Togo: Ce qu’il faut savoir de la privatisation de T-money

Le service de transfert monétaire de Togocom , « T-money » sera bientôt privatisé. D’après les informations diffusées par la presse nationale, le service « Tmoney » sera retiré de la compagnie de Télécoms. Les nouveaux actionnaires de Togocom seraient entrain de conclure les dernières démarches pour confier le service de transfert monétaire à un étranger.

À l’occasion d’une émission qui s’est tenue ce mardi 19 janvier 2021 , le ministre des Droits de l’Homme, de la Formation à la citoyenneté, des Relations avec les Institutions de la République et porte-parole du gouvernement, Christian Trimua s’est prononcé sur le sujet. Dans ses dires, le ministre Christian Trimua n’a pas confirmé la privatisation de Tmoney, il n’a pas aussi dit que c’était une fausse information.

Il a déclaré :  » Il y a la ministre de l’Économie numérique, de la transformation digitale qui travaille aujourd’hui sur ces questions avec les groupes concernés et donc, qui a un regard sur le sujet. Je ne peux pas vous en dire plus puisque personnellement, je ne suis pas introduit dans les détails que vous évoquez sur la privatisation de T-money et autres. Mais à partir du moment où ma collègue travaille sur le sujet et que nous disons que c’est un pilier fondamental de l’action du gouvernement aujourd’hui, nous veillerons à ce que les intérêts des uns et des autres soient préservés et que l’action du gouvernement ne subisse aucune entrave ».

Lire aussi : Comment gagner de l’argent avec Snapchat?

Il est à rappeler que le gouvernement en place a mis au centre de ses projets la digitalisation des services publics et au cours de la réunion des conseils des ministres le 13 janvier 2021, le gouvernement avait annoncé la création d’une banque digitale dans les prochains mois. Il est évident que le service T-money qui au cours de ces 5 dernières années a cumulé plus de 500 milliards de FCFA a un rôle indispensable à jouer dans la création de cette banque digitale.

RFI : « Le Togo et l’Afrique du Sud sont les seuls à avoir la 5G en Afrique »

Selon RFI ( Radio France Internationale), la 5G ne couvrira pas toute l’Afrique d’ici 2021 comme l’ont annoncé les différents opérateurs téléphoniques siégeant en Afrique. L’arrivée de la 5G a fait rêver plus d’un. Dans cette optique, l’Afrique a décidé de s’offrir à son tour la technologie 5G.

En effet, le déploiement de la 5G nécessite de gros investissements. Même si des pays comme le Nigéria et le Sénégal ont commencé à s’équiper pour la 5G après avoir effectué des tests, pour le moment seuls le Togo et l’Afrique du Sud exploitent déjà les réseaux commerciaux. La question que se posent les opérateurs téléphoniques est la suivante : Est-ce que la 5G est-elle vraiment nécessaire dans l’immédiat ?

Lire aussi : WhatsApp : Comment choisir ceux qui peuvent voir vos statuts ?

Au Kenya, Safaricom a repoussé ses projets dans la 5G estimant plus judicieux de poursuivre l’exploitation de la 4G, dont il faut bien rentabiliser les installations. Il en est de même pour l’opérateur Orange qui n’est pas aussi pressé comme à son habitude car la technologie 5G coûte la peau des fesses et pourra faire fuir les clients.

D’après un rapport établi par l’équipementier suédois Eriksson, il estimait qu’il fallait encore 5 ans pour que 50 millions d’abonnés africains soient connectés à la 5G. La 5G sera plus utilisée par l’élite urbaine et les technophiles. D’ici là, la 3G sera encore utilisée pendant plusieurs années car même la 4G est à une étape embryonnaire.

Togo Top Impact 2020 : Des acteurs du numérique seront récompensés

Cette année, Togo Top Impact a opté pour quelques nouveautés. Lancé mercredi 2 décembre dernier à Lomé, l’acte 3 de la compétition honorera des acteurs de diverses catégories parmi lesquelles le digital a trouvé sa place. Cette année, TTI récompensera les acteurs du numérique.

Togo Top Impact est sous l’initiative de l’Organisation nationale pour l’excellence et le développement intégral du Togo (ONEDI-Togo). L’acte 3 de cette compétition est placé sous le haut parrainage de Reckya Madougou, conseillère spéciale du président togolais. Pour 2020, les organisateurs ont apporté quelques nouveautés afin de ne lancer aucun acteur de la société sur le banc de touche.

