Que retenir du passage de Jack Ma au Togo ?



Jack Ma, le fondateur d’Alibaba s’est entretenu avec une vingtaine de jeunes leaders africains à Lomé le 14 novembre 2019, sur l’entrepreneuriat.

Fondateur de la plateforme mondiale de commerce électronique, Jack Ma a partagé son expérience et les clés de la réussite.  D’après lui, pour réussir il faut mettre en action la foi en votre vision et la confiance en vos collaborateurs.

L’essentiel n’est pas de réaliser le maximum de profits mais plutôt proposer quelque chose d’innovant et d’intéressant à la clientèle.  Selon le milliardaire chinois, la clé d’une réussite réside dans l’investissement des ressources humaines et la force du réseautage.

Lire aussi : Nigeria : Fathia Abdullahi (12 ans) crée un robot de pliage de linge

Le richissime homme d’affaires, n’est pas resté muet sur la théorie des E pour l’entrepreneuriat.  L’émergence de l’E-commerce repose sur la théorie des E qui sont : E comme Entrepreneuriat pour créer, construire ou produire, E comme E-gouvernement qui suppose que le gouvernement réussisse sa transition numérique, et soit efficace, I comme infrastructures et promotion de l’Internet et enfin, E comme éducation.

Après une discussion avec le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, Jack Ma a déclaré être « en mesure de travailler avec les entreprises togolaises sur les moyens de paiement électronique pour pouvoir autonomiser les PME ».

Quant aux jeunes entrepreneurs, Jack Ma les a encouragés à ne pas avoir seulement des collaborateurs mais en faire une équipe voire une famille. «Il n’est de richesses que d’hommes » a-t-il souligné.

Crédit photo : L-frii

Alexine AFAYA.

Conférence Netpreneurship : Jack Ma , Jet Li et Ban Ki Moon au Ghana

Le vendredi 15 novembre 2019, l’ancien secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon, et le fondateur de la Fondation éponyme et du groupe Alibaba, Jack Ma, ont rendu des visites de courtoisie distinctes à Jubilee House (présidence). 

Ils sont tous les deux au Ghana en prévision de la première édition du Sommet Africain sur le Netpreneurship, qui se tiendra à la Conférence internationale d’Accra, le samedi 16 novembre 2019.L’acteur chinois populaire Jet Li n’a pas non plus été oublié lors de la visite. Il a également pris connaissance du programme.

Lire aussi : A 10 ans, Emmanuella Mayaki enseigne le codage informatique

L’initiative Netpreneurship est pilotée par le richissime Jack Ma. Le Sommet Africain sur le Netpreneurshi est à sa première édition . Il faut noter que Jack Ma a visité plus tôt le Togo avant de mettre le cap sur le Ghana.

Ma Yun, dit Jack Ma, né le 10 septembre 1964 à Hangzhou, est un homme d’affaires chinois. Il est reconnu comme le premier marchand en ligne au monde avec son site Alibaba.com.

Jack Ma , le fondateur d’Alibaba attendu à Lomé pour un talk

Le milliardaire chinois, Jack Ma est attendu pour un talk dans la capitale togolaise. L’information a été donnée sur la page Facebook de la Présidence togolaise. Jack Ma sera aux côtés du président Faure Gnassingbé pour s’adresser à la jeunesse pour dit-on « écrire l’avenir ».


Pour la première fois au Togo, une rencontre unique aura lieu entre les jeunes leaders d’Afrique. Jack Ma, fondateur du groupe Alibaba, philanthrope et défenseur des Objectifs du développement durable (ODD) des Nations Unies sera aux côtés de Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République togolaise.

Lire aussi : WhatsApp annonce une nouvelle mise à jour

Cette discussion est organisée par la présidence de la République togolaise et animée par Cina Lawson, Ministre des Postes et de l’Économie Numérique et des Innovations Technologiques.

Pour faire partie des participants et contribuer à la prochaine révolution numérique, il faut soumettre sa candidature.

« Partagez-nous votre projet et tentez de faire partie des heureux élus qui nous rejoindront le 14 novembre au Palais de Lomé pour vivre cette expérience unique au Togo ! », précisent les organisateurs ;


➡️ CLIQUEZ POUR VOUS INSCRIRE

Le Rwanda devient le hub africain du géant Alibaba

Paul Kagamé va encore susciter de l’admiration un peu partout dans le monde. Le président rwandais a réussi à faire installer le hub africain du groupe Alibaba, le géant du commerce en ligne chez lui au Rwanda.

