Kenya: Telkom et Google apportent la 4G aux communautés rurales

Telkom Kenya, en collaboration avec la société mère de Google, Aphabet, a lancé un réseau de ballons Internet 4G. Le projet Google Loon qui est tout sauf nouvelle rentre dans une phase plus active. Il sera, selon ses initiateurs, à même de combler le fossé énorme de l’accès à Internet dans le pays. Ce projet se veut aussi un catalyseur pour intensifier les efforts vers un meilleur accès à l’e-learning, la télémédecine, la fintech, l’insurtech, l’e-commerce, entre autres.

« Le Kenya a beaucoup dépensé pour essayer de fournir une couverture Internet universelle, mais la technologie dépend des stations de base terrestres. Nous passons maintenant aux stations de base aériennes pour couvrir les régions non desservies et mal desservies », a fait savoir le secrétaire du cabinet ICT Joe Mucheru (photo).

Les ballons flottants, ont été envoyés au Kenya par la route maritime depuis la Californie, aux États-Unis, à 15 388 kilomètres, sont entrés dans l’espace aérien du pays par Mombasa, le premier apparaissant le 14 mars, après autorisation de la Communications Authority of Kenya (CA), la Kenya Civil Aviation Authority et la Kenya Air Force. Ces ballons fonctionnent à énergie solaire et contrôlés par le vent.

« Je suis fier que le Kenya ait été sélectionné pour ouvrir la voie à la garantie d’une inclusion totale pour l’accès à Internet. J’apprécie l’initiative de Telkom car cela signifie désormais que davantage d’initiatives peuvent être menées en ligne dans des villages reculés », a déclaré le directeur général par intérim de l’Autorité des communications de Kenya (CA) Mme Mercy Wanjau.

Le service est disponible à partir de 6 heures du matin et s’éteint automatiquement à 21 heures.  Les agriculteurs des communautés concernées espèrent avoir plus accès aux marchés en ligne et écouler facilement leurs produits.  

Lire aussi : Kenya : Google veut fournir la connexion grâce à des ballons flottants

Kenya : Telkom réduit les frais de connexion internet pour les étudiants

La société de téléphonie mobile kényane Telkom apporte son aide à l’éducation locale. Elle vient de mettre en place un système de données mobiles personnalisées pour lutter contre le coronavirus.

C’est un système qui servira au corps enseignant, aussi bien qu’aux étudiants de l’Université de Nairobi, Kiama Gitahi. Cela va aider les étudiants à continuer leur formation universitaire en ligne.

Le Kenya opte pour le renouvellement des titres de séjour en ligne

Telkom répond aux besoins de plus 40.000 étudiants de ladite université. Ces forfaits mensuels à coût réduit, permettront aux concernés de se connecter peu importe leur localisation dans l’université.

Le vice chancelier de l’UoN, le professeur Kiama Gitahi a déclaré : << que le e-learning est un système approprié pour veiller à la bonne éducation des étudiants malgré la gravité du covid-19. >>

Le professeur n’a pas tari d’éloges pour vanter les avantages du e-learning qu’il trouve très attrayant vu la situation qui oblige étudiants et corps enseignant à être séparés les uns des autres. Pour corroborer les propos de Kiama Gitahi, le directeur général de la maison de téléphonie mobile, Mugo Kibati, affirme << que l’entreprise ne cesse de mettre la population au centre de ses préoccupations majeures, pour la satisfaire pleinement. >>

Covid-19 : Airtel Kenya renonce aux frais de transactions mobile money

Il ajoute que son entreprise est en voie de trouver d’autres moyens avantageux qui vont donner aux utilisateurs plus de liberté dans l’utilisation de « l’offre Telkom ». Il exhorte par la même occasion, la communauté à rester à la maison et à appliquer les gestes barrières. Pour mener à bien le projet, Telkom et l’entreprise américaine Loon vont s’associer.

Loon va offrir des ballons pour accélérer le projet et desservir plusieurs localités dont Nairobi, Nyeri, Nakuru, Kitui, Nanyuki, Narok et Kisii peu importe le pourcentage de couverture réseau . Avec une expérience au Pérou et au Costa Rica, Loon va propulser ses ballons depuis son site américain et veut atteindre une forte capacité de couverture y compris les zones difficiles d’accès .

Kenya : Telkom ouvre son data center

L’opérateur de téléphonie mobile Telkom a ouvert dans la matinée de ce mardi 31 juillet son data center à Nairobi. Telkom  amorce ainsi son programme d’expansion de son infrastructure réseau pour être plus compétitif et améliorer la qualité de ses services.

A en croire le PDG de  Telkom,  Aldo Mareuse,  l’investissement de son entreprise vise à répondre à la demande sans cesse croissante de services basés sur le cloud pour les entreprises kenyanes et régionales. Il est question d’un ensemble de services mis à la disposition des entreprises souhaitant héberger leurs données dans des data centers comme celui de Telkom.

Le centre de données est construit sur un espace de 1160 m², avec une capacité de charge informatique pouvant atteindre 4KW pour 30 serveurs. « Le data center offre à nos clients trois lignes de fibre redondantes garantissant le back-up (la sauvegarde, ndlr)  et l’accès à la capacité internationale des Câbles sous-marins de Nairobi, nous permettant de redéployer des services compétitifs au-delà de l’offre », explique Aldo Mareuse.

Selon ses affirmations, le centre de données devra fournir un accès aux capacités nationales de fibre optique à travers le pays tout en offrant une solution clé en main pour le déploiement cloud public et privé et l’accès multicanal aux services.

« Ces derniers jours, il y a eu plusieurs cyber-menaces locales et internationales, entraînant des pertes de la part de particuliers et d’organisations. Comme nous l’avons appris au cours de la même période, les menaces ne sont pas nécessairement externes – certaines cybermenaces proviennent de l’intérieur. Le gouvernement continuera d’investir dans des initiatives qui luttent contre les cybermenaces en constante évolution pour soutenir notre promptitude et notre promptitude à réagir », a déclaré le secrétaire du Cabinet des Technologies de l’information et de la communication (TIC), Joe Mucheru.

Un data center ou centre de données est une infrastructure physique-de grosses machines- susceptible d’emmagasiner des données (informations) inimaginables. Il est composé d’ordinateurs, d’imposants serveurs, équipements réseaux et de télécommunications, et le reste.

 

Crédit photo : Telkom