Voici les dernières mesures de YouTube pour protéger les ados


Google élargit plus le contrôle parental, et ce, jusqu’à l’âge de 18 ans. Ajouté à l’application YouTube Kids qui était sortie, il y a quelques années de cela, Google propose maintenant aux parents un compte de « supervision » qui permet d’appliquer des filtres sur ce que les pré-ados (9-13 ans) et ados (13-18 ans) peuvent voir sur YouTube.

 

 
De nos jours, nombreux sont les contenus qui ne sont pas du tout appropriés aux enfants. Plateforme numéro en terme de streaming de vidéos au monde, la filiale de Google est la seule plateforme où l’on peut trouver tous ces contenus et de surcroît dont l’accès est facile à toutes les tranches d’âge.

 

En effet, Google avait trouvé une solution partielle à ce problème en mettant au point en 2015, l’application « YouTube Kids » qui agit comme un contrôle parental pour les moins de 13 ans, qui dans la légalité ne devaient pas s’inscrire sur YouTube. Cette solution n’a pas tellement pris de l’ampleur vu que Google revient avec un compte de supervision pour les parents.

 Lire aussi: Razak Adjéi : « le business des données est assez vaste. Il faut qu’on s’y prépare »

Cette fois-ci, avec le compte de supervision, il sera d’appliquer les filtres, mais aussi de surveiller ce que l’adolescent regarde. Trois options ont été retenues selon les âges.

 

Pour enfants de 9-13 ans : ils auront un contenu essentiellement musical, ludique et éducatif.

Pour les + de 13 ans : plus de découvertes avec plus de contenus et surtout des livres

Pour les moins de 18 ans : la plupart des contenus YouTube avec quasiment la totalité du contenu de YouTube, à l’exception des vidéos qui intègrent des restrictions sur l’âge

 

En complément, il faut rappeler que l’outil Family Link permet aussi de limiter le temps d’accès à Internet, et les parents pourront aussi accéder à l’historique des recherches ainsi qu’à l’historique des vidéos regardées. Ils seront d’ailleurs les seuls à pouvoir effacer l’historique des recherches. Pour éviter que les ados restent scotchés sur des vidéos, des rappels automatiques apparaîtront pour les pauses et l’heure du coucher que les parents peuvent ajuster.

Pour l’adolescent, ce sera du YouTube sera classique sauf que plusieurs fonctions seront désactivées (création de chaînes et de vidéos, la lecture automatique). Ainsi, Google ne diffusera plus les publicités personnalisées (alcool, jeux, sexe et autres). Les commentaires sont impossibles et les fenêtres de chat en direct n’apparaissent pas.

Toutefois, s’agissant d’une version bêta, Google laisse le libre choix aux adolescents de commenter les vidéos sous le contrôle des parents.

 

 

 

Voici comment votre smartphone vous espionne à votre insu


Vous avez sûrement entendu parler de ces logiciels espions dissimulés sur vos smartphones et qui se contentent de suivre vos faits et gestes. Ce n’est pas un mythe, votre smartphone collecte énormément de données personnelles sur vous sans que vous ne vous aperceviez.

Des études se sont intéressées à la quantité d’informations collectées par les smartphones. Dans ce sens, deux chercheurs ont découvert que les smartphones pouvaient cueillir des informations telles que l’état de santé, la religion et autres par le biais de la géolocalisation. Aujourd’hui, toutes les applications mobiles demandent l’accès à vos données de localisation. Mais en réalité, ces applications collectent plus que les données de localisation.

 

Ainsi deux chercheurs de l’université de Bologne et de l’université Collège de Londres. Ainsi, une étude a été publiée à leur nom. Cette étude s’interesse aux informations privées des utilisateurs qui sont collectées uniquement par la géolocalisation.

