Togo : Un marché virtuel pour sortir étudiants, élèves et apprentis de la précarité

Voir les jeunes étudiants, élèves et apprentis dans la précarité est un phénomène très courant. Les jobs étudiants n’existent presque pas et ne sont pas dans les habitudes. C’est ce que amène Zank Group à créer une plateforme de vente en ligne avec des entreprises partenaires.

Au cours d’une cérémonie ce 19 février, les porteurs du projet ont lancé la phase pilote. 100 étudiants travailleront sur une période de trois mois. Ils bénéficieront de formation sur la négociation, une meilleure utilisation des nouvelles technologies, la compréhension du monde du commerce électronique, entre autres.

Le travail qui attend les étudiants, c’est d’apprendre déjà sur les bancs à vendre. La plateforme de commerce électronique par le biais du projet pilote ZANKPODO ( il n’est jamais tard) les initie au monde des affaires. Ils pourront par ce moyen gagner des revenus mensuels allant jusqu’à 20 000 F voire plus y compris des bourses d’études. Le projet se veut une source d’espoir pour tous les étudiants dans un environnement marqué par la difficulté des parents à subvenir à tous les besoins de leurs enfants.

Zank Group saisit ainsi l’opportunité de l’utilisation des réseaux sociaux par les jeunes pour initier le projet ZANKPODO. Après inscription et formation, les apprenants pourront grâce à internet travailler comme ambassadeurs de plusieurs entreprises de la place.

Selon Thomas K. Sossou (photo), coordonnateur national du projet et directeur général de Zank Togo,  » le secteur privé doit contribuer à apporter des réponses aux problèmes de la jeunesse (…) Notre ambition est d’atteindre 2000 jeunes à la fin de l’année 2021″.

Pour précision, le projet est parrainé par le ministère du développement à la base , de la jeunesse et de l’emploi des jeunes.

Voici le lien du projet :https://zank.fr/zankpodo/

Kenya: Deux étudiants sortent vainqueurs des championnats Microsoft Imagine Cup

Un concours d’innovation initié par Microsoft a permis à deux étudiants kényans d’être parmi les vainqueurs et se retrouver dans le Top 6 africain. Des milliers d’étudiants à travers le monde ont pris part à cette compétition d’innovation numérique appliquée à l’agriculture.

Ils ont  été invités à soumettre des innovations pour avoir un impact sur leurs communautés, à la fois localement et globalement. Hackathons, demi-finales en ligne et des événements finaux régionaux virtuels, ont réuni les participants. Six équipes, dont une équipe de jeunes esprits brillants du Kenya, ont été sélectionnées pour aller au Championnat du monde et présenter leurs projets.

L’équipe gagnante, Les Chevaliers de l’Université d’agriculture et de technologie Jomo Kenyatta au Kenya, a créé un robot automatisé utilisant l’intelligence artificielle. Il peut selon nos informations identifier et éliminer les mauvaises herbes des rangées de cultures. Leur solution utilise des caméras comme capteurs pour recueillir les images de l’environnement d’un champ et élimine le besoin des agriculteurs d’utiliser des pesticides nocifs pour l’environnement dans leur désherbage.

« Imagine Cup a toujours eu pour objectif de permettre aux étudiants d’utiliser leur imagination et leur passion de la technologie pour développer des solutions innovantes . Nous sommes également extrêmement fiers de The Knights, qui, en se rendant au championnat, ont réaffirmé l’immense potentiel du Kenya et de l’Afrique pour créer des solutions qui répondent directement aux besoins socio-économiques au sein d’industries telles que le secteur agricole », a déclaré Kendi Nderitu, Country Manager pour Microsoft au Kenya.

Le grand prix comprenait 100 000 USD, une session de mentorat avec le PDG de Microsoft Satya Nadella et 50 000 USD de subventions Azure.

Lire aussi : L’agence spatiale rwandaise sera opérationnelle d’ici juillet

Sénégal : des étudiants créent un lavabo mobile

Des étudiants sénégalais inventent un lavabo automatisé à guidage vocal. Il est muni d’un dispositif de séchage pour participer à la lutte contre le Covid-19.

De par le monde, on assiste à un manque équipements depuis le début de la pandémie . Sur le continent africain, le Sénégal aussi fait sa part. Des étudiants de l’Institut Universitaire de Thiès ont mis en place un dispositif rapide : des lavabos mobiles.

