Vodacom Tanzanie et Smart Lab soutiennent les nouvelles entreprises

Vodacom Tanzanie et Smart Lab ont lancé « Vodacom Digital Accelerator ». C’est un programme visant à aider les nouvelles entreprises technologiques à devenir rentables.

Vodacom Digital Accelerator se déroulera chaque année. Ce programme identifiera et soutiendra les entrepreneurs débutants dans les secteurs de la téléphonie mobile, des télécommunications, de la fintech, de la santé, de l’éducation, du commerce électronique et des médias. Il est divisé en trois étapes : candidature, sélection et accélération.

Lire aussi : True-spec ,Un détecteur de faux médicaments pour l’Afrique  

À la fin de l’accélération, les startups se présenteront à un panel d’investisseurs et d’associés. Les trois plus grandes startups recevront un soutien supplémentaire de Smart Lab et de Vodacom pour une nouvelle phase de 6 mois comprenant des investissements de suivi, du marketing et de l’intégration.

Selon Hisham Hendi, directeur général de Vodacom Tanzanie, ce partenariat constitue un pas important dans la création d’opportunités pour les entreprises en démarrage. Cette création d’opportunités se fera via des voies technologiques qui déboucheraient sur des modèles économiques viables. Ces derniers bénéficieront aux communautés, en particulier les jeunes à travers le pays.

Lire aussi : Des smartphones 5G seront en 2020 disponibles en Afrique du sud

Vodacom Tanzanie se propose de créer un changement durable axé sur la technologie. Ce partenariat entre ces deux grandes entreprises tanzaniennes a pour but d’apporter des résultats qui bouleverseront l’environnement de l’innovation.

Vodacom Tanzanie a investi plus de 150 000 dollars dans le programme d’accélérateur qui servira à autonomiser les porteurs de projets.

Raheem Geraldo

Karenjy, la marque d’automobile made in Madagascar

La Karenjy révolutionne le domaine automobile à Madagascar. Ce véhicule malgache se distingue par un design unique et original. La Karenjy est fabriquée à Madagascar, dans la ville de Fianarantsoa et son nom signifie dans le jargon local « vadrouiller ».

Lire aussi :Edeh Dona Etchri va vulgariser les drones agricoles en Afrique de l’ouest

Selon Luc Roussin, la fonctionnalité de la Karenjy est adaptée aux contraintes locales. Son capot est penché et favorise la visibilité. Le pare-brise est droit et le véhicule chauffe moins. Ses vitres sont hautes pour favoriser la sécurité.

« Les pneumatiques montées en 15 pouces donc des petits pneumatiques qui permettent d’avoir une grande garde au sol et un budget pneumatique réduit » renseigne Luc Roussin.

Sous forme d’oeuf, la Karenjy permet de se faufiler. Elle est également économique grâce à cette forme.

En dehors de la partie mécanique importée, la majorité des pièces est fabriquée sur l’île Malgache. Une grande fierté pour toute l’équipe de construction du véhicule.

Lire aussi :Kenya : Roy Allela invente un gant convertissant le geste en audio

Dans l’usine de fabrication du véhicule malgache, 63 employés produisent trois voitures par mois. Mais le constructeur de la Karenjy affirme ne pas souffrir de concurrence car elle se positionne sur un marché de niche.

La Karenjy est lancée dans les années 80 avec l’espoir de créer une industrie automobile locale. Mais après une transition politique en 1993, l’usine a fermé ses portes. Les activités ont repris il y a seulement 10 ans.

Raheem Geraldo

L’Inde lance plus de 100 cours en ligne pour les  étudiants africains

L’Inde  annonce le lancement de plus de 100 cours en ligne aux étudiants africains.

Ils devraient être accessibles à partir de ce début de  mois de septembre et les autres seront disponibles en 2020.  L’Inde mentionne la nécessité de ce cours aux étudiants africains afin d’acquérir les compétences qui révolutionnent le monde.

Lire aussi : Famous recrute uniquement 50 personnes

A cet effet, les jeunes africains seront formés dans le domaine de la science des données et sur l’intelligence artificielle. Par ailleurs, les disciplines choisies entrent dans le projet e- VidyaBharati e-ArogyBarati Network .

Lire aussi : Cameroun : Agropad permet d’irriguer son champ par SMS

En outre le projet vise à établir un réseau électronique panafricain dont l’objectif est de fournir des installations des télé -éducation et de télé – médicine en Afrique.

Cependant des protocoles d’accord ont été signés avec la République du Congo le Ghana, le Malawi et notamment avec le Bénin, Gambie et la Guinée.

L’Inde s’est engagée à offrir 15000 bourses d’études aux étudiants africains au cours des cinq (5) prochaines années.

Ces bourses vont concerner plus la formation courte, les cursus supérieurs de premier et troisième cycles.

