Reckya Madougou dénonce des « intrusions sauvages » dans son smartphone

La candidate à la présidentielle du Bénin, Reckya Madougou a dénoncé ce vendredi 26 février le piratage de son smartphone. Après avoir vu sa candidature rejetée pour de bon, Mme Madougou estime que rien ne lui fera peur. Elle dénonce les actions de personnes l’espionnant à distance et manipulant son smartphone. Reckya Madougou annonce une plainte au niveau international.

Voici un extrait de son message :

Des intrusions sauvages dans mon smartphone par nos bourreaux

Des menaces qui ne m’émoussent guère

Chers compatriotes

Depuis quelques jours je constate des intrusions indésirables et de l’espionnage dans mon smartphone. Des individus malintentionnés dont on connaît les commanditaires, des pirates éhontés, ont installé des logiciels espions pour avoir accès aux données de mon téléphone et surtout mon compte whatsap.

Déjà le 6 février 2021, un communiqué malencontreux de l’Union Progressiste s’est retrouvé sur mon statut alors que je n’y avais jamais rien posté auparavant. Un texte qui ne figurait même pas au préalable dans mon téléphone. Pathétique. Cette nuit, vers 2h du matin, ils ont franchi le rubicond après avoir lu mes messages en y extrayant un visuel que j’ai demandé à mon équipe de corriger. Ce visuel, ils l’ont extrait frauduleusement à distance de ma conversation Whatsapp avec les miens et l’ont mis en ligne sur mon statut Whatsapp. J’ai déjà demandé un audit de mon téléphone et je porterai plainte à l’international contre Whatsapp qui se chargera lui-même de retrouver ses hackers de nos téléphones.

Chers amis, j’en profite pour vous inviter à protéger vos smartphones des risques d’espionnage et de piratage en adoptant des mesures de précaution efficaces disponibles sur Internet.

Lire aussi : Bénin : un marabout des réseaux sociaux écope de 5 ans de prison

Togo : Tmoney promet un retour en force

Les utilisateurs de Tmoney doivent-ils attendre encore un peu avant d’avoir gain de cause ? Les yeux fermés, la réponse est oui. Enfin, disons que Togocom promet un retour en force de son service. Après plusieurs jours de perturbation, les frustrations et mécontentements sont devenus très récurrents. Les internautes ne manquent et n’ont jamais manqué d’occasions pour le faire savoir.


A travers un communiqué en date de ce 24 février 2021, le groupe explique être en train de travailler pour le retour du service. Il affirme que son ambition avec Tmoney est de pouvoir offrir le meilleur à ses abonnés. Togocom se dit conscient des difficultés rencontrées dans l’usage de son service et rassure ses clients que toutes ses équipes sont mobilisées pour un retour rapide à la normale.

Ces difficultés évoquées résultent des travaux de migration effectués sur la nouvelle plateforme Tmoney dans la nuit du 6 au 7 février. Togocom souhaite ainsi s’adapter aux nouvelles exigences des clients pour leur faciliter la vie.


« Togocom présente ses sincères excuses pour le désagrément et s’emploie continuellement à éviter à l’avenir ce genre de dysfonctionnement. Togocom promet d’être toujours présent aux côtés de ses clients pour faciliter et améliorer leur quotidien », lit-on dans le communiqué.

Lire aussi : L’ARCEP fait asseoir Togocel et Moov sur le banc des accusés

Togo : Un marché virtuel pour sortir étudiants, élèves et apprentis de la précarité

Voir les jeunes étudiants, élèves et apprentis dans la précarité est un phénomène très courant. Les jobs étudiants n’existent presque pas et ne sont pas dans les habitudes. C’est ce que amène Zank Group à créer une plateforme de vente en ligne avec des entreprises partenaires.

Au cours d’une cérémonie ce 19 février, les porteurs du projet ont lancé la phase pilote. 100 étudiants travailleront sur une période de trois mois. Ils bénéficieront de formation sur la négociation, une meilleure utilisation des nouvelles technologies, la compréhension du monde du commerce électronique, entre autres.

Le travail qui attend les étudiants, c’est d’apprendre déjà sur les bancs à vendre. La plateforme de commerce électronique par le biais du projet pilote ZANKPODO ( il n’est jamais tard) les initie au monde des affaires. Ils pourront par ce moyen gagner des revenus mensuels allant jusqu’à 20 000 F voire plus y compris des bourses d’études. Le projet se veut une source d’espoir pour tous les étudiants dans un environnement marqué par la difficulté des parents à subvenir à tous les besoins de leurs enfants.

Zank Group saisit ainsi l’opportunité de l’utilisation des réseaux sociaux par les jeunes pour initier le projet ZANKPODO. Après inscription et formation, les apprenants pourront grâce à internet travailler comme ambassadeurs de plusieurs entreprises de la place.

