Deux équipes africaines gagnent le concours mondial de Huawei

Lors de la finale mondiale du concours Huawei ICT competition 2020 qui a eu lieu à Dongguan en Chine, deux équipes africaines ont raflé les premiers prix. Lancée depuis le 06 novembre, cette édition a connu son verdict.

L’ICT competition de Huawei est un concours mondial mis en place par Huawei Technologies pour valoriser le des jeunes étudiants du monde entier. Placée sous le thème « Connexion-Gloire-Avenir », la finale mondiale du TIC 2020 de Huawei qui se tient chaque année a vu la participation de 110 équipes composées de 330 étudiants représentant 39 pays. A l’image de l’édition précédente, les étudiants algériens ont encore remporté le premier prix.

Lire aussi:Une entrepreneure camerounaise réalise plus d’un million de dollars sur Amazon

Dans un communiqué, Huawei Algérie s’est pressé d’annoncer cette nouvelle : « Pour la deuxième année consécutive, des étudiants algériens ont décroché samedi la première place au concours mondial de Huawei spécialisé dans le domaine des Technologies de l’Information et des Télécommunications, ICT Competition 2020 ».

La première équipe est composée de deux étudiants algériens : Sid Ahmed Nouar et Sofiane Maidat de l’Université de Bab Ezzouar et la deuxième équipe est composée d’un étudiant algérien Bousaidi Mahfoudh de l’université et de Walid Boucenna, un instructeur. La première équipe de Network a remporté « Grand Prize » qui surclasse le premier prix et la deuxième équipe a été classée première de sa catégorie en Cloud. Les étudiants joyeux des prix reçus ont dédié leur victoire à leurs familles, à leurs amis et à toute l’Algérie.

Cependant, Huawei Algérie a précisé qu’il allait multiplier les partenariats avec les universités présentes sur le territoire algérien pour promouvoir davantage le secteur du TIC et améliorer les connaissances pour le bien-être des jeunes étudiants.

Bénin : Huawei forme sur la 5G et les nouvelles technologies

Le géant chinois de la technologie Huawei jette son dévolu sur les étudiants béninois. L’entreprise vient d’y lancer un programme de formations bénéfique à ces jeunes apprenants. Ces derniers seront outillés sur la 5G et les nouvelles technologies.

Huawei vient de lancer « Seeds for the Future » (Des graines pour l’avenir) au Bénin. Après les étudiants ivoiriens, ce sont ceux du Bénin qui vont jouir de cette opportunité. La formation dans le cadre du programme a été lancée ce lundi 9 novembre 2020. Pour ce faire, Huawei est soutenu par le ministère de l’enseignement supérieur.

Ils sont une vingtaine d’étudiants béninois à avoir débuté une semaine de formation. Les thématiques des ateliers aborderont diverses connaissances sur le numériques et les nouvelles technologies. Les étudiants seront formés sur la 5G, le cloud informatique et l’intelligence artificielle.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : Huawei forme les jeunes étudiants

Sont aussi au programme : la genèse et les développements technologiques de Huawei, ainsi que la cybersécurité et la digitalisation. Les cours se tiendront chaque jour pendant deux heures en ligne et en direct. Notons que les étudiants qui bénéficient de cette formation ont été sélectionnés par le ministère de l’enseignement supérieur. Ce sont les meilleurs de leurs différents établissements.

Les critères de la sélection sont : la maîtrise de la langue anglaise, la spécialité (science, ingénierie, informatique, etc.) et l’excellence du parcours académique. Par ailleurs, le programme « Seeds for the Future » de Huawei vise à outiller les jeunes africains sur le numérique.

Ghana: Huawei va déployer les services télécoms dans les villages

Le gouvernement ghanéen veut accélérer le déploiement des services Télécoms dans ses zones rurales. Le ministère ghanéen des communications a signé un partenariat avec « Exim Bank of China » pour la construction de 2000 sites Télécoms.

En collaboration avec les Fonds d’investissement ghanéen pour les communications électroniques (GiFEC), le ministère ghanéen des communications a signé un accord ce 29 septembre 2020 avec Exim Bank of China. La construction des 2000 sites Télécoms en zones rurales a été confiée à Huawei Technologies.

Lire aussi: Ghana : 11 startups participeront au premier accélérateur d’intelligence artificielle

Il est bien vrai que le secteur des télécommunications ait connu un essor considérable durant ces dernières années, cependant les zones rurales ne sont couvertes par les services de Télécommunications. Avec un pourcentage de couverture télécoms nationale de 83%, le déploiement des services télécoms dans villages fera grimper la couverture nationale des services télécoms à 93% d’ici 2021.

