Apple s’installe en Afrique

La firme américaine, Apple pose ses bagages dans 25 pays d’Afrique. C’est une expansion de ses services dont 5 seront accueillis par 8 pays africains. Il s’agit du Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Libye, le Maroc, la RDC, le Rwanda et la Zambie. Les 17 autres pays accueilleront seulement le service Apple Music.

L’entreprise se lance à la conquête de l’Afrique. Le géant américain a annoncé mardi dernier que 8 pays d’Afrique abriteront à la fois cinq services de la firme, notamment : Store, Arcade, Music, Podcasts et iCloud. Ces derniers s’installeront au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Gabon, en Libye, au Maroc, en République démocratique du Congo (RDC), au Rwanda et en Zambie. L’entreprise au logo à la pomme croquée promet des prix adaptés au pouvoir d’achat local.

Concernant Apple Music, il sera déployé seul dans 17 pays : l’Algérie, l’Angola, le Bénin, le Liberia, Madagascar, le Malawi, le Mali, la Mauritanie, le Mozambique, la Namibie, le Congo, le Sénégal, les Seychelles, la Sierra Leone, la Tanzanie, le Tchad et la Tunisie. Apple propose dans cette application un essai gratuit de six mois aux utilisateurs, avec une playlist africaine.

Apple Music couvre ainsi 167 pays dans le monde alors que 175 pays sont couverts par Apple Store. Ceci explique le chiffre d’affaires florissant de la firme américaine. Pour rappel, en 2019, elle a comptabilisé 260,1 milliards de dollars de chiffre d’affaires.

Afrique : Covid-19 CMVA facilite vos pré-tests

Plus besoin de se déplacer lorsque vous aurez envie de faire une auto-évaluation médicale dans ce contexte de Covid-19. Il est désormais possible de faire un pré-test chez soi grâce à une plateforme mise au point par de jeunes entrepreneurs africains.

Le Centre Médical Virtuel d’Afrique composée de jeunes entrepreneurs ont créé une application baptisée Covid-19 CMVA. C’est une plateforme d’auto contrôle périodique qui se fait par des questionnaires permettant de déterminer si l’on est atteint du Covid-19 ou pas. Une solution technologique qui permet de « prévenir, alerter et diriger » vers le centre de santé au cas où un utilisateur serait testé positif.

Lire aussi : Covid-19 : Le Rwanda utilise des drones pour sensibiliser

Covid-19 CMVA est utilisable par toutes les couches de la société étant donné qu’elle dispose d’un Voice chat en langues nationales pour ceux qui ne comprennent pas les langues étrangères. Elle est accessible via internet sur tout type de smartphone et également via une application mobile. Pour les zones qui n’ont pas accès à internet, les habitants pourront faire leur pré-test sur  téléphone par des requêtes USSD grâce à un accord avec les opérateurs télécoms.

La plateforme dispose de trois catégories. La première est dédiée à ceux qui sont testés négatifs au virus. Après leur auto-évaluation, ils ont droit à des conseils liés aux gestes barrières afin de poursuivre la prévention . La deuxième concerne les personnes vulnérables (les personnes âgées ou ceux qui ont des problèmes respiratoires). Elles bénéficient également des conseils appropriés. La toute dernière catégorie est destinée à ceux qui sont testés positifs au virus.

Ce détecteur numérique de Covid-19 prend en compte pour le moment 15 pays de la sous-région. Il ne remplace aucunement les tests physiques, par contre il permet d’alléger la tâche au corps médical qui est au four et au moulin en cette période de crise sanitaire.  Covid-19 CMVA est d’ailleurs parmi les meilleurs solutions contre le Coronavirus au Togo selon #TousContreCorona , un hackathon lancé par le gouvernement Togolais.

Cliquez ici pour accéder au site

Le Rwanda accueille le premier concours de vol de drones d’Afrique

Le Rwanda est en passe de devenir le premier pays africain à accueillir une compétition mondiale de vol de drones.

Surnommée Lake Kivu Challenge, la compétition – qui doit avoir lieu du 8 au 16 février dans le district de Karongi dans la province de l’Ouest – cherche à présenter la dernière révolution et les tendances des drones.