Ce lavabo automatisé à guidage vocal permet également de se laver les mains sans toucher le robinet. Selon les étudiants, « ce lavabo mobile peut être placé dans les grandes rues, carrefours. 

Au début de l’apparition du virus au Sénégal, des chercheurs de l’École Polytechnique de Thiès ont aussi mis en place des respirateurs artificiels créés entièrement à partir d’une imprimante 3D. Ils pallient le manque de cet équipement un peu partout dans le monde.

Rappelons que les universités publiques du Sénégal ont lancé il y a de cela quelques semaines l’initiative « Cent Mille Étudiants Contre le COVID-19 ». L’Agence universitaire de la Francophonie compte mobiliser cent mille étudiants pour sensibiliser la population sénégalaise afin de lutter contre la propagation du virus.

Kenya : Telkom réduit les frais de connexion internet pour les étudiants

La société de téléphonie mobile kényane Telkom apporte son aide à l’éducation locale. Elle vient de mettre en place un système de données mobiles personnalisées pour lutter contre le coronavirus.

C’est un système qui servira au corps enseignant, aussi bien qu’aux étudiants de l’Université de Nairobi, Kiama Gitahi. Cela va aider les étudiants à continuer leur formation universitaire en ligne.

Le Kenya opte pour le renouvellement des titres de séjour en ligne

Telkom répond aux besoins de plus 40.000 étudiants de ladite université. Ces forfaits mensuels à coût réduit, permettront aux concernés de se connecter peu importe leur localisation dans l’université.

Le vice chancelier de l’UoN, le professeur Kiama Gitahi a déclaré : << que le e-learning est un système approprié pour veiller à la bonne éducation des étudiants malgré la gravité du covid-19. >>

Le professeur n’a pas tari d’éloges pour vanter les avantages du e-learning qu’il trouve très attrayant vu la situation qui oblige étudiants et corps enseignant à être séparés les uns des autres. Pour corroborer les propos de Kiama Gitahi, le directeur général de la maison de téléphonie mobile, Mugo Kibati, affirme << que l’entreprise ne cesse de mettre la population au centre de ses préoccupations majeures, pour la satisfaire pleinement. >>

Covid-19 : Airtel Kenya renonce aux frais de transactions mobile money

Il ajoute que son entreprise est en voie de trouver d’autres moyens avantageux qui vont donner aux utilisateurs plus de liberté dans l’utilisation de « l’offre Telkom ». Il exhorte par la même occasion, la communauté à rester à la maison et à appliquer les gestes barrières. Pour mener à bien le projet, Telkom et l’entreprise américaine Loon vont s’associer.

Loon va offrir des ballons pour accélérer le projet et desservir plusieurs localités dont Nairobi, Nyeri, Nakuru, Kitui, Nanyuki, Narok et Kisii peu importe le pourcentage de couverture réseau . Avec une expérience au Pérou et au Costa Rica, Loon va propulser ses ballons depuis son site américain et veut atteindre une forte capacité de couverture y compris les zones difficiles d’accès .

Opera et Worldreader fournissent des livres électroniques aux enfants et étudiants

Opera et Worldreader ont uni leurs forces pour fournir des livres électroniques aux enfants et aux étudiants pendant l’épidémie de Covid-19, alors que les écoles restent fermées et plus de trois milliards de personnes «confinées» dans le monde.

À partir de cette semaine, les livres seront accessibles via le navigateur Opera Mini, ainsi qu’une toute nouvelle application Web conçue pour les enfants, a déclaré Worldreader. 

La nouvelle application BookSmart de Worldreader, propose une grande variété d’ebooks dédiés aux enfants.

La version régulière de l’application Worldreader, qui fournit des livres électroniques pour les jeunes lecteurs adultes, propose des centaines de livres pour l’apprentissage et le plaisir, dans des catégories comme Apprendre, Santé et Carrière. 

Plus de 100 000 personnes en ont déjà lu chaque mois, et de nouveaux lecteurs se joignent chaque jour. Les deux applications sont accessibles à partir du navigateur Opera Mini, après avoir appuyé sur l’icône de numérotation rapide Worldreader. 

Les utilisateurs pourront cliquer sur une bannière les amenant à la nouvelle application pour enfants, BookSmart.  «Grâce à la technologie mobile, nous sommes en mesure de soutenir la distribution de livres électroniques et de répondre aux besoins de millions de personnes grâce à la portée massive du navigateur Opera Mini en Afrique», a déclaré Rebecca Chandler Leege, directrice de l’impact chez Worldreader. 

