Faure Gnassingbé chez Jack Ma

Il n’y a pas que le Ghana qui soit intéressé par la success story de Jack Ma et sa fameuse Alibaba. Le Togo l’est autant. En Chine, le président togolais, Faure Gnassingbé s’est rendu sur le campus « Xixi » du géant Alibaba. Les deux hommes ont discuté d’un partenariat pouvant permettre aux jeunes togolais de bénéficier  de diverses formations pour dit-on positionner le Togo comme une plateforme technologique de la sous-région.

Ce fut même avec plaisir que le président togolais et sa délégation ont été reçus en Chine. A leur arrivée chez Jack Ma, l’entreprise l’a annoncé sur sa page facebook. « Bienvenue au président Faure Essozimna Gnassingbé et à votre délégation togolaise ! Nous sommes honorés de vous recevoir sur notre campus Xixi», a posté Alibaba Group sur facebook.

Faure Gnassingbé et Jack Ma

Le président et sa délégation effectuent une série de rencontres en Chine. Ils sont à la recherche de potentiels investisseurs pour le Programme national de développement (PND).

Lors de la visite d’Alibaba Group, on pouvait remarquer sur une photo, le président togolais visiblement ému par la technologie que déploie ce site d’e-commerce. La photo  montre le ministre togolais en charge des postes et de l’économie numérique, Cina Lawson tout simplement stupéfaite au moment où le milliardaire Jack Ma esquissait un sourire.

« Avec Jack Ma, le chef de l’État (Faure Gnassingbé, ndlr) a suivi avec beaucoup d’intérêt la présentation du parcours de ce modèle en matière de réussite, constaté son évolution. (…) Le Togo veut compter sur Alibaba Group dans un partenariat qui permettra non seulement aux jeunes Togolais de bénéficier de diverses formations, mais également se positionner comme une plateforme technologique dans la sous-région », informe la Présidence.

Un entretien restreint a eu lieu par après entre  chef de l’État  et Jack Ma. Faure Gnassingbé a salué l’humanisme de Jack Ma. La rencontre restera sans doute historique. Elle a précédé l’annonce du départ à la retraite du fondateur d’Alibaba Group, Jack Ma.

Crédit photo : Alibaba Group

Le Ghana veut devenir une branche d’Alibaba Group

Le Ghana veut être le pays africain à accueillir une branche d’Alibaba Group. Cette proposition a été faite par le président ghanéen, Nana Akufo-Addo à Jack Ma, le patron de l’entreprise en marge du Forum sur la coopération sino-africaine.

« J’ai rencontré le co-fondateur et Président du groupe Alibaba, M. Jack Ma. Je l’ai exhorté à envisager d’établir le siège des opérations d’Alibaba en Afrique au Ghana, car Alibaba Group se tourne vers les pays partenaires d’Afrique et aide à développer les talents de la technologie », a écrit le président ghanéen sur Twitter.

L’ambition de Nana Akufo-Addo est plus que claire : faire venir le géant Alibaba en Afrique. Cela pourrait devenir une réalité du moment où cette entreprise chinoise s’intéresse de plus en plus à l’Afrique.

Alibaba, bien visible en  Afrique

Ces dernières années, la  Chine et ses entreprises ont déployé leurs tentacules sur bon nombre de pays africains. Alibaba n’est pas du reste. Au mois de juillet 2018, Alibaba Business School et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) ont réuni 29 jeunes entrepreneurs de 11 pays d’Afrique sur le campus d’Alibaba, à Hangzhou (Chine) dans le cadre de la  troisième classe de l’initiative eFounders. Cette dernière consiste à former 1 000 entrepreneurs provenant de pays en développement dont 200 d’Afrique. Étale sur 5 ans, ce programme vise à aider ces entrepreneurs à réussir dans le monde numérique.

En août dernier, Alibaba Business School  a lancé au Rwanda un programme de formation  «Global E-commerce Talent» (GET). Il est destiné aux professeurs d’universités qui sont censés former à leur tour de nouveaux talents. C’est le fruit d’un partenariat avec le Conseil supérieur de l’enseignement du Rwanda et le Rwanda Development Board.  Des cours relatifs à l’économie numérique, la formation d’une entreprise, la gestion des risques et l’acquisition de clients ont été donnés au début à 50 participants de 9 universités du pays.

Jack Ma a aussi lancé  « African Young Entrepreneurs Fund », un fonds de 10 millions de dollars issu de la fortune personnelle du milliardaire chinois.