Selon Thomas K. Sossou (photo), coordonnateur national du projet et directeur général de Zank Togo,  » le secteur privé doit contribuer à apporter des réponses aux problèmes de la jeunesse (…) Notre ambition est d’atteindre 2000 jeunes à la fin de l’année 2021″.

Pour précision, le projet est parrainé par le ministère du développement à la base , de la jeunesse et de l’emploi des jeunes.

Voici le lien du projet :https://zank.fr/zankpodo/

Twitter ne laissera plus Donald Trump revenir sur son réseau social

C’est clair et c’est simple. Donald Trump, après avoir été banni du réseau social n’a plus de chance de revenir dessus. C’est ce que les responsables du réseau social ont fait savoir. Même si Donald Trump venait à être de nouveau candidat en 2024, il n’y a pas de possibilité qu’il revienne sur le réseau social. Il devrait communiquer sur d’autres réseaux sociaux dans ce cas.

Le directeur financier de Twitter, Ned Segal a estimé que : « Selon nos règles, quand vous êtes évincés de la plateforme, vous êtes évincés de la plateforme, que vous soyez un commentateur, un directeur financier, ou un ancien ou actuel responsable politique ».

Twitter indique qu’il ne fait pas de différences entres les internautes encore moins entre les responsables politiques. En effet, c’est au mois de janvier 2021, après l’invasion du Capitole par des partisans du milliardaire républicain que Twitter avait suspendu pour de bon Donald Trump.

Le réseau social est allé plus loin a supprimé de nombreux comptes extrémistes qui soutenaient l’ancien président, dont 70.000 affiliés à la mouvance conspirationniste QAnon. Après cette sanction, un débat est né. De nombreux analystes se demandent pourquoi les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter vont se permettre de bannir un chef d’Etat encore en fonction? Pour certains, ces réseaux sont tout simplement devenus les rois du monde et incontrôlables en se faisant justice sans passer par les institutions judiciaires américaines.

Pendant ce temps, les sanctions, bannissements pleuvent couramment sur de nombreux internautes, parfois injustement et sans possibilité de se faire entendre.  

Lire aussi : USA: Twitter bannit définitivement Donald Trump

Togo : Voici comment faire des transactions Tmoney vers Flooz et inversement

Pouvoir faire des transactions Tmoney vers Flooz et inversement, beaucoup de Togolais rêvent de cela. C’était pratiquement impossible sinon très difficile d’y arriver entre-temps. Les gens n’osaient même pas.

Cette fois, c’est possible et le processus est simplifié par de jeunes togolais. Avec leur application mobile dénommée « eGo Transfer », les Togolais pourront enfin faire ces opérations de transfert d’argent d’un opérateur de téléphonie mobile à un autre. La solution vient d’être mise en ligne.

En termes simples, on pourra désormais transférer de l’argent à une personne de Tmoney vers Flooz et vice-versa. Tmoney est le service de transfert d’argent géré pour le moment par Togocom. Flooz appartient au groupe Moov Africa Togo.

La solution Ego Transfer a été découverte lors de la compétition Open Hack, organisée par l’incubateur ‘Nunya Lab’ il y a huit mois. Elle facilite l’interopérabilité des moyens de paiements. Les transactions du mobile money vers les banques ou Western Union, Ria, entre autres seront bientôt intégrées.

L’équipe est toujours à la recherche de partenaires pour développer les autres volets de la solution mobile money.

Cliquez pour télécharger l’application

Le PM Victoire Tomegah-Dogbé dénonce l’usurpation de son identité sur internet

Le Premier ministre togolais, Victoire Tomegah-Dogbé est victime d’usurpation depuis un bon bout de temps. De nombreuses personnes prennent plaisir à créer des profils et pages en son nom. Elles s’en servent pour escroquer d’autres honnêtes citoyens. Cette situation a trop duré selon le Premier ministre qui a choisi de tirer la sonnette d’alarme.

Sur son compte Facebook, elle a mis les points sur les i’ ‘ depuis ce dimanche 17 janvier 2021. La cheffe du Gouvernement demande à tout le monde de faire preuve de prudence. Pour cela, elle rappelle la nécessité de bien vérifier les comptes sur les réseaux sociaux qui publient du contenu. Ils doivent être certifiés pour faire foi. Dans le cas contraire, les internautes doivent rester prudents et signaler cet acte répréhensible.

Voici le message du PM togolais :

De faux comptes sont créés sur les réseaux sociaux, avec mes informations et mes photos pour rentrer en contact avec des internautes. Les escrocs, qui se font passer pour ma personne ou pour mes collaborateurs, poursuivent parfois des échanges via whatsapp avec les internautes.