Lire aussi: Le Maroc travaille sur la création d’une cryptomonnaie marocaine

Au cours de cette étude, un groupe de 69 volontaires a installé une application nommée TrackAdvisor qui piste leurs déplacements et qui a été créée spécialement pour l’étude. Elle a collecté plus de 200.000 localisations dans 2.500 lieux. TrackAdvisor a ainsi pu inférer plus de 5.000 données personnelles. Les volontaires pouvaient noter si ces inférences étaient justes et relevaient de la vie privée. Les chercheurs ont découvert de nombreuses informations notamment sur la santé, la situation socio-économique, l’ethnicité et la religion des participants.

Selon le chercheur italien Mateo Benni, grâce aux techniques d’apprentissage automatique, ces données fournissent des informations sensibles comme le domicile des utilisateurs, leurs habitudes, ce qui les intéresse, leurs données démographiques et des informations sur la personnalité des utilisateurs.

Ce qui fait la particularité de cette étude est qu’elle est plus basée sur l’intelligence artificielle d’où la précision des résultats est meilleure. Pour faire face à ces intrusions, les chercheurs ont imaginé un système qui avertira les utilisateurs à chaque fois que leurs données seront collectées par leur smartphone.

 

Le Maroc travaille sur la création d’une cryptomonnaie marocaine


Le monde est face à un essor gigantesque des monnaies virtuelles couramment appelées les cryptomonnaies. La cryptomonnaie, la plus en vue sur le marché actuellement est le fameux Bitcoin. Marché très juteux où les cryptomonnaies sont traitées comme des nobles, le Maroc compte entrer dans la course des cryptomonnaies. En effet, le Maroc vient de se doter d’un cadre institutionnel dédié à la thématique de la CBDC (Central Bank Digital Currency).


La question que se pose tout le monde est de savoir si la cryptomonnaie marocaine serait un e-dirham. Cette question est aussi essentielle pour l’économie marocaine et pour le monde des affaires.
 
Par ailleurs, un comité créé au sein de Bank Al-Maghrib est chargé d’identifier et d’analyser les avantages, mais aussi les risques d’une CBDC pour l’économie marocaine. La mission de ce comité est  d’envisager les mesures nécessaires à prendre face à l’évolution des crypto-actifs au niveau national et international.

Lire aussi: Razak Adjéi : « le business des données est assez vaste. Il faut qu’on s’y prépare »

Même si la mise en œuvre d’une cryptomonnaie peut être définie sur une longue durée, il est primordial de se préparer à accueillir une éventuelle assise des cryptomonnaies dans l’économie.


À l’heure où nous parlons, il est strictement interdit d’utiliser des cryptomonnaies. Cette décision a été prise vers la fin de l’année 2017. À l’époque, le ministère de l’Économie et des Finances, Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) définissaient l’utilisation des monnaies virtuelles comme étant illégale.

Le ministère de l’Économie et des Finances, Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) alertaient sur une volatilité du cours de change des monnaies virtuelles contre une devise ayant un cours légal. La raison principale qui scella l’utilisation des cryptomonnaies en 2017 est que les deux institutions avaient évoqué un risque d’utilisation de ces monnaies virtuelles à des fins criminelles à l’instar du blanchiment des capitaux et du financement du terrorisme.

Razak Adjéi : « le business des données est assez vaste. Il faut qu’on s’y prépare »

Aujourd’hui, les données commencent à occuper une place importante dans le domaine du numérique. En effet, la manipulation des données est devenue essentielle car ces dernières représentent le pouvoir. Comme on le dit dans l’univers du Big Data, celui qui contrôle les données, contrôle le monde.

Interviewé par notre Rédaction, M. Razak Adjéi nous parle de sa rencontre avec l’univers des données. Analyste agricole et expert en agriculture urbaine, M. Razak Adjéi est un homme épanoui depuis qu’il a su comment utiliser les données à bon profit.

