La NASA finance Nokia pour installer la 4G sur la lune

Un réseau cellulaire 4G sera bientôt déployé sur la lune grâce à l’équipementier Nokia. La firme finlandaise a été sollicitée par l’agence spatiale américaine NASA dans le cadre de son plan visant à établir une présence humaine à long terme sur la lune d’ici 2030.

Nokia se réjouit de son nouveau contrat établi avec la NASA pour installer le premier réseau cellulaire sur la lune. Un grand pas pour la firme finlandaise qui est concurrencée par d’autres fournisseurs de télécommunications terrestres. En effet, il s’agira d’un réseau sans fil 4G « ultra-compact, de faible puissance et résistant à l’espace » sur la lune.

L’équipement du réseau 4G de Nokia sera installé à distance sur la surface de la lune à l’aide d’une photographie de la trémie lunaire. L’équipement 4G peut être mis à jour pour devenir un réseau 5G super rapide dans le futur, a déclaré Nokia. Ce projet financé à hauteur de 14,1 millions de dollars concorde avec le plan de la NASA qui veut établir une présence humaine à long terme sur la lune d’ici 2030.

Lire aussi : La chine va lancer une lune artificielle

Le programme de la NASA est baptisé Artemis. L’agence spatiale compte envoyer la première femme, et le prochain homme, sur la lune d’ici 2024. Pour la réussite du projet, l’Agence spatiale américaine a annoncé qu’elle distribuerait 370 millions de dollars à 14 entreprises pour fournir les technologies.

Notons que la majeure partie des fonds a été attribuée à des entreprises qui font des recherches sur les propulseurs cryogéniques, des liquides de congélation utilisés pour alimenter les vaisseaux spatiaux. Quant à Nokia, elle fait partie des entreprises qui établiront la communication sur la surface lunaire.

Kenya: Telkom et Google apportent la 4G aux communautés rurales

Telkom Kenya, en collaboration avec la société mère de Google, Aphabet, a lancé un réseau de ballons Internet 4G. Le projet Google Loon qui est tout sauf nouvelle rentre dans une phase plus active. Il sera, selon ses initiateurs, à même de combler le fossé énorme de l’accès à Internet dans le pays. Ce projet se veut aussi un catalyseur pour intensifier les efforts vers un meilleur accès à l’e-learning, la télémédecine, la fintech, l’insurtech, l’e-commerce, entre autres.

« Le Kenya a beaucoup dépensé pour essayer de fournir une couverture Internet universelle, mais la technologie dépend des stations de base terrestres. Nous passons maintenant aux stations de base aériennes pour couvrir les régions non desservies et mal desservies », a fait savoir le secrétaire du cabinet ICT Joe Mucheru (photo).

Les ballons flottants, ont été envoyés au Kenya par la route maritime depuis la Californie, aux États-Unis, à 15 388 kilomètres, sont entrés dans l’espace aérien du pays par Mombasa, le premier apparaissant le 14 mars, après autorisation de la Communications Authority of Kenya (CA), la Kenya Civil Aviation Authority et la Kenya Air Force. Ces ballons fonctionnent à énergie solaire et contrôlés par le vent.

« Je suis fier que le Kenya ait été sélectionné pour ouvrir la voie à la garantie d’une inclusion totale pour l’accès à Internet. J’apprécie l’initiative de Telkom car cela signifie désormais que davantage d’initiatives peuvent être menées en ligne dans des villages reculés », a déclaré le directeur général par intérim de l’Autorité des communications de Kenya (CA) Mme Mercy Wanjau.

Le service est disponible à partir de 6 heures du matin et s’éteint automatiquement à 21 heures.  Les agriculteurs des communautés concernées espèrent avoir plus accès aux marchés en ligne et écouler facilement leurs produits.  

Lire aussi : Kenya : Google veut fournir la connexion grâce à des ballons flottants

Nigeria : 9mobile annonce l’extension de la 4G à 16 villes

9mobile a annoncé l’extension de son déploiement 4G LTE à davantage de villes nigérianes. L’annonce rentre dans le cadre des efforts visant à continuer à offrir des services supérieurs à ses clients.

