Votre compte WhatsApp sera supprimé après le 15 mai si…

Après avoir perdu plusieurs millions de ses abonnés, WhatsApp s’est vu obligé de repousser la date fatidique de la mise en œuvre de sa nouvelle politique de confidentialité. Cette fameuse date n’est que le 15 Mai et elle n’est plus très loin. La sentence reste la même, les utilisateurs qui n’accepteront pas la nouvelle politique de confidentialité verront leurs comptes supprimés.

Selon TechCrunch, WhatsApp rendra bientôt la vie plus difficile aux utilisateurs qui n’auront pas accepté la mise à jour de ses règles de confidentialité permettant de transmettre le numéro de téléphone à Facebook. Ceux qui ne veulent pas se conformer aux nouvelles règles de confidentialité de WhatsApp verront les fonctionnalités de leur application limitées et risquent de perdre leur compte.

Lire aussi : Comment utiliser deux comptes WhatsApp sur un mobile ?

Toutefois, les utilisateurs peuvent ignorer la bannière de mise à jour des règles de confidentialité jusqu’à la date limite du 15 mai. Quelques semaines après cette date, ces derniers ne pourront plus lire et envoyer des messages.

Pour faire court, WhatsApp se réserve le droit de supprimer le compte s’il est considéré comme inactif 120 jours plus tard.

Il est à rappeler que WhatsApp a été obligé de reporter la mise en place de ses conditions de confidentialité qui devaient se tenir le 08 février 2021. Face au nombre important de ses abonnés qui allaient trouver refuge sur Signal et Telegram, la filiale de Mark Zuckerberg a décidé de repousser la date tant attendue sur le 15 Mai.

Cryptomonnaie/ Le Congrès américain demande la suspension de la Libra

Dévoilé le 18 juin dernier par Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, la Libra  rencontre ses premières difficultés. Dans une lettre adressée à Mark Z.,  Sheryl Sandberg, chef de l’exploitation de Facebook; et David Marcus, chef de la direction de Calibra, il est demandé un moratoire sur tout mouvement en faveur de Libra, la cryptomonnaie proposée et de Calibra le portefeuille numérique proposé.

« Il semble que ces produits puissent se prêter à un système financier mondial entièrement nouveau, basé en dehors de la Suisse et destiné à rivaliser avec la politique monétaire américaine et le dollar. Cela soulève de sérieuses préoccupations en matière de protection de la vie privée, de commerce, de sécurité nationale et de politique monétaire non seulement pour les plus de 2 milliards d’utilisateurs de Facebook, mais aussi pour les investisseurs, les consommateurs et l’économie mondiale en général », ont écrit les législateurs.

Lire aussi : Nigeria : Facebook ouvre un centre technologie

Pour eux, étant donné que Facebook est déjà entre les mains de plus d’un quart de la population mondiale, il est impératif qu’elle et ses partenaires cessent immédiatement leurs plans de mise en œuvre. Ils donnent ainsi du temps aux organismes de réglementation et au Congrès aient l’occasion d’examiner ces questions et de statuer.

Lire aussi : Suppression d’un compte Facebook , Il faut désormais 30 jours

« Au cours de ce moratoire, nous avons l’intention de tenir des audiences publiques sur les risques et les avantages des activités fondées sur la cryptocriminalité et d’explorer des solutions législatives. Si nous ne cessons pas la mise en œuvre avant de pouvoir le faire, nous risquons un nouveau système financier basé en Suisse qui est trop grand pour échouer », déclarent les législateurs.