Togo : Un marché virtuel pour sortir étudiants, élèves et apprentis de la précarité

Voir les jeunes étudiants, élèves et apprentis dans la précarité est un phénomène très courant. Les jobs étudiants n’existent presque pas et ne sont pas dans les habitudes. C’est ce que amène Zank Group à créer une plateforme de vente en ligne avec des entreprises partenaires.

Au cours d’une cérémonie ce 19 février, les porteurs du projet ont lancé la phase pilote. 100 étudiants travailleront sur une période de trois mois. Ils bénéficieront de formation sur la négociation, une meilleure utilisation des nouvelles technologies, la compréhension du monde du commerce électronique, entre autres.

Le travail qui attend les étudiants, c’est d’apprendre déjà sur les bancs à vendre. La plateforme de commerce électronique par le biais du projet pilote ZANKPODO ( il n’est jamais tard) les initie au monde des affaires. Ils pourront par ce moyen gagner des revenus mensuels allant jusqu’à 20 000 F voire plus y compris des bourses d’études. Le projet se veut une source d’espoir pour tous les étudiants dans un environnement marqué par la difficulté des parents à subvenir à tous les besoins de leurs enfants.

Zank Group saisit ainsi l’opportunité de l’utilisation des réseaux sociaux par les jeunes pour initier le projet ZANKPODO. Après inscription et formation, les apprenants pourront grâce à internet travailler comme ambassadeurs de plusieurs entreprises de la place.

Selon Thomas K. Sossou (photo), coordonnateur national du projet et directeur général de Zank Togo,  » le secteur privé doit contribuer à apporter des réponses aux problèmes de la jeunesse (…) Notre ambition est d’atteindre 2000 jeunes à la fin de l’année 2021″.

Pour précision, le projet est parrainé par le ministère du développement à la base , de la jeunesse et de l’emploi des jeunes.

Voici le lien du projet :https://zank.fr/zankpodo/

E-commerce : 6 astuces pour attirer les clients

Beaucoup de personnes pensent que le succès d’un site e-commerce est lié aux prix des produits, au catalogue des produits ou plus précisément la beauté du site. Cette perception n’est pas totalement fausse mais il faut penser au contenu du site qui est primordial.

Le contenu d’un site e-commerce est capable de mettre en confiance vos clients. Voici 6 principaux types de contenus pour séduire vos clients.

Les fiches-produits détaillées

Lorsque un internaute tourne son regard vers vos fiches produits, il s’attend à obtenir des informations sur l’article en vente rien d’autres. Ne sortez pas de l’espace « Informations sur l’article » si non vous risquez de perdre des clients potentiels. Les informations sur l’article doivent être composée de (la composition du produit, ses fonctionnalités, son origine, son histoire). Une bonne fiche produit doit être lisible et bien structurée avec une écriture et une orthographe irréprochable.

Lire aussi: Facebook lancera sa cryptomonnaie « Libra » en 2021

Des guides pour aider vos clients

Parfois, les clients ont besoin qu’on les pousse pour qu’ils puissent effectuer des achats. Vous pouvez présenter des guides d’utilisation à vos clients pour leur établir une relation vendeur-client. Par ce guide d’utilisation, vous démontrez et votre expertise et vous mettez les clients dans des conditions confortables.

Des astuces et des conseils pour votre blog

Un blog est le meilleur moyen pour donner des astuces et des conseils à vos clients pour un meilleur choix des produits. Par le biais du blog, vous exposez vos connaissances du domaine.

Un chatbot pour engager la conversion

Le chatbot n’est qu’un moyen de plus pour attirer les clients. Les statistiques ont prouvé que 38% des internautes qui ont utilisé le chatbot ont effectué des achats. Le chatbot peut répondre à toutes les questions de vos consommateurs. De là, votre service clientèle ne sera pas surchargé.

Des tutoriels vidéos pour accompagner vos clients

Utilisez les vidéos pour guider les clients dans l’utilisation des produits. D’après les Statistiques, 73% des consommateurs sont aptes à passer aux achats après avoir visualisé les tutoriels vidéos.

