WhatsApp : voici vos données qui seront partagées avec Facebook

Le réseau social WhatsApp a tenu à mettre fin à la polémique concernant le changement de ses conditions d’utilisation. La plateforme de messagerie instantanée, face à l’exode de ses utilisateurs vers d’autres plateformes a décidé de préciser les données qui seront partagées avec Facebook. Elle rassure que le changement ne concerne aucunement les échanges privés des utilisateurs.

WhatsApp a vu déserter plusieurs utilisateurs de sa plateforme vers d’autres réseaux sociaux tels que Signal ou Telegram. Face à cette situation qui devient inquiétante et porte un coup bas à sa notoriété, le réseau social a voulu mettre les points sur les « i ». La plateforme a révélé explicitement les données des utilisateurs qui seront partagées avec Facebook.

Lire aussi : Comment supprimer son compte WhatsApp ?

« Nous voulons être clairs sur le fait que le changement des conditions d’utilisation n’affecte en aucun cas le caractère privé de vos messages », a déclaré la plateforme filiale de Facebook. Pour rassurer les internautes pris de panique par le changement des conditions d’utilisation, WhatsApp a rappelé qu’elle n’a pas accès aux messages, appels et autres groupes de discussion. Les données de localisation et de contact ne préoccupent pas le réseau social.

La firme enregistre seulement les discussions avec les entreprises. Selon WhatsApp, le changement des conditions d’utilisation ne lui donne que la possibilité d’accéder aux conversations avec les entreprises. « Toutes les communications par téléphone, email ou Whatsapp avec une entreprise induit que celle-ci peut voir ce que vous dites et peut donc utiliser cette information à ses propres fins marketing », a-t-elle expliqué pour répondre à ceux qui parlent déjà d’espionnage.

Pour dissiper les inquiétudes de ses utilisateurs, la plateforme rappelle également la possibilité de configurer la disparition des messages, ainsi que de télécharger ses données personnelles.

Ces applications qui aident à gérer une page Facebook

Facebook est le réseau social favori des entreprises, marques ou personnalités en quête de reconnaissance internationale. Pour ce faire, il faut nécessairement passer par les pages pour pouvoir rassembler un grand nombre d’internautes. En fonction de l’objectif visé, vous avez quelques applications pour vous aider dans la conquête de votre audience.

Pour faire en sorte que votre Page attire le marché ou l’audience visée, il faut une bonne gestion. Vous devez passer par des contenus qui ne laisseront pas votre cible indifférente. Pour parvenir à ce résultat, il vous est proposé quelques outils parallèles à Facebook. Voici donc quelques applications utiles pour une page Facebook professionnelle :

1- Alerti : cette application produit d’excellentes données sur la consultation des pages. Des chiffres complets sont communiqués sur l’engagement, l’audience, la portée, les données démographiques et plus encore. Cet outil permet aussi de comprendre les performances de sa page pour la rendre plus performante. 


2- AgoraPulse : elle permet de comparer une page avec d’autres pages équivalentes. Cela vous permet d’ajuster vos publications par rapport à la concurrence.


3- My Company’s Hiring : c’est une appli pour informer votre communauté que vous recrutez du personnel en CDI, CDD ou stagiaire. Une application orientée sur le recrutement.

Lire aussi : Facebook : les « J’aime » vont disparaître sur les Pages


4- Facebook EventBistro : elle permet de promouvoir un événement et de gérer une billetterie en ligne sur sa page Facebook.


5- Facebook MailChimp : c’est un outil qui permet aux visiteurs d’une page de s’abonner à la newsletter du site web.


6- Documents : un outil pour éditer des documents avec un groupe de personnes directement depuis Facebook


7- Interactive Friends Graph : cette application est efficace pour faire de la publicité sur un produit, un événement, une entreprise, etc.

8- Kontest : un outil utile pour organiser un jeu-concours sur votre page.

Facebook : les « J’aime » vont disparaître sur les Pages

Avec la nouvelle version des Pages du réseau social Facebook, il n’y aura plus d’affaire de « J’aime ». La firme de Mark Zuckerberg annonce l’arrivée et l’expansion d’une nouvelle version pour les Pages du réseau social. 

