Bénin : CHACHENGA, le premier food-truck de rue

Trois jeunes ont eu la brillante idée de créer un food-truck de rue. Bakus, Wassia et Dona ont décidé de vendre de la viande de boeufs, moutons et agneaux braisés plus communément appelés dans la sous-région  » Chachenga ».

Ce premier food-truck béninois propose des brochettes de boeufs, agneaux et moutons. L’assaisonnement de cette viande n’a pas été facile et cela a pris 3 ans pour arriver à un goût parfait.

Lire aussi : Comment choisir un mot de passe sécurisé?

 » L’épice sur notre viande est l’épice de CHACHENGA, que l’on a réussi à mettre au goût du jour au bout de 3 ans de durs labeurs et d’essais, afin de faire naître Le CHACHENGA ! La poudre révèle le caractère de nos viandes bio d’agriculture raisonnée et soigneusement choisies » expliquent les porteurs du projet.

Une innovation qui révolutionne complètement le monde du Chachenga. Pour goûter à cette viande sublime qu’est le CHACHENGA, passez vos commandes sur le site www.chachenga.com.

Pour tous vos événements (mariage, anniversaire et autres) regroupant plus de 50 personnes, le food-truck CHACHENGA offre ses services avec les spécialités du Chef « Bakus ».

Bénin : un marabout des réseaux sociaux écope de 5 ans de prison



La chasse aux vendeurs d’illusion bat son plein au Bénin. La police républicaine a déjà mis la main sur 4 personnes qui seraient auteurs des offres de maraboutage. Une cinquième personne s’ajoute au lot. Elle a été condamnée à cinq (5) ans de prison ferme par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

Cela fait plus d’une semaine que la police républicaine a fait l’annonce portant sur la lutte contre les auteurs de publications liées aux offres de portefeuille magique. Et les premiers résultats de cette opération sont plutôt satisfaisants au vu des dernières interpellations. La semaine dernière, les agents de la police ont mis la main sur 4 personnes qui proposaient des portefeuilles magiques sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Top 10 des startups digitales à forte valeur ajoutée au Togo

À cette nouvelle qui faisait la joie des internautes de la sous-région, s’ajoute une nouvelle interpellation. Le nouveau inculpé a écopé d’une peine de prison de 5 ans. Il a été condamné par la CRIET. Là encore, les internautes sont ravis et ont salué les autorités béninoises pour leurs efforts pour mettre fin à ce fléau qui fait des victimes au sein de la jeune population.

Outre le portefeuille magique, les marabouts interviennent dans des domaines tels que « le blanchiment d’argent et le rituel d’attirance clientèle » entre autres. Cette pratique malsaine a fait plusieurs victimes dans la sous-région en l’occurrence au Togo. Les internautes prennent d’ailleurs du plaisir à aider la police républicaine dans cette mission.

Au cas où un internaute voudrait dénoncer l’un de ses marabouts virtuels, il lui est demandé de « noter le numéro du dit marabout, communiquer ce numéro aux agents de la police républicaine qui se chargeront d’entrer en contact avec le marabout et le dénicher. Soit la police se renseignera auprès des réseaux GSM pour récupérer le nom du propriétaire du numéro et le perquisitionner…».

Bénin : la Police annonce la chasse aux marabouts des réseaux sociaux

Enfin ! Au Bénin, la Police judiciaire a annoncé ce mardi 1er décembre la chasse contre les marabouts qui promettent de l’argent via les réseaux sociaux. En réalité, il ne se passe pas un seul jour sans que des soi-disant marabouts ne publient des offres trop belles sur les réseaux sociaux. Ils ont envahi les groupes Facebook comme WhatsApp et toujours à la recherche de clients, plutôt de personnes à tromper.

Ils affirment être à même de multiplier de l’argent, un peu comme un investissement rapide, très rentable et sans risque. Une chose est sûre, des personnes sont tombées dans leurs jeux bien qu’il n’existe pas de chiffres pour étayer cela. En tout cas, pas pour le moment.

D’autres sont envahies sans cesse par des images de billets de banques, de portefeuilles dits « magiques », des plumes et de sang. C’est devenu du harcèlement avec une agressivité incroyable qui se fait en ligne. Ces pseudo-marabouts prennent d’assaut n’importe quelle publication susceptible de devenir virale ou non. Tout cette histoire pourrait bientôt s’écrire désormais au passé et c’est la Police judiciaire qui le dit.

