Cameroun : Une couveuse néonatale made in Dschang primée à Paris

Totalement conçue et fabriquée par Serge Armel Njidjou à Dschang, la Couveuse néonatale interactive AUI 1.0 vient de remporter le prix initiative de la 3ème édition de l’AFD Digital Challenge, une compétition internationale organisée par l’Agence Française de Développement.

La couveuse mise au point par l’AUI a la particularité d’être adaptée aux fluctuations de tension de l’énergie électrique enregistrée au Cameroun. De plus, elle est interactive et communique à distance avec le Smartphone du médecin.

Selon les promoteurs, cette innovation technologique arrive dans un contexte où en moyenne 22 000 bébés nés prématurés meurent chaque année au Cameroun, faute de couveuses dans les hôpitaux. Le pays en compte moins de 100 qui fonctionnent pour 7000 formations hospitalières.

La remise dudit prix aura lieu le jeudi  9 mai 2019 prochain  dans le cadre de la ministérielle égalité homme-femme à Paris, au palais de l’Elysée.

D’après l’Agence française de développement (AFD), cette technologie était en concurrence avec près de 4000 autres à travers le monde à ce concours. C’est la deuxième récompense pour cette innovation technologique. En février 2018, elle recevait le Prix du Chef de l’Etat pour l’Innovation à l’occasion des Journées de la recherche scientifique et de l’Innovation du Cameroun, à Yaoundé.

Pour rappel, l’AUI vient de créer AUI Techno SARL, une entreprise commerciale pour produire en séries cette couveuse néonatale dans la ville de Bafoussam au Cameroun. Elle coûte moins chère que les couveuses importées.

Vous pouvez suivre les procédures de fabrication de cette couveuse néonatale sur https://www.youtube.com/watch?v=uwWrum8YxjU&t=17s

 

Daniel A.

 

Maroc : Le développement numérique est une priorité

Réuni en conseil de gouvernement en milieu de semaine dernière, l’exécutif marocain a évoqué la création prochaine d’une agence du développement numérique.
Le monde de la technologie sinon son progrès fou oblige les acteurs qui y travaillent à revoir leurs copies en proposant des stratégies affinées pour en tirer le meilleur profit.

Le Maroc bien qu’avancée en matière de télécommunication et de technologie en général ne lésine pas sur les moyens pour faire de nouveaux pas.

Le projet de décret N° 2-17-764 en application de la loi N°61-16 portant création de l’Agence du développement numérique adopté par le conseil place le Maroc en tête de liste des pays les plus réformateurs en matière de Technologies de l’information et de la communication (TICs).

Il s’agira donc de déterminer la composition du conseil d’administration de cette agence, dont le président sera désigné par le chef du gouvernement ou l’autorité gouvernementale de tutelle, et les représentants de l’administration au sein dudit conseil. Le texte adopté fixe par ailleurs les modalités de nomination d’autres instances dans le Conseil d’Administration.

Le projet a été présenté par le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy pour dit-on définir l’autorité gouvernementale chargée de la tutelle de l’agence.