Lawrence ‘Larry’ Tesler , l’inventeur du ’Copier-coller’ n’est plus

Lawrence ‘Larry’ Tesler, l’inventeur du copier-couper-coller utilisé chaque jour par des millions de personnes n’est plus. Il a rejoint ses aïeux. L’informaticien pionnier dont les réalisations comprenaient l’invention des commandes couper, copier et coller pour les ordinateurs est décédé.

Le diplômé de l’Université de Stanford s’est spécialisé dans l’interaction homme-machine et a travaillé pour Amazon, Apple et Yahoo, entre autres. L’idée de la commande couper-coller proviendrait de l’édition à l’ancienne qui impliquait littéralement de couper des parties de texte imprimé et de le coller ailleurs.

La popularité des commandes a augmenté après qu’Apple les ait incorporées dans son logiciel sur l’ordinateur Lisa en 1983 et le Macintosh d’origine. Tesler a été recruté pour travailler pour Apple en 1980 par son défunt co-fondateur Steve Jobs.

Cliquez pour télécharger gratuitement Tech Mag Afrique numéro 3

Dans un tweet, le Computer History Museum de la Silicon Valley, a déclaré : « Tesler a créé l’idée de couper, copier et coller et a combiné une formation en informatique avec une vision de la contre-culture que les ordinateurs devraient être pour tout le monde ‘ ».

Lawrence ‘Larry’ Tesler est né dans le Bronx, est décédé cette semaine à l’âge de 74 ans. Sa popularité a grandi après qu’Apple a incorporé les commandes dans son logiciel sur l’ordinateur Lisa en 1983 et le Macintosh original qui est sorti l’année suivante. Tesler a quitté Xerox pour travailler pour Apple en 1980 après avoir été recruté par son défunt co-fondateur Steve Jobs. Il a passé 17 ans chez Apple, devenant scientifique en chef. Tesler a ensuite créé une start-up dans le secteur de l’éducation, faisant des séjours dans la technologie de l’expérience utilisateur chez Amazon et Yahoo.

Lire aussi : Togocel : les utilisateurs en colère pour avoir reçu un sms de campagne

Togocel : les utilisateurs en colère pour avoir reçu un sms de campagne

Togocel, l’opérateur historique plus ou moins fondu au sein de la holding Togocom a envoyé des sms de campagne aux utilisateurs. C’est la période des campagnes pour l’élection présidentielle du 22 février au Togo. Et tous les moyens publics ou pas seraient utilisés par le pouvoir en place à se fier aux accusations de l’opposition.

Le débat n’est pas là. Des utilisateurs du réseau Togocel ont reçu des sms de campagne les incitant à voter pour le président sortant, Faure Gnassingbé. Ce dernier, arrivé au pouvoir en 2005 vient de boucler son troisième mandat. Il est en lice pour un quatrième.

« Pour que chaque togolais ait un centre de santé près de chez lui, samedi 22 février VOTONS FAURE ! », tel est le contenu du SMS envoyé. D’autres messages ont également été reçus par des utilisateurs. L’idée de base c’est de voter pour le président sortant afin de rendre les soins de santé gratuits et généraliser l’assurance maladie notamment.

Sur les réseaux sociaux, les réactions vont dans tous les sens. Visiblement, les utilisateurs ne sont pas du tout contents de recevoir un tel message. En grande partie, ils estiment n’avoir pas payé la carte sim pour recevoir ces genres de messages.

Cliquez pour télécharger gratuitement Tech Mag Afrique numéro 3

Plus loin, Emmanuel Sogadji, le président de la Ligue des Consommateurs du Togo (LCT) appelle au boycott de Togocel. 

Pour Folly Satchivi, un autre activiste politique, ce message n’a pas sa raison d’être. Ses propos sont plus que virulents.

Il y a certains utilisateurs qui pensent que le débat n’en vaut pas la peine et qu’il faille se concentrer sur d’autres sujets plus importants. Mais les avis restent partagés. Et vous , quelle est votre appréciation de cette communication politique au Togo ?

