Congo : Appel à candidature pour le prix de l’innovation numérique

Le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’économie du Congo, Léon Juste Ibombo a lancé l’appel à candidature pour le prix de l’innovation numérique. Le lancement a été fait la semaine dernière à Brazaville.

Le concours est destiné aux jeunes dont l’âge varie entre 18 et 29 ans. Il leur permet de développer leurs connaissances dans les TIC. Ce concours promeut la culture de l’innovation et de l’entrepreneuriat.

Lire aussi : Des smartphones 5G seront en 2020 disponibles en Afrique du sud

La compétition de l’innovation numérique a été lancée en partenariat avec le géant mondial de la technologie, Huawei. Elle concerne les domaines définis dans le cadre de la vision Congo digital 2025. Des domaines comme l’e-gouvernement, l’e-citoyen et l’e-business. Des secteurs qui sont considérés comme les piliers de la cyberstratégie nationale.

Le dossier de candidature sera diffusé en ligne via le site du ministère des Postes, des télécommunications et de l’économie numérique.

Les huit meilleurs projets innovants dans le domaine du numérique gagneront le prix « Seeds for the futur 2019 » de Huawei et profiteront d’un renforcement de capacité en Chine, à Shendzen.

Lire aussi : Karenjy, la marque d’automobile made in Madagascar

Avant leur départ pour la Chine, ces huit finalistes seront présentés à l’atelier multipartite sur la réduction de la fracture numérique en matière d’innovation. Un atelier prévu pour le 14 au 18 octobre, en partenariat avec l’Union internationale des télécommunications.

Raheem Geraldo

Le  Congo veut expérimenter la 5G

Sur le continent, c’est chacun sa course et ses priorités. Au Congo, la 5G intéresse et le ministre des télécommunications et l’opérateur public. L’entreprise espagnole Applus vient d’être choisie pour implémenter la 5G. A ce jour, il n’y a que l’Afrique du sud qui ait expérimenté cette technologie avec MTN en janvier dernier.

Une délégation des responsables de l’entreprise espagnole ont eu à échanger lundi 16 juillet avec le ministre congolais en charge de l’économie numérique, Léon Juste Ibombo. Des discussions, il en ressort l’idée de faire un partenariat pour redorer le blason de l’opérateur public Congo Télécom. Le réseau national connaitra l’implémentation de la 5G, une nouvelle technologie très haut débit que ne possède- jusqu’à preuve du contraire – aucun pays africain. Même les puissances comme les Etats-Unis et la Chine ne sont aussi qu’à la phase expérimentale.

« Les investissements dans le secteur des télécommunications au Congo sont astronomiques et l’Etat a besoin des entreprises crédibles pour l’accompagner à implémenter l’écosystème de l’économie numérique. Cette société (Applus, ndlr) va aider notre opérateur historique, Congo télécom, à implémenter la 5G », explique le ministre.

La collaboration avec Applus ne se limite pas seulement à la 5G mais au repositionnement des offres de Congo Télécom. En un rien de temps, la société publique a connu une concurrence rude avec l’entrée de nouveaux opérateurs sur le marché. Raison de plus pour les partenaires espagnoles d’annoncer vouloir les aider à mieux servir les consommateurs.

« Nous sommes spécialisés dans les services mais avons remarqué que le secteur des télécommunications au Congo est encore vierge, c’est pour cela que nous privilégions le secteur du numérique. Nous allons donc travailler avec les experts du ministère des Postes et télécommunications afin de cibler les secteurs d’interventions prioritaires », a laissé entendre Matt Stead, directeur business et de développement Afrique chez Applus.

Selon des prédictions du « Rapport Ericsson sur la mobilité » publié en novembre 2017, « les opérateurs télécoms seront confrontés à la demande croissante d’un réseau avec des capacités plus rapides (faible latence et vitesses plus élevées tout au long de la transmission de données) pour offrir une meilleure couverture d’application à plus de consommateurs ».

Les régions Afrique du Nord et Moyen-Orient auront la 5G d’ici 2020 pour environ 17 millions d’abonnements. Au même moment, en Afrique subsaharienne, les premiers abonnements 5G sont attendus en 2023, pour toucher 2 millions de personnes.

A  noter que le 3GPP, l’organisme international en charge des standards de réseaux mobiles a défini en juin dernier, des normes pour l’utilisation à grande échelle de la 5G.

Crédit photo : RFI