À cette fin, la société a déclaré avoir ajouté 10 nouvelles villes et villages à travers le Nigeria à son réseau 4G et amélioré les services LTE dans six villes existantes, augmentant le nombre de villes et villages au Nigeria qui bénéficient désormais d’un service de qualité supérieure avec le déploiement massif de Technologie 4G à 16.

L’extension 4G LTE sera mise en œuvre à Aba, Abuja, Nasarawa, Calabar, Enugu, Kaduna, Kano, Lagos, Niger, Onitsha, Owerri, Port Harcourt, Sokoto, Uyo, Aba et Ogun.

Le directeur général par intérim, 9mobile, M. Stéphane Beuvelet, « En plus d’apporter la 4G dans ces nouvelles villes, notre Internet 4G est livré avec le taux de latence le plus bas du marché qui garantit les meilleurs résultats de vitesse ».

 Le réseau 9mobile rassure qu’il fera des investissements soutenus dans la base d’infrastructure générale du réseau pour garantir la meilleure expérience de sa catégorie à ses clients.

9mobile a récemment augmenté ses investissements dans le déploiement de technologies de pointe à travers sa chaîne de valeur pour offrir une meilleure qualité de service. La disponibilité d’un réseau 4G dans ces communautés ouvrira un tout nouveau monde d’expérience et de possibilités pour les abonnés 9mobile nouveaux et existants, a déclaré Beuvelet.

Tanzanie : En 2020, la 4G sera disponible sur l’île de Zanzibar

L’opérateur de téléphonie mobile, Vodacom a annoncé l’extension du réseau mobile de 4G sur l’île de Zanzibar. Ce déploiement aura lieu au cours de l’année prochaine. Cette opération rentre dans le cadre du projet d’extension de la couverture à haut débit à travers la Tanzanie avec la 4G à Zanzibar.

Vodacom veut élargir sa base d’utilisateurs au très haut débit dans le pays. Cela permettra l’amélioration de ses revenus grâce aux nouveaux services à valeur ajoutée qui susciteront la consommation.

Lire aussi : Afrique du Sud: 4ORT obtient un brevet mondial pour les codes QR 

Dar es Salaam a été la première ville à accueillir le très haut débit en Tanzanie. C’est en 2016 que Vodacom a entamé le déploiement de la 4G dans le pays. La technologie avait été mise à la disposition du public grâce à l’expertise technique de la société technologique finlandaise Nokia.

Lire aussi : Zuckerberg prêt à « se battre » avec quiconque veut démanteler Facebook

Vodacom Tanzanie a acquis un spectre pour 10 005 000 USD. Cela s’est fait en 2018, au cours d’une vente aux enchères organisée au début du mois de juin 2018 par l’Autorité de régulation des communications de Tanzanie (TCRA). Cette somme lui a donné les moyens de répondre à ses ambitions.

Raheem Geraldo

Mozambique : La 4G sera disponible d’ici la fin de l’année

Avec l’expertise de la société technologique chinoise, Huawei, Mozambique Telecom envisage de lancer la 4G dans le pays d’ici fin 2019. Le haut débit sera tout d’abord disponible dans la capitale Maputo et ses environs.

Le passage au très haut débit mobile se fera avec le soutien technique et financier de Huawei. La 4G permettra l’accélération de la modernisation du réseau de mobile télécom pour offrir aux consommateurs des services de téléphonie mobile de haute qualité.

Lire aussi : Avis de recrutement

Ce désir de lancer la 4G répond aux besoins actuels. Elle satisfera les consommateurs qui demandent le haut débit dans leur ménage. Mozambique Telecom prévoit d’ailleurs de rénover son réseau fixe pour satisfaire sa clientèle.

Lire aussi : Facebook veut accélérer la commande des machines par le cerveau

Cet investissement dans le très haut débit permettra de concurrencer Vodacom et Movitel sur le marché de la téléphonie mobile. Les deux sociétés se sont déjà imprégnées de la 4G, mais n’ont pas encore étendu ce service dans toute la Mozambique. Mozambique Telecom veut investir dans l’extension de la zone de couverture de ses services 4G et rivaliser avec ses concurrents pour séduire des clients.

Mozambique Telecom est née de la fusion des entreprises publiques Telecomunicações de Moçambique (TdM) et Moçambique Celular (MCel).

