis de ses initiateurs ont été pris en compte.

La phase finale a été marquée par la pitch de chaque projet. Le premier prix d’une valeur de 1 million de FCFA est revenu à Ego Transfert, une solution web et mobile qui facilite l’interopérabilité des moyens de paiements. Autrement, il permet d’envoyer de l’argent de Tmoney vers Floz et vice versa. Il intègre les transactions du mobile money vers les banques ou Western Union, Ria, entre autres.

La deuxième place est revenue à Ekom, une application mobile de banking destinée aux étudiants pour leur permettre de faire leurs transaction en ligne. Avec Ekom, ils auront la possibilité de payer des factures, du crédit de communication, recevoir des tranches, payer du wifi, des tickets de bus, d’inscription universitaire, d’épargne , entre autres.

Le lauréat 3 est l’équipe de Nye Control ayant développé une application web et mobile de contrôle médical, par sms, chat, voix, vidéo orientée plus vers les personnes vulnérables (personnes en situation de handicap, personnes âgées, entre autres). Un montant de 300 000 F a été mis à la disposition de l’équipe.

Les 7 autres finalistes bénécifient tous d’une subvention de 100 000 F chacun. Pour information, ce Hackathon organisé par Nunya Lab est soutenu par le PNUD et le CIC notamment.

Lire aussi : Togo : Un jeune de 19 ans crée un lavabo intelligent

Togo : Adoption d’une loi sur l’utilisation du nucléaire

Le 4 juin dernier, l’Assemblée nationale a tenu la première session ordinaire de l’année 2020. Durant la séance plénière les élus du peuple ont adopté à l’unanimité le projet de loi sur l’utilisation sûre, sécurisée et Pacifique du nucléaire.

Selon la Représentation nationale, les technologies nucléaires ont un plus à apporter dans la réalisation de certains besoins essentiels du pays. Il s’agit du secteur de le développement durable, de la nutrition, l’agriculture ou le traitement de maladies nécessitant l’usage du nucléaire. 

« Il est donc permis à ce stade, d’envisager dans un court ou moyen terme, la création d’unités médicales spécialisées et dotées de toutes les technologies appropriées pour venir en aide à nos concitoyens qui seront dans le besoin » a expliqué Yawa Tségan (photo) Présidente de l’Assemblée nationale.

La loi sur l’utilisation du nucléaire est bien structurée et réglementée selon la présidente de l’Assemblée nationale togolaise. En effet, l’utilisation du nucléaire en matière de législation est régie sur des règles dans un but pacifique offrant au Togo des intérêts multiples et diversifiés. 

L’utilisation du nucléaire devrait aider le gouvernement togolais dans la mise en place des soins de qualité, à travers la transformation du système de santé du pays. N’empêche qu’il revient de bien structuré son utilisation pour éviter des revirements de situation.

Avec linterview

Togo : Les défenseurs des droits humains, plus proches de vous grâce à l’application Xonam

Les organisations de défense des droits de l’Homme innovent pour être plus proches de la population. Elles viennent de mettre au point une application baptisée  Xonam. Cette dernière facilite et rend spontanée la communication entre les populations et les défenseurs des droits humains.

Xonam est une innovation, une nouvelle tournure de la lutte contre la violation des droits humains. Elle constitue un atout sur trois points essentiels dans cette lutte. Elle permet aux citoyens de signaler les violations des droits Humains, d’avoir rapidement accès à des professionnels et organisations des droits humains. En dernier ressort, les spécialistes accompagnent les personnes dans leurs démarches afin d’obtenir justice.

Xonam est donc une solution numérique dans cette période de lutte contre la Covid-19 où des cas de violations de droits humains sont récurrents au Togo. Les cas sont légions.

Plus besoin d’une longue procédure pour dénoncer la violation de ses droits, le numérique rend facile et rapide tout cela. Xonam est avec les populations à tout instant dans leur smartphone. Elle est d’ailleurs téléchargeable sur Playstore gratuitement. Une version web est aussi disponible via http://xonam.tg/ .

Cliquez ici pour télécharger

Togo : Selon l’ARCEP, le coronavirus n’est pas lié au déploiement de la 5G

Depuis le déclenchement de la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19 et le contexte anxiogène qui en est résulté, propice à la diffusion de fake news, infox et rumeurs, une vidéo diffusée sur YouTube est devenue virale et relayée sur les autres réseaux sociaux, notamment Facebook, Instagram & WhatsApp. Elle affirme que le coronavirus est relié directement à l’implantation de la 5G. A la suite de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) tient à apporter un démenti formel à cette fausse nouvelle : les réseaux de téléphonie mobile 5G ne propagent pas le Covid-19 et le virus ne circule ni sur les ondes radio ni par les réseaux mobiles que ce soit 2G, 3G ou 4G.

