Togo : les Amoureux des Sciences et Technologie se donnent rendez-vous en mars

La Communauté des Amoureux des Sciences et Technologie (CAST-TOGO) en collaboration avec ses partenaires organise la seconde édition de la foire scientifique et technologique INOSCITO. Il se tiendra du 25 au 28 mars 2020 sur le site du monument de Baguida.

Elle est placée sous le thème <<la vocation, réponse de la jeunesse pour relever le défi de l’innovation scientifique et technologique >>.

La foire INOSCITO se déroulera sur 4 jours. Cette foire a pour but de partager les expériences, de s’évader, et s’immerger dans une atmosphère d’innovation technologique.

Au programme, des expériences pratiques, des rencontres avec des inventeurs et leaders incontournables du Togo et d’ailleurs, des conférences-débats et des jeux concours.

La foire scientifique et technologique INOSCITO est ouverte aux élèves, étudiants, enseignants et toute personne passionnée par les sciences et technologies. C’est l’occasion de mobiliser tous les mordus du domaine technologique sur le plus grand événement tech du pays.

La CAST-Togo a pour cible les élèves, les étudiants, les enseignants et les particuliers. Car pour les promoteurs, il faut pérenniser les acquis de cette initiative par l’éducation. C’est ce qui motive la présence du corps enseignant et les élèves.

Au cours de cette foire scientifique, les exposants auront l’occasion d’exposer leurs innovations notamment les appareils électroniques fabriqués localement. Il sera également question aux inventeurs et leaders de partager les nouvelles idées avec le public surtout la jeunesse.

La Communauté des Amoureux des Sciences et Technologies (CAST-Togo), met l’accent sur certains domaines à savoir : Science et Technologie, l’innovation empirique, le développement durable, l’énergie renouvelable, l’éducation, l’art et Artisanat et l’agrobusiness. Aimant un travail bien fait, la communauté encourage également l’entrepreneuriat innovant.

Angola aura un musée des sciences et de la technologie

Le Président de la République, João Lourenço, a visité samedi dernier le site des travaux du musée et centre de sciences et technologie de Luanda.

Le président s’est rendu dans l’ancienne savonnerie (Congeral), à côté de la forteresse São Miguel, pour vérifier le niveau d’exécution du projet. Ce dernier vise à mettre la science, la technologie et l’innovation au service de la société angolaise.

La ministre de l’Enseignement supérieur, des Sciences, de la Technologie et de l’Innovation, Maria do Rosário Bragança Sambo, a indiqué que la structure était plus liée au centre des sciences. Elle devrait contribuer à éduquer et former les enfants avec beaucoup d’interactivité dans ce domaine.

Selon la gouvernante, l’achèvement total des travaux , est prévu pour l’année prochaine. Mais pour cela, a précisé la ministre, il faudra procéder à une nouvelle enquête sur l’état des infrastructures pour l’acquisition de nouveaux équipements.

Cliquez pour télécharger gratuitement Tech Mag Afrique numéro 3

La ministre a souligné que la plus grande contrainte était d’ordre financier. « C’est exactement ce que le Président de la République est venu voir pour savoir que l’investissement qui sera fait ici sera avantageux pour la diffusion de la science dans le pays », a-t-elle souligné.

Implanté sur une superficie de 9.600 mètres carrés, le Musée et Centre des sciences et de la technologie comprendra, entre autres, des salles d’exposition, une médiathèque, un cinéma et des auditoriums.

L’institution vise à promouvoir la culture scientifique, à contribuer à l’amélioration de l’enseignement des sciences, à généraliser l’enseignement et à attirer les jeunes vers des carrières technologiques.

Lire aussi: Centrafrique : Des élèves fabriquent un robot humanoïde

Un entrepreneur gabonais invente une technologie audio révolutionnaire

Installé aux Etats-Unis depuis 5 ans, Eric Boumi, a déposé récemment un brevet d’invention au bureau américain des droits d’auteurs « United States Office of Patent and Trade Mark » (USPTO).

Ce dépôt est fait pour l’invention d’une technologie audio révolutionnaire censée améliorer l’expérience audiovisuelle, baptisée le B-Stereo.

