Nigeria : plus de 100 milliards FCFA pour les jeunes entrepreneurs

Une bonne nouvelle vient de tomber pour les jeunes entrepreneurs du Nigeria. Pour stimuler l’économie nationale, le gouvernement a initié Nigerian Youth Investment Fund (NYIF). Un montant de 75 milliards de nairas soit plus de 100 milliards de FCFA sera mis la disposition des jeunes.

Le gouvernement nigérian veut passer par les jeunes porteurs de projet pour stimuler son économie. La Banque Centrale du Nigéria a annoncé le 1er octobre le lancement prochain du Nigerian Youth Investment Fund. Un investissement de 75 milliards de nairas (100 milliards de FCFA) pour booster l’entrepreneuriat de cette couche sociale. Il est prévu une somme initiale de 12, 5 milliards de nairas soit plus de 18 milliards de FCFA pour le lancement du NYIF.

Lire aussi: Nigéria : De l’électricité à partir du manioc

Le fonds de soutien sera attribué à 500 000 jeunes et ce chaque année à compter de celle-ci jusqu’en 2023. Chaque jeune portant un projet aura une subvention 250 000 à 50 millions de nairas (plus de 365 000 FCFA à plus 73 millions de FCFA). Le décaissement se fera auprès des structures de microfinance et des banques désignées par la Banque Centrale du Nigeria.

Tout jeune ayant des idées d’entreprise peut bénéficier de cet investissement. L’initiative a été approuvé par le Président Muhammadu Buhari et le Conseil exécutif fédéral pour la réalisation de projets d’entrepreneuriat. L’objectif, c’est de libérer le potentiel de la jeunesse en misant sur leur esprit d’entrepreneuriat qui stimulera en retour l’économie du pays.

Nigéria : De l’électricité à partir du manioc

Le Nigeria veut produire de l’électricité à partir du manioc. C’est ce qu’on apprend du consortium PyroGenesys, une entreprise spécialisée dans la production d’électricité à partir des déchets.

Le consortium PyroGenesys se trouve à Birmingham en Angleterre. La société travaille sur le projet de valorisation des déchets de manioc avec la Fondation africaine pour la technologie agricole (AATF), Mobinet, Babban Gona Farmer Services, ICMEA-UK et Koolmill Systems, ainsi que des chercheurs de l’Université de Leicester.

Ces sociétés vont, à partir d’une technologie appliquée baptisée PyroPower, valoriser les pelures de manioc dans les villages nigérians.
Elles comptent transformer les déchets de manioc en briquettes. Sa combustion produit de la chaleur qui produira ensuite de l’électricité.
« Le projet (…) est déjà mis en œuvre dans les États d’Osun, Oyo, Ogun, Edo et Delta au Nigéria avec des plans d’expansion dans d’autres États et pays d’Afrique », a déclaré George Marechera, directeur général d’Agridrive, une entreprise sociale de la Fondation africaine pour la technologie agricole (AATF).

Lire aussi : Un ingénieur nigérian veut obtenir l’électricité à partir du tonnerre

Déjà des études de faisabilité sont en cours de réalisation dans certaines zones rurales. Une innovation conduite par le consortium PyroGenesys va produire de l’électricité propre et peu coûteuse.
« Nous avons fixé un objectif initial d’installer 100 systèmes commerciaux pour produire de l’électricité propre et peu coûteuse au cours des deux prochaines années. Nous envisageons également de vendre de l’électricité en utilisant le système de paiement mobile Simpay de l’opérateur Mobinet au Nigéria pour les transactions sans argent liquide », a affirmé George Marechera.

A travers ce projet, les agriculteurs vont devoir rendre utile leur production et avoir une source de revenues supplémentaire en vendant les pelures de manioc aux installations de production d’électricité par biomasse.
Il faut préciser que le Nigeria est incontournable dans la production annuelle de manioc. Sa production vaut près de 40 millions de tonnes. Ce qui lui permet d’être le premier producteur de manioc du continent africain.

Nigeria : Opera for business lancé en partenariat avec Google

Opera s’est associé au géant Google pour aider les PME à mieux gérer leur présence en ligne. Google My Business est un outil évolutif qui aide les entreprises et les organisations à gérer leur présence en ligne sur les sites Google, y compris la recherche et Google Maps. 

