Un jeune sénégalais conçoit un robot « sapeur-pompier »

Encore un jeune africain qui met son génie au service de sa communauté. Au Sénégal, le jeune El Hadji Mouhamadou SY a mis sur pied un robot qui peut combattre les flammes. Le robot sapeur-pompier du jeune étudiant est baptisé « Sun-eater ».

El Hadji Mouhamadou est un étudiant en troisième année de licence à l’Ecole supérieure polytechnique de Dakar. Il s’est spécialisé en génie électro-mécanique. Toujours dans son domaine de prédilection, le jeune sénégalais a pensé  mettre sur pied un dispositif utile dans sa communauté. Il a notamment pensé à soutenir les sapeurs-pompiers.

Le jeune sénégalais a conçu « Sun-eater », un robot qui vient en aide aux soldats du feu. Le robot sapeur-pompier est une aubaine pour les corps habillés lors de certaines opérations extrêmement délicates. Pour ce faire, le robot a pour mission de limiter les dégâts aussi colossaux qu’ils soient. Lors de grands incendies, dans les marchés, espaces publics et grandes entreprises. « Sun-eater » est une solution technologique adéquate selon les explications.

Lire aussi : Covid 19/ Tunisie: Un robot au chevet des patients

« Le robot est susceptible de détecter des flammes et de réagir le plus vite grâce à une interface graphique en attendant l’arrivée des sapeurs-pompiers pour nettoyer les lieux affectés », a déclaré le concepteur du « Sun-eater ». Il explique ainsi le fonctionnement de son appareil qui est équipé de capteurs à infrarouges puis d’un cerveau moteur. 

Ces deux dispositifs technologiques internes permettent de détecter les flammes et d’y diriger les jets d’eau. En attendant les sapeurs-pompiers, le robot sapeur-pompier peut déjà commencer par combattre les flammes.

RDC: Un jeune fabrique un fer à repasser rechargeable

Un jeune congolais, ingénieur en Electronique âgé  de 23 ans du nom d’Elie Safari Baraka fabrique un fer à repasser d’une autonomie de 3 heures rechargeable. Une innovation qui vient résoudre une infime partie des problèmes de coupure d’électricité.

Après huit mois de travail, le jeune ingénieur de l’électronique est venu à dégager un bijou à la fois pratique et très utile. Conçu dans son propre atelier à Goma en RDC (République Démocratique du Congo) et commercialisé sous la marque Biron, Elie Safari Baraka affirme que son fer à  repasser pouvait s’étendre jusqu’à plus de 3 heures d’autonomie.

Elie a  procédé à la conception de son petit bijou avec des matériaux qui ont été importés d’Europe et des Etats-Unis. Il s’est servi d’un appareil électronique très basique pour assembler toutes les pièces. Le fer à repasser rechargeable facilite le repassage au cas où il y aurait une panne de courant.

Lire aussi: Besi,la marque d’un jeune entrepreneur togolais basé aux USA

Le fer à repasser rechargeable de ce génie a séduit tant de congolais comme l’a si bien exprimé une cliente sur le média Africanews : « La différence entre ce fer et celui qu’on utilise avec des braises, c’est le temps que l’on perd pour allumer du feu, en plus de salir les habits. Avec ce fer nous ne rencontrons aucun problème. Le fer électrique aussi est inutilisable  en cas de panne de courant. On doit arrêter de travailler, mais celui-ci fonctionnera, car je l’aurai chargé et je pourrai ainsi poursuivre mon repassage sans problème ».

Comme c’est le cas de nombreux jeunes entrepreneurs en Afrique, Elie Safari Baraka manque de moyens pour produire et perfectionner son fer à  repasser rechargeable. Pour ce fait, il demande le soutien financier du gouvernement congolais pour qu’il puisse poursuivre son travail.

Un jeune ghanéen fabrique un « vélo balayage »

Un jeune fabrique un vélo de balayage pour rendre propre les rues et aider la communauté. L’auteur de cette belle œuvre habite à Takoradi et se nomme Frank Darko. Jeune ingénieur, il est aussi l’inventeur du vélo qui roule sur l’eau.