Lire aussi : Centrafrique : Des élèves fabriquent un robot humanoïde

Le Kenya veut une loi sur l’usage des drones

Il sera interdit aux opérateurs de drones d’utiliser des appareils d’imagerie pour effectuer une surveillance ou prendre une photo d’une personne sans consentement écrit.

La Kenya Civil Aviation Authority (KCAA) souhaite que le Parlement approuve des règles strictes sur l’utilisation des drones et autres systèmes d’aéronefs sans pilote (UAS) dans le pays.

Les propositions ont été déposées au Parlement.  L’exploitant ou le propriétaire d’un drone ne doit pas l’utiliser pour enregistrer une image d’un bien immobilier privé ou loué ou du propriétaire, du locataire, de l’occupant, de l’invité ou du titulaire d’une licence de ce bien dans l’intention de le surveiller.

Le nouveau règlement prévoit toutefois qu’un propriétaire de drones équipé d’un dispositif d’imagerie peut, avec l’approbation de la KCAA, être utilisé à des fins de cartographie et d’évaluation de la surface de la Terre. L’autorisation prend en compte le terrain et les plans d’eau de surface et d’autres caractéristiques et pour l’étude des forêts et la gestion des forêts.

Les drones peuvent également être utilisé dans les opérations de recherche et de sauvetage et dans les enquêtes sur la végétation et la faune. Les règles obligent le propriétaire ou l’exploitant d’un dispositif d’imagerie à se conformer à toute autre loi relative à la protection de la vie privée ou des données.

« Un opérateur ou un propriétaire de drones ne doit pas les exploiter d’une manière qui constitue une nuisance pour le public, une personne ou la propriété d’autrui », énonce les règles actuellement examinées par le Comité sur la législation déléguée.

Cliquez pour télécharger gratuitement Tech Mag Afrique numéro 3

La nouvelle loi pourrait interdire à une personne d’exploiter un drone à plus de 122 mètres au-dessus du sol et à moins de 50 mètres de toute personne, navire, véhicule ou structure qui n’est pas sous le contrôle du responsable, sauf avec l’autorisation de la KCAA.

Lire aussi : Le réseau social Dikalo sera présenté à la startup Istanbul 2020

Connect Rwanda : 1000 smartphones locaux distribués aux citoyens

La campagne Connect Rwanda a permis de distribuer 1000 smartphones à des citoyens la semaine dernière. Les bénéficiaires de ces nouveaux smartphones sont situés dans le district de Rutsiro.

Les bénéficiaires ont été sélectionnés par les dirigeants locaux sur la base de critères incluant le niveau de pauvreté. Les smartphones, fournis avec des cartes SIM et des données Internet sur trois mois.

La ministre Ingabire , en charge des TIC, a félicité toutes les personnes et institutions qui ont jusqu’à présent contribué à la cause dérivée de la coutume rwandaise de redonner et a demandé aux bénéficiaires de rendre la pareille.

« Ici à Rutsiro, vous avez de nombreuses activités économiques que cette technologie peut stimuler, notamment l’agriculture, l’exploitation minière et la pêche. S’ils sont bien utilisés, ces smartphones peuvent stimuler le développement dans ce quartier », a déclaré Ingabire.

« Maintenant, je vais m’asseoir à la maison, taper sur mon téléphone pour commander des engrais et cultiver des pommes de terre, tout cela grâce au président Paul Kagame et à d’autres donateurs. », a estimé un des bénéficiaires.

Situé dans le nord-ouest du Rwanda, Rutsiro a été identifié comme un quartier avec la plus faible pénétration de smartphones.  La prochaine étape consistera à installer des points d’accès WIFI dans des lieux publics tels que les centres de santé et les écoles.

Cliquez pour télécharger Tech Mag Afrique numéro 3

Depuis le lancement de la campagne, plus de 43 000 smartphones ont été remis aux populations. Connect Rwanda est une campagne en cours et les responsables ont été exhortés à continuer de s’engager à augmenter le nombre d’au moins un million de smartphones, ce qui augmenterait considérablement la pénétration des smartphones.