Cliquez pour intégrer notre groupe WhatsApp Entrepreneurs d’Afrique

Burkina Faso: La licence technologique neutre est disponible

Le Burkina Faso veut anticiper sur les mutations technologiques. Le gouvernement se prépare à rénover le format et le mode d’octroi des licences individuelles correspondantes à l’établissement et à l’exploitation des réseaux et prestations de communications électroniques. Auparavant, chacune des technologies des réseaux télécoms a fait l’objet d’une licence particulière, distincte des autres. Pour chaque opérateur, il y aura donc un empilement des licences (2G, 3G).

En poursuivant une telle façon de procéder, il y aura à long terme autant de licences que de technologies étendues. Mais, chaque licence ayant son cahier de charge , les termes de gestion et de normalisation deviennent complexes d’où l’exigence de revoir la formule. Le Burkina a donc fait le choix de se conformer à la disposition en cours sur le plan mondial, en choisissant d’attribuer des licences technologiquement neutres.

Avec cette nouvelle disposition, les opérateurs télécoms peuvent à l’avenir offrir des prestations novatrices fondées sur des technologies avancées, en fonction des exigences du marché, à condition de posséder les fréquences et autres ressources télécoms qui le permettent.

Pour mieux capitaliser les acquis de ce progrès, le ministre burkinabè en charge de l’activité des télécoms de même que son homologue en charge des Finances et l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), ont été instruits par le Conseil des Ministres d’engager des discussions avec les opérateurs de téléphonie pour l’octroi de cette nouvelle formule de licences dites à technologie neutre.

L’une des technologies télécoms dont les opérateurs burkinabè pourraient immédiatement s’approprier dans le cadre d’une licence à technologie neutre sera la 4G. Pour cela, il suffira que, techniquement, la fréquence 4G puisse être disponible au niveau du Burkina. Au-delà de la 4G, ce sont l’ensemble des technologies, notamment la 5G et les autres, que les opérateurs burkinabè, propriétaires de la licence technologiquement neutre, pourront déployer librement sans faire de requête particulière et sans un coût supplémentaire, lorsque techniquement ces technologies seront disponibles dans le pays.

 

Ahlin ACCROBESSI

 

Mali: Le gouvernement autorise la Sotelma à déployer la 4G

La société des télécommunications du Mali, opérateur historique du pays et succursale du groupe Maroc Telecom, peut à l’avenir étendre un réseau 4G dans le pays. Lors du conseil des ministres du 24 octobre dernier, le gouvernement malien a approuvé à cet effet le projet de décret portant autorisation de l’additif au cahier de charges de la licence d’établissement et d’exploitation de réseaux et services de télécommunications.

Le texte réglementaire, en plus d’étendre la licence de Sotelma à la 4G, définit les engagements de couverture en 4G ainsi que celles relative à la qualité du service. Le gouvernement malien a décidé d’octroyer la licence 4G à Sotelma dans un souci d’équité et de sain challenge sur le marché télécom national.

Il permet à l’opérateur historique de concurrencer avec Orange qui a été la première société télécom du pays à bénéficier d’une licence 4G. L’attribution avait été confirmée le 19 juillet 2017 lors de la session ordinaire du conseil des ministres dirigé par Abdoulaye Idrissa Maiga, le Premier ministre. En marge de cette réunion, Arouna Modibo Touré, le ministre de l’Economie Numérique et de la Communication, a révélé le coût de cette licence chiffrée à 100 milliards Fcfa.

Au-delà de la durée, ainsi que des méthodes de cession, de suspension et de retrait de la licence, le cahier des charges d’Atel-SA a également reclassé les entreprises télécoms du régime B au régime C du code des investissements du Mali.

Selon le document de promotion des investissements, le régime B concerne les entreprises dont l’investissement est supérieur à 250 000 000 Fcfa et inférieur à un milliard de Fcfa hors taxes. Le régime C, lui, concerne les entreprises dont l’investissement est égal ou supérieur à un milliard Fcfa hors taxes et hors besoin en fonds de roulement. Ses avantages sont également plus importants que ceux du régime B.

L’organisation de la Sotelma  est une structure décentralisée du type fonctionnel avec comme organe central une direction générale à laquelle est rattachée le Secrétariat Général et 04 Directions techniques.