Voici l’intégralité de l’interview au cours de laquelle, cet analyste nous explique comment est née sa passion pour les données :

Lire aussi : Cybersécurité : Plus de 3 milliards de comptes Gmail, Hotmail, Netflix et LinkedIn piratés

  1. Comment êtes-vous arrivé dans l’univers des données ?

Vous savez, chaque être humain fourni à chaque instant de sa vie un maximum de données. Et m’étant lancé dans l’entrepreneuriat, surtout sur l’initiation des ménages sur la production de légumes, je me suis rendu compte qu’il y a autant de noms, prénoms, mails des personnes que nous formons à travers toute l’Afrique, ainsi, depuis quelques années. Je regarde sur mon bureau, et dans nos archives électroniques des tas de ces informations que je ne savais pas vraiment quoi faire avec. Un jour, en surfant sur le web, je me suis formé en publipostage. Bimmmmm. C’est là qu’est née ma passion pour les données.

Et surtout que 75% de nos prospections et publications marketing se font sur les réseaux sociaux, j’ai alors trouvé un moyen d’exploiter les mails que j’avais.

2- Pour nos lecteurs, de quoi est-il réellement question quand on parle du domaine des données ?

Les données, c’est une volumétrie massive d’information structurée ou non structurée. Exemple d’information, les informations que nous saisissons quand on remplit un formulaire que ce soit papier ou électronique. Je parle de données structurées ou non structurées parce que connaître le nombre de femmes ou d’hommes qui sont vos lecteurs est mieux que d’avoir le nombre de vos lecteurs en gros.

3- Peut-on dire que c’est un business d’avenir ?

Waoooo cette question. Disons que nous vivons déjà dans l’avenir. Le monde change, et les données sont exploitées pour améliorer les services d’aujourd’hui et construire les services de demain. Dans mon domaine, l’agriculture, les données sont exploitées pour prédire par exemple la tombée de la pluie ou non, un prochain manque d’eau dans le sol pour un producteur agricole, un cas probable d’infestation d’une exploitation agricole par des ravageurs… Dans le domaine de la vente, on utilise désormais les données pour fidéliser les clients à travers leur achat quotidien.

4- Comment se lancer dans ce nouveau business ?

Les données ne sont pas un nouveau business. Seulement que bon nombre de personnes viennent de le découvrir, ce qui crée déjà un marché de données à travers le monde.

Aussi, le business des données est assez vaste.

Que tout le monde peut trouver sa place dans ce domaine, que je ne dirais pas vraiment business

5- Votre mot de fin

Depuis quelques années, tous les objets produisent des données, nos maisons, nos potagers, nos voitures et même nos corps. Presque tout ce qu’on fait aujourd’hui laisse une empreinte numérique, qui décrit notre activité, précise son emplacement et fournit d’autres renseignements qui vont perdurer toute la vie. J’invite tout un chacun à se préparer pour le Big data.

Votre compte WhatsApp sera supprimé après le 15 mai si…

Après avoir perdu plusieurs millions de ses abonnés, WhatsApp s’est vu obligé de repousser la date fatidique de la mise en œuvre de sa nouvelle politique de confidentialité. Cette fameuse date n’est que le 15 Mai et elle n’est plus très loin. La sentence reste la même, les utilisateurs qui n’accepteront pas la nouvelle politique de confidentialité verront leurs comptes supprimés.

Selon TechCrunch, WhatsApp rendra bientôt la vie plus difficile aux utilisateurs qui n’auront pas accepté la mise à jour de ses règles de confidentialité permettant de transmettre le numéro de téléphone à Facebook. Ceux qui ne veulent pas se conformer aux nouvelles règles de confidentialité de WhatsApp verront les fonctionnalités de leur application limitées et risquent de perdre leur compte.

Lire aussi : Comment utiliser deux comptes WhatsApp sur un mobile ?

Toutefois, les utilisateurs peuvent ignorer la bannière de mise à jour des règles de confidentialité jusqu’à la date limite du 15 mai. Quelques semaines après cette date, ces derniers ne pourront plus lire et envoyer des messages.

Pour faire court, WhatsApp se réserve le droit de supprimer le compte s’il est considéré comme inactif 120 jours plus tard.

Il est à rappeler que WhatsApp a été obligé de reporter la mise en place de ses conditions de confidentialité qui devaient se tenir le 08 février 2021. Face au nombre important de ses abonnés qui allaient trouver refuge sur Signal et Telegram, la filiale de Mark Zuckerberg a décidé de repousser la date tant attendue sur le 15 Mai.