Opera est une marque utilisée par plus de 125 millions de personnes à travers le continent africain. Elle dispose d’applications dédiées à l’actualité et un navigateur notamment. Maintenant qu’Opera est devenu un partenaire Google My Business vérifié, il est encore plus facile pour les entreprises locales d’entrer dans l’écosystème Google. Avec l’aide d’Opera, la vérification du profil d’une entreprise donnée sera plus rapide et les propriétaires d’entreprise peuvent obtenir une présence en ligne étendue sur les services populaires du célèbre moteur de recherche.

Dans le cadre de ce partenariat , Opera étend également sa proposition de valeur en lançant Opera for Business. Cette vaste plate-forme connecte non seulement les entreprises avec leurs clients via OLeads, OList et Opera Ads, mais également via Google My Business et un ensemble personnalisé de services de marketing et de publicité numériques qui incluent le service Ads.

« Nous travaillons en étroite collaboration avec Google depuis plus de 15 ans. Il va sans dire que nous sommes ravis de cette prochaine étape de notre collaboration au Nigéria et au-delà. Le Nigéria subit actuellement une transformation numérique rapide et nous sommes ravis d’en faire partie en fournissant aux entreprises locales les outils les plus complets à ce jour, leur permettant d’entrer dans l’espace en ligne et d’atteindre un public plus large », a déclaré Per Wetterdal , directeur adjoint en charge du département commercial chez Opera.

Ce dernier se présente comme un innovateur Web mondial. Ses navigateurs, ses produits d’actualités et ses solutions fintech d’Opera sont le choix de plus de 360 ​​millions de personnes dans le monde.

Lire aussi :Togo : Lamesin, un chatbot pour lutter contre la drepanocytose

Nigeria : Polaris Bank et Facebook soutiennent les PME

Polaris Bank s’est associée au géant mondial des médias sociaux, Facebook, pour fournir une formation gratuite en marketing digital aux PME au Nigéria. Cette initiative vise à aider les petites et moyennes entreprises (PME) à se concentrer sur l’utilisation des outils de médias sociaux pour stimuler les affaires et les ventes.

Selon Adebimpe Ihekuna, responsable du groupe, produits et développement de marché de la banque, « Ce partenariat fait partie des offres non financières de la Banque Polaris aux PME dans leur tentative de passer au niveau supérieur. »

«En tant qu’entreprise positionnée pour relever les défis de l’ère numérique, en particulier à l’ère du COVID-19, nous voulons aider autant de PME que possible pour garantir qu’elles tiennent dans leur secteur d’activité», a-t-elle souligné.

Une formation virtuelle est prévue du 3 au 7 août et durera 5 jours avec un maximum de 2 modules par jour, à des intervalles de temps différents (matin et après-midi). Une autre session se tiendra la semaine suivante pour la prochaine série de PME qui n’ont pas été prises en compte la première semaine.

Les participants apprendront entre autres à trouver de nouveaux clients et à bâtir des communautés d’affaires à l’aide d’outils numériques. Ils seront également exposés à des stratégies pour développer leur entreprise à l’international, établir une présence commerciale en ligne avec Facebook, utiliser WhatsApp pour développer leur entreprise, apprendre à créer des publicités Facebook et faire évoluer la publicité avec Ads Manager et dénicher des outils pour propulser leurs entreprises.

Lire aussi : Togo Zoom, une application mobile qui embrasse l’actualité

Nigéria : Une application mobile pour le dépistage de la tuberculose

L’Institut de virologie humaine du Nigéria (IHVN) et le Programme national de lutte contre la tuberculose et la lèpre (NTBLCP) se mettent ensemble. Ils ont lancé une application mobile pour le dépistage et la notification des cas de tuberculose par des prestataires de soins de santé privés. Cette application a pour but de détecter et traiter davantage de cas de tuberculose au Nigeria.

L’application Mobile dénommée « Application for Tuberculosis Screening » (MATS) est mise en place pour une meilleure lutte contre la tuberculose. Elle fournit des informations en temps réel et renseigne sur les progrès réalisés par des établissements, des laboratoires privés et d’autres entités de référence dans la prise en charge de la tuberculose.

Le président de l’IHVN, le Dr Patrick Dakum révèle que l’application mobile est déjà opérationnelle dans certaines villes. Il rappelle également que depuis le lancement de MATS en juin dernier, il y a eu une augmentation du dépistage de la tuberculose.