Un changement palpitant sur Facebook concerne la suppression des fameux likes (ou J’aime) et le bouton réservé au nombre d’abonnés. « Contrairement aux Likes, les abonnés sont des personnes qui peuvent recevoir des mises à jour, donnant au public des informations plus précises sur leur base de fans », explique Facebook

Lire aussi : ALERTE/ Facebook : voici la nouvelle méthode des pirates

Facebook indique que si un utilisateur aime une Page classique sans y être abonné, il ne sera pas transféré comme abonné sur la nouvelle version de la Page Facebook quand elle sera disponible. Il n’y aura pas non plus de transfert pour les utilisateurs qui s’abonnent à la page classique, mais ne l’aiment pas.

Outre la disparition des likes, la nouvelle version du site bénéficie d’un design repensé et épuré, d’une source d’actualités dédiée, d’une navigation simplifiée entre le profil personnel et la Page et de mises à jour des outils de gestion. Il y a également des consignes par rapport au badge.

Si la page classique possède un badge de vérification, elle sera transférée vers la nouvelle page. Le réseau social continue d’augmenter la visibilité du badge vérifié pour faciliter l’identification des publications et des commentaires des sites et profils d’origine.

WhatsApp supprimera votre compte si vous refusez de partager vos données avec Facebook

WhatsApp continue son bonhomme de chemin à travers ses mises à jour incessantes et l’ajout de plusieurs fonctionnalités. Cette fois-ci, c’est la politique de confidentialité qui sera touchée. WhatsApp a toujours été à l’écart en ce qui concernait les données privées de ses utilisateurs, c’est ce que l’application de messagerie veut faire croire à ses milliards d’utilisateurs par cette déclaration : « le respect de votre vie privée est inscrit dans notre ADN. Depuis que nous avons lancé WhatsApp, nous aspirons à créer nos services en gardant à l’esprit un ensemble de principes de confidentialité solides.»

En effet, cette déclaration qui régit la politique de confidentialité de l’application de messagerie n’aura plus aucune valeur à partir du 08 février 2021. Certains ont commencé par recevoir ce message depuis ce mercredi 06 janvier 2021. La filiale de Facebook alerte ses utilisateurs sur la mise à jour des conditions d’utilisation et de confidentialité qui devrait entrer en vigueur le mois prochain. Les mises à jour essentielles concernent la manière dont les données des utilisateurs sont traitées, comment les entreprises peuvent utiliser les services hébergés par Facebook pour le stockage et la gestion des discussions WhatsApp.

Lire aussi : Comment télécharger des vidéos sur Facebook ?


Ces différentes mises à jour permettront à WhatsApp de partager un grand nombre de données des utilisateurs avec les autres filiales de Facebook notamment les informations d’enregistrement de compte, les numéros de téléphone, les données de transaction, les informations relatives au service, les interactions sur la plateforme, les informations sur les appareils mobiles, l’adresse IP et d’autres données collectées en fonction des utilisateurs.


Par ailleurs, cette nouvelle politique de partage de données avec Facebook et ses filiales, ne s’applique pas aux pays de la zone européenne faisant partie de l’Espace économique européen (EEE) car ces états sont régis par les règles de protection des données GDPR.


Ces mises à jour des conditions et de la politique de confidentialité de l’application de messagerie WhatsApp voient le jour suite à la vision de Facebook axée sur la confidentialité dans le but d’intégrer ses filiales ensemble (WhatsApp, Instagram, Messenger) et de fournir des services plus optimisés à ses utilisateurs.


Cependant, les utilisateurs qui n’accepteront pas la nouvelle politique de confidentialité de WhatsApp au plus tard le 08 février 2021, n’auront plus accès à leurs comptes. Il est bien vrai que les politiques de confidentialités sont très longues et pleines d’expressions juridiques, mais sa compréhension vaut la peine. Ce qui est évident est que, une mise à jour comme celle-ci requiert votre attention. Prenez le temps de tout lire, ce sont vos données personnelles que vous exposez.

Comment créer une page Facebook en 4 étapes ?

Bon nombre d’utilisateurs amateurs de Facebook trouvent la création d’une page complexe. Il est temps de démystifier cette conception. Créer une page sur le réseau social de Mark Zuckerberg peut se faire en quelques clics répartis en 4 étapes.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, sachez qu’il y a une différence entre un profil Facebook et une page. Le premier est votre espace privé dédié au partage des photos, des statuts avec votre entourage proche qui est limité à 5000 amis. Vous devez créer cela avec votre propre nom.

La page Fan ou page professionnelle est dédiée à un projet, notamment : une entreprise, une organisation, une marque, une carrière artistique, etc. C’est un espace que le réseau social vous propose pour partager tout ce qui est lié au projet à une large audience. Donc maintenant que vous saisissez l’importance d’une page Facebook, apprenons à la créer en 4 étapes.