Utilisez les avis clients pour rassurer

Les avis laissés par vos clients permettront d’en attirer de nouveaux. 88% des internautes qui consultent un site e-commerce passent toujours par l’avis client avant de faire les achats. Comme dans les églises, les témoignages rapportent du monde, ces témoignages constituent des preuves d’un bon service rendu pour votre boutique en ligne.

Togo : Orabank se lance dans l’e-commerce

Orabank poursuit l’innovation digitale de ses services et se tourne vers l’e-commerce. Pour mieux satisfaire sa clientèle, Orabank Togo crée une plateforme e-commerce qui va permettre aux clients d’effectuer des achats en ligne.

Avec cette nouvelle solution digitale, Orabank Togo ouvre la possibilité aux acteurs de l’e-commerce ayant un site web ou une application mobile d’ajouter un nouveau canal de vente afin de permettre aux clients d’effectuer des achats en ligne H24 avec leurs cartes VISA et MASTERCARD.

Lire aussi: Togocom lance la 5G

L’avantage de cette plateforme e-commerce est qu’elle permettra aux entreprises de réduire leurs coûts d’exploitation, d’augmenter leur capacité de traitement d’un grand nombre de commandes, et de développer rapidement leurs ventes, cette fois-ci en ligne. En partenariat avec MIAPLENOU, le premier site de vente en ligne au Togo, Orabank Togo s’améliore pour mieux servir les consommateurs et les clients en leur proposant des solutions digitales au standard international.

Guy-Martial AWONA le Directeur Général a déclaré : « Dans ce contexte de transformation numérique, le commerce en ligne est un levier de la croissance économique qui permet de répondre aux comportements des consommateurs. La solution E-commerce d’Orabank est un nouveau service permettant non seulement aux e-commerçants de pouvoir vendre mais aussi aux consommateurs de faire des paiements en toute sécurité avec les cartes bancaires Visa ou MasterCard. J’invite donc les e-commerçants à souscrire à la plateforme pour un partenariat gagnant-gagnant ».

Orabank Togo offre ses services à une large clientèle qui compte de 230 000 clients dont 205 000 particuliers et 25 000 entreprises (TPE/PE, PME/PMI), institutions, commerçants, professions libérales.

Acteur majeur du système bancaire togolais, Orabank Togo compte un effectif de 404 collaborateurs et un réseau de 38 agences sur le sol togolais et est l’une des filiales d’Oragroup, un groupe bancaire panafricain présent dans 12 pays et 4 zones monétaires en Afrique de l’Ouest et Centrale.

E-commerce : Voici comment Junior Natabou est devenu millionnaire à 17 ans

Le jeune Junior Natabou , a fait le chou gras de la Presse et des pages depuis quelques jours. Il a été présenté par Forbes comme un jeune homme ayant eu du succès dans le commerce en ligne.

Néanmoins et selon des commentaires lus sur Facebook notamment, il y a du flou qui entoure ses activités. Beaucoup se sont demandé ce qu’il a fait concrètement pour gagner 1,2 million d’euros  (787 319 838 FCFA)? D’autres ont pensé à du blanchiment d’argent et toute sorte de théories.

Dans une interview accordée à la chaine YouTube « Jonathan Hatchi FromBrokeToSuccessful », Junior a expliqué avoir pendant au moins 4 mois, passé du temps à la recherche d’une activité en ligne. Au cours de ses recherches, il a découvert le trading, l’affiliation, le blogging et le freelancing. Ce dernier ne lui a pas été profitable.

C’est ce qui le pousse à se lancer dans la communication digitale. Grâce à son agence, il a fait quelques centaines d’euros. Junior Yatabou a suivi une vidéo de Yomi Denzel qui a aussi fait fortune dans le dropshipping. Le jeune béninois a essayé avec 900 euros sans avoir de résultats.