Ces constructions de sites pourront fournir des services voix et data à plus de 3,4 millions de personnes résidant dans des milieux inacessibles. Les 2000 nouveaux sites Télécoms viendront en renfort aux 400 sites existants qui ont interconnecté plus de 2000 villages soit 1.2 millions de personnes. Ces nouveaux sites qui seront livrés par Huawei Technologies d’ici septembre 2021 seront loués aux opérateurs nationaux qui sont chargés de commercialiser les services de télécommunications.

Encore un coup de maitre pour Huawei Technologies qui essaie coûte que coûte d’imposer son influence sur le marché africain précisément dans les services des télécoms.

L’Algérie accueille la « World Conference  Huawei »

La grande compagnie des télécommunications et des appareils connectés Huawei a annoncé jeudi dans un communiqué que la première édition locale et régionale de la World Conference Huawei Connect (HC) aura lieu en Algérie.

Cette première édition de la World Conference HC mettra en avant les sujets primordiaux qui occupent la scène technologique. Prévue pour le 28 et 29 septembre, cette première édition du Huawei Connect comptera sur la présence des hauts dirigeants de la compagnie téléphonique Huawei. Le président de Huawei Joe Ping, le membre du conseil d’administration et président de Huawei Enterprise Group Peng Chung Yang, directeur exécutif et président du conseil d’administration de Huawei Investment Review David Wang et Hu Jinlong président du groupe Al and Cloud Services seront tous présents à la World Conference en Algérie.

Lire aussi: Algérie: Des mesures pour redynamiser l’écosystème Tech

Cette édition est placée sous le thème : « Ensemble pour créer une nouvelle valeur technologique » indiquant les sujets qui seront abordés durant ces deux jours. Les deux premiers jours sont placés chacun sous un thème. Au cours de la première journée, il sera question de « Créer de la valeur pour assurer une synergie entre les cinq domaines technologiques ». Il y aura au programme les stratégies de transformation numérique intelligente dans les institutions et gouvernements dans un premier temps et dans un second temps des solutions et innovations de Huawei pour les entreprises et gouvernements.

La deuxième journée sera marquée par le thème « Transformer un modèle pour créer une valeur ajoutée plus efficace ». Elle se focalisera plus sur les solutions de Cloud Computing. Cette édition du Huawei Connect est une opportunité pour les participants de réfléchir sur les
dernières technologies, prendre part à la visite virtuelle de la salle d’exposition « Shanghai ». Cette édition penchera aussi sur les solutions d’applications industrielles et les solutions spécialisées de Huawei.

Maroc: Huawei va y lancer la 5G

Dans l’optique d’étendre son influence sur le marché numérique, l’équipe Huawei basée au Maroc a annoncé son intention d’implanter le réseau 5G au Maroc.

D’après l’agence de presse Xinhua, Chakib Achour, le directeur marketing stratégique de Huawei Maroc a déclaré dimanche dernier que ce déploiement de la 5G va booster la connectivité. Il déclare : « Aujourd’hui, l’ambition de l’équipe Huawei Maroc est de favoriser le déploiement le plus tôt possible du réseau 5G auprès des opérateurs télécoms pour permettre à l’écosystème digital local de booster sa connectivité et profiter pleinement des opportunités technologiques et business, liées à Internet, des objets (IOT), le Cloud, le Big Data et l’intelligence artificielle ».

Le directeur marketing stratégique de Huawei affirme que ce pas vers le réseau 5G au Maroc doit permettre au Maroc d’asseoir sa souveraineté numérique pour mieux protéger les données privées des entreprises et citoyens marocains. Une solution bénéfique pour les opérateurs télécoms marocains .

Lire aussi: Un Camerounais crée un système de contrôle de la 5G

Cependant, le déploiement de la 5G au Maroc demeure encore une expérience dans l’apport des services 5G avec une meilleure connectivité pour le grand public, pour le monde industriel et pour les acteurs publics. Le géant chinois Huawei demeure le numéro 1 mondial dans le déploiement de la 5G. Avec plus de 3174 brevets déposés, Huawei est sollicité par beaucoup de pays pour l’introduction de la 5G.

Avec les 3 opérateurs télécoms notamment Inwi, Maroc Télécom et Orange, le Maroc fait partie des marchés les plus prometteurs du secteur de la télécommunication. Ces opérateurs se disent prêts à accueillir la 5G mais n’attendent que l’ANRT (Agence Nationale de Réglementation des télécommunications) qui doit modifier le dispositif juridique.