Selon l’UNESCO , 82% des apprenants du monde avaient été exclus des programmes d’enseignement et d’éducation traditionnels en raison de l’éloignement social.

Les solutions numériques sont essentielles pour maintenir la lecture des élèves lorsque les écoles sont fermées . Avec les applications Worldreader, les enfants et les jeunes peuvent maintenir leurs compétences en lecture, apprendre de nouveaux sujets et profiter des livres d’évasion fournis pendant cette pandémie.

Lire aussi : Namibie : A 23 ans, Emma Theofelus est vice-ministre des technologies

Liquid Telecom : Du Wi-Fi gratuit pour étudiants et agents de santé

Le principal fournisseur de services et de solutions de communication Liquid Telecom compte venir en aide aux étudiants du supérieur et aux agents de santé du pays. Il fournit déjà une connexion Wi-Fi gratuite à certains établissements et hôpitaux et veut faire mieux.

Le directeur général régional de Liquid Telecom pour l’Afrique australe, M. Wellington Makamure, a fait cette annonce lors d’une conférence de presse. La société de télécommunications travaille en partenariat avec les ministères concernés mais la date de lancement officiel n’a pas encore été fixée. Ils ciblent 13 grands hôpitaux ainsi que 48 collèges et universités à travers le pays. Jusqu’à présent, sept hôpitaux en ont bénéficié.

Liquid Telecom est un fournisseur de solutions de communication de premier plan dans 13 pays, principalement en Afrique orientale, centrale et australe. il est au service des opérateurs mobiles, des opérateurs, des entreprises, des sociétés de médias et de contenu et des clients de détail avec une connectivité, un hébergement et une colocation et à haut débit.

Nigeria : Une équipe d’étudiants, lauréate d’un concours de robotique

Cinq étudiants de l’Université d’Ibadan ont remporté un million de nairas au Concours de conception du professeur Ayodele Awojobi (PAADC). Ils étaient appelés à proposer une solution exploitant la robotique et l’intelligence artificielle pour résoudre des problèmes de société.

Hive, une communauté d’apprentissage dirigée par des étudiants inspirée
d’Andela, a remporté le concours très disputé de la troisième édition du PAADC.

Lire aussi : Ethiopie : Report du lancement du satellite d’observation

Cette communauté construit des robots pour résoudre les problèmes sociaux du Nigéria. Elle a pu devancer 49 autres équipes de 20 institutions pour remporter le grand prix, ainsi que le soutien bénévole à la constitution d’une entreprise et au mentorat.

Hive a été qualifiée de meilleure idée lors de la compétition par un comité
d’experts.

Afrique du sud : Huawei offre une formation 5G gratuite aux étudiants

En Afrique du sud, Huawei a lancé une formation  5G pour les diplômés en TIC dans deux universités : l’Université Wits de Johannesburg et l’Université de Pretoria (UP), avec l’intention d’étendre le programme à tout le pays. Cette initiative fait partie du programme « ICT Talent Ecosystem » de Huawei.  Le  tout premier cours a débuté la semaine dernière à l’Université Wits de Johannesburg et à l’Université de Pretoria (UP).

Le programme vise à développer et à soutenir la formation et le transfert de compétences en TIC en Afrique du Sud, en particulier dans les dernières technologies 5G à savoir l’intelligence artificielle, le cloud et les services de données.

La technologie 5G est considérée comme la technologie clé de la quatrième révolution industrielle (4IR), qui change un individu lambda dans sa façon de vivre, de travailler, de jouer et de consommer les services. La technologie clé de la quatrième révolution industrielle (La technologie 5G) est un élément clé pour la croissance et le développement de l’économie sud-africaine.

Selon Kian Chen, le directeur général adjoint de Huawei, le sondage montre que 70% de tous les emplois devraient avoir une composante TIC d’ici 2020.

« Alors que l’Afrique du Sud entre dans la quatrième révolution, personne ne doit être laissé pour compte. La plupart des applications à venir  fonctionneront dans un réseau et un environnement 5G. C’est pourquoi nous avons le privilège de commencer ce transfert de compétences 5G en Afrique du Sud, et nous sommes heureux de nous associer à Wits et UP pour offrir la première formation 5G d’Afrique du Sud aux étudiants en TIC », a affirmé Kian Chen.