Ils se permettent de promettre aux victimes l’octroi de l’emploi ou de diverses autres opportunités en mon nom contre le paiement d’un quelconque frais.

Je vous rappelle que, je n’ai qu’une seule page facebook et un seul compte twitter (@DogbeVictoire) qui sont certifiés et donc, identifiés par un crochet bleu.

Je vous invite à rester vigilants pour ne pas tomber dans les pièges de ces escrocs.

Lire aussi : Togo/Victoire Tomegah-Dogbé : « Nous allons créer une banque digitale »

Signal, une application de messagerie sécurisée (spécialistes)

L’application de messagerie instantanée, Signal un peu méconnue il y a quelques années, a le vent en poupe. La dernière mise à jour de WhatsApp a du mal à passer. En effet, l’application très utilisée dans le monde demande à ses utilisateurs de partager leurs données avec Facebook (appartenant au même groupe). Les internautes ont fui, comme s’ils attendaient WhatsApp sur ce terrain pour aller voir ailleurs.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Signal a beaucoup d’abonnés ces derniers jours. Au-delà, elle rassure par toute la sécurité qui l’entoure. Une application sécurisée comme Signal permet de rendre les communications privées. Ainsi, les gouvernements, pirates et fournisseurs d’accès Internet ne peuvent pas intercepter vos conversations.

« Anciennement TextSecure Private Messenger, l’appli Signal a été présentée comme l’étalon-or de la messagerie sécurisée par le cryptologue Bruce Schneier, par Edward Snowden, par le Congrès des États-Unis et même par la Commission européenne », selon AVG.

Signal est gratuite et fonctionne sur les PC de bureau et sur les téléphones Android et iPhone. Elle envoie les messages à travers sa propre infrastructure de données. En plus d’envoyer des messages instantanés, vous pouvez aussi passer des appels vocaux et vidéo ou envoyer des messages groupés.

Les ingénieurs d’AVG mettent Signal en tête des applis les plus téléchargées du monde. Ils estiment que la possibilité de vérifier le code source de l’application et son audit est un atout et une garantie de sécurité. Ils y ajoutent le fait que la société gérant l’appli (Open Whisper Systems) ne peut pas déchiffrer vos messages.

Avec Signal vous pouvez aussi définir un mot de passe pour verrouiller l’appli. Même si votre téléphone tombe entre de mauvaises mains, vos messages seront toujours protégés.

Par ailleurs, Signal Foundation (conceptrice de l’application) est un organisme sans but lucratif et indépendant, piloté par Moxie Marlinspike (chercheur et expert réputé en cryptographie) et Brian Acton (l’ancien créateur de WhatsApp, qui a quitté Facebook à la suite de désaccords avec Mark Zuckerberg).

Lire aussi : WhatsApp : voici vos données qui seront partagées avec Facebook

Depuis octobre, aucun « radar » n’a repéré Jack Ma

Où est donc passé Jack Ma, le milliardaire chinois ? Cette question, des millions de personnes se la posent aussi tout comme vous. Loin des caméras depuis octobre, son cas devient inquiétant selon de nombreux médias. Il lui est reproché d’avoir tenu des propos sévères à l’endroit du régime chinois, un acte intolérable.

Depuis ce temps, personne ne l’a plus vu en public. Aucun radar ne l’a détecté. Jack Ma, fondateur du géant numérique Alibaba et star internationale de la tech chinoise est au cœur de nombreux débats.

On apprend qu’un bras de fer se passe dans les coulisses du pouvoir chinois. Ce dernier a même assené un coup terrible à l’entreprise chinoise. Il a réduit son ambition d’entrer en bourse par le biais de Ant Group, bras financier d’Alibaba. Ce qui allait être la plus grande introduction boursière (34 milliards de dollars) est réduit à néant. Bien que Jack Ma soit proche du parti au pouvoir, son discours très critique lui vaut des ennuis.

Le patron d’Alibaba avait tenu des propos critiques lors d’un forum financier de Shanghai. « Nous ne devrions pas utiliser le mode de gestion d’une gare pour réguler un aéroport. Nous ne pouvons pas réguler l’avenir avec les moyens d’hier. », assène-t-il au pouvoir d’après RFI. Il a dit que les banques avaient une « mentalité de prêteur sur gages ». Depuis ce temps, il est contraint au silence selon d’autres sources. Discrétion oblige !

En Chine, les régulateurs enquêtent notamment sur des allégations d’abus de position dominante dans le secteur de l’e-commerce. Alibaba est accusé d’avoir forcé les acteurs du secteur à travailler seulement avec sa plate-forme.

