Afrique du sud : Radwin veut fournir de la connexion haut débit

Radwin, le fournisseur mondial de large bande sans fil, a annoncé qu’il avait signé un accord de partenariat avec Mobax, une société leader de télécommunications et de technologie en Afrique du Sud. Mobax offrira la gamme complète de ses solutions à sa vaste base d’opérateurs de réseaux de télécommunications et de clients d’entreprise.

Gerhard Bezuidenhout, directeur général de Mobax, a déclaré: « RADWIN dispose d’un portefeuille passionnant avec une fiabilité et des vitesses inégalées qui nous permettront de mettre en œuvre une connectivité à large bande de type fibre pour fournir des services de grande valeur à notre vaste clientèle ».

Ce partenariat permettra d’élargir la portée de la technologie de formation de faisceaux de RADWIN pour fournir une excellente combinaison de connectivité haut débit même dans des conditions extérieures difficiles.

RADWIN est le fournisseur mondial de solutions sans fil à large bande qui offrent un haut débit. Intégrant des technologies de pointe, les solutions RADWIN sont déployées dans plus de 170 pays.

Mobax Group (Pty) Ltd est un important groupe africain de technologie des télécommunications basé en Afrique du Sud. Mobax Group est reconnu comme fournisseur de services et de produits de télécommunications professionnels au marché sud-africain.

Afrique du sud : EDSA veut 5 000 nouveaux scientifiques des données

La plus grande académie de science des données d’Afrique, Explore Data Science Academy (EDSA) vise à former 5 000 scientifiques des données d’ici 2025. L’Académie a formé et placé près de 500 jeunes scientifiques des données depuis janvier 2018.

La plupart de ces apprenants viennent de milieux défavorisés et après avoir obtenu leur diplôme ont été placés dans des emplois à forte demande. Selon Shaun Dippnall, cofondateur de l’EDSA, la projection pour 2025 est basée sur la forte demande du marché pour les compétences en science des données.

L’objectif de l’EDSA, à travers ses cours autofinancés, est de s’attaquer à la fois à la crise chronique du chômage des jeunes en Afrique du Sud. L’idée est aussi de fournir des compétences pertinentes pour répondre aux demandes en constante évolution de l’économie numérique.

Dippnall estime que l’objectif d’EXPLORE de 5000 apprenants qualifiés d’ici 2025 est bien à portée de main, car de plus en plus d’entreprises sud-africaines se tournent vers les données pour stimuler la croissance et trouver leur avantage concurrentiel. La quête nécessite une adoption rapide des compétences en science des données.

En plus de ses apprentissages, l’EDSA propose plusieurs nouveaux cours publics de six mois à temps plein en science des données, en ingénierie des données et en analyse de données ainsi qu’en apprentissage automatique.

 Les inscriptions au programme d’apprentissage de 12 mois EDSA 2021 sont ouvertes en juillet 2020.

Pour plus d’informations sur EXPLORE Data Science Academy, rendez-vous sur  ce site

Afrique du sud : Mastercard incite les filles aux technologies via girls4Tech

Mastercard a lancé son premier programme Girls4Tech sud-africain 2020 au Phoenix College de Johannesburg pour inspirer et préparer 110 filles âgées de 9 à 11 ans à des carrières scientifiques et technologiques.

Un programme STEM pratique basé sur les enquêtes, Girls4Tech intègre l’expertise approfondie de Mastercard dans la technologie des paiements et l’innovation, et comprend des sujets tels que les algorithmes, la convergence numérique et la cryptologie. Les employés de Mastercard servent de mentors et de modèles pour guider les participants dans des exercices pratiques et amusants.

« Favoriser l’inclusion et l’égalité des chances sont des priorités clés chez Mastercard », explique Suzanne Morel, Country Manager chez Mastercard South Africa. « Grâce à notre programme Girls4Tech, nous nous engageons à développer un solide réservoir de talents en encourageant les filles à embrasser les sujets qui les prépareront à la main-d’œuvre de l’avenir, tout en contribuant à réduire la pénurie de compétences en STEM qui sont nécessaires pour stimuler l’Afrique du Sud.

Girls4Tech inspire les jeunes filles à acquérir les compétences dont elles ont besoin en STEM pour devenir des personnes à même de résoudre de problèmes et les leaders de demain.

