L’Égypte et la Chine travaillent sur le satellite MisrSat-II

L’Agence Spatiale égyptienne et l’Administration spatiale nationale de Chine ont lancé la seconde phase du projet MisrSat-II en début du mois, à Ningxia en Chine.

Il s’agit en effet de la construction du satellite MisrSat-II.Ce projet se déroulera sur une période de 35 mois.  Selon Ahmed al-Rafie, le responsable projet, l’équipement spatial contribuera à la réalisation des plans de développements de l’Égypte dans divers domaines.  

Lire aussi : Afrique : Famous, un nouveau réseau social en gestation

Il faut noter que ce projet a été financé par la Chine, d’une valeur de 140 millions USD soit… « Les phases de conception se dérouleront en parallèle en Égypte et en Chine, mais le montage et l’intégration du satellite seront effectués en Egypte, au centre égyptien d’assemblage, de test et d’intégration de satellites », précise le responsable Ahmed. 

Lire aussi : Au Rwanda, le casier judiciaire s’obtient désormais en ligne

D’après l’ambassadeur de Chine en Égypte, Liao Liqiang, l’Égypte sera le tout premier pays africain à disposer des atouts complets d’assemblage, de tests et d’intégration de satellites.  

Alexine AFAYA

Nouvelles technologies  : l’Egypte et la Biélorussie renforcent leur coopération

L’Egypte et la Biélorussie ont décidé de raffermir leur collaboration bilatérale dans le secteur des technologies de l’information et de la communication. Amr Talaat, le ministre égyptien des TIC et Sergei Rachkov, l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Biélorussie près l’Egypte, ont discuté à ce sujet en fin de semaine dernière. Au cours de la rencontre, chaque partie a présenté à l’autre le projet de son pays en matière des TIC.

Après le Kenya et l’Estonie, c’est donc au tour de l’Egypte et de la Biélorussie de partager leurs expériences dans les TIC. Cyber sécurité, innovation, entrepreneuriat et d’autres secteurs seront concernés par cet accord entre les deux pays. C’est dans le cadre d’un voyage du ministre Biélorusse de la Communication et de l’Informatisation Sergei Popkov que les deux pays ont décidé à nouveau de consolider leurs relations.

Cette fois-ci, les deux pays veulent échanger leurs expériences dans la création de parcs scientifiques et la formation. D’autres accords ont été signés entre les deux parties notamment dans l’éducation et la science qui fait l’objet d’une collaboration entre l’Académie nationale des communications Biélorusse et l’institut national des télécommunications d’Égypte.

Amr Talaat a appuyé lors de cet échange que l’Egypte est présentement guidée vers l’amélioration des capacités de ses ressources humaines en investissant dans des programmes de formation, d’entrepreneuriat, l’amélioration de l’environnement d’incubation et d’innovation technologique.
Pour Sergei Rachkov, la Biélorussie compte bénéficier de cette coopération pour échanger de l’expérience et améliorer ses atouts dans les domaines des parcs technologiques, les usines de fabrication, la cybersécurité, les centres de données, les jeux électroniques, l’amélioration des capacités et surtout l’e-gouvernement.

Au cours de la réunion, Amr Talaat et Sergei Rachkov ont également échangé sur l’accord de coopération scientifique et pédagogique signé en avril dernier entre l’Institut national des télécommunications (NTI) d’Egypte et l’Académie des télécommunications de Biélorussie, ainsi que les méthodes pour le faire évoluer à la prochaine étape.

Ahlin ACCROBESSI

Egypte : Amr Talaat, nouveau patron des Télécoms

Amr Talatt dépose ses valises au ministère égyptien des Communications et des technologies de l’information. Il remplace ainsi Yasser ElKady qui occupait ce poste depuis septembre 2015.

Yasser Elkady a plié bagage. Il n’est plus en charge des télécoms. Sa mission est confiée cette fois-ci à Amr Talatt qui jusqu’à un passé récent était directeur pays de la firme IBM. Son expertise en matières de technologies de l’information et de communication remonte à plus de 30 ans, au cours desquelles il a développé des stratégies en Égypte.

IBM Egypt lui ouvre ses portes en  août 1988.  Amr Talatt  a également occupé le poste de IBM Territory Manager et d’autres postes au sein d’IBM Egypt, y compris le Business Partner Organization (BPO) Manager et Responsable du groupe Systèmes et Technologies. Ce n’est que le 23 mai 2010 qu’il est devenu de General Manager d’IBM. A côté, Talaat a été nommé professeur adjoint à l’Université du Caire, au mois de  septembre 2007.

Talaat est diplômé de la Faculté d’Ingénierie de l’Université du Caire et  titulaire d’un Doctorat en Administration Stratégique (DBA) en Management Stratégique de l’Université de Paris – Ecole de Commerce de Paris (2013-2017). Il est détenteur d’un Master MBA de Paris ESLSCA Business School, France en Commerce International (1999-2000). A cela s’ajoute  un Master of Science (MS) en informatique, de l’Illinois Institute of Technology (1987-1988).

Ses performances lui ont valu une admission comme membre honoraire du Conseil TIC de l’Université du Caire et membre du Conseil TIC de l’Académie de recherche scientifique et technologique (ASRT) puis Président du Comité TIC de l’Egypte AmCham.

