Coronavirus : Facebook incite au télétravail à Londres et Singapour

Des employés ont été testés positifs au coronavirus (Covid-19) poussant Facebook à fermer ses bureaux de Londres et Singapour. Les salariés de ces deux filiales ont été mis en télétravail.

Facebook a fermé deux de ses bureaux pour le moment. A Londres et à Singapour, les employés sont incités à travailler depuis chez eux. Le télétravail est donc une des solutions trouvées par Facebook pour limiter la propagation du coronavirus.

Facebook a annoncé avoir fermé ses bureaux pour procéder à des  « nettoyages en profondeur », après qu’un employé du réseau social dans l’archipel d’Asie du Sud-Est a été testé positif au nouveau coronavirus.

Après identification d’un cas dans les équipes basées à Singapour, « nous avons immédiatement fermé les zones affectées pour un nettoyage en profondeur et conseillé à nos employés basés dans les zones affectées de travailler depuis chez eux jusqu’au 13 mars », a indiqué le groupe américain dans un communiqué.

Le coronavirus, détecté dans la province de Wuhan, en Chine, a infecté plus de 100.000 personnes et fait au moins 3.456 morts dans 93 pays et territoires, selon un bilan de l’AFP réalisé à partir de sources officielles.

Aux Etats-Unis, tous les géants de la tech – Amazon, Microsoft, Google et Facebook- recommandent à leurs employés de l’État de Washington (nord-ouest) de travailler si possible de chez eux. 

Pour le paiement via Whatsapp, Facebook choisit Londres

Facebook a choisi Londres comme centre de paiement pour son service de messagerie WhatsApp. Elle renforce les espoirs de la ville de devenir une plaque tournante mondiale de la fintech et partant l’engagement de l’entreprise à monétiser cette plate-forme en pleine expansion.

Facebook a déclaré avoir choisi le Royaume-Uni, où WhatsApp est beaucoup plus populaire qu’aux États-Unis, parce qu’il attire une main-d’œuvre multiculturelle de nombreux pays où l’application est largement utilisée, comme l’Inde. Le nouveau personnel mettra en place une fonction de paiement ainsi que des produits axés sur la sécurité et le spam sur l’application.

L’application, qui compte 1,5 milliard d’utilisateurs dans le monde, augmentera ses effectifs d’un quart avec l’embauche d’environ 100 personnes. La plupart des ingénieurs logiciels seront embauchés à Londres et le personnel d’exploitation supplémentaire sera embauché à Dublin.

Mark Zuckerberg, directeur général de Facebook, a annoncé la semaine dernière que les paiements mobiles de WhatsApp seraient lancés dans plusieurs pays cette année, déclarant qu’il était particulièrement enthousiaste à propos de l’expansion après un premier test en Inde.

« Les paiements sont l’un des domaines où nous avons l’occasion de rendre les choses beaucoup plus faciles. Je crois qu’il devrait être aussi facile d’envoyer de l’argent à quelqu’un que d’envoyer une photo », a-t-il déclaré lors de la conférence des développeurs F8.

En fin d’année 2018, des ingénieurs de l’équipe fondatrice de WhatsApp ont été envoyés à Londres pour recruter du personnel, a déclaré WhatsApp.

« Nous sommes impatients de travailler avec certains des meilleurs experts techniques et opérationnels de Londres et de Dublin pour faire entrer WhatsApp dans sa deuxième décennie. WhatsApp est un service véritablement mondial et ces équipes nous aideront à fournir des paiements et d’autres fonctionnalités formidables à nos utilisateurs du monde entier », a déclaré Matthew Idema, directeur général de WhatsApp.