« Le procureur de la République près le tribunal de première instance de COTONOU a instruit tous les officiers de la policie Judiciaire (opj) d’interpeller, de mettre en garde à vue et de présenter au tribunal tout individu surpris sur les réseaux sociaux partageant un message de maraboutage en vue de susciter les jeunes au gain facile ou tout autre genre capable de conduire au phénomène de sacrifice tel qu’a vécu le Bénin en début 2018 », lit-on dans un communiqué officiel.

Pour s’y prendre, il est demandé aux internautes béninois d’envoyer à la Police le numéro du marabout et l’institution se chargera d’entrer en contact avec lui et l’interpeller. Au pire des cas, la Police collaborera avec les opérateurs de téléphonie mobile pour avoir le nom et le propriétaire du numéro pour faire son travail.

Lire aussi : Une fausse page Facebook dénommée « Toogocom » vous promet 1000 Mo gratuitement

Bénin : Huawei forme sur la 5G et les nouvelles technologies

Le géant chinois de la technologie Huawei jette son dévolu sur les étudiants béninois. L’entreprise vient d’y lancer un programme de formations bénéfique à ces jeunes apprenants. Ces derniers seront outillés sur la 5G et les nouvelles technologies.

Huawei vient de lancer « Seeds for the Future » (Des graines pour l’avenir) au Bénin. Après les étudiants ivoiriens, ce sont ceux du Bénin qui vont jouir de cette opportunité. La formation dans le cadre du programme a été lancée ce lundi 9 novembre 2020. Pour ce faire, Huawei est soutenu par le ministère de l’enseignement supérieur.

Ils sont une vingtaine d’étudiants béninois à avoir débuté une semaine de formation. Les thématiques des ateliers aborderont diverses connaissances sur le numériques et les nouvelles technologies. Les étudiants seront formés sur la 5G, le cloud informatique et l’intelligence artificielle.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : Huawei forme les jeunes étudiants

Sont aussi au programme : la genèse et les développements technologiques de Huawei, ainsi que la cybersécurité et la digitalisation. Les cours se tiendront chaque jour pendant deux heures en ligne et en direct. Notons que les étudiants qui bénéficient de cette formation ont été sélectionnés par le ministère de l’enseignement supérieur. Ce sont les meilleurs de leurs différents établissements.

Les critères de la sélection sont : la maîtrise de la langue anglaise, la spécialité (science, ingénierie, informatique, etc.) et l’excellence du parcours académique. Par ailleurs, le programme « Seeds for the Future » de Huawei vise à outiller les jeunes africains sur le numérique.

Bénin : Junior Natabou (17 ans) millionnaire en euros grâce au e-commerce

A 17 ans, le jeune béninois Junior Natabou devient millionnaire grâce au e-commerce. Ce jeune béninois est la preuve vivante que les rêves peuvent devenir réalité. Il est devenu millionnaire grâce à sa curiosité du monde numérique.

A 14 ans, Junior Natabou s’intéressait déjà aux plateformes digitales. Curieux et attiré par plus de connaissances, il a commencé à regarder des documentaires et des reportages sur YouTube. Dans un premier temps, il s’est lancé dans la robotique avec un ami et après décide d’ouvrir une agence de communication digitale.

Il se concentrera totalement sur le e-commerce. Junior Natabou va suivre les cours d’un jeune homme du nom de Yomi Denzel, une icône de l’e-commerce. Les formations de ce dernier vont lui permettre de lancer ses boutiques en ligne et de connaître le succès une année après. Comme le dicton qui dit que l’homme n’est pas à l’abri du regard du Seigneur, Junior Natabou n’a pas hésité à faire les millions d’euros comme chiffres d’affaires.

Lire aussi: Fadji Maina, première scientifique nigérienne à la NASA

Aujourd’hui ce jeune garçon de 17 ans est devenu le modèle d’exemplarité pour tous les jeunes d’Afrique et d’ailleurs. Tenace, Junior Natabou a prouvé qu’on pouvait réaliser ces rêves en travaillant et en persévérant.

Junior Natabou n’a pas excellé du premier coup, il a rencontré des difficultés notamment celles des portefeuilles électroniques comme PayPal et Stripe.