TTI 2020 distinguera les personnalités dans dix catégories notamment la personnalité de l’année, la femme manager de l’année, le meilleur jeune leader, le meilleur entrepreneur rural, la meilleure action humanitaire, le meilleur acteur sportif, meilleur homme de média, la meilleure femme de média et catégorie Denyigba. L’une des nouveautés de l’année, c’est la catégorie « meilleure innovation numérique ».

Lire aussi: Togo : un arnaqueur vole la population en usurpant le nom de l’entrepreneur Léo KANYI

Dans la liste de cette nouvelle catégorie, on retrouve des startups qui œuvrent d’arrache-pied pour répondre à un mal de la société. Telle est la motivation de sa mise en place. Les acteurs de cette catégorie sont : Dashmake, Dokita Eyes, E-agroalimentaire, Gozem, Kaba Delivery, Semoa, Sos Docteur Tv, Suisco, Togocheck, Zopitaux Et Moi. Le lauréat sera connu le 30 janvier 2021 lors de l’apothéose.

L’édition 2020 de TTI prévoit également des prix spéciaux notamment le prix d’excellence du jury, le prix d’honneur du comité d’organisation. Elle mettra d’ailleurs « un accent particulier sur le rôle des togolais qui s’impliquent dans la lutte contre la propagation du Covid-19 ». Elle est placée sous le thème « la Résilience face à la Covid-19 ».

« Les particularités de cette édition sont la mise en place d’un site officiel dédié à l’événement : www.togotopimpact.tg avec une nouvelle plateforme de vote professionnel, l’organisation des rencontres 100% digitales et la valorisation des nominations », explique le comité d’organisation. La première phase du vote aura lieu du 3 au 17 janvier 2021. Les nominés seront notés par un jury et la population à travers des votes en ligne ou par SMS.

Togo : 25 milliards de FCFA prévus pour développer le secteur numérique

Le secteur numérique au Togo fait de gros progrès. Par son essor, le secteur numérique vient en soutien à l’économie du pays. Il y a quelques temps, le gouvernement a opté pour la digitalisation de ses services administratifs pour se rapprocher lentement mais sûrement de l’émergence. Ainsi pour 2021, 25 milliards de francs CFA seront investis pour l’essor du secteur numérique.

Cette somme consistera à aider le Togo pour qu’il devienne une référence régionale. Par le biais des programmes et des projets, l’utilisation de ce fonds permettra au pays de réaliser son ambition qui est de se hisser sur le plan régional dans le domaine digital.

Lire aussi : 5 endroits où il ne faut jamais mettre son smartphone

Une attention particulière sera consacrée à la mise en œuvre du projet d’identification biométrique afin d’accélérer la formalisation des acteurs économiques togolais.

L’autre sujet qui sera pris en compte est l’extension de la couverture réseau internet fixe et mobile sur toute l’étendue du territoire.

Dans 5 ans, le Togo espère couvrir toutes ses villes avec la fibre optique. Cependant, dans cette même optique, il y a des projets qui existent déjà. Nous pouvons citer WiFi Campus, E-gouvernement, E-justice, E-village et autres qui facilitent le quotidien des togolais.

Togo/ Covid-19 : répartition des cas confirmés par région grâce à un graphique

Dès l’apparition des premiers cas de Covid-19 sur le sol togolais, le gouvernement a conçu un site afin de faire voir directement la situation sanitaire qui prévaut. Sur le site covid19.gouv.tg, tout Togolais ou non a la possibilité de suivre l’évolution graphique de la pandémie et de connaître explicitement les cas par région sanitaire.

Tous les moyens ont été mis en œuvre par le gouvernement togolais pour que les populations accèdent aux informations liées au Covid-19. Tous les détails sont sur le site dédié à la lutte contre cette pandémie. Il y a été inséré une option importante qui permet de suivre l’évolution des cas sur tout le territoire.

Lire aussi : Togo/ Covid-19 : le numéro 1014 toujours opérationnel

Avec cette carte graphique qui sort le nombre de cas par région sanitaire, il est facile de comprendre l’accent que met les autorités sur le principe de précaution. Faites un tour sur covid19.gouv.tg, l’évolution graphique de la pandémie en dit long sur la crainte d’une augmentation incontrôlée des cas. Les visiteurs peuvent constater que la situation sanitaire de la zone Lomé commune (1946) et Agoè-Nyivé (577 cas) est alarmante.

