Un jeune sénégalais conçoit un robot « sapeur-pompier »

Encore un jeune africain qui met son génie au service de sa communauté. Au Sénégal, le jeune El Hadji Mouhamadou SY a mis sur pied un robot qui peut combattre les flammes. Le robot sapeur-pompier du jeune étudiant est baptisé « Sun-eater ».

El Hadji Mouhamadou est un étudiant en troisième année de licence à l’Ecole supérieure polytechnique de Dakar. Il s’est spécialisé en génie électro-mécanique. Toujours dans son domaine de prédilection, le jeune sénégalais a pensé  mettre sur pied un dispositif utile dans sa communauté. Il a notamment pensé à soutenir les sapeurs-pompiers.

Le jeune sénégalais a conçu « Sun-eater », un robot qui vient en aide aux soldats du feu. Le robot sapeur-pompier est une aubaine pour les corps habillés lors de certaines opérations extrêmement délicates. Pour ce faire, le robot a pour mission de limiter les dégâts aussi colossaux qu’ils soient. Lors de grands incendies, dans les marchés, espaces publics et grandes entreprises. « Sun-eater » est une solution technologique adéquate selon les explications.

Lire aussi : Covid 19/ Tunisie: Un robot au chevet des patients

« Le robot est susceptible de détecter des flammes et de réagir le plus vite grâce à une interface graphique en attendant l’arrivée des sapeurs-pompiers pour nettoyer les lieux affectés », a déclaré le concepteur du « Sun-eater ». Il explique ainsi le fonctionnement de son appareil qui est équipé de capteurs à infrarouges puis d’un cerveau moteur. 

Ces deux dispositifs technologiques internes permettent de détecter les flammes et d’y diriger les jets d’eau. En attendant les sapeurs-pompiers, le robot sapeur-pompier peut déjà commencer par combattre les flammes.

Centrafrique : Des élèves fabriquent un robot humanoïde

En Centrafrique, les élèves du lycée technique de Bangui ont fabriqué un robot humanoïde. Baptisé Exaucia, le squelette de ce robot est conçu à base de bambou de chine, le raphia présent dans la région. Ayant la forme d’une femme, il est le premier robot humanoïde développé et fabriqué en Centrafrique.

Exaucia n’est pas un robot comme les autres. Il est susceptible de répondre aux questions posées. A la question de savoir s’il peut se présenter à l’invité, « je m’appelle Exaucia », a-t-il répondu.

« Nous l’avons conçu à base d’une carte mère et dans cette carte mère, il y a des micros processeur qui permettent à ce robot de recevoir des questions, les traiter et puis répondre », a expliqué FARESS Bokia programmateur en chef du projet.

Très collectif, ce projet a vu la participation d’une vingtaine d’élèves pour sa réalisation. A en croire AMANIA Algoni coordinatrice ajointe du projet, l’exécution des activités est subdivisée en plusieurs parties dont la partie programmation, conception et puis réalisation. Chacun a ainsi apporté sa contribution pour la mise au point de ce robot typiquement africain.

Cliquez pour télécharger gratuitement Tech Mag Afrique numéro 3

Il reste beaucoup de choses à faire pour la finition de ce projet que les lycéens ont entrepris. Pour l’heure, le robot ne bouge que ses bras, sa tête et ses lèvres. A cet effet, les concepteurs font appel aux autorités pour obtenir de l’aide afin de parfaire le robot. 

« Ce que nous attendons du gouvernement centrafricain, c’est des aides. Si nous faisons des choses comme ça entre nous les élèves, ça veut dire que s’il y a de l’aide nous pouvons faire plus que ça », a rappelé Lamine Junior Bemounda, responsable du groupe GTA 72.

Lire aussi : Togocel : les utilisateurs en colère pour avoir reçu un sms de campagne

Concours de robotique : Deux équipes Djiboutiennes se démarquent

Deux équipes djiboutiennes ont occupé la deuxième et troisième place lors du concours panafricain de robotique (Pan- African robotics competition PARC), qui s’est déroulé à Accra au Ghana.

Cette compétition a réuni plus de 21 pays d’Afrique et une équipe issue des USA. Elle s’inscrit dans la vision de mettre au défi, les jeunes étudiants africains face à la science et la technologie pour concevoir des solutions de planification, de gestion et de transformation des futurs villes africaines.

Lire aussi : Pelebox, un casier intelligent facilitant la distribution de médicaments

Pour une première participation, les équipes djiboutiennes notamment I-Robot et AMFAH (ingénieurs) se sont distingués par leur sens de créativité. 

L’équipe I-Robot a proposé un robot d’assistance destiné à assister les travailleurs de la ville à constituer un pipeline commun et à gérer les inondations. 

Lire aussi : Ghana : Kantanka Automobile fait son entrée aux  Émirats Arabes Unis

Quant aux ingénieurs AMFAH, ils ont mis en place un système de champs magnétique qui permet de brouiller le signal utilisé par les cellulaires afin d’améliorer la sécurité routière. 

Il faut noter que ces jeunes ont été accompagnés, et suivis par le centre de leadership de l’entrepreneuriat (CLE). 

En effet l’objectif du CLE est de promouvoir à travers ce type d’initiative, l’innovation en mettant à disposition des jeunes les équipements et accompagnements nécessaires pour la réalisation de leurs futurs projets. 

« C’est la première participation de notre pays qui a concouru avec des jeunes de tous les pays d’Afrique et des USA. Et nous sommes ravis et tellement fiers de la magnifique prestation de nos jeunes » , a laissé entendre  Ilyas Moussa Dawaleh, le ministre de l’économie et des finances.

Alexine Afaya