Lire aussi : Burkina Faso : Un étudiant fabrique un drone pour sécuriser son pays

Togo : Les universités publiques équipées d’une Espresso Book Machine

Les universités publiques sont équipées d’’une nouvelle technologie, une Espresso Book Machine. C’est une technologie comprenant une plateforme et une interface qui permet d’imprimer, à partir de fichiers PDF, des ouvrages et des travaux universitaires (thèses, mémoires, livres, …), en un temps record, avec couverture et reliure compris.

Son introduction fait suite au déploiement du « Wifi Campus », le très haut-débit Internet sur les campus universitaires de Lomé et de Kara, de « L’Environnement Numérique de Travail » (ENT) dans les 11 lycées techniques et scientifiques publics du Togo, ou encore le projet d’implantation à Lomé, d’un campus technologique Djanta Tech Hub ».

« L’acquisition et l’implémentation de cette infrastructure inédite au profit des Universités de Lomé et Kara, ouvre des perspectives nouvelles à la communauté universitaire, composée des étudiants, des enseignants-chercheurs et de l’institution elle-même, en ce sens que face à l’insuffisance de ressources, elle va désormais disposer d’une librairie et d’une bibliothèque virtuelle, en termes d’accessibilité et de disponibilité d’ouvrages et de publications (souvent coûteux) à la demande, et en fonction des programmes académiques » a souligné le Pr Komla Dodzi Kokoroko.

Le Togo est le seul pays en Afrique de l’Ouest et le 3ème en Afrique, après l’Afrique du Sud et l’Égypte, à disposer d’un tel dispositif. « Les universités togolaises rejoignent ainsi le rang des universités utilisant cette technologie dans leurs librairies et bibliothèques, à l’instar de l’Harvard Unversity, du New York University Abu Dhabi et de l’University of Johannesburg. », affirme le ministre, Cina Lawson.

Pour elle, la mise en place de l’Espresso Book Machine intervient « dans un environnement en perpétuelle mutation socio-économique (…), dans un contexte de plus en plus mondialisé ». Ce projet « innovant et révolutionnaire » permettra d’« outiller et de hisser notre jeunesse à un niveau répondant aux standards internationaux, et lui permettre d’être plus compétitive (…). Or, une telle ambition ne peut se concrétiser sans une excellente formation, l’esprit d’entrepreneuriat, l’innovation et la recherche » a conclu Cina Lawson.

Cliquez pour télécharger Tech Mag Afrique numéro 3

Lire aussi : Un médecin nigérian réalise une chirurgie robotique réussie

Pour Elon Musk, Facebook est « nul »

Ce n’est pas le grand amour entre le patron de Tesla, Elon Musk et Zuckerberg de Facebook. Elon Musk, le milliardaire sud-africain basé aux Etats-Unis a de nouveau taclé Facebook en demandant à ses utilisateurs de la quitter. D’ailleurs, Elom Musk a supprimé les pages de ses entreprises depuis des mois.

Le réseau social est dans la ligne de mire de l’administration américaine qui va enquêter sur les GAFA pour voir s’il y a des abus de position dominante.  Plusieurs enquêtes sont en cours pour voir si ces géants respectent la vie privée des utilisateurs et aussi sanctionner tous les abus dont elles sont responsables.

Parmi la foule d’opposants à Facebook, l’humoriste et acteur britannique Sacha Baron Cohen est l’un des plus virulents. Le 5 février sur Twitter, il écrivait : « Nous ne laissons pas une seule personne contrôler l’eau pour 2,5 milliards de personnes, nous ne laissons pas une seule personne contrôler l’électricité pour 2,5 milliards de personnes. Alors pourquoi laissons-nous un seul homme contrôler l’information à laquelle accèdent 2,5 milliards de personnes ?  Facebook doit être régulé par les gouvernements, pas dirigé par un empereur. »

Elon Musk est venu en remettre une couche et enfoncer Facebook sur Twitter. Il avait déjà fait savoir que ce réseau social lui donne la chair de poule. Le hashtag #DeleteFacebook avait été lancé dans la foulée des révélations sur l’affaire Cambridge Analytica. Et pourtant, Facebook ne cesse de gagner en popularité dans le monde !