D’où, l’instauration de certaines mesures restrictives en cette période de fêtes de fin d’année. Le gouvernement continue ses efforts en prenant en charge à 100 pour cent les frais de traitement des personnes infectées. Quoi qu’il en soit, prévenir vaut mieux que guérir.

Togo : Des jeunes engagés pour la revalorisation des déchets électroniques

Les déchets électroniques sont au centre des préoccupations de certains jeunes de la capitale togolaise. Pour parler de la revalorisation de ces ordures qui abondent dans les rues de Lomé, la startup Good Energy a initié un « Forum des Jeunes Engagés pour la Revalorisation des Déchets Électroniques (FJERDE) ».

Le forum se déroulera au Togo, du 21 au 29 décembre 2020 en ligne. Un dernier événement dédié à l’un des compartiments de la technologie qui peine à être sous le feu des projecteurs quand on parle de ses enjeux. Cette rencontre rassemblera les acteurs qui pensent que les déchets électroniques peuvent toujours impacter en bien ou en mal le quotidien des populations togolaises. En effet, le FJERDE a pour thème : « Revalorisation des déchets Électroniques, Enjeux majeur ».

Le “Forum des Jeunes Engagés pour la Revalorisation des Déchets Électroniques” est à l’initiative d’un cabinet de conseil en efficacité énergétique et de gestion des déchets électroniques. Il s’agit de la startup Good Energy qui est constituée par de jeunes inventeurs togolais. Leur but en initiant ce forum, c’est de sensibiliser sur les l’impact des déchets électroniques, leurs conséquences environnementales et sanitaires.

Lire aussi : Togo: «Akofa», un chatbot pour dénoncer les violences basées sur le genre

En outre, les jeunes de l’équipe instigatrice comptent parvenir à une gestion durable et à une utilisation rationnelle des ressources naturelles. Il sera également question de contribuer à réduire la production de déchets. Pour faire cela, ils misent sur le recyclage et la réutilisation de ces déchets.

Meublée par deux panels, des jeux, expositions et échanges, cette initiative fera également la joie des personnes sans emplois. En effet, l’opportunité leur est donnée via le FJERDE de trouver un emploi lié à la gestion des Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques, au Togo.

Togo: «Akofa», un chatbot pour dénoncer les violences basées sur le genre

Le Groupe de réflexion et d’action Femme démocrate et développement (GF2D) a initié un chatbot capable d’assister  les violences basées sur le genre. Le chatbot « Akofa » assistera les violences basées sur le genre avant qu’elles soient exposées aux téléconseillers.

Le signalement de toutes violences basées sur le genre (VBG) doit être envoyé sur le numéro WhatsApp (00228 93 96 89 89). En se basant sur les propos tenus par  les responsables de la GF2D, le chatbot est opérationnel tous les jours de la semaine et à n’importe quelle heure. Le chatbot Akofa est une solution numérique pour les victimes des violences basées sur le genre. « Akofa » a été créé dans le but de faire passer l’information et  d’offrir un meilleur service aux victimes.

Lire aussi: Teams: Un simple message permettait de pirater n’importe quel utilisateur

La directrice du GF2D, Madame Noussoessi Michèle Aguey a mis les projecteurs sur une réalité majeure. Elle  a déclaré : « Nombreuses sont les personnes victimes de violence en ces périodes de crise sanitaire qui n’ont pas pu les dénoncer parce qu’elles ont eu peur du regard et jugement de la société à leur égard ou elles étaient animées par cette panique de sortir fréquenter les lieux publics et prendre le risque d’être contaminées par le virus ».

Le chatbot ne permet pas seulement de dénoncer mais de s’informer et ce dans plusieurs langues à  savoir, le Français, l’Ewé, le Kabyè et le Moba. Pour signaler un abus envoyez un « SOS », pour accéder aux informations envoyez « Info » et pour faire appel aux téléconseillers pour une assistance, envoyez « Allo ».

Le chatbot « Akofa » a été créé avec l’aide technique d’eCentre Convivial et l’appui financier  du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Togo : En 2021, vous pourrez demander un casier judiciaire en ligne

À partir d’Avril 2021, il sera désormais possible à tous les togolais de faire une demande de casier judiciaire en ligne. La demande et le retrait des casiers judiciaires font partie des décisions prises par le gouvernement lors de sa réunion hebdomadaire qui s’est tenue ce mercredi 09 Décembre 2020.

