Facebook et Internet Society désormais unis pour une bonne connexion en Afrique

Augmenter la connectivité sur le continent par la technologie IXP , c’est l’objectif principal d’un accord entre Facebook et Internet Society est axé sur le déploiement  des repères d’échanges internet (IXP) dans toute l’Afrique. Technique encore inexplorée sous les tropiques, le IXP est une fondation physique qui permet aux différents fournisseurs d’accès Internet d’échanger du trafic entre leurs réseaux de systèmes autonomes. Il découle d’une remarque selon laquelle la plupart des pays africains, sont encore dépendants des trafics internet de l’extérieur. Un procédé qui crée de nombreuses complications de connexion ayant à leurs tours des impacts sur l’économie des pays touchés.

Avec jusqu’à 42% des pays dépourvus d’IXP, de nombreux pays figurent ainsi sur la liste de ceux dont la plupart du trafic internet national est échangé via des points situés à l’étranger. Leur multiplication sera bénéfique non seulement pour le public en général, mais aussi pour les entreprises, notamment celles spécialisées dans la fourniture de solutions internet.

C’est donc un énorme défi que les responsables d’Internet Society veulent relever au niveau de l’Afrique. Dawit Bekele, directeur du Bureau régional africain affirme que la communauté Internet ambitionne de garantir qu’au moins 80% du trafic Internet consommé en Afrique soit accessible localement et seulement 20% hors du continent d’ici 2020. Facebook prouve aussi toute sa détermination de faire réussir ce plan.

Le responsable de la connectivité et de l’accès pour l’Afrique chez Facebook Kojo Boakye,estime que le partenariat avec Internet Society participera à développer l’écosystème IXP en Afrique en déployant des ressources telles que la formation et l’équipement. Bien que le nombre présent de points d’échange Internet ne permet pas encore d’atteindre l’objectif fixé d’avoir au moins 80% du trafic Internet consommé accessible localement, il sert au moins à se rapprocher grandement de l’ambition affichée. Et pour Facebook, l’association avec Isoc entre dans le cadre de son projet Internet.org dont le but est de favoriser l’accès de beaucoup d’Africains à l’Internet.

 

Ahlin A.

 

Haïti tient son premier forum sur la Gouvernance de l’Internet

La République d’Haïti tient le premier forum sur la Gouvernance de l’Internet.  Cette rencontre aura lieu ce jeudi 13 septembre 2018 à Petion Ville sous le thème: « Connecter les déconnectés et construire l’avenir du numérique en Haïti ». Elle est organisée par l’Internet Society Chapitre Haïti en collaboration avec LACNIC, Internet Society et IGF SA (IGF Support Association).

Pour les premiers responsables de l’Internet Society Chapitre Haïti,  ce forum multipartite permet à de différents acteurs d’échanger sur les questions de politique publique relatives aux éléments clés de la gouvernance de l’Internet.

Quant au thème de la rencontre, « il interpelle à mettre sur la table un débat sur la connectivité et l’accès à internet en Haïti pour  combattre l’exclusion numérique et favoriser l’Inclusion numérique dans une approche multipartite en promouvant des  initiatives qui visent à développer des infrastructures d’Internet et réduire les inégalités de connectivité et d’accès à internet. Comme indicateur important de développement, la disponibilité du haut débit pour tous représente aussi une nécessité en Haïti », apprend-on d’un communiqué dont copie nous est parvenue.

Depuis sa première réunion en 2006, le FGI a été invité chaque année par le Secrétaire Général des Nations Unies, selon le mandat énoncé dans l’Agenda de Tunis pour la société de l’information. Le FGI réuni divers groupes d’intervenants pour se partager des informations et bonnes pratiques sur la gouvernance de l’Internet. Son rôle s’étend même vers la  compréhension commune dans la façon de maximiser les opportunités qu’offre Internet tout en prenant en compte ses risques et ses défis sur le plan national, régional et international. Ce premier forum ne sera pas le dernier. D’autres suivront nous rassurent les organisateurs.

Notons que le chapitre haïtien de l’Internet Society se prépare déjà pour participer à la 13e réunion annuelle du FGI organisée par l’Organisation des Nations-Unies .Elle se tiendra en France du 12 au 14 novembre 2018.

 

 

 

Internet Society pour étendre l’internet à toute l’Afrique

Internet Society soutient la 8ème édition du forum africain sur le peering et l’interconnexion (AfPIF). Elle  a ouvert ses portes à Abidjan (Capitale de la Côte d’Ivoire) du 22 au 24 août .

« L’écosystème Internet florissant est la fondation qui permettra d’atteindre 80 % de trafic Internet accessible localement et 20 % de trafic international d’ici l’année 2020 » indique Dawit Bekele,Directeur de l’antenne régionale pour l’Afrique de l’Internet Society .

Lire aussi : Le compte du patron de Twitter piraté sur son propre réseau social

Par définition, le peering est un accord d’échange de trafic entre les opérateurs de téléphonie mobile. Cela signifie simplement que deux ou plusieurs opérateurs de services Internet se mettent d’accord pour interconnecter puis à augmenter la vitesse de transmission des données.

Lire aussi : Facebook permet aux utilisateurs de mieux contrôler leurs données

Ainsi, ces opérateurs réduisent la majeure partie des sommes dues aux exploitants des grands réseaux et d’autres parts permettent un accès gratuit aux consommateurs.