Ce chef-d’œuvre qu’il a renommé « vélo balayage » a été conçu pour régler les problèmes d’assainissement au Ghana. Ce vélo se présente sous forme de tricycle et balaye pendant que vous conduisez. Darko a déclaré qu’avec ce vélo l’environnement peut être maintenu très propre de plus qu’il fonctionne sans carburant.

Lire aussi : Au Rwanda, les vélos électriques gagnent du terrain

« J’ai passé cinq mois pour le parfaire parce que j’avais manqué d’outils et de machine. Mais je crois en Dieu que les choses changeront pour le mieux », a-t-il affirmé.

Le jeune ingénieur Frank Darko a expliqué que c’est la saleté de son environnement qui l’a inspiré et poussé à fabriquer ce vélo. Darko parle du problème d’ordures dans son pays le Ghana plus précisément du tas d’ordures sur la rivière Odorna à Accra. En tant que citoyen, il ne pouvait pas rester les bras croisés alors il s’est décidé à trouver une solution pour freiner ce danger.

Cela n’étonne guère car depuis un bout de temps, le Ghana se présente comme un des pays prometteurs dans le domaine technologique. Frank Darko annonce avoir encore dans sa sacoche plusieurs idées qui pourront être bénéfiques à la société. Comme quoi, nous ne sommes pas au bout se nos surprises !

Togo  : Un jeune de 19 ans crée un lavabo intelligent

Pour lutter contre la maladie à coronavirus, il est conseillé à tous de respecter les mesures barrières et de régulièrement laver les mains.

Et, depuis l’arrivée de cette dangereuse maladie, nombreux sont ces jeunes qui ont essayé de mettre à profit leur compétence.

Au Togo, un jeune étudiant inscrit à l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs (ENSI) à l’université de Lomé, crée un lavabo intelligent dans le cadre de la lutte contre le nouveau Coronavirus.

Lire aussi : Sénégal : des étudiants créent un lavabo mobile

Ce jeune togolais du nom de Sekpona Kokou Sitsopé, 19 ans, étudiant en 2ème année à l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs à l’université de Lomé vient de créer un lavabo. L’initiative est déjà très saluée sur les réseaux sociaux.

Le Lavabo intelligent met l’innovation au service de l’hygiène pour réduire la propagation du virus à covid-19. Une telle innovation permet un lavage hygiénique des mains en évitant le contact avec le robinet du lavabo. Il réduit la consommation d’eau et peut se présenter sous forme d’un système autonome.

Selon nos informations, le jeune travaille également sur un autre projet de générateur à énergie libre. Il s’agit d’un appareil qui doit produire tout seul du courant alternatif, 220v sans aucune alimentation.

Lire aussi : Burkina Faso : un jeune fabrique un lave main automatique (vidéo)

Burkina Faso : un jeune fabrique un lave main automatique (vidéo)

Prenant conscience des risques de contamination du Covid-19,un jeune burkinabé sympathisant de WakatLab a mis en place un dispositif de lave main automatique avec des objets fait maison. Ce procédé permet de se laver les mains sans toucher à quoi que ce soit.

Pour son inventeur, Ismael Ouedraogo, l’idée de créer un tel dispositif vient d’un constat assez pointu. Dans un lieu public où tout le monde utilise un même robinet pour se laver les mains, le risque d’infection est très élevé. Beaucoup sont obligés de laver les mains puis de toucher de nouveau au robinet. ce qui est d’ailleurs déconseillé. Le lave main automatique d’Ismaël a été fait à partir de quelques objets de récupération comme un bocal en verre.

Soucieux de la vide de son entourage le jeune burkinabé met déjà son invention à la disposition de sa population . Une très bonne initiative sachant que les milieux reculés ont du mal à vraiment se protéger contre la pandémie du Covid-19.

Suivez cette vidéo