Bientôt l’édition 14 de «Africa Pay and  ID Expo» 

Africa Pay & ID Expo est une invitation à entrer dans l’univers des technologies de la confiance et du paiement en Afrique francophone. Un rendez-vous annuel sur le paiement électronique en Afrique.

La quatorzième édition de ‘’Africa Pay and ID Expo’’ se tiendra à Marrakech (Maroc) au centre d’exposition du Palmeraie Golf Palace, les 29 et 30 Mars 2019 et va  réunir  plus de mille participants.

Pour l’édition 14 de ‘’Africa Pay and  ID Expo’’, le Togo sera représenté par Boukpessi Payadowa, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales.

Depuis 2005, cet événement annuel des technologies de la carte et du paiement en Afrique francophone réunit les acteurs clés du secteur et les experts internationaux et visionnaires. Ils y partagent les dernières innovations technologiques, les services, les solutions et les normes en application dans l’industrie du paiement, de l’identification et du mobile.

L’objectif de ‘’Africa Pay & ID Expo’’ est d’apporter à l’intelligence, les ressources et les contacts pour accompagner les entreprises ou les  administrations dans leur transformation digitale. Les domaines de la finance, la banque, le commerce sont impliqués en vue d’avoir des organismes d’utilité publique.

Avec plus de 40 conférences et des sessions d’innovation, cette 14e  édition compte tripler la programmation de son contenu, signe d’un marché en pleine évolution et assoiffé d’informations.

Pole Consulting  est partenaire  du salon international «Africa Pay and ID Expo». Il apporte chaque année son regard d’expert pour enrichir  les débats  et  accompagner les réflexions  des participants.

 

Daniel A.

 

Le Camerounais Arthur Zang émet une carte de paiement électronique

Nouvelle illustration positive de l’ingénieur camerounais Arthur Zang. L’inventeur du Cardiopad, première tablette médicale africaine, a signé le 17 septembre dernier à Yaoundé, une convention de partenariat avec la Campost, l’entreprise postale publique du Cameroun, en vue de l’exploitation de la Zcard, une carte à puce permettant d’effectuer des paiements grâce à des terminaux électroniques.

Ce partenariat consacre ainsi le lancement officiel de la Zcard, projet qu’Arthur Zang raffinait depuis 2016, à travers la Zng Smart Card Factory. Une entreprise grâce à laquelle l’ingénieur entend créer 150 emplois directs. Pour le ministère des Postes et Télécommunications, dont le chef de département a présidé la cérémonie, le partenariat entre l’entreprise postale publique et la Zng Smart Card Factory se situe dans le cadre du souhait  du Président camerounais Paul Biya de soutenir les initiatives des jeunes dans le numérique, ainsi que des mesures engagées par le gouvernement, pour moderniser la poste camerounaise.

Né à Mbankomo le 26 novembre 1987, Arthur Zang est un ingénieur et informaticien puis PDG de Himore Medical équipements. En 2004, il obtient une licence d’informatique à l’université de Yaoundé. Il fera ensuite des études d’informatique à l’école nationale supérieure polytechnique et obtient un diplôme d’ingénieur en informatique, conception et génie logiciel en 2010. C’est au cours d’un stage d’étude en service de cardiologie, qu’il a eu l’idée de créer un logiciel pouvant reproduire sur une tablette informatique un électrocardiogramme, dans le but de le rendre accessible, via internet, à un cardiologue capable de l’analyser à distance.

Arthur Zang obtiendra plusieurs bourses par la suite pour mettre en œuvre ce logiciel diffusé sous le nom de « CardioPad », notamment d’institutions internationales ou du président camerounais, et il fait aussi appel à des financements participatifs, qui lui ont permis de lancer la fabrication de ces tablettes.

Les pièces servant à la fabrication des 300 premiers Cardiopad provenaient de la Chine. Afin de transporter ces composants électroniques de l’Empire du Milieu jusqu’au port de Douala, sa start-up Himore Medical a bénéficié d’une exonération des droits de douane concédée par le gouvernement camerounais.

 

Crédit photo : Cultureebene

Cizo joint paiement électronique et énergie

 

Annoncé en juin dernier, le projet CIZO (allumer en langue locale)
est rentré samedi 02 décembre dans sa phase operationnelle. C’est Awagomé, une localité située à 175 km de Lomé qui a été témoin de la cérémonie de lancement conduite par le président Faure Gnassingbé.

A y voir de près, l’État allie les nouveaux moyens de paiement électronique et le souci d’électrifier les zones rurales afin de porter le taux d’ électrification de 7 à 40 % au cours des cinq prochaines années.

La solution portée par BBOXX Capital Togo, filiale en Afrique de l’Ouest de BBOXX pèse 68 milliards de Francs CFA. Pour les 5 prochaines années, le projet compte toucher 2 millions de togolais, notamment des élèves.


Les bénéficiaires paient les dispositifs à partir de 200 F par jour via mobile money. Au Togo, deux opérateurs de téléphonie mobile se partagent ce marché. Il y a Moov Togo avec Flooz et Togocel avec T money. C’est à ce jour les moyens de paiement mobiles qui existent et donc qui seront utilisés pour le bon déroulement du projet. Cela montre combien de fois la technologie a fini par rattraper tous les secteurs.

« L’Etat Togolais a créé les conditions favorables à l’investissement privé en développant un réseau national d’agents de distribution de monnaie électronique pour la Poste et la création de cinq académies solaires régionales pour la formation de 2500 techniciens », indique un communiqué du ministère de l’Economie numérique dont copie est parvenue à notre Rédaction.
300 000 systèmes solaires domestiques seront fournis aux populations. Un dispositif devant permettre aux ménages de charger cinq lampes, une télévision et une radio sur une batterie de 12 volts.