Cybersécurité : Plus de 3 milliards de comptes Gmail, Hotmail, Netflix et LinkedIn piratés

Malgré les mots de passe choisis pour les différents comptes que nous utilisons ( Gmail, LinkedIn, Facebook et autres), les cybercriminels arrivent toujours à trouver une faille. En effet, un piratage de grande envergure a été effectué. 3 milliards de noms d’utilisateurs et de mots de passe de différents comptes ont été mis à nu.

La nouvelle a été diffusée par le site américain BGR. Le site américain BGR spécialisé dans les nouvelles technologies a révélé que trois milliards de logins (nom d’utilisateur ) et de mots de passe ont été piratés avant d’être partagés sur des forums destinés au piratage.

Cette attaque concerne plus de 117 millions de comptes LinkedIn, des accès à Netflix et 2,5 milliards d’e-mails uniques.

Ce n’est pas la première fois qu’il y a une fuite de données sur ces plateformes. D’après les experts de la cybersécurité, ces fuites ne datent pas d’aujourd’hui. Toutes ces données ont été collectées à partir de plusieurs brèches.

Lire aussi : Cybersécurité : 3,5 millions d’emplois seront disponibles d’ici 2021

C’est la plus grande collection de données de connexion volées jamais partagées en ligne. Selon les experts de Cybernews,au moins une partie de vos données est presque certainement prise en compte dans cette faille. Le site a d’ailleurs mis en place un moteur de recherche afin de vérifier si les données de toute personne ont été compromises, et ce, en quelques secondes seulement.

Toutefois, les utilisateurs de ces différentes plateformes sont priés de prendre des mesures nécessaires.

Il est fortement conseillé d’utiliser des moteurs de recherche qui existent afin de vérifier si vos données ont été divulguées. Les sites d’Authentification multi-facteurs (Multifactor authentification) restent la meilleure option.

La deuxième chose à faire est de changer vos mots de passe pour les rendre plus sécurisés. La meilleure solution pour obtenir des mots de passe sécurisés est de se servir des générateurs de mots de passe. Même le plus sécurisé des mots de passe est piratable, alors activez la double authentification pour vos comptes.

Pourquoi il ne faut pas aller aux toilettes avec votre smartphone ?

Plusieurs sont les mises en garde qui vont à l’encontre de l’utilisation excessive des smartphones. Parmi tout ce lot, il est déconseillé d’aller aux toilettes avec son smartphone. Par ailleurs, cette mise en garde a toujours été prise à la légère.

Ce que beaucoup de personnes ignorent est qu’elles sont exposées à divers dangers lorsqu’elles vont aux toilettes avec leur smartphone. Interrogé par le journal britannique « The Sun », un médecin généraliste a alerté sur l’utilisation des mobiles aux WC.

Voici les 2 raisons principales qu’il a avancées :

Lire aussi: Quels sont les 5 meilleurs smartphones attendus en 2021 ?

1. Risque d’hémorroïdes

Le temps où certains amenaient avec eux un bon livre aux toilettes est révolu. Aujourd’hui, ce bon livre est remplacé par des téléphones portables (jeux, e-mails, réseaux sociaux). Selon le Docteur Lisa Ackerley, ces pratiques, qui permettent de rester sur le WC plus longtemps que d’habitude, ne seraient pas une bonne idée. Le Docteur Lisa Ackerley déconseille ces pratiques, car utiliser son mobile pendant une longue période aux toilettes peut entraîner la formation des hémorroïdes. Cette formation d’hémorroïdes est causée par une pression prolongée sur les veines. La meilleure solution est de laisser votre appareil dans une autre pièce lorsque vous allez aux toilettes.

2. Prolifération des germes

Le second danger qui guette ceux qui vont aux toilettes avec leurs appareils, est l’accumulation des germes sur votre smartphone. Tout d’abord, lorsque vous touchez la poignée de la porte, la cuvette, le dérouleur de papier, le bouton de chasse, vous transférez les microbes vers votre smartphone. Étant donné que les toilettes sont un lieu où les germes s’accumulent, aller aux toilettes avec son smartphone serait se créer des maladies.