Selon Eric Boumi, cette technologie audio sera adaptée aux smartphones et à tous les supports audiovisuels qui sont utilisables.

Des discussions sont actuellement engagées entre la direction de Boumi & Co LLC et Google d’une part, et de l’autre part avec Dolby Laboratories à San Francisco. Ceci dans le but de nouer des partenariats.

Ces partenaires contribueront à l’aboutissement et au lancement de la phase de développement de cette technologie innovante.

En plus de cette invention, Boumi & Co LLC a lancé un jeu de société éducatif sur le marché américain, dénommé « I KNOW IT ALL » (Je sais tout).

Des discussions engagées avec « Target » et « Walmart » pourraient aboutir à sa mise en vente dans les surfaces commerciales.

Pour l’instant aucun chiffre n’est disponible concernant la rentabilité de cette invention, mais l’avenir semble très prometteur. Cette technologie représente une belle opportunité d’affaires.

D’après une estimation faite par Boumi & Co LLC, B-Stereo rapportera environ 2 milliards de dollars américains (1000 milliards de francs) dès la première année de sa commercialisation.

En effet, le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), que le jeune inventeur gabonais a sollicité n’a jamais donné de réponse satisfaisante. Donc, le Gabon est entrain de rater une belle innovation.

« J’ai essayé de rentrer en contact avec le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS) qui malheureusement n’a pas été concluant. Malheureusement, en Afrique, nous ne comprenons pas encore comment le financement des nouvelles technologies fonctionne », a dénoncé Eric Boumi.

Eric Boumi a été Directeur administratif et financier de AS Entreprise, et a occupé plusieurs postes dans diverses entreprises de 2003 à 2016.

Après son arrivée aux Etats Unis en 2016, il a créé sa société en novembre de la même année sous le nom EBS Technology. Il l’a ensuite renommée BOUMI&Co LLC.

Lire aussi: A 22ans Tiera Guinn intègre la NASA en tant qu’ingénieur

Raheem Geraldo

AfriStack organise une rencontre sur La Technologie et la Médecine de demain

Les avancées techniques de l’intelligence artificielle (IA) ou encore des objets connectés de ces dernières années permettent de s’imaginer l’avenir (très prochain) de nos soins de santé. Contrairement aux années antérieures, de nombreuses solutions technologiques permettent de faciliter l’accès aux soins de santé.

La technologie crée une véritable rupture dans la relation qui existe entre le médecin et le patient. Des applications permettent d’ailleurs à ce dernier de fixer un rendez-vous en ligne avec son médecin. D’autres solutions prodiguent de sages conseils sur la santé.

Les nouvelles technologies offrent de nombreuses possibilités pour repenser nos systèmes de soins de santé.Comment se présentera la médecine du futur?

Darwin YAWOVI, Cofondateur de Dashmake nous présente les enjeux et opportunités de la technologie dans la médecine de demain?

Cliquez pour vous inscrire gratuitement


Date et heure : Mercredi 25 Septembre 2019 de 14h30 à 17h00Contact : 91094577 / 90328151.Lieu: AfriStack, Agbalepedo GTA, non loin des rails, près de l’auberge Cour du Roi, TOGO
Vous souhaitez être notre prochain speaker? Ecrivez-nous à team@afristack.co
#AfriStack #team228 #TgTech #InnovTogo #stem #tech #talk

Télécharger Tech Mag Afrique 0002

Ghana : création d’un centre de technologie et d’innovation à Accra

L’institut de recherche industrielle (IRI) du conseil de la recherche scientifique et industrielle CSIR a inauguré le nouveau centre de technologie et d’innovation industrielle à  Accra la semaine dernière. 

Ce centre a  pour mission de concrétiser le rêve de positionner le HUB World en tant que premier centre de technologie scientifique et d’innovation industrielle au Ghana. 

La principale fonction du CSIR-IIR est de stimuler le développement national et la compétitivité mondiale de l’industrie par le biais de la recherche scientifique et technologique.

Selon le directeur de l’Institut, Francis Boateng Agyenim, le lancement du pôle industriel a pour objectif essentiel de rapprocher la recherche et l’industrie.