Il se concentrera sur la technologie des drones électriques à capacité d’atterrissage vertical ou d’atterrissage court, à faible coût et capable de vols à haute fréquence, selon les organisateurs. L’événement se tiendra en marge de l’Africa Drone Forum 2020.  

Le concours, selon les organisateurs, sera le premier du genre à se tenir en Afrique et devrait aider à combler le fossé entre la technologie disponible, les cas d’utilisation africains et les aspects de sécurité de la mise en œuvre de services à haute fréquence qui peuvent faire une différence dans les régions isolées. communautés de la région.

«La compétition de vol du Lake Kivu Challenge (LKC) attirera des équipes mondiales de drones pour concourir sur des problèmes du monde réel dans trois catégories, à savoir le prélèvement d’échantillons en laboratoire et la livraison de colis d’urgence, et trouver, évaluer grâce à la cartographie des actifs ruraux», a la déclaration publiée par la Rwanda Civil Aviation Authority se lit en partie.

Parmi les concurrents, les experts sélectionneront les services de drones électriques à décollage et atterrissage verticaux (e-VTOL) les mieux adaptés aux cas d’utilisation à longue distance définis en Afrique.

«Les équipes de drones gagnantes recevront près de 400 000 $ en espèces en plus de la possibilité de recevoir des contrats pilotes avec diverses agences pour démontrer la prestation de services.»

Le concours, selon les responsables, est conçu pour repousser les limites et démontrer l’état actuel de la technologie des systèmes d’avions sans pilote (UAS) à longue portée pour les marchés africains.

Le défi devrait voir plusieurs experts qui ouvrent la voie à la technologie des drones aider à ouvrir et à tester l’esprit des ingénieurs, des régulateurs, des entrepreneurs et des investisseurs.

Selon les organisateurs, cela permettrait de promouvoir le ciel au-dessus de l’Afrique en tant que ressource et technologies précieuses pour aider à construire des infrastructures durables.

Forum des drones africains

Pendant ce temps, Africa Drone Forum 2020, dont l’objectif est de montrer comment les drones peuvent être utilisés pour tout, de la livraison de fret à l’intervention d’urgence, démarre la semaine prochaine. Il se déroulera du 5 au 7 février.

Le forum, qui réunira des personnalités éminentes de la technologie des drones du secteur privé et des régulateurs de l’espace aérien pour discuter de ce qui est possible pour l’avenir des drones en Afrique, est le résultat de la collaboration entre le gouvernement du Rwanda et le Forum économique mondial (WEF) .

Avec New Times

Lire aussi : Motema, une tablette made in RDC

La start-up Talim promeut la formation universitaire en Afrique


Talim est une plateforme et une application mobile gratuite qui vise à informer et orienter les jeunes africains dans leur choix universitaire et professionnel en Afrique. La startup derrière cette plateforme met l’accent sur les offres universitaires existantes en Afrique afin de mieux promouvoir les formations sur le continent.


« Nous comptons mettre l’accent sur les offres universitaires existantes en Afrique afin de mieux promouvoir les formations des universités et instituts africains », a expliqué son fondateur Christian Madet à l’agence APS.

Talim est déjà présente dans dans sept pays africains à savoir le Tchad, le Cameroun, le Sénégal, le Togo, la Côté d’Ivoire et le Bénin. Elle mettra le cap sur d’autres destinations cette année.

Talim, selon son fondateur, « est la première start-up africaine qui cartographie l’enseignement supérieur de tous les pays africains pour faciliter la mobilité des étudiants africains tout en mettant à leur disposition une plateforme et une application mobile (…) ». 

L’originalité du concept, poursuit-il « apportera une aide à des milliers d’étudiants africains à mieux choisir leurs futures destinations, à mieux s’orienter, à mieux se former et à réduire les inégalités de chance en matière d’éducation et de formation dans le continent africain ».

Talim va contribuer à l’éducation et l’orientation des jeunes filles dans les milieux scolaires en coopération avec les associations locales et les ONG qui interviennent dans ce domaine. 

Dans cette perspective, M. Madet a invité les élèves et étudiants à ’’visiter’’ leur site internet www.talim-Afrique.com ou télécharger l’application pour faire de bons choix.