Depuis son lancement en avril 2014 aux États-Unis, Girls4Tech a touché plus de 500 000 filles dans 27 pays, dont plus de 1 000 filles en Afrique du Sud. Mastercard s’est en outre engagée à atteindre 1 million de filles dans le monde d’ici 2025. Des programmes supplémentaires seront déployés dans les écoles de Johannesburg et du Cap plus tard cette année.

Les compétences en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM) sont toujours les emplois les plus demandés en Afrique du Sud. Mais sur le marché du travail, mais seulement 13% des diplômés dans les domaines STEM sont des femmes.

Afrique du sud : Google abandonne le service Wi-Fi gratuit

Google dit avoir été surprise par l’écosystème qui a évolué et s’est combiné avec des exigences techniques complexes. Pour cette raison, l’entreprise américaine a choisi de fermer la Station jusqu’en 2020.

Trois mois suivant son lancement, Google abandonne son programme mondial de connexion Wi-Fi gratuite appelé Google Station. Cela inclut son partenariat avec Think WiFi en Afrique du Sud.

« Depuis nos débuts, l’écosystème a évolué et combiné avec des exigences techniques complexes et variables selon les pays et les partenaires, nous avons réévalué nos plans et avons décidé de fermer la Station jusqu’en 2020 », a déclaré Google Afrique du Sud.

En novembre 2019, le géant de la technologie avait annoncé lors d’un événement fastueux à Sandton, Johannesburg, qu’il lancerait Google Station – son réseau de hotspots WiFi publics gratuits – en Afrique du Sud, avec les premiers hotspots au Cap occidental.

Au lancement, il comptait 125 sites à travers le Cap, en particulier dans les zones mal desservies.

Google ne poursuivra pas son service en Afrique du Sud et transférera les opérations à son partenaire Think WiFi tout au long de cette année.

« Nous travaillerons avec Think WiFi sur un plan de transition du service entre leurs mains et continuerons à les soutenir jusqu’à la fin de 2020. Nous restons déterminés à rechercher des moyens de rendre Internet plus accessible aux utilisateurs du monde entier », a déclaré Google Afrique.

Cliquez pour télécharger le Numéro 3 de Tech Mag Afrique

Selon Janine Rebelo, la présidente-directrice générale de Think WiFi, le lancement de l’initiative Wi-Fi gratuit dans le Cap-Occidental a été bien accueilli. Des plans sont déjà en cours pour déployer le Wi-Fi gratuit dans le Cap-Oriental, à Gauteng et dans certaines régions de Mpumalanga .

Lire aussi : Connect Rwanda : 1000 smartphones locaux distribués aux citoyens

Afrique du Sud : Vodacom lancera bientôt la 5G

La société de téléphonie mobile, Vodacom va bientôt lancer des services de la 5G en Afrique du Sud. L’information a été rendue publique par Shameel Joosub, Directeur général de Vodacom mardi 04 février.

Vodacom prévoyait depuis offrir des services mobiles 5G aux sud-africains. Et cela, en cette année 2020, a indiqué le Directeur général.

Selon les informations, le groupe va utiliser le réseau 5G en cours de construction par Liquid Telecom pour rendre possible ce projet ambitieux. L’heure actuelle, la révolution technologique devient une exigence. Et la 5G vient à point nommé.

Ce réseau devrait être disponible continuellement. Ainsi, l’opérateur mobile dispose d’un partenariat avec la société Liquid, d’infrastructures télécoms.

L’opérateur milite depuis pour la libération de cette technologie pouvant lui permettre de bien servir la population sud-africaine. En 2017, il s’est associé à ses concurrents pour lutter ensemble pour la démocratisation des fréquences télécoms adéquates au déploiement de 5G.

A cet effet, des fréquences ont été mises à disposition des opérateurs et le 7 juillet 2018, Vodacom a testé avec réussite la 5G dans la ville de Durban. Le géant de la téléphonie mobile, pour ce faire, s’est  ainsi appuyé sur les compétences techniques de Nokia.

Vodacom est une société de communications mobiles, spécialisée dans la  fourniture des appels, SMS, data et les services convergents à plus de 55 millions de clients.