Roland ADJELE

Le Tchad accueille le forum africain sur la gouvernance de l’internet

La 8ème édition du forum africain sur la gouvernance de l’internet se tiendra à N’Djamena au Tchad. Il se déroulera de ce 10 au 12 septembre à Radisson Blu dans la capitale.

Placé sous le thème : « Responsabilités partagées des parties prenantes pour un écosystème robuste de gouvernance de l’internet ». Le forum vise à développer l’internet, sa durabilité, sa sécurité et sa stabilité.

Lire aussi : Togo : Une entreprise recrute un développeur web

Ce qui ne peut se faire qu’en facilitant le développement des contenus, l’accès à l’information et aux connaissances. Il a pour objectif d’assurer la transformation numérique du continent africain par l’émergence des TIC et de l’internet. Une numérisation qui facilitera le développement socio-économique de l’Afrique. De ce fait, les préoccupations de l’Afrique sont au cœur du forum sur la gouvernance de l’internet (FGI).

Diverses personnalités de l’Union Africaine, des ministres en charge des TIC dans plusieurs pays, des conférenciers et plusieurs experts et participants du secteur numérique participeront à cette réunion.

Ils échangeront sur plusieurs thèmes notamment : la réalisation de l’inclusion digitale en Afrique ; l’accès abordable et non discriminatoire à internet en Afrique ; la sécurité et la stabilité de l’internet et la résilience du cyberespace ; la coopération digitale et avenir de l’internet et enfin, la technologie émergente pour une croissance durable.

En fait, le forum africain sur la gouvernance de l’Internet découle du forum mondial de gouvernance de l’Internet qui a été institutionnalisé en 2011 par l’Assemblée générale des Nations-Unies. Il sert de plateforme de dialogue sur les questions d’actualité.

Lire aussi : Tony Elumelu plaide en faveur des entrepreneurs africains au Japon

Après l’Ethiopie en 2015, l’Afrique du Sud en 2016, l’Egypte en 2017 et le Soudan en 2018, le Tchad à l’honneur d’abriter la 8ème édition de cet évènement visant l’innovation, une première édition en Afrique Centrale.

Raheem Geraldo

Google Chrome veut bloquer les notifications Pop-up des sites web

Google Chrome veut rendre silencieuses les notifications voire même les bloquer définitivement. Ce changement des notifications des sites web sera dans les jours à venir sur son navigateur desktop.

Deux nouvelles options seront disponibles, une affichera sur la barre d’adresse URL que chrome a bloqué une notification.

Lire aussi : Tony Elumelu plaide en faveur des entrepreneurs africains au Japon

Cette « notification bloquée » sera précédée d’une petite animation qui se fera voir. Ainsi les utilisateurs devront cliquer sur l’icône pour plus de détails et changer les paramètres s’ils le souhaitent.

Les utilisateurs rencontrent d’énorme difficultés lors de leurs recherches sur les sites et reçoivent des demandes d’envoi de notification. Sur mobile, ces fenêtres pop-up occupe même parfois de la totalité de l’écran qui obligent l’utilisateur à cliquer dessus s’il souhaite lire le contenu.

Les utilisateurs de chrome et de chrome OS seront bientôt à l’abri de ces fenêtres de notifications. Cette solution serait de rendre silencieuses ces notifications et même de les bloquer définitivement.

Par ailleurs, une nouvelle feature a été ajoutée dans le menu Flags de chrome.

Le mot Flags est un mot d’atelier de Google chrome qui regroupe toutes les fonctionnalités à l’essai du navigateur. Flags est un menu qui semble caché des utilisateurs lambda de chrome mais accessible à tous normalement.

Un nouveau Flags intitulé « Quieter notification permission promots  » a été repéré. C’est un moyen pour permettre aux utilisateurs de mettre en pause les notifications des sites web.

Selon l’explication de la description de Google, lorsqu’ un site demande à envoyer des notifications, la boîte de dialogue habituelle est remplacée par une version silencieuse.

Ce nouveau Flags est plus performant que l’ancien en dehors des options « activer » et « désactiver » il propose plusieurs possibilités aux utilisateurs.

Lire aussi : Telegram prépare (aussi) sa propre cryptomonnaie

Pour les appareils Android, la première option « Enabled  » permettra simplement de choisir l’envoi par chrome d’un message silencieux signalant que la notification a été bloquée. La deuxième « Enabled heads -up notification » est semblable à cela après que la notification Pop -up apparaîtra brièvement en haut de votre écran. La troisième « Enabled mini infobars « ne prendra pas la forme d’un Pop -up mais d’une petite barre d’information, visible en bas de votre écran permettant de voir que chrome a bloqué une notification.

Un bouton vous permettra également de débloquer les notifications si vous le désirez.

Roland ADJELE

Telegram prépare (aussi) sa propre cryptomonnaie

Le réseau social, Telegram doit lancer sa cryptomonnaie d’ici octobre 2019 sinon il va devoir faire face à une lourde perte.

Plusieurs entreprises du monde entier cherchent à révolutionner le système financier actuel en 2019. Telegram, dans la même logique a élaboré des plans en matière de cryptomonnaie.