Les rencontres entre Paul Kagamé et le fondateur d’Alibaba, Jack Ma ont fini par payer. Le tout premier hub africain de la plateforme mondiale de commerce électronique (eWTP) vient d’être installé au Rwanda. Il donnera aux entreprises locales l’opportunité de proposer leurs produits et services  à plus de 500 millions de clients répartis aux quatre coins de la planète.

Pour Jack Ma, le fait pour certain de penser que le Rwanda est en manque d’infrastructures n’est pas un obstacle. Il est bien vrai que certains analystes estiment que le pays de Kagamé n’est pas prêt pour accueillir Alibaba mais l’entrepreneur n’est pas sur cette même longueur d’onde.

Le Rwanda manque « d’Internet sophistiqué, de logistique, de marché, de paiement et que tout n’est pas prêt » selon des investisseurs proches du milliardaire. Ce dernier leur a dit que ce manque est justement le motif de sa venue. « J’ai dit, c’est pourquoi nous sommes venus ici », explique-t-il. « Lorsque d’autres personnes se plaignent, nous saisissons cette opportunité et l’Afrique d’aujourd’hui est bien meilleure que la Chine, d’il y a 90 ans », a-t-il affirmé.

Dans la foulée, Alibaba a signé trois accords avec le Rwanda. Ils visent entre autres à promouvoir la destination Kigali avec une des filiales du groupe chinois,  renforcer la coopération en faveur du développement économique du Rwanda, en permettant le commerce transfrontalier des produits rwandais aux consommateurs chinois, en facilitant le tourisme au Rwanda et en facilitant la croissance de l’économie numérique du Rwanda.

Jack Ma n’a pas manqué de lancer un défi personnel aux entreprises rwandaises. Son souhait est de les inciter à tirer pleinement parti de cette technologie de commerce en ligne. « Je souhaite mettre au défi les entreprises et les jeunes rwandais, hommes et femmes, de tirer pleinement parti de cette technologie », a-t-il lancé. Il faut noter qu’un projet de renforcement de capacités des universitaires, des décideurs et des entrepreneurs sur la manière de développer une économie numérique est aussi en ligne de mire.

Faure Gnassingbé chez Jack Ma

Il n’y a pas que le Ghana qui soit intéressé par la success story de Jack Ma et sa fameuse Alibaba. Le Togo l’est autant. En Chine, le président togolais, Faure Gnassingbé s’est rendu sur le campus « Xixi » du géant Alibaba. Les deux hommes ont discuté d’un partenariat pouvant permettre aux jeunes togolais de bénéficier  de diverses formations pour dit-on positionner le Togo comme une plateforme technologique de la sous-région.

Ce fut même avec plaisir que le président togolais et sa délégation ont été reçus en Chine. A leur arrivée chez Jack Ma, l’entreprise l’a annoncé sur sa page facebook. « Bienvenue au président Faure Essozimna Gnassingbé et à votre délégation togolaise ! Nous sommes honorés de vous recevoir sur notre campus Xixi», a posté Alibaba Group sur facebook.

Faure Gnassingbé et Jack Ma

Le président et sa délégation effectuent une série de rencontres en Chine. Ils sont à la recherche de potentiels investisseurs pour le Programme national de développement (PND).

Lors de la visite d’Alibaba Group, on pouvait remarquer sur une photo, le président togolais visiblement ému par la technologie que déploie ce site d’e-commerce. La photo  montre le ministre togolais en charge des postes et de l’économie numérique, Cina Lawson tout simplement stupéfaite au moment où le milliardaire Jack Ma esquissait un sourire.

« Avec Jack Ma, le chef de l’État (Faure Gnassingbé, ndlr) a suivi avec beaucoup d’intérêt la présentation du parcours de ce modèle en matière de réussite, constaté son évolution. (…) Le Togo veut compter sur Alibaba Group dans un partenariat qui permettra non seulement aux jeunes Togolais de bénéficier de diverses formations, mais également se positionner comme une plateforme technologique dans la sous-région », informe la Présidence.

Un entretien restreint a eu lieu par après entre  chef de l’État  et Jack Ma. Faure Gnassingbé a salué l’humanisme de Jack Ma. La rencontre restera sans doute historique. Elle a précédé l’annonce du départ à la retraite du fondateur d’Alibaba Group, Jack Ma.