Zeblon Vilakazi, vice-chancelier adjoint de l’Université Wits pour sa part encourage le leadership de Huawei Afrique du Sud pour sa vision de planification, non seulement pour le bilan et les résultats nets, mais aussi pour le développement et la croissance du capital humain. « C’est un investissement pour l’avenir et nous sommes très heureux d’être associés à ce programme de formation 5G » a-t-il ajouté.

« Nous pensons que les jeunes Sud-Africains talentueux ont le potentiel nécessaire pour devenir des experts de classe mondiale. En renforçant la coopération entre l’industrie et les universités, nous espérons, en tant qu’entreprise internationale de TIC, contribuer à la réalisation des objectifs de développement du pays », conclu Kian Chen, le directeur général adjoint de Huawei.

Togo : Des étudiants parlent d’Intelligence Artificielle

L’Association « Ensemble, le Togo », Section Université de Lomé (ELT-UL) a organisé ce vendredi 6 juillet 2018 une  conférence au profit des étudiants et des entreprises du domaine technologique.Nombreux sont ces étudiants qui une fois encore ont effectué le déplacement pour cette 3ème conférence de l’année ayant pour thème : « L’innovation Technologique et l’intelligence Artificielle ».

L’objectif de cette rencontre selon les organisateurs est de promouvoir et vulgariser cette notion de l’économie de la connaissance. Il s’est agi concrètement de réfléchir à la mise en place d’un écosystème permettant d’utiliser les innovations technologiques et le digital comme levier de développement et de croissance.

Les économies jeunes ou nouvellement établies sont beaucoup plus habilitées à s’adapter aux nouvelles orientations offertes par les nouvelles technologies. Notons que l’intelligence Artificielle constitue sur plusieurs plans une opportunité de progrès et de prospérité pour les jeunes. D’ailleurs des entreprises comme Google se bousculent pour ouvrir des centres de recherche en ces sens. Ce qui montre déjà son importance au cours des prochaines années.

Pour Bénané Balignissa, responsable de l’entreprise Agri-Sol-Eau, « l’intelligence artificielle est identifiée par plusieurs experts comme étant l’un des accélérateurs les plus puissants pour la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) dont l’agriculture ».

Et à  Marc Agbovi, promoteur de l’événement de renchérir : « Il est indéniable que les universités et les instituts de recherche doivent évoluer afin d’équiper les jeunes de compétences nécessaires et une façon de penser qui permettra de réussir dans des emplois qui n’existent pas encore ».

Outre les exposés, une table – ronde a été animée par les différents partenaires pour donner d’amples informations sur l’innovation et l’intelligence artificielle.

Alfred Nadjere

 

Togo: Les étudiants ingénieurs en quête de visibilité grâce à Enginnova

Un groupe d’étudiants vient de lancer la première version d’Enginnova , une plateforme d’innovation en milieu universitaire. Elle permettra aux étudiants ingénieurs de l’Université de Lomé de promouvoir leurs potentiels et de se faire connaitre sur le marché de l’emploi.

C’est également un moyen pour ces étudiants de collaborer et développer ensemble des projets innovants tout en apportant les solutions réelles adaptées au Togo en particulier et de l’Afrique en générale.

Etant une initiative de Joël Agboglo, étudiant en troisième année de licence professionnelle Cadre Technique des Travaux (CTT), Spécialité Génie électrique à l’Ecole Nationale Supérieur d’Ingénieurs (ENSI) de l’Université de Lomé, Enginnova est devenue un projet d’équipe.

Comme son nom l’indique Enginnova est une plateforme d’innovation en science de l’ingénierie au Togo. Elle a pour vocation de montrer aux yeux du monde entier ce que les jeunes ingénieurs ou les jeunes étudiants togolais ingénieurs sont capables d’inventer et d’innover.

Lancée il y a de cela quelques mois, la démarche est de mettre en réseau les startupeurs, réseaux d’anciens étudiants de l’ENSI et des associations.

La plateforme rassemble non seulement les étudiants de l’ENSI mais aussi ceux des autres écoles supérieures du Togo pour œuvrer dans une action commune, afin de booster le domaine des sciences de l’ingénierie notamment dans le domaine de l’électricité, l’électronique, mécanique et génie civile (…).

VISITEZ ICI

Lire aussi : Avast, (antivirus) accusée d’avoir revendu les données des utilisateurs