Il se lance une deuxième fois sans résultats concrets non plus. Même avec des pages Facebook pour le commerce en ligne, ses investissements en publicité en ligne n’ont rien donné. En s’orientant vers un coach prénommé Kevin, Junior a dépensé 2500 euros en formation. Il a fallu que le jeune homme insiste pour que sa mère lui donne 2000 euros (économisés pour ses études supérieures). Après le coaching, il a réussi à faire un chiffre d’affaire de 4000 euros et ainsi de suite.

Le confinement lui a été utile explique-t-il puisque les activités n’avaient pas été freinées. « J’ai dépassé la barre d’un million 200 milles en un peu plus d’un an », raconte Junior Natabou. Ce dernier a remis par après 7000 euros à sa maman.

« J’ai tenu bon malgré les difficultés (…) Le premier secret c’est se dire qu’il n’y a pas de secret. Il faut trouver un produit qui marche au bon moment. Quand tu n’abandonnes pas, tu n’as pas échoué. Il faut continuer par tester un nouveau produit » jusqu’à trouver celui qui marche, poursuit Junior Natabou.

Pour information, il vit au Bénin et passe une bonne partie de son temps à apprendre sur YouTube auprès de grands noms du monde de l’entrepreneuriat.

Lire aussi : Bénin : Junior Natabou (17 ans) millionnaire en euros grâce au e-commerce

Burkina-Faso : Bestmade se lance dans l’e-commerce

Le 19 septembre, les initiateurs de « Bestmade » ont présenté leur plateforme de vente en ligne à Ouagadougou. Bestmade est une plateforme qui offre la possibilité à tout vendeur d’ouvrir sa boutique.

Bestmade est un site e-commerce parmi les nombreuses plateformes de vente en ligne qui se trouvent au Burkina. Selon André Natama, le chargé commercial et cofondateur de Bestmade, la plateforme ne prend pas de commissions auprès des utilisateurs. Il déclare : « Notre plateforme a pour objectif de faire la promotion des vendeurs. Aucune commission n’est réclamée aux vendeurs ni aux clients. Tout est gratuit. C’est déjà difficile donc si on applique les commissions, ça n’aide pas les vendeurs ».

Bestmade constitue à elle seule une cinquantaine de boutiques et son service de livraison s’étend sur tout le Burkina. Ce qui la différencie des autres plateformes est la facilité de gestion/ le contrôle total des boutiques par les vendeurs . Pour faciliter le fonctionnement du site, les propriétaires y ont ajouté des fonctionnalités de géolocalisation, la discussion instantanée, des coupons, le support, le contact, le suivi des vendeurs et des commentaires.

Lire aussi: E-commerce: Jumia Cameroun ferme

La discussion instantanée a pour but d’établir une communication entre le vendeur et l’acheteur leur permettant de négocier, d’envoyer des images. Le suivi de la boutique permet d’avoir un œil sur tout ce qui se passe. Les commentaires quant à eux permettent de noter les boutiques.

« Pour s’inscrire sur Bestmade, il faudra avoir un compte Facebook ou Gmail ou Twitter que vous soyez client ou vendeur. Tout est mis en œuvre pour entrer en contact avec les vendeurs sans passer par les gestionnaires » , a déclaré le chargé commercial André Natama.

Pour assurer une sécurité sans faille, une carte nationale d’identité est demandée au cours de l’inscription. Tout ceci contribue à la sécurité et la confiance qui doivent prévaloir lors des transactions en ligne. Bestmade a aussi une application mobile.

E-commerce : Facebook lance Shops pour les petites entreprises

Le confinement et les difficultés économiques des petites entreprises ont poussé Facebook à lancer Shops. Sa nouvelle fonctionnalité est dédiée aux petites entreprises tant sur le réseau social éponyme que sur Instagram. L’entreprise se positionne ainsi comme une grande place de marché avec ses plus de 2 milliards d’utilisateurs.

Facebook constate que « de nombreuses petites entreprises se lancer dans le commerce en ligne alors qu’elle n’avait aucune présence sur le web auparavant. » Elle donne la possibilité aux entreprises de créer une boutique directement sur leur page Facebook ou Instagram . Ils peuvent le faire par eux-mêmes en utilisant les outils de Facebook, ou passer par des entreprises spécialisées. Shopify, BigCommerce, WooCommerce, ChannelAdvisor, CedCommerce, Cafe24, Tienda Nube et Feedonomics sont cités parmi les partenaires de ce nouveau projet.