Lire aussi : WhatsApp : Ces mises à jour attendues en 2021

  1. Connectez-vous à votre profil personnel Facebook. Si vous en avez pas, alors il est temps d’en créer car c’est indispensable pour la création de la page.
  2. Une fois connecté à votre profil personnel, sélectionnez le menu déroulant à droite puis cliquez sur «créer une page»
  3. Là, il vous est proposé plusieurs catégories dans lesquelles se trouvent celle de votre entreprise ou marque. Sélectionnez la catégorie qui correspond à votre activité, puis renseignez les différents champs. Tâchez de bien choisir le nom de la page car il représente votre identité sur le réseau social et il vous sera difficile de le modifier dès que vous franchissez le seuil de 200 abonnés.
  4. Paramétrez votre page en suivant les étapes indiquées par Facebook. Il est important de renseigner tous les champs. C’est important pour votre visibilité.

Vous venez de finir de créer votre espace professionnelle. Suivez les indications de Facebook pour personnaliser, déterminer votre audience et gérer l’administration de la page.

Comment télécharger des vidéos sur Facebook ?

Plusieurs sont les vidéos publiques qui circulent sur la plateforme de Facebook de nos jours. Allant de vidéos informatives jusqu’aux vidéos drôles, c’est toujours un plaisir de les sauvegarder dans son smartphone pour les revoir après. Il est désormais possible de télécharger ces vidéos grâce aux différentes plateformes et applications que ce soit sur ordinateur ou sur les smartphones Android et iOS.

Téléchargez les vidéos Facebook sur un ordinateur


Rendez-vous dans votre navigateur, tapez (www.facebook.com) et connectez-vous à votre compte Facebook. Cherchez la vidéo que vous désirez ou défilez votre fil d’actualités jusqu’à ce que vous la trouviez.
Vérifiez les paramètres de confidentialités de la vidéo. La vidéo peut être téléchargée sans problème s’il y a une icône en forme de globe quelque part sous le nom de la personne ou de la page qui l’a publiée. Cela veut dire qu’elle est publique.
La vidéo ne peut pas être téléchargée si vous voyez un cadenas ou la silhouette de 2 personnes à la place du globe.

Après cette vérification, faites un clic droit sur la vidéo pour ouvrir le menu déroulant et sélectionnez « Afficher URL ». Cette option affichera une fenêtre contextuelle que vous aurez à copier.

Ensuite, allez sur le site web de SaveFrom. Cliquez sur le champ de texte « Just insert a link » en haut de la page puis collez le lien de la vidéo Facebook. Après quelques secondes, vous verrez l’icône de l’aperçu de la vidéo apparaître sous le champ de texte. Cliquez sur le bouton « Télécharger ». SaveFrom téléchargera automatiquement la vidéo dans la qualité la plus optimale.

Téléchargez des vidéos Facebook sur iPhone

Lire aussi : RFI : « Le Togo et l’Afrique du Sud sont les seuls à avoir la 5G en Afrique »
Sur iPhone, rendez-vous dans « App Store » et téléchargez l’application  » Documents ». N’oubliez pas que seule une vidéo publique est téléchargeable. Connectez-vous à votre compte Facebook et cherchez la vidéo à télécharger. Ouvrez la vidéo. Lancez la lecture de la vidéo en appuyant dessus. Sélectionnez « Partager ». Cette option se trouve directement sous la vidéo que vous êtes en train de lire. Elle permet d’ouvrir un menu. Ensuite, appuyez sur « Copier le lien » dans le menu qui vient d’apparaître. Ouvrez l’application « Documents », ensuite ouvrez votre navigateur, allez sur le site de SaveFrom et collez le lien comme précédemment avec l’ordinateur. Appuyez sur « Télécharger » pour télécharger la vidéo et sur « Terminer » tout juste après pour retourner à l’application « Documents »

Appuyez sur Téléchargements puis sur les trois petits points (⋯ ) sous la vidéo. Sélectionnez  » Partager » et suivez ces étapes:
Appuyez sur « Sauvegarder vers Fichiers »
Sélectionnez un dossier.
appuyez sur « Ajouter »
ouvrez l’application « Fichiers » de votre iPhone et sélectionnez le dossier dans lequel vous avez enregistré la vidéo
appuyez sur l’icône du bouton de partage et
sélectionnez « Enregistrer la vidéo ».