Crédit photo : Routeur 4G

Ahlin ACCROBESSI

In Tanzania, Tigo launches 4G+

Goodbye to the Slow surfing and the long waiting to download or browse in Tanzania. Welcome to the new digital experience with the 4G+ of  Tigo Tanzania. The international telecommunications and media company Milicom International Cellular SA has officially launched his 4th generation plus network (4G+) last week. The new mobile technology which is going to add a value of change to tanzanians internet users.

The Tigo’s 4G+ is a faster network that reaches the speed of 120 Mbps per second which is twice the speed of the 4G. According to Jerome Albou the chief technical and information officer of Tigo Tanzania, this technology has increased the availability of a fast network for data customers in Tanzania. In fact during the launching ceremony of this network at Dar es Salaam, he said: « we are setting the pace among mobile service providers and catapulting technology to the highest heights of digital offering in the country ».

It is obvious that the Tigo Staff is aware of the high impact of this technology in Tanzania’s telecommunication history. Tarik Boudiaf, the Chief commercial officer of Telecoms company said: «  we are proud that with the launch of 4G+ network, our company has again put Tanzania on a global telecommunications map. We are now competing with the developed nations who are currently rolling out 5G technology ».

For the meantime, the 4G+ is present in only 5 towns: Dar es Salaam, Dodoma, Arusha, Moshi and Morogoro. It will be progressively enlarged to the remaining 22 towns which are already using the 4G.

Furthermore, Tigo Tanzania is expecting to attract new customers in order to become the first on telecoms mobile market which is a threat to Vodacom the current number one mobile operator in Tanzania.

The question is: is Vodacom going to take up the challenge or give way to Tigo ?

 

Photo  credit :Tigo

 

Lyda Gbadji

 

Togo : Ce qui devrait changer avec l’avènement de la 4G !

L’avènement de la 4G au Togo a été apprécié diversement. Attendue par les abonnés depuis fort longtemps,  l’effectivité de la 4G n’a été annoncée qu’en début juillet. Qu’est-ce que cela pourrait changer dans la vie des internautes togolais ?

Les opérateurs de téléphonie mobile vantent son mérite et pensent qu’avec ce très haut débit, l’expérience de la connexion internet devra être une autre histoire. 4G sous-entend la possibilité de suivre les vidéos ou musique  en streaming (un peu comme en direct sans vouloir télécharger, ndlr), la télévision en ligne, le téléchargement rapide des  applications et l’envoi des fichiers.

La 4G permet de télécharger en très haut débit, soit 10 fois plus vite qu’en 3G. C’est un nouvel univers joignant mobilité et  performance sur Internet de façon rapide, téléchargement de  fichiers en un temps record, partage des photos et vidéos en un clic, visionnage de  film en haute définition. Elle devra également permettre aux entreprises notamment, les banques, les assurances, bref l’administration de bien servir les clients.

Ce passage des deux opérateurs de téléphonie mobile notamment Moov et Togocel à la 4G, permettra à ces derniers d’améliorer l’attractivité data puis d’offrir à la population togolaise une connexion internet plus rapide. C’est l’occasion pour les deux opérateurs de montrer de quoi ils sont capables !

«  La 4G est effective depuis le 1er juillet. Les tests ont été concluants et le lancement a été réussi. La 4G fonctionne très correctement avec des débits très acceptables. Moov est le premier opérateur à proposer la 4G qui fonctionne dans plusieurs quartiers de Lomé (port, aéroport). Nous avons des débits qui peuvent aller jusqu’à 100/150 Méga », c’est du moins ce qu’a expliqué le directeur général de Moov Togo, Abdellah Tabhiret à nos confrères de Republicoftogo.com.

Mais à côté, il faudra noter que les cartes Sim devront être configurées pour accéder à la 4G. De même, de nombreux Smartphones disponibles sur le marché ne la prenne pas en compte. Là aussi, les consommateurs hésitent puisqu’il faudra payer l’opérateur pour pouvoir y avoir accès. Certains ont carrément choisi de laisser tomber pour le moment. Selon un internaute qui s’est confié à notre Rédaction sous couvert d’anonymat, il a fallu dépenser 5 500 F pour migrer vers la 4G dans le cas de Togocel. Pour son concurrent Moov Togo, le basculement vers la 4G coûte 500 F.

 

Et vous, que pensez-vous de la 4G ?

 

Aimé Amson