 Veuillez mettre en pratique les conseils du Docteur Lisa Ackerley pour ne pas vous exposer gratuitement aux microbes.

Voici comment protéger votre compte Gmail


Votre compte Gmail est une boîte précieuse pour les données personnelles. Par ce compte Gmail, beaucoup d’emails transitent. Dans une boîte Gmail, on archive des documents comme des scans de carte d’identité, passeport. Ces possibilités ne sont qu’un choix. Vous n’êtes pas obligé d’archiver vos documents dans votre boîte Gmail.


Si vous utilisez votre compte Gmail depuis des années sans penser à le sécuriser, sachez que c’est risqué. Dans un premier temps, il faudrait penser à changer votre mot de passe et poursuivre avec une double authentification.


La double authentification est une sécurité supplémentaire qui vous permet de valider la connexion à l’aide d’un code supplémentaire au moment de vous connecter à votre compte.

1.Changez le mot de passe de votre compte


Un mot de passe que vous arrivez à retenir facilement est un mauvais mot de passe. Préférez l’utilisation d’un mot de passe complexe, assez long, mélangeant chiffres, lettres, majuscules et caractères spéciaux. Pour modifier votre mot de passe de connexion sur votre compte Google (et par extension Gmail), rendez-vous directement à cette adresse : https://myaccount.google.com/personal-info. Cliquez alors sur « Mot de passe » et validez votre connexion pour accéder à la page permettant de modifier votre mot de passe. Ensuite, saisissez votre nouveau mot de passe et validez la modification en cliquant sur « Modifier le mot de passe ».

Lire aussi: Attention/Sur Signal, un faux jeu vous appâte avec un iPhone 12

Télécharger l’application Google sur votre smartphone
Pour activer la double authentification sur votre compte Google, téléchargez et installez l’application Google sur votre smartphone et connectez-vous à votre compte depuis celle-ci. L’application est installée par défaut sur les smartphones Android et doit être installée sur les iOS.

2.Activez la double authentification


Pour activer la validation en deux étapes, rendez-vous directement sur la page https://myaccount.google.com/security. Faites défiler les options, puis dans la section Connexion à Google, cliquez sur Validation en deux étapes. La page qui suit affiche des explications quant au fonctionnement de cette procédure, cliquez alors sur Commencer et identifiez-vous pour accéder à la procédure. En principe, si votre compte Google est connecté sur d’autres appareils, Google les détecte automatiquement. Cliquez alors sur le bouton Continuer. Dans le cas où aucun compte ne s’affiche, vous pourrez cliquer sur Afficher plus d’options pour sélectionner une autre solution de validation (clé de sécurité physique, ou code envoyé par SMS).


Si vous avez installé l’application Google sur votre smartphone et que votre compte y est connecté, vous devriez avoir reçu une notification. Ouvrez alors l’application Google sur votre iPhone ou votre smartphone Android. Une page indiquant que Vous essayez de vous connecter à votre compte à partir d’un ordinateur devrait s’afficher. Vous n’aurez qu’à appuyer sur le bouton « OUI » pour valider la connexion à votre compte sur votre PC. Désormais, à chaque fois que vous vous connecterez sur un nouvel ordinateur, la connexion à votre compte Google nécessitera d’être validé comme vous venez de le faire.

Attention/Sur Signal, un faux jeu vous appâte avec un iPhone 12

Les cybercriminels n’ont pas mis longtemps avant de mettre la main sur Signal, l’application de messagerie instantanée qui a été au cœur de la polémique sur la politique de confidentialité de WhatsApp.


À la suite des annonces critiquées sur les changements de la politique de données de WhatsApp, bon nombre d’utilisateurs ont basculé chez son concurrent Signal. Le flot de nouveaux utilisateurs a été tellement important que l’organisation a subi plusieurs turbulences techniques dans les premiers jours.