Téléchargez des vidéos Facebook sur un Android

Sur les smartphones Android, c’est le même procédé que celui de l’iPhone juste qu’à la place de l’application « Documents », il faudrait télécharger l’application « Es File Explorer » dans Google Play Store.

Le Tchad soutient Facebook dans sa guerre contre la désinformation

Le jeudi 17 décembre 2020, le gouvernement tchadien a condamné les tentatives de manipulation des opinions publiques africaines. Cette condamnation fait surface suite à l’annonce faite mardi par Facebook sur le démantèlement de trois réseaux de faux comptes pilotés en dehors de l’Afrique. En effet, ces faux comptes dirigent des campagnes de désinformation à l’encontre des pays africains tels que le Tchad.

Le ministre de la Communication tchadienne Cherif Mahamat Zene a salué les résultats de l’enquête de l’équipe de Facebook ayant permis de détecter et de supprimer ces faux comptes. Il demande au géant californien de poursuivre sa guerre afin de mettre la lumière sur les vrais commanditaires de ces campagnes de désinformation.

Le gouvernement a aussi précisé avoir saisi les autorités judiciaires dans le but de constituer un dossier judicaire contre ces criminels de l’ombre. Toutefois, le gouvernement met à la disposition de Facebook, l’Agence nationale de sécurité informatique et de certification électronique (ANSICE) pour retrouver les identités des coupables.

Lire aussi : Togo : 25 milliards de FCFA prévus pour développer le secteur numérique

Dans son discours, le ministre de la communication a déclaré : « Au regard de l’évidence de ces tentatives de manipulation démasquées et de l’ampleur des Fakes News sur les réseaux sociaux, le gouvernement appelle la population à plus de vigilance et de méfiance à l’égard de la désinformation utilisée à dessein pour manipuler ou influencer les esprits ».

Par ailleurs, le ministre invite tous les pays africains victimes de la désinformation à mettre en place un dispositif sécuritaire et de s’unir pour casser l’élan de ce fléau.

Facebook et Twitter, menacés au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Des organisations de défense des droit humains de premier plan de la zone MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) lancent un appel à Facebook et Twitter. Elles ont écrit une lettre ouverte aux deux réseaux sociaux pour dénoncer une censure dont elles seraient victimes. Cette lettre marque le dixième anniversaire du printemps arabe.

Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord se sentent en marge des « Facebook revolutions ». C’est un phénomène auquel les utilisateurs des réseaux sociaux ont assisté au cours de ces dernières années. Les réseaux sociaux notamment Facebook et Twitter étaient sous le joug des activistes et des mouvements de protestation pacifique qui faisaient usage de ces plateformes pour dénoncer les problèmes de leur société. C’est une chance qui n’a pas été donnée aux pays de la zone MENA.

Lire aussi : Twitter : des comptes seront certifiés dès 2021

« Alors que nous célébrons le dixième anniversaire du printemps arabe, nous, les militants soussignés, les journalistes et les organisations de défense des droits de l’homme, nous sommes réunis pour exprimer notre frustration et notre consternation face à la façon dont les politiques de la plateforme et les procédures de modération du contenu conduisent trop souvent au silence et à l’effacement des voix critiques des communautés marginalisées et opprimées à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord », soulignent les signataires de la lettre ouverte.

Facebook et Twitter sont accusés d’empêcher depuis un moment le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord de profiter d’un tel privilège qui a permis de renverser des régimes dictatoriaux. Plusieurs organisations de défense des droits de l’homme ont joint leur voix à cette cause en signant la lettre. Les raisons de cette censure des réseaux sociaux infligée au MENA, restent toujours méconnues.

Facebook lance son application musicale sur iPhone

La division New Product Experimentation (NPE) de Facebook vient de dévoiler sa dernière œuvre. Une application musicale du nom de Collab disponible sur système iOS. Cette application doit permettre aux créateurs de contenus de collaborer sur des créations musicales.

L’équipe de Mark Zuckerberg invente un nouveau produit avant la fin de l’année 2020. Collab a été conçue pour créer des sons entre amis. Cette application de Facebook est toujours à l’étape expérimentale. Elle est déjà disponible sur l’App Store aux États-Unis. Il s’agit donc du dernier projet du groupe de Mark Zuckerberg. Avec cette créa, Facebook veut proposer de nouvelles manières à ses utilisateurs de se divertir dans cette situation sanitaire délicate.