Angola : Unitel  et Huawei fourniront des équipements numériques aux écoles publiques

L’opérateur de téléphonie mobile Unitel et la société chinoise Huawei s’associent pour venir en aide aux écoles publiques. Unitel mettra à la disposition des élèves des écoles publiques l’internet gratuit. Quant à la compagnie technologique Huawei, elle fournira à ces élèves les équipements numériques nécessaires.

Mercredi dernier, un accord a été signé entre Unitel et Huawei pour donner naissance à un projet portant sur la digitalisation des écoles publiques. Le projet en question sera piloté par le ministère de l’Education. D’ici peu, les élèves des écoles publiques pourront bénéficier d’un internet gratuit pendant les classes grâce à Unitel et Huawei.

Lire aussi: Huawei développe le concurrent de Google Maps

L’accord a été signé entre la directrice générale du département Corporate Affairs d’Unitel Eunice Carvalho et Le président du comité exécutif de Huawei Angola, Liuhongzhen Michael. Selon l’accord, Unitel se chargera de fournir la connexion internet et Huawei s’occupera à fournir les équipements numériques d’accès à internet ainsi que les solutions technologiques. Les provinces de « Huambo » et « Bié » ont été choisies pour un aperçu du projet sur le terrain. Dans ces 2 provinces, 480 tablettes numériques seront distribuées aux élèves d’élèves, 50 ordinateurs de bureau seront fournis aux enseignants et 50 vidéoprojecteurs pour les salles de classe.

Ce projet avec Huawei consistera à éveiller l’habitude de recherche académique chez les étudiants et à les initier à l’utilisation des équipements numériques comme outil de communication, a déclaré Eunice Carvalho. Cet accord entre Unitel et Huawei a une durée de deux ans renouvelable. Pendant tout ce temps, c’est le ministère angolais de l’Education qui coordonnera le projet.

Angola : Huawei va y construire un parc technologique

En vue d’étendre sa formation technologique en Angola, la compagnie téléphonique Huawei compte ouvrir un parc technologique dans la capitale, Luanda. D’ici décembre 2021, Huawei compte ouvrir ce parc qui s’estimera à 60 millions de dollars américains.

En effet, ce parc technologique sera consacré principalement sur la formation et le partage de nouvelles technologies. La construction de ce parc technologique a fait sujet de discussion entre le directeur de Huawei Angola Chu Xiaoxin et le vice-président de l’Angola, le 27 Août 2020.

Le directeur de Huawei Chu Xiaoxin a indiqué que la mise en place et l’inauguration du parc se fera dans la province de Taloma à Luanda. Le parc technologique qui devrait former plus de 1500 ingénieurs abritera trois centres de préparation des ingénieurs angolais, d’innovation en matière de nouvelles technologies et d’échange de connaissances technologiques.

Dans ce sens il affirme « nous allons former des talents locaux. Nous accompagnerons nos partenaires et clients dans l’innovation et l’essor de nouvelles technologies. Avec un centre d’expérience, nous apporterons les technologies les plus avancées et nouvelles à la société angolaise ».

Lire aussi : Angola aura un musée des sciences et de la technologie

Huawei considère le marché angolais comme étant le plus prolifique. Huawei travaille dans les technologies de l’information et veut améliorer des infrastructures de communication en Angola. La société Chinoise veut donc faciliter l’accès au digital à tous les citoyens angolais. Il développe aussi la 2G, 3G et 4G et souhaite renforcer l’interconnexion entre les personnes sur le territoire angolais. En plus d’apporter son expertise technologique en Angola, Huawei veut monter un projet réunissant toutes les compagnies de télécommunication d’où la construction de ce parc technologique.

Il est à rappeler la compagnie chinoise Huawei, fondée en 1987 occupe une place importante dans le monde technologie derrière les grands comme Samsung et Apple.

Huawei, numéro 1 mondial des ventes de smartphones !

Le géant chinois Huawei a de bons résultats. Premier du monde en termes de vente de smartphones. Il devance pour une des rares fois son concurrent Samsung. En avril dernier, le constructeur chinois détrônait son rival avec 19% de parts de marché dans le monde, contre 17% pour Samsung pour la première fois.

Les sanctions américaines n’auront finalement pas eu raison de l’entreprise chinoise. Ses performances sont attribuées plutôt à la crise sanitaire actuelle dont l’épicentre reste la Chine. Son rang a été facilité par la reprise des activités économiques marquée par le déconfinement.