Lire aussi : En 2019, les internautes ont passé 68 milliards d’heure sur TikTok

Côte d’Ivoire : Forum digital d’Afrique sur les enjeux et risques d’internet

La première édition d’ AFRICA SOLIDARITY DIGITAL FORUM se déroule ce mercredi 11 décembre 2019 au centre culturel Jacques Aka à Bouaké.

Les amoureux (ses) de la technologie se retrouvent à ce forum autour du thème « Enjeux et risques d’internet, des réseaux sociaux, des médias et des téléphones mobiles ».

Cette initiative est organisée par le CNAS ( Club Numérique Action Solidaire), en partenariat avec les organisations œuvrant pour le numérique dont l’ONG Initiativ’.

Lire aussi: Instagram ne veut plus des moins de 13 ans

Pour cette première édition, la participation est gratuite et riche de partages. Ce forum est meublé des ateliers de formation, des panels, des témoignages, des stands et différents démonstrations.

Parmi les différents ateliers de formation, nous pouvons citer entre autres : l’initiation à la robotique, l’initiation à l’électronique, l’initiation au Marketing Digital, la découverte de la carte Arduino…

Hormis ce forum, notons aussi qu’une caravane dénommée « Caravane écoles digitales » a été organisée. Cette caravane avait pour vision de sensibiliser les élèves et les étudiants à appréhender les risques auxquels ils sont exposés face à l’internet surtout les réseaux sociaux.

Alexine AFAYA.

Afrique : Facebook lutte contre les fausses informations dans 10 pays

Facebook a annoncé son intention d’étendre son programme d’évaluation de la précision et de la qualité des informations que les internautes trouvent sur le réseau à 10 pays africains supplémentaires. Ces vérifications se feront par des partenaires du réseau social.

Les vérifications des données par des tiers seront désormais disponibles en Ethiopie, en Zambie, en Somalie et au Burkina Faso par le biais de l’AFP. Elles seront en Ouganda et en Tanzanie par le biais de Pesa Check et de l’AFP. En République démocratique du Congo et en Côte d’Ivoire par le biais des observateurs de France 24 et de l’AFP en Guinée. Et en Conakry par les observateurs de France 24 et le Ghana par Dubawa.

Facebook veut atteindre ses objectifs en réduisant la propagation des fausses informations sur ses sites. Il est en partenariat avec l’Agence France-Presse (AFP), les observateurs de France 24, Pesa Check et Dubawa.

Lire aussi : Mara Group a désormais une usine de smartphones en Afrique du Sud

Les articles locaux seront vérifiés, en plus de la vérification des photos et des vidéos. Si l’un des partenaires de vérification des faits identifie une histoire comme étant fausse, Facebook réduira sa diffusion, en la montrant plus bas dans le fil d’actualité.

À travers ce programme de lutte contre les fausses informations, Facebook veut relever le niveau de sa crédibilité. Cette mesure ne constitue pas une solution miracle. Elle fait partie des nombreuses initiatives et programmes dans lesquelles Facebook investit pour l’amélioration de la qualité des informations que les internautes lisent.

Raheem Geraldo

CcHub acquiert iHub pour devenir un puissant incubateur d’Afrique

Deux des pépinières technologiques les plus puissantes d’Afrique vont unir leurs forces. Le Centre d’innovation et fonds de démarrage nigérian CcHub a acquis l’iHub basé à Nairobi.

Le montant de l’achat n’a pas été révélé. “Les noms resteront les mêmes… iHub restera iHub… c’est une marque forte… mais iHub sera soutenus par le centre de contrôle central, ce qui les aidera à renforcer leurs activités « , a expliqué un responsable de l’entreprise.

Cet accord est perçu comme un atout pour l’écosystème technologique du continent. Cela renforce la capacité des deux centres à soutenir l’innovation. 

Lire aussi : Kenya : Du Wifi et des hubs TIC pour bientôt

Fondé en 2011, CcHub gère des programmes de compétences numériques pour les entrepreneurs et les écoliers, une incubation de start-up et un portefeuille d’investissements via son fonds de capital de croissance.

iHub est devenu un lieu central en Afrique de l’Est. Avec l’argent mobile M-Pesa et une scène de startup dynamique, c’est l’un des piliers qui ont inspiré le surnom de Silicon Savannah au Kenya.

2019, année des startups en Afrique

Les startups africaines ont été les principaux sujets de discussion ces dernières années. Elles interviennent dans divers secteurs, tels que la santé, l’éducation, l’agriculture, la logistique, la finance.