Lire aussi : Rwanda: Des innovations technologiques au salon annuel de l’agriculture

Au cours du lancement,  Francis Boateng Directeur de l’industrie de l’institut de recherche a  martelé que CSIR-IIR -HUB est  un centre de collaborateurs destiné à fournir aux entrepreneurs désireux de travailler dans un environnement scientifique, un espace de travail commun. 

Lire aussi : Le Cameroun se lance dans la conquête spatiale

« L’initiative était  un secteur de niche à explorer et la CSIR -IIR a été créé pour travailler pour des entrepreneurs »  a-t-il déclaré.

Roland ADJELE

Muhammadu  Buhari : « Nous déployons des technologies pour garantir la sécurité »

Le président Muhammadu Buhari a déclaré jeudi à Obas,  Sud-Ouest du pays que son gouvernement utilisera la technologie pour garantir la sécurité. Ce travail se fait de concert avec la Police. Cette dernière sera dotée de technologies et d’équipements de pointe.

Lire aussi : Nigeria : Des étudiantes fabriquent une poubelle intelligente

L’intention de l’exécutif nigérian est d’installer des caméras de vidéo surveillance sur les autoroutes et à d’autres endroits stratégiques.

Cela permet aux activités cachées d’être «  exposées, surveillées plus efficacement et ouvertes à un examen minutieux », souligne Muhammadu Buhari.

Lire aussi : Nigeria : 144 étudiants à former en pilotage de drones

Le président a poursuivi que son administration continuera à faire tout ce qui était nécessaire pour protéger la vie de tous les Nigérians. Chaque État doit être en sécurité, rassure-t-il. Quelques mois plus tôt, une application mobile a été annoncée pour faciliter le travail à la Police.

Au-delà, l’utilisation de drones pourrait être approuvée par les autorités fédérales. L’idée est de doter les États de drones pour surveiller les forêts et autres repaires criminels

Ghana: Access Bank remporte le prix de l’innovation et de la technologie

Access Bank a remporté le prix de l’innovation et de la technologie lors du grand évènement Ghana Information Technology & Telecom Awards (GITTA).

GITTA est un événement annuel organisé par Instinct Wave, qui reconnaît et récompense l’innovation et l’excellence dans les secteurs des télécommunications et des TIC. 

Lire aussi : La Fintech Semoa introduit le WhatsApp banking en Afrique francophone

En effet, Access bank a adopté la numérisation et introduit des innovations conçues pour rendre sa prestation de services plus efficace. Il a acquis une réputation reconnue d’excellence du service sur tous ses marchés, y compris le Ghana.

«Nos solutions numériques ont sans aucun doute, au cours de la dernière décennie de nos opérations mené notre objectif de développement durable en fournissant l’assistance requise qui permet des modèles commerciaux plus économes en ressources. Ces solutions ont permis à la banque de fournir un service client transparent sur tout périphérique ou canal et à des tiers et à des partenaires extérieurs » a affirmé le directeur général d’Access Bank, Olumide Olatunji.

M. Olumide Olatunji, remercie ses clients d’avoir adopté les différentes solutions numériques de la banque visant à rapprocher les services financiers des clients. Il poursuit en félicitant le personnel pour son engagement envers l’objectif de la banque de transformer l’industrie grâce à une expérience numérique basée sur des solutions.

La Banque continue d’investir dans son infrastructure bancaire numérique pour garantir une excellente expérience client et des opérations extrêmement efficaces, contribuant ainsi à réduire les coûts bancaires des clients et à optimiser leur rapport qualité-prix.

Alexine Afaya

Afrique : Microsoft  veut assurer un avenir numérique aux enfants


Microsoft, World Vision et le British Council vont investir dans la jeune génération. Ces organisations ont lancé une initiative dénommée Youth Spark – Un avenir numérique pour les enfants. 


 75 millions de dollars seront mis à la disposition  d’ONG pour fournir un accès numérique aux enfants des pays en développement.
Des connaissances numériques de base aux sciences informatiques avancées, les compétences numériques seront inculquées aux enfants.
Microsoft estime disposer de 100 hubs en Afrique grâce à un investissement de 2 millions de dollars. Avec ses hubs, les utilisateurs sont formés à l’utilisation appropriée du contenu numérique.