En effet, la demande et le retrait des casiers judiciaires pourraient se faire en ligne d’ici 2021. Le conseil des ministres du Togo a examiné une communication relative à l’informatisation du casier judiciaire présentée par le ministre de la justice et de la législation, Pius Agbetomey.

Ce programme d’informatisation des casiers judiciaires relève du programme de modernisation du secteur judiciaire qui a débuté depuis 2005.

Lire aussi : Côte d’Ivoire: Emma Lohoues convoque 2 administrateurs d’une page Facebook

Le communiqué qui a soldé le conseil des ministres indique : »Face aux difficultés rencontrées par la population pour se faire délivrer un bulletin de casier judiciaire (nécessité de se déplacer dans sa préfecture de naissance générant d’importants coûts annexes ; délais longs…), ce projet vise à permettre que la demande et l’obtention du bulletin soient totalement dématérialisées. Ainsi, tout requérant pourra, en se connectant via un ou un ordinateur, soumettre en ligneo, la demande, le paiement et le traitement des casiers judiciaires ».

« Le casier judiciaire est un document qui est sollicité très régulèrent par nos concitoyens. Le constat qui est partagé par tout le monde, c’est que sa délivrance prend beaucoup trop de temps .Si vous êtes nés par exemple à Cinkassé et vous habitez Lomé, il peut s’imposer que vous vous déplaciez vers cette préfecture avant d’obtenir le casier judiciaire. Le processus de la délivrance de ce document est devenu beaucoup plus lourd pour nos concitoyens », explique le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, le Professeur Ayewouadan Akodah.

Cependant, le casier judiciaire ne sera pas seulement délivré en ligne. Dans le cas où vous n’avez pas de portable, rendez-vous dans une maison de justice pour vous faire délivrer votre casier judiciaire comme à l’accoutumée.

Cette procédure, apprend-on va dans le même sens que la volonté du gouvernement togolais qui veut dématérialiser les principales procédures administratives.

Togo : le test de la 5G a commencé par l’aéroport de Lomé

L’opérateur téléphonique Togocom a reçu la licence lui permettant de déployer la Technologie 5G au Togo.

D’après les infos relayées par le site d’informations « Africa rendez-vous », un des techniciens de Togocom leur a confié que les préparations étaient en cours pour tester la 5G à l’aéroport Gnassingbé Eyadéma de Lomé.

Lire aussi : Wi-Fi public : Ces raisons pour lesquelles vous devez être vigilants

Le technicien qui a préféré gardé l’anonymat a déclaré :  » Dès que le test est conclu, on peut ensuite étendre le réseau commercial 5G dans le grand Lomé, les grandes villes et ensuite le reste pour couvrir le territoire national ».

Rappelons que le Togo est le premier pays en Afrique de l’Ouest à expérimenter la 5G. Togocom a signé un accord avec Nokia pour le déploiement de la technologie 5G sur 3 ans. L’accord prend aussi en compte l’optimisation des réseaux 2G, 3G et 4G de l’opérateur Togocom.

Togo : le secteur des TIC subira des réformes grâce au programme Threshold

Le programme Threshold du Millennium Challenge Corporation (MCC) continue au Togo. Il vise à réduire la pauvreté du pays grâce à des réformes en matière de TIC. Pour la réalisation de cette tâche, le Togo a bénéficié d’un don de 35 millions de dollars (plus de 19 milliards de F CFA).

Le programme Threshold a été lancé au Togo ce vendredi dernier. Le lancement intervenait suite à une rencontre qui a réuni des ministres, des membres de la cellule Millennium Challenge Account (MCA-Togo), des responsables américains et d’autres. Ensemble, ils ont lancé ce projet qui vise à réduire la pauvreté.

Lire aussi : Les Etats-Unis poursuivent Google en Justice

Threshold a pour objectif d’accélérer la croissance économique. Togo a obtenu 35 millions de dollars de dons pour la mise en oeuvre du plan. Pour l’atteinte de l’objectif visé, le programme se basera principalement sur les TIC et les questions foncières.

Par rapport aux TIC, Threshold devrait contribuer à améliorer l’accès aux technologies et à un Internet bon marché de haute qualité. Outre cela, le programme devrait promouvoir les investissements privés, établir un régime réglementaire indépendant, étendre les services connexes aux zones mal couvertes. Le projet s’intéresse également à la gent féminine. Threshold permettra de former davantage de femmes et de petites entreprises à l’utilisation des TIC.