Crédit photo : Alibaba Group

Le Ghana veut devenir une branche d’Alibaba Group

Le Ghana veut être le pays africain à accueillir une branche d’Alibaba Group. Cette proposition a été faite par le président ghanéen, Nana Akufo-Addo à Jack Ma, le patron de l’entreprise en marge du Forum sur la coopération sino-africaine.

« J’ai rencontré le co-fondateur et Président du groupe Alibaba, M. Jack Ma. Je l’ai exhorté à envisager d’établir le siège des opérations d’Alibaba en Afrique au Ghana, car Alibaba Group se tourne vers les pays partenaires d’Afrique et aide à développer les talents de la technologie », a écrit le président ghanéen sur Twitter.

L’ambition de Nana Akufo-Addo est plus que claire : faire venir le géant Alibaba en Afrique. Cela pourrait devenir une réalité du moment où cette entreprise chinoise s’intéresse de plus en plus à l’Afrique.

Alibaba, bien visible en  Afrique

Ces dernières années, la  Chine et ses entreprises ont déployé leurs tentacules sur bon nombre de pays africains. Alibaba n’est pas du reste. Au mois de juillet 2018, Alibaba Business School et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) ont réuni 29 jeunes entrepreneurs de 11 pays d’Afrique sur le campus d’Alibaba, à Hangzhou (Chine) dans le cadre de la  troisième classe de l’initiative eFounders. Cette dernière consiste à former 1 000 entrepreneurs provenant de pays en développement dont 200 d’Afrique. Étale sur 5 ans, ce programme vise à aider ces entrepreneurs à réussir dans le monde numérique.

En août dernier, Alibaba Business School  a lancé au Rwanda un programme de formation  «Global E-commerce Talent» (GET). Il est destiné aux professeurs d’universités qui sont censés former à leur tour de nouveaux talents. C’est le fruit d’un partenariat avec le Conseil supérieur de l’enseignement du Rwanda et le Rwanda Development Board.  Des cours relatifs à l’économie numérique, la formation d’une entreprise, la gestion des risques et l’acquisition de clients ont été donnés au début à 50 participants de 9 universités du pays.

Jack Ma a aussi lancé  « African Young Entrepreneurs Fund », un fonds de 10 millions de dollars issu de la fortune personnelle du milliardaire chinois.

 

 

Afrique : Jack Ma débourse 10 millions $ pour les entrepreneurs

Le richissime patron d’Ali baba met 10 millions de dollars au service des entrepreneurs africains. Ce montant ne sera pas distribué sans critères.  Il est mis à la disposition des entrepreneurs du secteur de l’économie numérique en Afrique à travers le concours « Netpreneur Prize ».

Jack Ma, l’un des milliardaires du web a lancé ce mercredi 08 août   en Afrique du sud un fonds destiné aux entrepreneurs africains.  Il était en visite dans le pays et a animé la conférence « Netpreneurs : The rise of Africa’s Digital Lions » ou « Netpreneurs, la montée des lions de l’économie numérique africain, ndlr ».

Jack a évoqué l’essor de l’économie numérique en Afrique comme «  une source de croissance et d’opportunité pour les pays en développement », raison pour laquelle il faut veiller à ce que « personne ne soit laissée pour compte». L’Afrique demeure pour lui une «  terre est pleine de chance, d’opportunités et de rêves ».

Les 10 millions de dollars annoncés seront répartis sur une période de 10 ans. 100 entrepreneurs devront en bénéficier. Chaque année, 10 personnes seront sélectionnées et tenteront de remporter la bagatelle de 1 million USD.  La Fondation Jack Ma assure qu’il leur sera réservé un accès  à la communauté des chefs d’entreprise africains de Netpreneur pour tirer parti de l’expertise partagée.

La première édition du concours aura lieu du 15 janvier au 15 avril 2019. Ce prix est axé sur l’innovation au niveau local, l’émancipation économique des femmes et des petites entreprises. « En tant qu’entrepreneur, je comprends l’importance d’obtenir un soutien dans les premiers temps », a déclaré M. Ma et de poursuivre que « ce prix démontre notre soutien à la prochaine génération de jeunes entrepreneurs en Afrique qui ouvrent la voie à un avenir meilleur et apportent des changements positifs dans leurs communautés ».