Les plans du réseau tournent en plein régime pour mettre à la disposition des utilisateurs les pièces souvent désignés par ‘coins’. Au début de l’année 2018, le réseau social a soumis son projet aux potentiels collaborateurs.

Lire aussi : Tony Elumelu plaide en faveur des entrepreneurs africains au Japon

Malgré les problèmes liés à la sécurité, Telegram a obtenu un financement de 1,7 milliard de dollars.  Les investisseurs ont été sélectionnés soigneusement et la collecte s’est faite en toute confidentialité, loin des caméras. « Ils sont liés par un accord de confidentialité », a déclaré à l’AFP une source proche des milieux économiques de Moscou.

Selon un rapport publié par le New York Times, Telegram lancerait son premier lot de pièces dans les deux prochains mois. Dans le cas contraire, il risque de perdre ses investissements parce que l’entreprise a promis à ses investisseurs que la crypto-monnaie serait disponible au plus tard le 31 octobre 2019.

Les investisseurs ont déclaré que l’entreprise ambitionne également de mettre au point des portefeuilles numériques Gram. Une création qui serait disponible pour les utilisateurs de la plateforme Telegram. Les pièces utiliseront un réseau décentralisé, tout comme le Bitcoin. Une astuce pour contourner aisément les règlementations des autorités.

Raheem Geraldo

FaceApp, l’application russe de ‘vieillissement’ n’est pas sans danger

FaceApp collecte des données personnelles. Vos données. On en parlera jamais assez. Des milliers d’internautes ont lancé un nouveau challenge depuis quelques jours. Si faire vieillir sa photo fait rire,  cela pose des questions de protection de données.

FaceApp appartient à l’ingénieur russe Yaroslav Goncharov. A y voir de près, elle collecte bien des données. C’est comme la plupart des applications s’intéressant à l’adresse IP, identifiants publicitaires et autres métadonnées.

Les conditions d’utilisateurs de l’application précisent ces détails. En les acceptant, l’application a l’autorisation d’utiliser le contenu de l’utilisateur , sa ressemblance, sa voix, entre autres. Des données suffisant pour indiquer l’identité de la personne.

Lire aussi : En Australie, des migrants africains apprennent à monter des ordinateurs

Plus loin, il est clairement mentionné que le contenu de l’utilisateur pourrait être utilisé à des fins commerciales. « Vous reconnaissez que certains des Services sont financés par des revenus publicitaires et peuvent afficher des publicités et des promotions », lit-on.

Selon nos confrères de Forbes, les déplacements via le suivi de localisation, par exemple sont suivis. Pour modifier les autorisations, il faut supprimer l’application ou accéder aux paramètres de l’application sur smartphone et modifier les autorisations.

Lire aussi : Afrique du sud : Des étudiants construisent un avion 

FaceApp précise avoir des infrastructures hors de l’Europe où les données recueillies pourront être transférées. C’est sans doute la partie visible de l’iceberg. Il y a de quoi se demander jusqu’où cette entreprise peut aller… Avec vos données.

Cryptomonnaie/ Le Congrès américain demande la suspension de la Libra

Dévoilé le 18 juin dernier par Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, la Libra  rencontre ses premières difficultés. Dans une lettre adressée à Mark Z.,  Sheryl Sandberg, chef de l’exploitation de Facebook; et David Marcus, chef de la direction de Calibra, il est demandé un moratoire sur tout mouvement en faveur de Libra, la cryptomonnaie proposée et de Calibra le portefeuille numérique proposé.

« Il semble que ces produits puissent se prêter à un système financier mondial entièrement nouveau, basé en dehors de la Suisse et destiné à rivaliser avec la politique monétaire américaine et le dollar. Cela soulève de sérieuses préoccupations en matière de protection de la vie privée, de commerce, de sécurité nationale et de politique monétaire non seulement pour les plus de 2 milliards d’utilisateurs de Facebook, mais aussi pour les investisseurs, les consommateurs et l’économie mondiale en général », ont écrit les législateurs.

Lire aussi : Nigeria : Facebook ouvre un centre technologie

Pour eux, étant donné que Facebook est déjà entre les mains de plus d’un quart de la population mondiale, il est impératif qu’elle et ses partenaires cessent immédiatement leurs plans de mise en œuvre. Ils donnent ainsi du temps aux organismes de réglementation et au Congrès aient l’occasion d’examiner ces questions et de statuer.

Lire aussi : Suppression d’un compte Facebook , Il faut désormais 30 jours

« Au cours de ce moratoire, nous avons l’intention de tenir des audiences publiques sur les risques et les avantages des activités fondées sur la cryptocriminalité et d’explorer des solutions législatives. Si nous ne cessons pas la mise en œuvre avant de pouvoir le faire, nous risquons un nouveau système financier basé en Suisse qui est trop grand pour échouer », déclarent les législateurs.