Lire aussi : Un médecin nigérian réalise une chirurgie robotique réussie

Paul Kagamé : « Nous pouvons fabriquer des drones en Afrique »

Paul Kagamé, le président du Rwanda a été clair dans ses affirmations. Sa position est de dépasser l’étape d’utilisateur de drones à celle de fabricateur. Lors du récent forum sur les drones en Afrique organisé au Rwanda, il a réitéré cette ambition de voir l’Afrique créer en grande échelle des drones.

« La poursuite des investissements dans les infrastructures physiques et le capital humain devrait aller de pair avec l’adoption de la technologie des drones.

Pourquoi se limiter à n’utiliser que des drones ? Nous pouvons également concevoir et fabriquer des drones en Afrique, comme en témoignent les exemples de ce forum.

Cela permet d’adapter la technologie à nos besoins spécifiques et de créer de nouvelles industries génératrices d’emplois et de prospérité. », A déclaré le président Paul Kagamé lors de la cérémonie d’ouverture # ADF2020 | Kigali, 5 février 2020.

Le Forum Africain des Drones 2020 comprend un Symposium, une Expo et des Compétitions de Vol . Le Symposium et l’Expo a eu lieu à Kigali du 5 au 7 février 2020. Les vols compétitifs commenceront ce 8 février 2020.

Selon les estimations de la Banque mondiale, l’Afrique doit dépenser 38 milliards de dollars de plus chaque année pour les infrastructures de transport, plus 37 milliards de dollars supplémentaires pour les opérations et la maintenance – rien que pour maintenir son niveau de développement actuel.

Les drones offrent un point de départ pour un modèle radicalement nouveau de transport économique, rapide et futuriste. La transformation des infrastructures de mobilité peut fournir aux villes et villages ruraux un accès à des services modernes tels que l’aide d’urgence, les biens commerciaux et les fournitures médicales. Cela profitera à des industries comme l’agriculture, l’exploitation minière, la construction et l’élevage.

Coronavirus : La Chine fait appel à la robotique et l’intelligence artificielle

Le Coronavirus ne doit plus se propager continuellement. La Chine est décidée à le contenir grâce à la technologie. Elle se fait accompagner par le géant de le tech Baidu ( équivalent de Google en Chine, ndlr).

L’intelligence artificielle et la robotique aident à protéger le personnel contre la contamination au Coronavirus. Elles  améliorent aussi son efficacité dans le suivi de la maladie, a déclaré à nos confrères de Sputnik Xu Canhao, de l’Institut d’informatique et de technologie à l’Université de Suzhou.

En termes de déploiement de dispositifs technologiques pour endiguer au maximum l’épidémie, il y a des robots  pour remplacer les hommes.

«Quant à la technique, l’utilisation de robots aide à empêcher la propagation de l’épidémie, les virus biologiques étant sans danger pour eux. Il peuvent remplacer les humains pour accomplir bien des travaux liés à la prévention et à la lutte contre la propagation de l’épidémie», explique l’interlocuteur de l’agence. Huawei et Huazhong élaboreraient en commun un vaccin contre le virus avec l’utilisation de l’intelligence artificielle.

Les robots réalisent des appels téléphoniques et aident à la prévention du coronavirus. Un système d’appels téléphoniques effectués par des robots permet d’interroger les habitants sur leur état de santé. Ces chatbots peuvent par exemple conseiller des patients à distance. 

L’empire du Milieu fait usage des capteurs infrarouges qui seraient à même de détecter des cas de coronavirus dans les aéroports et les gares.