Lire aussi : Facebook pourrait vendre WhatsApp et Instagram

Collab n’est pas seulement utile pour les musiciens, mais elle est destinée à tout le monde. « Avec l’application, vous pouvez créer votre propre arrangement en ajoutant votre enregistrement ou en glissant et en découvrant un arrangement pour compléter votre composition. Aucune expérience musicale n’est requise », peut-on lire dans le communiqué de presse de Facebook. Sa sortie a été motivée par la Covid-19 qui ne permettait pas de se rencontrer.

La sortie officielle de Collab intervient après l’arrêt de la conception de Lasso. Cette application, selon la division NPE, devrait concurrencer TikTok. Il faut noter que l’équipe NPE a pour mission de tester de nouvelles idées qui pourraient, à terme, influencer le futur de Facebook.

Top 9 des pays où Facebook est interdit

Malgré ses milliards d’utilisateurs, Facebook n’est pas le bienvenu dans certains pays. Neuf pays sont directement en conflit avec la boite du milliardaire Mark Zuckerberg.

Voici la liste des neuf pays où il faut éviter de mettre les pieds si vous êtes un amoureux fin de Facebook.

  1. La Chine

La Chine a expliqué qu’elle acceptait Facebook comme entreprise mais pas comme réseau social. Interrogé sur le sujet de l’application StopCovid, le président français Emmanuel Macron trouve ce coup malin de la part de la Chine. Il s’explique en ces termes : « Une jolie pirouette digne d’un (ce n’est pas un échec mais ça n’a pas marché) ».

Lire aussi : Tarifs USSD , de quoi s’agit-il réellement ?

Il a ajouté : « Là où les Chinois sont très très forts, c’est qu’ils ont beau interdire Facebook sur leur territoire, leurs entreprises représentent le deuxième plus gros clients de l’application en termes de publicité pour refourguer leurs produits aux utilisateurs du monde entier ». En fin de compte qui trompe qui ?

  1. L’Iran

C’est depuis 2009 que les réseaux sociaux Facebook ainsi que Twitter sont interdits sur le territoire iranien. Toutefois, les autorités locales ne se privent pas d’utiliser Facebook pour communiquer.

  1. La Corée du Nord

Facebook a une sombre réputation d’espion concernant la revente des données personnelles. Pour ce fait, la Corée du Nord n’a jamais voulu de Facebook dans ses filets. La Corée du Nord décidera en 2016 de lancer une version de Facebook (starcon.net).

  1. L’Arabie Saoudite

Un pays très compliqué lorsqu’il s’agit de la confidentialité. Netflix connait bien la routine. En 2010 et 2016, Messenger a été coupé à cause des raisons liées à la famille royale. Même si Facebook n’est pas officiellement interdit en Arabie Saoudite, il est à retenir que tous les comptes sont surveillés par les autorités locales.

  1. Le Pakistan

Pays musulman, le Pakistan ne badine pas avec le Prophète Mahomet. En 2010, Facebook fut bloqué pour » multiplication de contenus sacrilèges » après qu’un utilisateur ait lancé un concours de dessin de Mahomet. Dix ans plus tard, une autre raison fut trouvée. Tout contenu visant à discréditer l’action du gouvernement d’Islamabad est sanctionné.

  1. L’Érythrée

L’Erythrée a fait mieux que les précédents pays. Il n’a pas officiellement banni Facebook, le pays a juste nationalisé internet. Aujourd’hui, 1 % de la population aurait accès à Internet.

  1. Le Turkménistan

Le seul pays qui n’abrite pas la pandémie sur décision des autorités qui ont interdit d’utiliser le mot « Covid-19 » dans le pays. Le Turkménistan bloque le réseau social Facebook pour le remplacer par son propre réseau « BizBarde » qui n’hésitera pas à vous balancer aux autorités locales si vos publications semblent louches.

8.Les îles Solomon

Le gouvernement des îles Solomon au nord-est de l’Australie a décidé en 2020 d’interdire Facebook pendant une durée indéterminée suite à des critiques de la part des utilisateurs de Facebook.

9. L’île de Nauru

Île bondée de richesses minières pendant plusieurs années, l’île de Nauru est devenue un centre de détention utilisé par les autorités australiennes pour parquer les réfugiés récupérés dans les eaux internationales. Un vice que l’île de Nauru essaie de cacher au monde en bloquant Facebook depuis 2015.