Android : une  nouvelle version  du ‘’Google Play Store’’ est disponible

Google a consacré plusieurs mois à retravailler l’interface de son marché applicatif à destination d’Android. Google Play Store est désormais disponible en version 15.1 qui propose une refonte complète.

Google avait annoncé il y a quelques mois que le Play Store allait subir une refonte de son design avec notamment une nouvelle barre de navigation située au bas de l’écran. Cette nouvelle version du magasin d’applications est désormais disponible.

La mise à jour symbolise l’arrivée du Material Design dans l’application et, comme annoncé, le déplacement de la barre de navigation vers le bas de l’écran.

Cette nouvelle version du Play Store embarque une barre de navigation inférieure qui renforce la lisibilité de l’application. Elle comprend des raccourcis vers certaines sections comme les applications, les jeux, les films et les livres. La catégorie musique disparaît en revanche du Play Store.

À l’instar des autres applications de Google, cette mise à jour du magasin d’applications est principalement composée de blanc, éliminant ainsi les couleurs vert, rouge et bleu de la barre des tâches. Le bouton «  Autre » se voit également remplacé par une flèche dans les différents menus carrousels et les icônes revêtent des bords plus arrondis.

La nouvelle charte graphique de Google est actuellement en cours de déploiement chez tous les utilisateurs Android et il est donc possible que certains possesseurs de smartphone n’y aient pas encore accès.

Pour profiter dès maintenant de cette nouvelle version, vous pouvez télécharger et installer manuellement l’APK de l’application Android. Dans le même temps, Google suit de près les contenus haineux, obscènes , entre autres. Elle a revu les conditions d’utilisation du Play Store surtout pour les développeurs.

Google souhaite mieux encadrer  les « représentations d’actes sexuels ou de poses suggestives », ou  les « applications faisant la promotion de services d’hôtesses ou d’autres services susceptibles d’être interprétés comme une proposition de relations sexuelles en échange de rémunération ».

 

Android : Google lâche Huawei, elle prépare sa réplique

C’est une véritable bataille commerciale qui a pour préface la rupture des relations entre Google et Huawei.   Le géant des moteurs de recherches a fait savoir à l’entreprise chinoise qu’elle ne pourra plus accéder à son système d’exploitation Android pour ses futurs téléphones.

C’est dire que les prochains téléphones Huawei n’auront pas Gmail, Google Maps ou encore YouTube, et le reste. Huawei ne pourra plus acheter d’équipements auprès d’entreprises américaines sans l’approbation du gouvernement de Trump.

Coup dur ! L’expression est peut-être moindre pour qualifier l’état d’âme des responsables de l’entreprise chinoise. Et pourtant, il n’a pas de possibilité de revenir en arrière. La décision de Google s’aligne sur la guerre commerciale déclarée par l’administration Trump à la Chine ou du moins à Huawei.

En effet, un décret pris il y a quelques jours par l’administration Trump  interdit aux entreprises américains de télécom de collaborer avec des entreprises étrangères étiquetées ‘à risque’.  Le groupe chinois Huawei est soupçonné d’avoir des liens avec les services de renseignement chinois et l est considéré comme une « menace à la sécurité intérieure du pays ».

Réplique

«Huawei est contre la décision prise par le Bureau de l’industrie et de la sécurité (BIS) du Département du commerce des États-Unis. Cette décision n’est dans l’intérêt de personne. Cela causera un préjudice économique important aux entreprises américaines avec lesquelles Huawei fait affaire, affectera des dizaines de milliers d’emplois américains et perturbera la collaboration actuelle et la confiance mutuelle existant dans la chaîne d’approvisionnement mondiale », lit-on dans un communiqué officiel de l’entreprise.

Huawei développe depuis 2012 son propre système d’exploitation. L’annonce de Google lui permet de le dévoiler et devenir un nouveau concurrent face à Android et l’iOS d’Apple.

D’après des  sources chinoises, Huawei a développé son propre système d’exploitation sous le nom de «Hongmeng». L’entreprise l’utilisait en coulisse depuis 7 ans.

Bénin : Qui n’a pas accès à l’électricité ?

Sur 1,5 milliard de personnes n’ayant pas accès à l’électricité dans le monde, 80% se trouveraient en Afrique. Et même là où il y en a, les populations restent confrontées aux délestages répétés.

Au Bénin, pour pallier ce problème, il a été conçu une application dénommée « Ina » qui permet de connaitre la disponibilité du courant électrique dans une zone donnée.

« Lumière » ou « énergie » en Yoruba, Ina permet  une bonne gestion et organisation de son temps ainsi que de ses déplacements. Tout ceci n’est nécessaire et utile que lorsque l’on a besoin d’effectuer des  activités nécessitant l’énergie électrique.

L’appli béninoise, est susceptible de faire la distinction entre les sources d’énergie traditionnelles et les sources alternatives telles que les powerbank, l’énergie solaire. En tout cas c’est ce qu’affirme Oscar Gbadou, développeur et ingénieur en informatique ayant travaillé sur le projet.

« Lorsqu’un téléphone sur lequel l’application est installée est branché à une source d’alimentation, Ina la détecte automatiquement et demande de la préciser, en différenciant l’énergie du secteur des autres sources d’énergie », a-t-il expliqué.

Disponible actuellement en application web et sur Androïd, Ina peut fournir les données sur l’état de la distribution de l’énergie électrique sur toute l’étendue du territoire.

 

Prudence Agbaléti