Les acheteurs pourront poser leurs questions et suivre leurs commandes via Messenger, Instagram Direct ou WhatsApp . « Notre but, c’est de faciliter le shopping et de faire en sorte que chacun, de la petite PME à la marque internationale, puisse utiliser nos applis pour entrer en contact avec les clients », explique Mark Zuckerberg dans un post.

Dans tout cela, on aurait dit que c’est les géants du web qui s’en sortent mieux en cette période de pandémie. « La vente en ligne a franchi un cap. Selon une étude de McKinsey, le confinement a permis de faire en huit semaines ce que l’on aurait fait en cinq ans en termes de digitalisation des économies, rappelle Laurent Solly, président de Facebook France. Or nous pensons que les entreprises ne vont pas revenir en arrière. »

Lire aussi : Covid-19 / Togo : « Les espaces coworking et d’incubation risquent de disparaître », Dieudonné Tchably

E-commerce au Togo, créer et gérer vos boutiques en ligne grâce à assivito.com

ASSIVITO signifie « au bord du Petit Marché » en Ewe. Ce nom est emprunté d’un centre d’affaire qui se situe au cœur de la ville de Lomé, devenant ASSIVITO.COM, une forme digitalisée et E-commerce du célèbre marché.

Faire du commerce sur Internet, vendre ou acheter des produits et des prestations en lignes et réussir, est désormais à la portée de tous les togolais grâce à la plateforme ASSIVITO.COM.

ASSIVITO.COM est un site e-commerce basé au Togo pour faciliter le commerce électronique. Désormais, Les marchands, les boutiquiers et les magasiniers bref tous les commerçants peuvent y créer leurs boutiques en ligne gratuitement et y vendre leurs produits en toute simplicité. Les clients sont mis en relation avec les marchandes et finalisent leur achat.  D’après une récente étude menée par la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le développement, organe de l’ONU), Le Togo se classerait parmi les premiers au regard de l’infrastructure de connectivité Internet avec une pénétration de 6.6%.

D’après la même étude, le commerce électronique, ainsi que l’évolution du numérique, suscitent l’intérêt de l’Etat togolais, car ce secteur se situe à l’intersection de la volonté de renforcer les TIC et de celle de favoriser le commerce et entrepreneuriat.

Avec l’évolution technologique, il y a des chances que le commerce en ligne connaisse évolution phénoménale. Et déjà, près de 30% des formations proposées auraient un rapport avec le commerce en ligne.

Aussi, plusieurs métiers du digital attirent progressivement les jeunes africains. On citera en exemple des métiers comme : community manager, Online marketing manager, digital marketing manager, chief digital manager ou encore onsite manager.

Découvrez ASSIVITO.COM

E-commerce :  Jumia Cameroun ferme

Jumia Cameroun, la filiale au Cameroun du groupe de distribution par internet, transfert toutes ses opérations au Cameroun vers un modèle des annonces en ligne gratuites, Jumia deals. Ce modèle est fonctionnel à compter de ce 19 novembre. C’est dire que le site classique dédié à l’e-commerce est fermé.

Plus connu dans un format de distribution par internet, Jumia opère ce transfert en raison du contexte économique actuel du Cameroun. Malgré son développement rapide constaté au Caméroun, Jumia a conclu que son modèle opérationnel n’est pas adéquat à l’état économique du Cameroun.

Lire aussi : Nigeria : Fathia Abdullahi (12 ans) crée un robot de pliage de linge

Par ailleurs, Jumia deals n’est pas une mauvaise initiative. A travers ce site de petites annonces Jumia, les annonceurs ou les fournisseurs peuvent entrer directement en contact avec les acheteurs potentiels. Beaucoup de fournisseurs apprécient déjà ce nouveau modèle de Jumia. La possibilité y est toujours que les fournisseurs contactent certains partenaires logistiques pour organiser la livraison ou qu’ils le fassent eux-mêmes.