Réussir dans le e-commerce demande beaucoup de formations, même le jeune millionnaire investit encore aujourd’hui pour pouvoir être à jour car le secteur numérique n’attend personne. Du haut de ces 17 ans avec les expériences qu’il a acquises, Junior Natabou prévoit lancer ses propres marques dans le domaine de la santé, du fitness et de la beauté. Il compte aider ses clients à s’épanouir via ses produits.

Avec Forbes

Le Bénin a sa plateforme nationale d’e-paiement

Une nouvelle initiative pour accélérer la révolution numérique en Afrique. Ce mardi 13 octobre, Aurélie Adam Soulé Zoumarou, la ministre béninoise de l’Economie numérique et de la Digitalisation a procédé au lancement d’une nouvelle plateforme nationale d’e-paiement.

Cette plateforme nationale de paiement électronique va faciliter l’inclusion finacière. C’est une aubaine pour les populations en marge des circuits économique actuelle. Cette solution numérique va également favoriser la centralisation de tous les paiemants des services fianciers publics au Bénin.

La ministre béninoise de l’Economie numérique et de la Digitalisation, Aurélie Adam Soulé Zoumarou n’a pas manqué d’exprimer son enthousiasme à l’égard de ce nouvel outil numérique. A l’en croire, cette plateforme est un dispositif qui rendra les solutions de paiements existantes interopérables.

Lire aussi : Sierra Leone : Lancement d’une plateforme nationale utilisant la blockchain

« La plateforme nationale de paiement électronique est une pièce maîtresse de notre stratégie numérique, qui va être le hub de concentration de toutes les solutions de paiements existantes, aujourd’hui et à venir aussi dans le futur, qui permettra de rendre ces solutions interopérables et par la même occasion, de remplir d’autres objectifs qui sont liés à l’inclusion financière, à la facilité de paiement et au suivi
de ces paiements », a-t-elle déclaré.

Le Bénin marche donc dans les pas du Ghana en lançant cette plateforme. Il s’agit d’une aubaine pour l’e-paiement marchand dans le pays.

Bénin: 500 jeunes formés sur l’intelligence artificielle

Plusieurs jeunes béninois ont été formés sur l’IA (Intelligence artificielle) au cours d’un projet nommé « vacances numériques » qui s’est tenu du 21 au 26 septembre 2020.

Cette formation a pu voir le jour grâce à un partenariat entre des fondations africaines et européennes, avec l’appui technique de l’Association béninoise pour la cybersécurité et la promotion du numérique (ABCPN). Ces jeunes élèves et étudiants ont suivi la formation en présentiel et par Zoom. Ils ont été initiés au langage python qui est le langage le plus utilisé en matière d’Intelligence Artificielle.

Le langage python n’était pas le seul au menu. Ils ont participé à des ateliers d’initiation sur la corrélation entre l’IA et l’éducation, les emplois et métiers en Afrique et au Bénin ; le développement durable, l’agriculture, l’environnement, la cybersécurité, les enjeux juridiques et éthiques.

Lire aussi:Bénin : Epitech va former des développeurs web

Cette initiative « vacances numériques » de la fondation Adrien Houngbédji pour le numérique, la jeunesse et l’intelligence artificielle (FAHNJIA) est accompagnée par AFRIA (Agence francophone pour l’intelligence artificielle en Afrique), la Fondation Vallet avec l’appui technique de l’Association béninoise pour la cybersécurité et la promotion du numérique. Elle a permis à ces jeunes étudiants et élèves de se familiariser avec le langage python, le monde de l’emploi et les crypto-monnaies.

La Fondation FAHNJIA a orienté ces jeunes vers un monde numérique qui est l’avenir . Adrien Houngbédji avait déclaré au lancement du projet : « Nous voulons orienter les jeunes béninois vers les multiples innovations et la révolution technologique pour susciter en eux l’intérêt pour la science, car tous les domaines de notre quotidien vont être bouleversés ». Ce projet numérique sur l’intelligence artificielle qui a tenu toutes ses promesses a eu à former les 500 jeunes étudiants comme élèves à Cotonou, Porto Novo, Parakou, Lokossa, Abomey et Calavi.

Bénin : le haut débit sera disponible pour tous en 2021

Le gouvernement béninois veut densifier le réseau haut débit dans tous le pays en 2021. Pour ce faire, il a signé un contrat commercial avec l’entreprise chinoise Huawei dans le cadre du Projet de densification du réseau haut débit (Pdrhd).

