Côte d’Ivoire : Ce qu’il faut retenir de la portabilité

Portabilité. Ce mot fait la une des journaux et fait couler encres et salives. En Côte d’Ivoire, il est désormais possible de changer d’opérateur sans pour autant changer de numéro.  Vous pouvez passer d’un opérateur dont les offres frisent la monotonie à un autre qui vous paraît plus intéressant.  Voici ce qu’il faut savoir de cette notion de « portabilité ».

Depuis ce 03 septembre, la portabilité mobile est une réalité en Côte d’Ivoire. Les 32 millions d’abonnés que se disputent Orange, MTN ou MOOV sauront plus volatiles que jamais. Chacun a désormais la possibilité d’aller et de venir, de changer d’opérateurs au besoin. C’est sans contrainte en plus !

Pour s’y prendre, il faut être un abonné actif c’est-à-dire avoir émis ou reçu au moins un appel voix ou Sms, ou s’être connecté au moins une fois au service data durant les trois (03) derniers mois .De même, le portage ou le changement d’opérateur ne peut se faire que s’il y a un espace de 60 jours calendaires entre le premier et le second. En termes simple, il faut qu’il y ait un écart de 60 jours entre votre changement de réseau et le second.

Quant aux conditions à remplir, il faut que l’abonné en question  soit bien identifié, conformément à la réglementation en vigueur (décret n°2017-193 du 12 mars 2017)  et aussi n’avoir  aucun impayé auprès de l’opérateur dont il se sépare. Cela signifie qu’il ne faut avoir souscrit à aucun service à crédit auprès de son ancien opérateur avant la prise de décision de virer de bord.

Autre point important, un abonné peut se faire porter autant de fois qu’il le souhaite autrement dit changer d’opérateur comme bon lui semble à condition qu’il remplisse les conditions. Le délai de portage est de 24 h.

Il faut aussi noter que le service de portabilité est gratuit. Néanmoins, l’opérateur qui vous donne sa carte SIM peut exiger un montant forfaitaire. Notons que les clients d’origine et ceux portés sont sur un même pied d’égalité et bénéficient des mêmes tarifs et autres services.

L’Afrique du Sud, le Ghana, le Kenya, le Nigeria, la Tunisie, le Sénégal et le Cameroun sont quelques pays africains  où la portabilité est une réalité.

 

Togo : Ce qui devrait changer avec l’avènement de la 4G !

L’avènement de la 4G au Togo a été apprécié diversement. Attendue par les abonnés depuis fort longtemps,  l’effectivité de la 4G n’a été annoncée qu’en début juillet. Qu’est-ce que cela pourrait changer dans la vie des internautes togolais ?

Les opérateurs de téléphonie mobile vantent son mérite et pensent qu’avec ce très haut débit, l’expérience de la connexion internet devra être une autre histoire. 4G sous-entend la possibilité de suivre les vidéos ou musique  en streaming (un peu comme en direct sans vouloir télécharger, ndlr), la télévision en ligne, le téléchargement rapide des  applications et l’envoi des fichiers.

La 4G permet de télécharger en très haut débit, soit 10 fois plus vite qu’en 3G. C’est un nouvel univers joignant mobilité et  performance sur Internet de façon rapide, téléchargement de  fichiers en un temps record, partage des photos et vidéos en un clic, visionnage de  film en haute définition. Elle devra également permettre aux entreprises notamment, les banques, les assurances, bref l’administration de bien servir les clients.

Ce passage des deux opérateurs de téléphonie mobile notamment Moov et Togocel à la 4G, permettra à ces derniers d’améliorer l’attractivité data puis d’offrir à la population togolaise une connexion internet plus rapide. C’est l’occasion pour les deux opérateurs de montrer de quoi ils sont capables !

«  La 4G est effective depuis le 1er juillet. Les tests ont été concluants et le lancement a été réussi. La 4G fonctionne très correctement avec des débits très acceptables. Moov est le premier opérateur à proposer la 4G qui fonctionne dans plusieurs quartiers de Lomé (port, aéroport). Nous avons des débits qui peuvent aller jusqu’à 100/150 Méga », c’est du moins ce qu’a expliqué le directeur général de Moov Togo, Abdellah Tabhiret à nos confrères de Republicoftogo.com.

Mais à côté, il faudra noter que les cartes Sim devront être configurées pour accéder à la 4G. De même, de nombreux Smartphones disponibles sur le marché ne la prenne pas en compte. Là aussi, les consommateurs hésitent puisqu’il faudra payer l’opérateur pour pouvoir y avoir accès. Certains ont carrément choisi de laisser tomber pour le moment. Selon un internaute qui s’est confié à notre Rédaction sous couvert d’anonymat, il a fallu dépenser 5 500 F pour migrer vers la 4G dans le cas de Togocel. Pour son concurrent Moov Togo, le basculement vers la 4G coûte 500 F.

 

Et vous, que pensez-vous de la 4G ?

 

Aimé Amson

La percée du mobile money au Togo

Le mobile money a fait son entrée depuis quelques années au Togo et ne cesse de séduire les utilisateurs. Partout se développent des points de transactions incluant l’envoi et la réception d’argent via mobile. Sur ce marché concurrentiel,les opérateurs de téléphonie mobile Togocel et Moov se partagent les millions d’utilisateurs de porte-monnaie électronique.

Lire aussiWhatsApp Pay : un nouveau service de paiement mobile pour bientôt

Les raisons de la percée du mobile money

En fin d’année  2015, alors le taux de bancarisation au Togo tournait autour de 17 % ,   de plus en plus de personnes optent pour  les services de paiement mobile. Il y a aussi un faible intérêt dans la sollicitation des banques. Un nombre restreint de Togolais ont accès aux services  bancaire en ligne comme  les cartes visa premier , mastercard ou encore Paypal.
Autre raison, l’envahissement du marché par les téléphones. Avec le développement exponentiel de la technologie, des millions de téléphones portables sont importés au Togo. Du fait de le baisse de leurs coûts, beaucoup de personnes n’hésitent pas à s’en procurer.L’ouverture de compte mobile money peut  se faire avec tout type de portable.Le mobile money paraît plus  souple au niveau des transactions que les services bancaires classiques et l’ouverture de compte est gratuit.

Avantages du mobile money

Que ce soit avec Moov ou Togocel, les services de payements mobiles servent entres autres  à effectuer des opérations de dépôt et retrait d’argent, paiement de factures d’électricité, achat de crédit de communication pour soi ou un autre abonné , les paiements en ligne, envoi et réception d’argent à un tiers  . A cela s’ajoute l’achat dans le réseau de commerces partenaires ( supermarchés, boutiques…). A ce rythme, les utilisateurs  peuvent  éviter de se déplacer avec beaucoup de  liquidité. Il n’y a pas longtemps, ces opérateurs se sont affiliés à des banques de la place.

Lire aussi : 9 abonnés sur 10, prêts à payer pour utiliser WhatsApp (sondage)

L’approche des banques

Les institutions financières ne veulent pas se faire compter l’histoire. Des partenariats se  nouent avec les opérateurs de téléphonie mobile afin d’ouvrir les portes du M-banking à un grand nombre d’utilisateurs. Cette association banques-opérateurs télécoms transforme les téléphones portables en véritable portefeuille électronique. Avec le mobile money, c’est chacun qui y gagne.