Lire aussi : Projet Aquila : Pourquoi Facebook a-t-elle jeté l’éponge ?


David Owens de World Vision a expliqué que l’avenir numérique de Spark a Child commencerait au Kenya . «Une fois que les besoins de base d’un enfant sont satisfaits, le développement des compétences numériques conduit à de meilleurs emplois. Ces emplois ont un effet positif sur la pauvreté: amélioration du revenu familial, contribution de la communauté et moindre dépendance aux services ».


Cette initiative vise à apporter des avancées technologiques significatives dans les écoles africaines. Elle permettra de faciliter l’accès numérique  aux salles de classe avec des appareils, une infrastructure et une formation des enseignants. A cela s’ajoute l’amélioration des résultats d’apprentissage pour les étudiants en termes d’universitaires, de compétences de vie et d’opportunités économiques.

Ghana : Le vice-président Dr Bawumia,primé leader numérique de l’année

Lors de la 9ème édition des Prix du Ghana pour les technologies de l’information et les télécommunications (GITTA), le prix du leader numérique de l’année a été décerné au vice-président de la république Dr Mahamudu Bawumia.

Le vice-président Bawumia a été honoré lors d’une cérémonie à Accra, pour son engagement à mettre la technologie au profit de la formalisation de l’économie ghanéenne, afin de rendre la prestation des services publics plus efficace.

Grâce à l’introduction d’un système de port sans papier, la collaboration entre le gouvernement et les entreprises du secteur des technologies de l’information a favorisé la réduction des délais de dédouanement et de redressement dans les ports du pays.

Lire aussi : Ghana/ Le Royaume Ashanti développe sa propre application

A cela s’ajoute  l’élimination virtuelle des pratiques de corruption au sein de l’autorité de délivrance des permis de conduire et des véhicules ; l’émission d’une carte d’identité nationale. Il faut également tenir compte de la fourniture de services bancaires à tous les résidents du Ghana à travers la plateforme innovante d’interopérabilité des paiements mobiles.

Lors de la cérémonie, le vice-président Bawumia a salué le rôle que la technologie continue de jouer dans le développement national et a assuré les parties prenantes du secteur de la technologie de l’engagement du gouvernement à l’égard du vaste programme de numérisation conçu pour produire une population sensibilisée au numérique.

 

 

Tech Mag Afrique 0002 : L’Afrique tech et entrepreneuriale en 32 pages

La meilleure des informations technologiques et entrepreneuriales  du continent africain. C’est ce que propose le magazine Tech Mag Afrique, au-delà bien sûr des faits louables et des découvertes méconnues du public.

Comme dans ses précédentes parutions, le N° 0002/Juillet-Septembre 2019 de Tech Mag Afrique, la 3ème du genre fait la lumière, entre autres, sur des découvertes togolaises, informe sur l’innovation technologique dans l’immobilier.

Le magazine, revient dans ses colonnes sur l’évènement FENES tenu le 31 mai 2019 au Togo. Lequel évènement se veut le plus grand de l’univers tech-entrepreneurial, a réuni près de 2000 personnes au Palais des congrès de Lomé.

Pendant ce temps le Rwanda et le Maroc s’accordaient sur un mémorandum en matière de sûreté et de sécurité radiologique et nucléaire. Ceci dans le but de s’échanger des informations et des expériences pour ce qui concerne la réglementation de la sécurité nucléaire et de la gestion des déchets nucléaires et radioactifs.

Tech Mag Afrique donne la parole à un ivoirien dans sa rubrique Interview, Guy Ehui, qui estime que les agriculteurs ne font pas confiance aux nouvelles technologies. Dans quelle mesure ? Cela est à découvrir dans le magazine. « L’Afrique, vers une révolution entrepreneuriale », nous dira Dadzie K. Galey dans la partie Tribune.

Lire aussi : L’Afrique technologique en un seul clic (gratuit)

Tout ce qui précède et tant d’autres articles édifiants et informatifs à découvrir dans le 3ème numéro du magazine Tech Mag Afrique. En téléchargement libre et gratuit le magazine est une initiative d’une équipe déterminée.

 

Cliquez ici pour télécharger