Les autorités veulent miser sur les atouts du numérique, ce qui n’est envisageable qu’avec une connexion haut débit. Dans cet optique, le ministère de l’économie numérique et de la digitalisation, de la Société béninoise d’infrastructures numériques a signé un accord commercial avec le géant de la technologie Huawei. Un partenariat qui annonce la phase II du Pdrhd.

Lire aussi : Tunisie : de l’internet haut débit dans les écoles et lycées

Huawei est en charge de l’exécution du projet de densification du réseau haut débit. Ensemble avec les autorités béninoises, l’entreprise chinoise mettra en place un réseau dorsal national en fibre optique. Pour cette seconde phase, l’objectif est de transformer le réseau de télécommunications au Bénin. Ainsi, d’ici 2020, le taux de pénétration et de couverture du réseau sera réhaussé.

La phase I du projet a pris en compte les grandes communes du pays à l’instar de Cotonou et Parakou. Pour la phase II, 23 autres communes bénéficieront des avantages du haut débit. A la fin du Pdrh II, 70 sur les 77 communes du Bénin seront couvertes d’un réseau haut débit. La connexion sur le territoire sera assez fluide et la couverture sera conséquente.

Bénin: 3 Cybercriminels arrêtés

Dans l’après-midi du vendredi 25 septembre 2020, trois individus ont été interpellés par une équipe du commissariat du 2 ème arrondissement de Parakou.

C’est aux environs de 16 h 30 minutes que le Commissaire KINDEDOHOUN Charles et son équipe ont débarqué dans le quartier de Banikanni. Les individus interpellés sont trois jeunes à savoir O. Ayemonam étudiant de 25 ans  résidant à Banikanni ; L. Marouane étudiant de 25 ans résidant à Guèma ; B. Taofic revendeur de téléphones habitant à Wansirou.

Lire aussi: Cybersécurité: 3,5 millions d’emplois seront disponibles d’ici 2021

Cette opération dirigée par le Commissaire du 2 ème arrondissement de Parakou a permis de mettre aux arrêts ces 3 cybercriminels. Ces derniers avaient à leur disposition des grigris, un poignard, des clés USB de connexion internet, des ordinateurs portatifs, des téléphones portables Android et à touches, deux motocyclettes de marques DAYANG et HAOJUE, un poste téléviseur écran plasma 32, des bordereaux de retrait et versement en banques, une carte  TRANSCACH servant aux retraits et à la conversion de devises étrangères.

La fouille du portable et de l’ordinateur portatif de l’un des individus O. Ayemonam a permis à la police de découvrir des données sensibles liées à leur activité. Un fait avoué par le concerné en question. Parmi les objets retrouvés lors de la perquisition, il y avait du chanvre indien, une drogue qui serait consommée par les trois individus.

Bénin : Epitech va former des développeurs web

Epitech connu internationalement pour son efficacité de formation d’experts en Informatique a installé un Campus au Bénin en 2018. L’Université en question leur a permis de diffuser des formations de qualité à travers toute l’Afrique.

Le 05 Octobre à venir, Epitech va lancer sa toute première édition de Coding Academy au Bénin. Cette toute première édition permettra aux professionnels venant de partout dans le monde de bénéficier de la formation des experts en informatique pendant 22 semaines. La Coding Academy va choisir 10 personnes de la sous-région pour venir au Bénin et acquérir des compétences en développement web. La formation sera essentiellement basé sur la méthode ‘’apprendre à apprendre’’ qui a fait connaître le label Epitech.

Cette méthode se résume tout simplement à des techniques qui poussent les étudiants à acquérir des connaissances  par  leur moyen, rythme et également au cours des travaux pratiques qui les préparent à des situations imprévues. Après la formation, il y aura un stage de 6 mois et un salon d’emploi au cours duquel  les 10 participants pourront exposer leurs acquis aux parties partenaires d’Epitech Bénin.

Lire aussi: Semoa : une fintech togolaise qui améliore Ecobank  Mobile

Pour espérer faire partie de l’aventure, les candidats doivent avoir au moins un bac +2 ou  5 années d’expérience professionnelle  dans n’importe quel domaine. Les postulants devront également avoir un bon niveau en Anglais, connaître les bases de l’informatique et être super motivés, entre autres.

Les 10 participants qui seront choisis pour cette première édition béninoise de la Coding Academy auront à passer avec succès un test individuel, un test logique et un test d’anglais. Le lien d’inscription est le suivant https://www.epitech.bj/form_coding/  et la date butoir est fixée au 30 Septembre 2020.