Au total, plus de 19 000 personnes ont été dépistées selon lui. L’ application financée par le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a permis également d’identifier 1286 individus présumés tuberculeux et 52 confirmés.

L’application MATS est téléchargeable via Google Play Store . Il est possible de s’inscrire en tant qu’utilisateur et commencer à utiliser l’application une fois activée par un centre de traitement de la tuberculose. Le Dr Chijioke-Akaniro a déclaré que MATS sera continuellement mise à jour en fonction des suggestions de ses utilisateurs.

Lire aussi : WhatsApp s’enrichit d’une multitude de fonctionnalités

Nigeria : le réseau 5G est inoffensif selon des experts

Des experts dans le domaine de la technologie au Nigeria ont démystifié les rumeurs et les fausses nouvelles entourant le réseau 5G. Selon eux, ce réseau est loin d’être nuisible à la santé humaine, améliore plutôt la vie.

Dr Toyin Enikuomehin, chef du département d’informatique de la Faculté des sciences de l’Université d’État de Lagos  lors de la 5e conférence publique virtuelle, a expliqué les contours techniques du réseau 5G . Durant son entretien, il a déclaré notamment que la 5G est sans doute le meilleur moyen de communication, appels, vidéo et audio, y compris des messages en temps réel.

 Toyin Enikuomehin a précisé que la 5G ne représente aucun danger tant pour l’homme que l’écosystème. Par contre, elle améliorerait la cybersécurité, transformerait l’écosystème, y compris les plateformes virtuelles, et changerait la façon dont les choses sont faites.

Aussi, le professeur Idowu Farai spécialiste de radiation et de physique de la santé réitère-il que tous les réseaux fonctionnent à travers des ondes électromagnétiques oscillantes, tandis que la fréquence détermine l’énergie. Ce qui permet de régulariser la fréquence et de rendre inoffensives les ondes.

Enikuomehin a par ailleurs expliqué pour finir que seule la haute énergie était exposée aux dangers, ajoutant qu’aucun réseau de communication ne fonctionnait dans la gamme de haute énergie.

Nigeria : Plus de 120 institutions se tournent vers la visioconférence

Le gouvernement fédéral nigérian applique des mesures pour protéger son personnel, en utilisant les installations de logiciels de visioconférence. Elles sont déployées par le ministère fédéral des Communications et de l’Économie numérique (FMoCDE), à travers le Galaxy Backbone (GBB) Limited.

Le ministre des Communications et de l’Économie numérique, le Dr Isa Ali Ibrahim (Photo) avait précédemment demandé à GBB d’utiliser ses installations hautement sécurisées pour garantir le maintien des fonctions gouvernementales tout en préservant la distance sociale.

Les installations de visioconférence permettent d’ assurer la productivité pour dit-on améliorer la sécurité et réduire les coûts de communication pendant cette période.

Des terminaux de vidéoconférence ont été installés dans plus de 120 institutions du gouvernement fédéral, y compris les bureaux du vice-président, des députés, ministres, cabinet du président, Centre nigérian pour le contrôle des maladies (NCDC);  départements et agences clés (MDA) du gouvernement fédéral, entre autres.

Les appels et les conférences sont sécurisés, apprend-on avec un cryptage de bout en bout au sein du réseau gouvernemental géré par GBB. 

Le ministère des Communications et de l’Économie numérique rassure qu’il fera tout son possible pour qu’il n’y ait pas d’interruptions dans les réunions cruciales du gouvernement. 

Des réunions virtuelles auront lieu régulièrement avec toutes les parties prenantes concernées de manière sûre et fiable au moment où la pandémie s’étend comme la lèpre.

Nigéria: Tek Experts s’associe à Lsetf pour créer plus d’emplois

La société de support informatique, Tek Experts, a fait savoir qu’elle était en partenariat avec le Fonds fiduciaire pour l’emploi de l’État de Lagos, LSETF, afin de pouvoir créer plus d’emplois informatiques au Nigeria.

Ces propos ont été tenus lors du sommet du LSETF, intitulé: «  Présenter les meilleures pratiques pour la création d’emplois  » à Ikeja Lagos. La société informatique a déclaré qu’elle était devenue un important employeur de main-d’œuvre, mais qu’elle cherchait à se développer davantage.