Pour rappel, Vodacom est une société de téléphonie mobile basée en Afrique du Sud et active au Congo-Kinshasa, au Lesotho, au Mozambique et en Tanzanie. C’est une filiale détenue à 64,5 % par le groupe britannique Vodafone.

Lire aussi : Tech Mag Afrique Numéro 3 disponible en téléchargement gratuit

Mara Group a désormais une usine de smartphones en Afrique du Sud

L’Afrique du Sud abrite à son tour une unité de fabrication de smartphones de l’entreprise Mara Group. Cette usine est située dans la zone économique spéciale Dube TradePort de Durban, dans la province du KwaZulu-Natal. Elle a été inaugurée en fin de semaine dernière par le président de la République, Cyril Ramaphosa.

Cette nouvelle infrastructure devrait contribuer à la création de plus de 1 500 emplois directs, ainsi que de milliers d’emplois indirects. Elle est le fruit d’un investissement de près de 1,5 milliard de rands.

Lire aussi : Le Vatican lance eRosaire, un « chapelet intelligent »

Selon Ashish Thakkar, le fondateur de Mara Group, la zone d’installation, Durban favorisera les services du groupe Mara. Cette ville abrite l’un des plus importants terminaux de transport maritime du continent. Donc, c’est un avantage pour les ambitions d’exportations de Mara Group à travers le continent et vers l’Europe.

Ashish Thakkar a annoncé l’ouverture d’une usine de fabrication de téléphones mobiles dans chacune des cinq sous-régions d’Afrique, lors de l’Africa Investment Forum qui s’est tenu du 7 au 9 novembre 2018 à Johannesburg, en Afrique du Sud. Il ne reste plus que l’Afrique centrale, de l’Ouest et du Nord.

Raheem Geraldo

Afrique du Sud: 4ORT obtient un brevet mondial pour les codes QR

4ORT, basée à Cape Town, en Afrique du Sud, a lancé le premier code QR (Réponse rapide) dynamique au monde sans fraude. C’est un algorithme mondialement breveté qui garantit que les identités uniques des utilisateurs de téléphones mobiles soient stockées de manière sécurisée dans le code. Il rend la duplication par des fraudeurs pratiquement impossible.

Lire aussi : Zuckerberg prêt à « se battre » avec quiconque veut démanteler Facebook

4ORT utilise des codes QR statiques et introduit un élément dynamique sous la forme de son algorithme breveté. Cela garantit l’identification sans faille des utilisateurs mobiles individuels. Ils peuvent être utilisés pour le contrôle d’accès, la billetterie numérique, les programmes de fidélité, le transfert de documents et de nombreuses autres applications dépendant du cryptage sécurisé de l’identité personnelle dans des environnements contrôlés.

De ce fait, l’identité numérique de l’utilisateur cachée de manière sécurisée dans le code QR 4ORT ne peut pas être copiée, photographiée ou enregistrée sur vidéo pour obtenir un accès frauduleux. Aucune couverture de réseau cellulaire n’est requise pour utiliser la solution 4ORT.

L’utilisation des codes QR 4ORT serait également très rapide. Cela est dû au fait que la solution généralement hors ligne n’a pas besoin de connectivité de données pour accéder au Cloud.

Tout en veillant à ce que les utilisateurs approuvés puissent entrer sans délai, 4ORT est suffisamment intelligent pour déterminer si un accès non autorisé est tenté via un ajustement.

Lire aussi : Togo : Polyvalent Messenger interconnecte les élèves du Collège Polyvalent

Les utilisateurs mobiles doivent être présents avec leurs appareils mobiles pour déverrouiller l’ID 4ORT, via des données biométriques (reconnaissance faciale ou des empreintes digitales) ou Secure Pin, ou les deux. Aucune donnée ne peut être transférée et aucune transaction ne peut avoir lieu sans la connaissance et l’approbation préalables de l’utilisateur, voire les deux.

Raheem Geraldo

Afrique du Sud : Paratus Telecom acquiert un téléport satellite

Paratus Telecom annonce l’acquisition d’un téléport satellite en Afrique du Sud. Cette société panafricaine est spécialisée dans la fourniture de services telecoms via satellite.