A sa prise de fonction le 14 juin dernier, le nouveau ministre n’a pas manqué de décliner ses priorités pour le secteur des nouvelles technologies. D’après des médias locaux, le ministre va se consacrer au développement des services fournis aux citoyens, à la mise en place d’une infrastructure numérique solide sans oublier l’établissement de partenariats avec le secteur privé dans l’esprit du plan de transformation de l’Egypte en société numérique. La promotion de l’innovation technologique et l’entrepreneuriat des jeunes ne seront pas du reste.

 

Crédit photo : Daily News Egypt

 

Egypte : Remettre  les télécoms sur de bonnes bases

Le  ministre des Communications et des Technologies de l’Information, Yasser El Kady a été  l’hôte d’Ahmed El-Behairy président-directeur général de Telecom Egypt quelques semaines plus tôt.  Cette visite a été une occasion pour le patron des Technologies de l’information de l’Egypte de s’enquérir des innovations de la boite dans le processus d’amélioration de la qualité du service.

Après avoir fait un petit bilan des réalisations et investissements entrepris par son entreprise afin d’améliorer la qualité du réseau de télécommunication, le manager de Telecom Egypt a exposé son nouveau projet.

En effet, il est prévu dans les mois à venir l’extension du réseau mobile dans tout le pays. L’accroissement du réseau est un défi de Monsieur Behairy dans le souci d’offrir à toute la population, même celle des contrées les plus éloignées, un accès de qualité au réseau de téléphonie.

Le Patron de Telecom Egypt n’a pas manqué de revenir sur ce qui a marqué ses réalisations de cette année à savoir l’élargissement du réseau fixe et la mise en place du réseau 4G mobile qui a atteint presque les 3 millions d’abonnés et qui ne cesse de s’élargir.

La visite a pris fin sur un souhait  d’Ahmed El-Behairy de développer Telecom Egypt au point d’atteindre l’excellence opérationnelle.

 

 

 

COULIBALY Fouad

 

L’Egypte passe à la 4G

Pas une seconde à perdre, l’Egypte passe à la 4G dans 3 jours. Les abonnés aux services télécoms pourront d’ici peu jouir de la fluidité de la technologie 4G sur mobile. L’information a été révélée par l’Autorité nationale de réglementation des télécommunications (ANRT).

Lire aussi : Demi-finale du Prix Netpreneur pour l’Afrique : Le jury est connu

Les consommateurs commencent donc à se rassurer quant au lancement prochain de la 4G, cette technologie derrière laquelle court un nombre incalculable de pays africain. L’annonce faite le 11 septembre dernier par le ministre des Communications et des Technologies de l’information Yasser ElKady n’est pas hasardeux.

Lire aussi : Nestlé annonce les trois start-ups africaines de son concours d’innovation

Elle témoigne d’une réelle volonté de développement des Technologies de l’Information et de la Communication. Ce pas de géant que s’apprête à poser l’Egypte le propulsera directement au rang des pays dotés de 4G pour un haut débit assuré.

Le gouvernement égyptien compte mettre un accent particulier sur la pénétration du haut débit dans le pays. Au-delà, certaines prévisions laissent voir que la 4G devrait booster le nombre d’internautes.  Au cours de la première année, les nouveaux internautes sont estimés à quelques 500 000 nouveaux internautes s. Tout compte fait, le pays veut enregistrer 1 500 000 de nouveaux clients pour 50% de taux de pénétration d’Internet d’ici 2018.

Lire aussi : Edeh Dona Etchri va vulgariser les drones agricoles en Afrique de l’ouest

L’Association mondiale des opérateurs de téléphonie mobile (GSMA) a souligné en 2014 l’importance du haut débit comme pouvant générer 43 milliards de dollars de plus dans le produit intérieur brut de l’Egypte et participer à la  création d’1,2 million d’emplois d’ici 2030.

Après Orange et Telecom Egypt , d’autres opérateurs, prêts pour la 4 G !

Le reste des opérateurs de téléphonie mobile égyptiens se préparent à migrer vers la 4G. Le pays est entrain de mettre en place les fréquences nécessaires pour la fourniture de ce débit de connexion internet.

« Nous sommes maintenant prêts à attribuer ces fréquences à n’importe quel opérateur désireux d’en bénéficier. Mais nous attendons que les compagnies achèvent les travaux d’installation nécessaires à l’exploitation de ces fréquences.», a confié à nos confrères de Reuters, le ministre égyptien des Télécommunications Yasser al kadi.

Lire aussi : WhatsApp : Découvrez 4 mises à jour à venir en 2020

En 2016, le groupe Orange, après un moment de réticence a finalement accepté d’acquérir la 4G. Il s’agit pour l’opérateur de proposer du très haut débit au public. Orange Egypt avait signé un accord lui permettant d’obtenir une licenece 4 G d’une puissance de 20 Megawatt .  La compagnie publique Telecom Egypt compte se lancer dans la bataille de la 4G en moins d’un an.

Même si l’Egypte semble être un pays en avance en terme de connectivité, il accuse un retard dans la vulgarisation de la 4 G . L’Etat et les opérateurs ne sont pas encore sur le même diapason raison pour laquelle les multiples appels à candidatures pour la 4G ont été sans succès.