 Le directeur national de l’entreprise, Lars Johannisson, a déclaré que l’entreprise augmentera ses effectifs actuels de 1 250 personnes, au cours des 18 prochains mois, à 2 500 .

« Chez Tek Experts, notre objectif numéro un est de fournir un excellent service client et nous ne pouvons y parvenir qu’en nous assurant d’avoir les meilleures personnes possibles pour faire le travail.« , Lars Johannisson

 « Nous étions très heureux de participer à ce sommet et enthousiastes à propos de notre partenariat avec LSETF car nous pensons que c’est l’une des meilleures plateformes pour nous de recruter les meilleurs talents de l’industrie. Notre partenariat montre également notre engagement à continuer de créer davantage d’emplois informatiques qui positionneront le Nigeria comme un centre informatique majeur sur le continent africain.

 « Des partenariats stratégiques avec des organisations aux visions similaires telles que Tek Experts Nigeria nous rapprocheront de notre objectif de fournir des emplois viables dans l’État de Lagos et dans le pays dans son ensemble », a-t-il déclaré.

Nigeria : 9mobile annonce l’extension de la 4G à 16 villes

9mobile a annoncé l’extension de son déploiement 4G LTE à davantage de villes nigérianes. L’annonce rentre dans le cadre des efforts visant à continuer à offrir des services supérieurs à ses clients.

À cette fin, la société a déclaré avoir ajouté 10 nouvelles villes et villages à travers le Nigeria à son réseau 4G et amélioré les services LTE dans six villes existantes, augmentant le nombre de villes et villages au Nigeria qui bénéficient désormais d’un service de qualité supérieure avec le déploiement massif de Technologie 4G à 16.

L’extension 4G LTE sera mise en œuvre à Aba, Abuja, Nasarawa, Calabar, Enugu, Kaduna, Kano, Lagos, Niger, Onitsha, Owerri, Port Harcourt, Sokoto, Uyo, Aba et Ogun.

Le directeur général par intérim, 9mobile, M. Stéphane Beuvelet, « En plus d’apporter la 4G dans ces nouvelles villes, notre Internet 4G est livré avec le taux de latence le plus bas du marché qui garantit les meilleurs résultats de vitesse ».

 Le réseau 9mobile rassure qu’il fera des investissements soutenus dans la base d’infrastructure générale du réseau pour garantir la meilleure expérience de sa catégorie à ses clients.

9mobile a récemment augmenté ses investissements dans le déploiement de technologies de pointe à travers sa chaîne de valeur pour offrir une meilleure qualité de service. La disponibilité d’un réseau 4G dans ces communautés ouvrira un tout nouveau monde d’expérience et de possibilités pour les abonnés 9mobile nouveaux et existants, a déclaré Beuvelet.

Nigéria: le gouvernement met en garde contre l’utilisation de logiciels piratés

Le gouvernement fédéral a mis en garde contre l’utilisation de logiciels piratés par les Nigérians. Le ministre des Communications et de l’Économie numérique, le Dr Isa Pantami, l’a révélé au cours d’une récente conférence annuelle sur la cybersécurité organisée par la Commission nigériane des communications (NCC) à Abuja.

M. Pantami a toutefois déclaré que le gouvernement continuerait de montrer son engagement à renforcer la cybersécurité dans le pays.

Selon le ministre, la somme d’argent perdu à cause des activités cybercriminelles est énorme. Il a affirmé que la politique et la stratégie de l’économie numérique nationale (NDEPS) dévoilées par le président Buhari en novembre dernier visaient à approfondir l’accès aux services numériques pour une économie plus efficace et efficiente.

En conséquence, les internautes doivent savoir qu’une fois qu’ils sont en ligne, ils sont exposés à des risques.

« Par exemple, le simple fait d’ouvrir un e-mail dont vous n’êtes pas sûr que l’expéditeur expose votre système et vos données à des risques. En outre, l’utilisation de logiciels piratés doit être évitée et nous devons mettre à jour notre logiciel régulièrement pour éviter d’être la cible de cybercriminels », a mis en garde Pantami.

Danbatta, a déclaré qu’en s’attaquant à la cybercriminalité et en renforçant la cybersécurité, des mesures techniques et des instruments juridiques appropriés doivent être mis en place pour améliorer la résilience et l’intégrité des infrastructures TIC et également pour protéger nos activités dans le cyberespace.