Cette théorie du complot est infondée et complètement fausse comme l’a relevé OMS car elle n’a aucun fondement scientifique et est biologiquement impossible. Le fait que la pandémie se propage dans de nombreux pays qui n’ont pas de réseau mobile 5G, en constitue une preuve irréfutable. Des experts de renom dans le domaine de la santé, ont déclaré qu’il n’y avait aucune crédibilité scientifique en ce qui concerne le lien entre la 5G et le Covid-19.

Au Togo, à la suite de la diffusion de ces vidéos, certains individus ont voulu s’attaquer à des installations réalisées par les opérateurs de téléphonie mobile. A cet égard, il convient de rappeler que les infrastructures de télécommunications installées au Togo permettent aux opérateurs d’assurer aux populations des services de télécommunications diversifiés et de bonne qualité  à des tarifs de plus en plus bas. La raison d’être de ces dispositifs est de permettre à tous les citoyens, où qu’ils se trouvent sur le territoire national de pouvoir accéder et de bénéficier de services de téléphonie mobile de qualité.

Les réseaux de télécommunications sont aujourd’hui un maillon essentiel de la chaine des dispositifs consacrés à la lutte contre la propagation du COVID 19 dans notre pays, notamment en permettant à tous les utilisateurs d’accéder à des informations précieuses sur la pandémie et aux acteurs en première ligne d’être informés en temps réel via Internet sur l’évolution de la pandémie afin de pouvoir apporter une riposte appropriée.

C’est le lieu de rappeler que tout acte de détérioration ou de destruction de ces équipements, constitue un délit pénal et expose les auteurs à une peine d’emprisonnement d’un (01) à cinq (05) an(s), ainsi qu’à une amende de cent mille (100.000) à cinq millions (5.000.000) de francs CFA aux termes de l’article 699 du Code pénal.

L’ARCEP en appelle au sens du civisme et à la responsabilité collective de tout un chacun afin de préserver les acquis technologiques de notre pays dans sa marche vers le progrès. Elle exhorte, par ailleurs, tout citoyen, témoin d’un acte de malveillance ou de vandalisme à le signaler aux forces de l’ordre ou au call center dédié en composant le 80008000 (numéro gratuit).

Source : Communiqué de l’ARCEP

Lire aussi : AIMES-AFRIQUE se lance dans la télémédecine avec « SOS Docteur »

Covid-19 / Togo : « Les espaces coworking et d’incubation risquent de disparaître », Dieudonné Tchably

La Covid-19 n’avantage guère les espaces de coworking et les start-up. La situation est devenue notamment compliquée pour Africa Coworkers, le premier espace de coworking du Togo. Face aux difficultés réelles des incubateurs en général, Dieudonné Tchably de Africa Coworkers n’a pas hésité à faire entendre son « cri d’alarme ».

En effet, la Covid-19 n’est pas le facteur immédiat qui a plongé Africa coworkers dans cette impasse . De la crise sociopolitique de 2017, au scrutin présidentiel du 22 février jusqu’à l’État d’urgence sanitaire décrété, les activités de cet espace coworking qui apporte une grande aide aux start-up, ont été grandement perturbées.

« Depuis plus de 10 ans nous nous employons à accompagner les jeunes porteurs de projet et créer le cadre qu’il faut pour faciliter leur déploiement malgré nos petits moyens », peut-on lire dans le post de Dieudonné Tchably sur son compte Facebook. A l’en croire, outre le soutien des start-up , cet espace approvisionnait également les habitants du quartier en eau.

« Mais Covid-19 vient tout arrêter », a évoqué le responsable de Africa coworkers. Trouver des solutions s’impose et Dieudonné se tourne vers l’Etat et espère qu’une main secourable viendra toucher les espaces coworking et d’incubation sans oublier les jeunes entreprises.

« Nous avons besoin de l’énergie, de la motivation, du soutien. Et l’État doit réagir, l’État doit faire quelque chose. Car les espaces coworking et d’incubation risque de disparaitre, les start-up, les PME et ce ne sera pas une bonne chose », explique M. Tchably.

La disparition des espaces coworking et des start up créera la fragilité du secteur entrepreneurial du pays. Qu’en sera-t-il du chômage ?

Togo  : Un jeune de 19 ans crée un lavabo intelligent

Pour lutter contre la maladie à coronavirus, il est conseillé à tous de respecter les mesures barrières et de régulièrement laver les mains.

Et, depuis l’arrivée de cette dangereuse maladie, nombreux sont ces jeunes qui ont essayé de mettre à profit leur compétence.

Au Togo, un jeune étudiant inscrit à l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs (ENSI) à l’université de Lomé, crée un lavabo intelligent dans le cadre de la lutte contre le nouveau Coronavirus.

Lire aussi : Sénégal : des étudiants créent un lavabo mobile

Ce jeune togolais du nom de Sekpona Kokou Sitsopé, 19 ans, étudiant en 2ème année à l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs à l’université de Lomé vient de créer un lavabo. L’initiative est déjà très saluée sur les réseaux sociaux.