Elle s’est offert ce téléport à travers sa filiale sud-africaine, Maxwell Technology. Soutenir les consommateurs et être une référence en matière de croissance durable sont les buts que cette nouvelle infrastructure va permettre d’atteindre plus de personnes.

Aucune information n’a été dévoilée sur la valeur financière de cette opération.

Lire aussi : Avis de recrutement

Selon Kallie Carlsen, le directeur général de Paratus South Africa, la société Telecom est extrêmement bien placée pour tirer parti non seulement de l’expertise du personnel local, mais également de l’offre du groupe à l’échelle panafricaine.

Lire aussi : L’opérateur de téléphonie MTN Ghana remporte troix prix

Ce qui va se faire par la fourniture d’un réseau pouvant prendre en charge les besoins de croissance des clients actuels et potentiels.
« Nous sommes fiers de l’équipe sud-africaine qui a réussi à conclure cet accord conformément aux objectifs stratégiques de notre groupe. Nous continuerons à remettre en cause le statu quo en Afrique en activant notre stratégie d’investissement dans toute la région », a affirmé Barney Harmse, le président-directeur général du groupe Paratus Telecom.

Cliquez pour intégrer notre groupe WhatsApp Entrepreneurs d’Afrique

Raheem Geraldo

Rain met en service le premier réseau 5G d’Afrique

Rain, l’opérateur sud-africain de téléphonie mobile a annoncé l’activation du premier réseau 5G d’Afrique. Le fournisseur met la 5G à la disposition de tous les clients dans certaines parties de Johannesburg et de Tshwane. La société a déclaré que ce réseau 5G permettrait à l’Afrique du Sud de bénéficier de coûts de données réduits .

«Les clients sélectionnés dans la zone de couverture 5G de Rain ont été invités à être les premiers à acheter un réseau Internet 5G ultra-rapide et illimité . Un routeur 5G à la pointe de la technologie sera installé au domicile du client. Aucune installation n’est requise, le routeur est simplement plug-and-play et il sera connecté immédiatement », a déclaré Khaya Dlanga, directrice du marketing, Rain.

Lire aussi : Nigeria : A 7 ans, Brendon Ikem est champion d’un concours de robotique

Rain souhaite étendre son réseau 5G d’Afrique dans les prochaines semaines à toutes les petites entreprises et à tous les foyers de la zone de couverture de Johannesburg et Tshwane.  

Une connexion 5G moyenne est capable de fournir des vitesses au moins 10 fois plus rapides que les réseaux 4G / LTE existants. 

Rain compte travailler avec Huawei Technologies et l’Université WITS pour développer un laboratoire d’innovation 5G. Cet espace donnera aux jeunes ingénieurs une longueur d’avance dans le développement des nouvelles applications innovantes de la 5G.

Des smartphones 5G seront en 2020 disponibles en Afrique du sud

Des smartphones 5G seront lancés en 2020.  Quelques fabricants ont réussi à présenter ces smartphones dans le monde.  Une société sud-africaine a confirmé la première étape vers l’intégration de la 5G dans les smartphones sud-africains en 2020.

Qualcomm a déclaré que son portefeuille de puces Snapdragon prises en charge par la 5G était plus que capable de faire fonctionner le réseau. « Ce déploiement de portefeuille élargi vise à prendre en charge les fonctionnalités et les bandes de fréquences à l’échelle mondiale », a déclaré Qualcomm.

Lire aussi : Poisson volant, le tout premier jeu de Coders for Togo

Il prend en compte le potentiel de rendre la 5G accessible à plus de 2 milliards d’utilisateurs de smartphones. Dans un communiqué de presse de la société, plus de 150 conceptions de smartphones 5G sont en cours de développement.

Au total, 12 fabricants et fournisseurs mondiaux de premier plan, parmi lesquels Motorola, HMD Global, LG Electronics et OPPO, prévoient d’intégrer la plate-forme mobile Snapdragon 7 Series 5G à ses prochains smartphones 5G.

Les smartphones 5G devraient arriver dans les magasins au cours du second semestre 2020. La 5G succèdera à la 4 G qui peine à être vulgarisée dans le monde.

Cette cinquième génération des standards pour la téléphonie mobile est plus associée au développement des villes intelligentes, le datamining, la gestion du big data et du tout-internet « Internet of Everything », entre autres.