Ces millions d’utilisateurs qui se sont rués vers Signal ne sont pas passés inaperçus aux yeux des pirates informatiques. Plus la plateforme a beaucoup d’utilisateurs, plus il est facile de voler les données personnelles.
Un utilisateur de Twitter, Karl Pineau relate le message envoyé par les cybercriminels : « Votre abonnement à Amazon a été récompensé. Un iPhone 12 Pro vous est réservé. Réclamez-le ici : https://brandschix[.]space/qOiO5 ».
Selon les dires de l’utilisateur de Twitter Karl Pineau, l’expéditeur du message se présente comme Amazon, et a pris comme photo de profil le logo de l’entreprise. Un numéro vietnamien (avec l’indicateur +84) figure à côté du nom.

Lire aussi: Signal : les utilisateurs peuvent bientôt poster des statuts


Voici les remarques qui prouvent que ce message ne vient pas d’Amazon :

1.Amazon ne communique jamais sur Signal. La société envoie la majorité de ses messages par email, et peut envoyer des SMS relatifs aux livraisons.

2.Le lien est particulièrement louche, puisque son nom de domaine n’a aucun rapport avec Amazon.

3.L’arnaque à l’iPhone offert est un grand classique des campagnes de phishing.


Par ailleurs, certains utilisateurs de Signal pourraient tomber dans le piège car :

1.Signal est réputé pour son niveau de « sécurité », donc un message envoyé sur l’application est forcément sûr. Non, car Signal ne fait que protéger les communications entre ses utilisateurs avec son chiffrement de bout en bout. Si une personne (par exemple un hacker) intercepte la communication, elle ne parviendra pas à en déchiffrer le contenu. En revanche, aucune limite technique n’empêche d’envoyer un lien malveillant par message, qui plus est un lien vers un site web.

2.Le lien contient le préfixe « https:// », cela signifie que le site est validé en termes de sécurité et que je peux y aller sans prendre de risque. Non, pour deux raisons. D’abord, un certificat HTTPS est relativement facile à se procurer, et il ne fait que garantir, en théorie, que le cheminement des données envoyées par l’utilisateur est correctement protégé.

Si vous êtes un utilisateur de l’application de messagerie instantanée « Signal », soyez vigilant envers ces genres de messages trompeurs.
Selon Wikipédia, le phishing encore appelé hameçonnage est une technique utilisée par des fraudeurs pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d’identité.

Togo : comment annuler un transfert d’argent par Flooz ?

Depuis l’arrivée des Mobile Money, les transactions financières sont devenues facilement manipulables. Le Mobile Money s’est fait une place parmi les moyens de transfert et est devenu le plus utilisé par les abonnés. Ainsi, au Togo, le service de transfert monétaire de l’opérateur téléphonique « Moov Togo » qui est devenu « Moov Africa » se nomme Flooz. Doté de plusieurs fonctionnalités, Flooz permet principalement l’envoi et le retrait d’argent.

Il peut arriver que lors d’un transfert d’argent, l’envoyeur se trompe dans la manipulation ou carrément qu’il compose le mauvais numéro. Heureusement, le service monétaire Flooz a mis au point une roue de secours.

Lire aussi: Togo : Moov annonce des changements tarifaires

Voici comment annuler un transfert Flooz en quelques étapes en cas d’erreur

Pour récupérer votre argent, composez *155*1*4#. Ensuite, saisissez la référence ID de la transaction figurant dans le message de confirmation reçu lors de l’envoi. Généralement, c’est un code de 13 chiffres. Par exemple (Txn ID : 0000000000000). Et pour finir, entrez votre mot de passe.

Il est à rappeler que l’opérateur Télécom Moov a changé de nom. En effet, depuis le 1er janvier 2021, « Moov « Togo est devenu « Moov Africa » avec un nouveau logo qui passe du vert au bleu. Cette transformation s’est opérée dans toutes les onze filiales de Maroc Togo dont Moov Togo. Ce changement d’identité de Moov survient quelques mois après celui de «Togocel » qui est devenu « Togocom » et qui est désormais sous le contrôle du groupe Axian.