Le Lavabo intelligent met l’innovation au service de l’hygiène pour réduire la propagation du virus à covid-19. Une telle innovation permet un lavage hygiénique des mains en évitant le contact avec le robinet du lavabo. Il réduit la consommation d’eau et peut se présenter sous forme d’un système autonome.

Selon nos informations, le jeune travaille également sur un autre projet de générateur à énergie libre. Il s’agit d’un appareil qui doit produire tout seul du courant alternatif, 220v sans aucune alimentation.

Lire aussi : Burkina Faso : un jeune fabrique un lave main automatique (vidéo)

QuizBoss, le nouveau jeu mobile de Coders for Togo

Coders For Togo, une startup spécialisée dans le développement d’applications mobiles développe un réseau social de quiz en ligne où les joueurs peuvent s’affronter en temps réel. Ce Quiz permet de faire des parties en mode « solo » ou en « duel ». Le jeu QuizBoss renferme plusieurs catégories de jeu dont la culture , la science, l’histoire, l’Afrique et d’autres.

Pour jouer en mode « solo », le joueur doit choisir la catégorie correspondant . En mode « duel », le joueur rencontre les autres adversaires en temps réel . Pour commencer, il doit choisir un adversaire en ligne et la catégorie du jeu. Dès lors, une notification est envoyée à l’adversaire.

Lire aussi : Coders For Togo lance deux applications pour faciliter les téléchargements sur les réseaux sociaux

Quant aux questions, elles sont envoyées aux deux adversaires en même temps. « Le groupe de développeurs se charge de faire des mises à jour chaque semaine pour les jeux ainsi que les questions » a laissé entendre Jean Claude Konou, informaticien et développeur de l’application. « A travers ce jeu, nous voulons créer une grande plateforme de culture générale, un jeu où vous pouvez vous amuser et apprendre en même temps  » a t-il ajouté.

Lire aussi : Poisson volant, le tout premier jeu de Coders for Togo

 Le Jeux QuizBoss est disponible sur play Store téléchargement gratuit via ce LIEN

Une Ecole Supérieure du Numérique – TEOLIS pour le Togo

Un partenariat vient d’être signé entre la GIZ et  la Fondation TEOLIS pour la création d’une école du numérique au Togo. Malgré que le monde vit toujours sous la menace du covid-19, cette nouvelle pourrait intéresser plus d’un.

La fondation TEOLIS et la GIZ souhaitent mettre en place cette école pour former beaucoup de personnes aux métiers du numérique. « L’accès au digital permet de « Voyager sans bouger », de suivre des formations diplômantes en restant chez soi, donc à coûts et efforts réduits. L’accès au digital permet également d’accéder à des emplois distants, et de vivre de manière plus que correcte, de services délivrés à distance, à des clients établis dans le monde entier », lit-on dans un communiqué conjoint .

Le web est devenu une plaque tournante de l’instantanéité informationnelle. Avec la naissance des nouveaux métiers du web, l’ouverture d’un centre de formation sur le numérique va apporter de nombreuses opportunités à la jeunesse.

La GIZ a plus de 50 ans d’expérience dans plusieurs domaines dont l’éducation et apporte une fois de plus sa pierre à la réalisation d’un projet de grande envergure pour promouvoir l’emploi dans le secteur du numérique au Togo.

L’éducation aux métiers du numérique constitue pour la fondation TEOLIS et pour la Coopération Allemande mise en œuvre par la GIZ, un préalable à toute ambition d’émergence des populations. Ce qui les amène à privilégier le projet de mise en place d’une Ecole Supérieure du Numérique – TEOLIS, un projet pilote, avec pour vision de le renforcer et répliquer au cours des prochaines années.

Togo : la Cantine du peuple veut se rapprocher du public grâce au numérique

La Cantine du Peuple veut mettre au point un site web pour servir plus rapidement sa clientèle. Cette initiative permettra aux internautes togolais vivant à Lomé, à Agoe et a Adidogomé d’acheter leurs tickets en ligne afin de bénéficier de repas de bonne qualité et à bon prix.

Le site web de la Cantine du Peuple sera suivi d’une application mobile . L’un ou l’autre aidera le client à acheter son ticket en cliquant sur le menu du jour . Le client peut donc payer sa commande par le mobile money , flooz ou Tmoney via le site. Gil-Boris Kalipé, fondateur de la Cantine du Peuple indique que ce site web aidera de nombreuses personnes à ne plus se déplacer pour chercher de quoi manger.

Outre les mets, les clients pourront également acheter des ingrédients bio et naturels pour leur propre cuisine sur le site. Ce dernier proposera également à ses clients des médicaments à base de plantes médicinales . Les clients recevront aussi des conseils nutritionnels à travers le site.

Cette réforme technologique de la Cantine du peuple est initiée afin d’être plus proche et à l’écoute de sa clientèle. Ceci contribuera à la bonne nutrition et la santé des clients.

Lire aussi : Inventeur du robot-enseignant, Sam Kodo lance un appel au gouvernement togolais