Ainsi, www.jumia.cm dirigera désormais les internautes vers les portails de petites annonces. Le Sell center sera fermé, dès que les dernières commandes seront traitées. Chaque retour des marchandises sera traité d’ici la fin du mois et chaque vendeur pourra lister gratuitement ses produits sur Jumia deals.

Il faut noter que Jumia opère au Cameroun depuis 5 ans. Des années durant lesquelles, il a bâti l’e-commerce camerounais. Reste à savoir si cette réduction de ses activités ne nuira pas au e-commerce du pays.

Raheem Geraldo

Togo /Majorel se positionne dans le e-commerce

Le centre Majorel dénommé « Agou », spécialisé dans le domaine de la gestion de l’expérience client, a été inauguré en début de semaine à Lomé.Elle est à en croire la ministre des Postes et de l’Economie Numérique du Togo, Cina Lawson  « le couronnement des efforts déployés par le gouvernement ».


Le centre Majorel est un leader mondial du e-commerce, dans la gestion de la relation client avec plus de 15 mille collaborateurs dans la Région Afrique francophone. 

Lire aussi : Qui est Mandla Maseko, le premier africain devant se rendre dans l’espace?

Avec un modèle qui met la technologie au service de l’homme, Majorel participe au renforcement de l’innovation technologique et digitale en développant notamment des solutions analytics, d’intelligence artificielle (IA) et d’automatisation (RPA – Robotic Process Automation). 


«Je dois avouer qu’en termes de réactivité et de facilitation, les autorités togolaises ont réellement mis les moyens pour nous accompagner » affirme le Directeur financier et service partenaire du groupe, Otmane Serraj. L’entreprise compte créer 500 emplois d’ici 2021.

Rwanda: Alibaba promeut l’économie numérique

Douze émissaires du gouvernement rwandais ont participé à un atelier de quatre jours au siège d’Alibaba à Hangzhou, en Chine, pour mieux s’instruire sur la technologie financière et le commerce électronique. Les envoyés représentant des entreprises diverses ont rencontré des membres de l’exécutif pour découvrir l’impact d’une nouvelle économie digitale et apprendre comment inciter la croissance économique en stimulant les domaines de la finance numérique.

L’atelier s’inscrit aussi dans la logique du lancement de la plateforme africaine eWTP au Rwanda. Une cérémonie à laquelle ont assisté le président Kagame et le président exécutif de l’Alibaba Group, Jack Ma. En vertu de cet accord, le gouvernement du Rwanda et Alibaba se sont engagés à coopérer pour raffermir la croissance économique du pays en soutenant l’innovation politique.

En août 2018, cinquante responsables éducatifs des meilleures universités du pays ont participé au premier programme Global E-commerce Talent (GET) organisé en collaboration avec le Conseil de l’enseignement supérieur du ministère de l’Éducation et le Conseil de développement du Rwanda. Il s’agit d’un cours de cinq jours dont le but est de renforcer les capacités des professeurs d’université et d’approfondir leur conception de l’industrie du commerce électronique pour qu’ils puissent former de futurs entrepreneurs.

En partenariat avec la CNUCED, l’Alibaba Business School forme 1000 entrepreneurs de marchés émergents pendant cinq ans. Deux cents de ces entrepreneurs sont originaires d’Afrique. Cinq entrepreneurs rwandais sont d’ores et déjà diplômés du programme eFounders Fellowship.

Dans le cadre de la collaboration eWTP, l’Alibaba Business School accueillera le premier programme de formation « Alibaba Netpreneur » du 2 au 13 mars prochain pour environ 40 entrepreneurs intervenant dans la mutation digitale et qui exercent actuellement leurs activités sur le marché du Rwanda, ou qui sont sur le point de se lancer sur le marché. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 20 janvier 2019 pour toutes les personnes désireuses d’y participer.

Ahlin ACCROBESSI  avec ecofin