Des startups africains ont recueilli plus de 1 million de dollars $ en 2019 . Elles ont été cité sur LinkedIn dans un post de Maxim Bayen. D’après les données environ 12% de ces startups sont cofondées par des femmes entrepreneures.

Lire aussi : Zuckerberg prêt à « se battre » avec quiconque veut démanteler Facebook

La plupart des investissements ont été alloués à des startups sud-africaines (19), suivies du Nigéria (15), du Kenya (7), de l’Égypte, de l’Ouganda et du Ghana (4), ainsi que du Zimbabwe, de la Tunisie, de la Tanzanie et de la Zambie (1).

Lire aussi : Huawei dément les accusations d’espionnage en Afrique

Ces startups ont collecté plus de 520 millions de dollars en 2019 auprès de 120 investisseurs différents. Elles continuent de recevoir un soutien financier d’investisseurs providentiels locaux et mondiaux.

Raheem Geraldo

Huawei dément les accusations d’espionnage en Afrique

Huawei traverse actuellement des périodes de trouble compte tenu de la guerre commerciale avec les Etats-Unis et des accusations d’espionnage dont il est l’objet. Selon Huawei, « la Chine n’a aucun intérêt à espionner l’Afrique ».

Steven Yi, le patron Afrique de Huawei, estime que « certaines jalousies s’expriment » contre le groupe puisqu’il détient le quasi-monopole sur le continent africain. Selon lui, Huawei est devenu très fort, excellent, ce qui serait à la base de certaines jalousies.

Lire aussi : Certains smartphones seront privés de WhatsApp

Le géant chinois affirme être une entreprise transparente. Mais le problème c’est que peu de gens en sont convaincus.

D’après les propos de Steven Yo, Huawei excelle en Afrique puisqu’elle a une politique interne qui consiste à encourager leurs employés à travailler en Afrique via des hausses de salaires et des primes. Huawei favorise également la promotion de leurs cadres qui ont fait une partie de leur carrière sur le continent.

Huawei estime avoir formé des talents locaux. Plus de 80 000 techniciens sont formés en Afrique via des partenariats avec 300 universités.

Le groupe chinois Huawei est l’équipementier leader des télécoms en Afrique où il a ouvert un premier bureau en 1997, en Egypte, suivi par le Zimbabwe et l’Afrique du Sud dès 1998. Actuellement, l’entreprise, basée à Shenzhen dans le sud de la Chine, couvre tous les pays africains et dispose de dix-sept bureaux de représentations et de deux laboratoires de recherche en Egypte et en Afrique du Sud.

Cliquez pour intégrer notre groupe WhatsApp Entrepreneurs d’Afrique

Raheem Geraldo

Rain met en service le premier réseau 5G d’Afrique

Rain, l’opérateur sud-africain de téléphonie mobile a annoncé l’activation du premier réseau 5G d’Afrique. Le fournisseur met la 5G à la disposition de tous les clients dans certaines parties de Johannesburg et de Tshwane. La société a déclaré que ce réseau 5G permettrait à l’Afrique du Sud de bénéficier de coûts de données réduits .

«Les clients sélectionnés dans la zone de couverture 5G de Rain ont été invités à être les premiers à acheter un réseau Internet 5G ultra-rapide et illimité . Un routeur 5G à la pointe de la technologie sera installé au domicile du client. Aucune installation n’est requise, le routeur est simplement plug-and-play et il sera connecté immédiatement », a déclaré Khaya Dlanga, directrice du marketing, Rain.

Lire aussi : Nigeria : A 7 ans, Brendon Ikem est champion d’un concours de robotique

Rain souhaite étendre son réseau 5G d’Afrique dans les prochaines semaines à toutes les petites entreprises et à tous les foyers de la zone de couverture de Johannesburg et Tshwane.  

Une connexion 5G moyenne est capable de fournir des vitesses au moins 10 fois plus rapides que les réseaux 4G / LTE existants. 

Rain compte travailler avec Huawei Technologies et l’Université WITS pour développer un laboratoire d’innovation 5G. Cet espace donnera aux jeunes ingénieurs une longueur d’avance dans le développement des nouvelles applications innovantes de la 5G.