D’après les chiffres relayés par le bureau d’études Canalys, Huawei s’est imposé devant Samsung pendant tout le second trimestre 2020. Pendant cette période, la marque chinoise a vendu 55,8 millions de smartphones (en baisse de 5% sur un an), contre seulement 53,7 millions pour Samsung (-30% sur un an).

Le rapport de Canalys démontre clairement que Huawei profite de la reprise en Chine. « C’est un résultat remarquable que peu de gens auraient prédit il y a un an. Sans le COVID-19, cela ne serait pas arrivé. Huawei a pleinement profité de la reprise économique chinoise pour relancer son activité de smartphone » explique Ben Stanton, analyste de Canalys. Depuis le déconfinement en Chine, le groupe a consolidé sa domination sur ce marché avec 70% des parts, loin devant la concurrence. Au même moment, Samsung a 1% du marché.

Des analystes pensent que Huawei ne peut se féliciter de sitôt car la reprise des activités en Europe, USA, Brésil arrangera prochainement Samsung. « Nous avons démontré notre exceptionnelle résilience en ces temps difficiles. Malgré cette période de ralentissement économique mondial et de défis sans précédent, nous avons continué de croître et d’asseoir notre position de leader » fait valoir un porte parole de Huawei à l’AFP.

Lire aussi : WhatsApp : cette fonctionnalité tant attendue sera bientôt disponible

Huawei développe le concurrent de Google Maps

La guerre qui oppose Google et Huawei continue de plus bel sur le marché de la technologie. Même l’apparition du Covid-19 n’a pas assez de poids pour interférer entre les deux géants. En effet le chinois Huawei vient de lancer son application de cartographie pour concurrencer celle de son rival Google. 

Après les sanctions américaines infligées à pekin par l’administration Trump, Huawei s’était vu retirer son partenariat Android d’avec Google pour équiper ses smartphones. Depuis, le géant chinois a pris du recul et est allé chercher des partenaires outre-manche. Voulant tout d’abord s’associer avec le concepteur de systèmes GPS TomTom c’est finalement « Here wego » qui va être sa touche finale et retenir son attention. Here we go est une application de géolocalisation développée chez Nokia auparavant. Huawei l’a mise en place pour rivaliser avec  Maps de l’américain Google. 

Lire aussi : Google supplie les Etats-Unis de le laisser travailler avec Huawei

Le magazine Forbes vient de publier des informations qui affirment que Huawei visait à développer une application  pour situer ses clients et utilisateurs sur une carte virtuelle intégrée dans ses smartphones Huawei et Honor. L’application est disponible dans sa boutique en ligne depuis ce jeudi 23 avril. 

La navigation de cette application guidée en vocal propose des informations sur les conditions de circulation dans près de 1300 villes. Huawei espère dans le même temps améliorer App Gallery sa boutique en ligne à coût de milliard. Il a lancé un appel d’offre aux potentiels développeurs. Huawei souhaite aussi avoir Google comme allié pour installer les applications de ce dernier dans sa boutique en ligne.

Pour l’heure Huawei doit se contenter de sa nouvelle application de cartographie puisque l’embargo américain pèse toujours dans les relations de Huawei et Google. 

Google supplie les Etats-Unis de le laisser travailler avec Huawei

Google demande de nouveau à l’administration américaine de passer l’éponge sur les sanctions émises contre Huawei. Le groupe chinois met en place des alternatives afin de se passer des services de Google, la firme de Mountain View. 

Google n’a pas encore tiré un trait sur son partenariat avec Huawei. D’après Sameer Samat, vice-président de Google Play et d’Android,  une nouvelle demande de dérogation aété récemmet déposée  afin de pouvoir travailler avec Huawei.

Depuis novembre 2019, Washington accorde en effet des licences à certaines firmes désirant collaborer avec Huawei. La plupart des demandes de licence sont systématiquement refusées par le gouvernement Trump.  Micron a obtenu une dérogation de la part des Etats-Unis.

Si l’administration américaine le veut bien, Huawei va pouvoir réinstaller les Google Mobile Services dans ses téléphones. Une chose est sûre, que les sanctions contre Huawei soit d’actualité ou non, l’entreprise chinoise s’en moque. Ses alternatives se positionnent plutôt bien.

. « AppGallery est l’un des trois premiers magasins d’applications au monde, servant plus de 600 millions d’utilisateurs d’appareils Huawei dans plus de 170 pays / régions avec une riche sélection d’applications mondiales et locales » affirme Huawei dans un communiqué.