A y voir de près, Alibaba serait victime d’une guerre de clans, des hommes les plus puissants de Chine. En un mot : « Alibaba et Ant représentent « l’ancien régime », l’argent de la famille de Jiang Zemin, archi-ennemie de Xi Jinping », analyse RFI. La puissance de Jack Ma ferait-il peur au régime chinois ? Question pour un champion.

Lire aussi : La Chine met en orbite le tout premier satellite 6G au monde

WhatsApp : Ces mises à jour attendues en 2021

La fameuse application de messagerie instantanée, WhatsApp  prévoit des mises à jour cette année. Après la personnalisation de fond d’écran, la mise sous silencieux de notifications, de nouvelles mises à jour arrivent. Elles commenceront probablement à partir du 8 février par des nouvelles conditions d’utilisation et politique de confidentialité. Voici les autres mises à jour selon WABetaInfo.

Mode vacances

L’application développe actuellement un « mode vacances » pour permettre aux utilisateurs d’archiver des conversations et des groupes pendant un certain temps pour désactiver les notifications de chat. En réalité, nombreux utilisateurs ne souhaitant pas participer à une conversation  pour un temps se sentent obligés de quitter les groupes.

Version de bureau des appels et des appels vidéo

Comme on peut le faire sur les appareils Android et iOS, les appels et les appels vidéo sont les principales innovations que WhatsApp dévoilera en 2021 pour les versions Web et de bureau. La fonctionnalité est en version bêta, mais demeure l’une des plus attendues.

Choix de nombreux appareils

L’utilisation du même compte sur quatre appareils différents est prévue. Pour l’heure, nul ne sait si ce sera accessible des tablettes et d’autres appareils électroniques. Néanmoins, on apprend que l’application peut être utilisée sans que le smartphone principal soit connecté à Internet. Ce qui signifie qu’utiliser WhatsApp Web même si le téléphone est éteint ne posera plus bientôt de problèmes.

Autodestruction de certains contenus visuels

L’entreprise travaille sur une fonction qui a pour but d’améliorer le niveau de confidentialité de sa plateforme. C’est un outil qui supprime toute pièce jointe – image, vidéo ou Gif animé – envoyée à un contact après que le destinataire l’ait ouverte selon le site Entrepreneur. Une option qui vous aidera à économiser de l’espace. Reste à l’utilisateur de décider d’ajouter ou non la validité desdits fichiers.

Lire aussi : Facebook et Twitter, menacés au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

L’AFD Digital Challenge : la startup togolaise Dashmake parmi les lauréats

L’AFD Digital Challenge est un concours dédié à l’innovation en Afrique. Il fait le pont entre le défi de la transition numérique et celui de la ville durable. Cette quatrième édition a eu lieu grâce au digital. Contexte pandémique oblige!

La liste des dix lauréats récompensés pour la quatrième édition de ce concours a été dévoilée lors de l’événement virtuel Emerging Méditerranée organisé à Marseille le 14 décembre.

Les dix lauréats de l’AFD Digital Challenge 2020 reçoivent chacun un soutien financier de 20 000 euros. Ils bénéficient aussi d’un accompagnement d’un an dispensé par un spécialiste de la formation des acteurs de la transformation numérique des entreprises.

Lire aussi : Top 10 des startups digitales à forte valeur ajoutée au Togo

La startup Dashmake, ( classée dans le Top 10 de nos startups togolaises) fait flotter le drapeau togolais haut. Elle se retrouve dans la liste des lauréats de l’AFD à cause de sa solution e – Santé dénommée SOS System.

L’idée du projet SOS System, développé par Dashmake, est née à la suite d’un accident mortel dont a été témoin un employé de cette start-up togolaise. « Les urgentistes n’ont pas réussi à localiser à temps le lieu de l’accident, ce qui arrive tous les jours au Togo, explique Sénam Akpaka, à la tête de cette jeune pousse. Nous avons lancé SOS System pour répondre à ce problème. »

Cette solution e-santé intègre la fonctionnalité de géolocalisation, un bracelet spécial, équipé d’un système QR, entre autres. Des informations personnelles sont enregistrées pour faciliter les prises en charge rapide et efficace. En 2021, Dashmake prévoit étendre sa solution e-santé à d’autres pays de la région, tels que le Ghana et la Côte d’Ivoire.

Voici le liste des autres Lauréats :

SafiRide ( Rwanda)

Flare ( Kenya)

Alivo ( Bénin)

Digital Smart Trash ( Côte d’Ivoire )

Indar ( Maroc)

SnooCODE ( Ghana)

Givo ( Nigeria)

WiniCari (Tunisie)

Map Action (Mali)

Dirigée par deux

Avec cellule Communication de l’AFD