Ce programme est soutenu par des personnalités comme l’ancien secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon ou encore le secrétaire général de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), Mukhisa Kituy. « A travers ce prix, nous visons à aider les entrepreneurs africains à construire une Afrique plus inclusive et plus prospère et à améliorer de manière spectaculaire les perspectives d’avenir du continent », M. Ban.

Le milliardaire Jack a déjà lancé une initiative à l’égard des entrepreneurs africains. Depuis 2017, Alibaba Business School et la CNUCED travaille sur l’eFounders Fellowship, un programme destiné à former 1 000 entrepreneurs des marchés émergents, dont 200 d’Afrique.

 

Visitez le site du programme  en cliquant ici

 

Crédit photo : Jing Daily

 

Des entrepreneurs africains puisent de l’expérience d’Alibaba en Chine

29  entrepreneurs africains  provenant de 11 pays du continent assistent à des cours intensifs dans le cadre de l’initiative eFounders. En Chine depuis quelques semaines, des entrepreneurs africains renforcent leurs capacités  grâce à Alibaba Business School et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

Cette formation est personnellement soutenue par le milliardaire chinois, Jack Ma, patron de la plateforme d’e-commerce Alibaba. La tenue de cette séance n’est rien d’autre que la preuve de  l’engagement de l’entrepreneur en sa qualité de président exécutif d’Alibaba Group et conseiller spécial de la CNUCED. Il souhaite autonomiser 1 000 entrepreneurs des pays en développement dont 200 africains dans les  5 prochaines années. L’enjeu aujourd’hui est d’accompagner les jeunes pousses à réussir dans le monde numérique.

Jack Ma, de même que  le Dr Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la CNUCED, ont eu à échanger avec les bénéficiaires de ce programme au cours de leur séjour à Hangzhou. « Ensemble avec la CNUCED, nous voulons donner aux jeunes entrepreneurs africains les moyens de réussir non seulement dans leurs propres entreprises, mais également lorsqu’ils rentrent chez eux, en montrant aux autres comment mettre en place des modèles commerciaux inclusifs à l’ère du numérique », a déclaré  Jack Ma.

Les participants sont soient des fondateurs ou cofondateurs de leurs entreprises. Ils ont été sélectionnés au préalable à travers un appel à candidature.Les domaines concernés vont du commerce électronique, la logistique, la fintech, les mégadonnées  au  tourisme en Afrique.

Deux semaines de cours intensifs leur ont permis de se frotter aux réalités d’une géante entreprise comme Alibaba. Ils constatent de visu les transformations qui ont eu lieu. Il y a une dizaine d’années, la Chine avait  presque les mêmes difficultés que traverse aujourd’hui le continent africain. Malgré cela, Alibaba est devenue ce géant du commerce électronique que tout le monde connait.

 

Crédit photo : DR

Que retenir de la visite de Jack Ma en Afrique ?

Jack Ma , le patron du célèbre site de vente en ligne Alibaba était
à Kigali (Rwanda) dans le cadre du Youth Africa Konnect Summit 2017. L’homme le plus riche de la Chine ne s’est pas seulement contenté de prodiguer des conseils aux entrepreneurs.

Il en a profité pour lever le voile sur son projet de financement  de 10 millions de dollars destiné aux  start-ups africaines. 200  entrepreneurs devront aller en Chine pour se familiariser avec le climat de travail qui prévaut au sein du Groupe Alibaba.

Lire aussi : Rwanda: Alibaba promeut l’économie numérique

Baptisé « African Young Entrepreneurs Fund », le fond pèse 10 millions de dollars issus de la fortune personnelle du milliardaire chinois. « Je crois que davantage de gens viendront soutenir le fonds et le renforcer », a t-il mentionné. Les secteurs ciblés sont la technologie et le commerce électronique.

Lire aussi : eFounders Fellowship Program/ 3 Togolais en immersion chez Alibaba

Jack Ma évoque le prochain  partenariat entre la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et les Universités d’Afrique afin de pouvoir y former les étudiants dans les technologies de l’e-commerce, l’intelligence artificielle, la big data, entre autres.

De plus , le président fondateur d’Alibaba dit vouloir faire 200 jeunes entrepreneurs africains pour travailler au siège de son entreprise.

Crédit photo : Intelligence Artificielle