Cliquez pour télécharger gratuitement Tech Mag Afrique numéro 3

Lire aussi : Burkina Faso : 6 milliards FCFA pour l’entrepreneuriat

WhatsApp : Voici ces mises à jour attendues en 2020

WhatsApp aura de nouvelles mises à jour comme annoncé depuis plusieurs mois déjà. Tout le monde s’attend à avoir une application qui les facilite de plus en plus la manière de converser.

Les messages qui s’autodétruisent: Ces messages ne peuvent être utilisés qu’en groupe . Quand vous parlez à quelqu’un, votre chat disparaîtra progressivement comme par magie sans laisser de trace. Ça arrive.

Tweeters animés: Bien que WhatsApp ait déjà des autocollants, les autocollants en mouvement ne sont pas encore présents. A en croire le portail WABeta Info, l’application placera de nouveaux éléments dans sa section et à partir de là, vous pouvez les télécharger officiellement.

Mode Boomerang: C’est l’un des outils les plus utilisés sur Instagram pour créer des GIF amusants avec des images qui vont de l’avant et puis de retour. Une des choses qui seront éventuellement intégrées à l’avenir: la musique aux États-Unis: WhatsApp pourrait avoir cette fonctionnalité avant la fin de l’année.

Nouveau WhatsApp : Fin 2019, WhatsApp a ajouté un total de 220 nouveaux emojis. Emojipedia a annoncé qu’en 2020, jusqu’à 117 émoticônes seront intégrées qui, peut-être, atteindront l’application entre novembre et décembre

Paiement par WhatsApp :  bien qu’en Inde, il ait déjà été activé, 2020 devrait permettre d’atteindre le monde entier afin d’effectuer des paiements de manière simple, sûre et rapide.

Lire aussi : ONU : Antonio Guterres préconise l’utilisation de la blockchain

Avec Breakingnews

Le Rwanda accueille le premier concours de vol de drones d’Afrique

Le Rwanda est en passe de devenir le premier pays africain à accueillir une compétition mondiale de vol de drones.

Surnommée Lake Kivu Challenge, la compétition – qui doit avoir lieu du 8 au 16 février dans le district de Karongi dans la province de l’Ouest – cherche à présenter la dernière révolution et les tendances des drones.

Il se concentrera sur la technologie des drones électriques à capacité d’atterrissage vertical ou d’atterrissage court, à faible coût et capable de vols à haute fréquence, selon les organisateurs. L’événement se tiendra en marge de l’Africa Drone Forum 2020.  

Le concours, selon les organisateurs, sera le premier du genre à se tenir en Afrique et devrait aider à combler le fossé entre la technologie disponible, les cas d’utilisation africains et les aspects de sécurité de la mise en œuvre de services à haute fréquence qui peuvent faire une différence dans les régions isolées. communautés de la région.

«La compétition de vol du Lake Kivu Challenge (LKC) attirera des équipes mondiales de drones pour concourir sur des problèmes du monde réel dans trois catégories, à savoir le prélèvement d’échantillons en laboratoire et la livraison de colis d’urgence, et trouver, évaluer grâce à la cartographie des actifs ruraux», a la déclaration publiée par la Rwanda Civil Aviation Authority se lit en partie.

Parmi les concurrents, les experts sélectionneront les services de drones électriques à décollage et atterrissage verticaux (e-VTOL) les mieux adaptés aux cas d’utilisation à longue distance définis en Afrique.

«Les équipes de drones gagnantes recevront près de 400 000 $ en espèces en plus de la possibilité de recevoir des contrats pilotes avec diverses agences pour démontrer la prestation de services.»

Le concours, selon les responsables, est conçu pour repousser les limites et démontrer l’état actuel de la technologie des systèmes d’avions sans pilote (UAS) à longue portée pour les marchés africains.

Le défi devrait voir plusieurs experts qui ouvrent la voie à la technologie des drones aider à ouvrir et à tester l’esprit des ingénieurs, des régulateurs, des entrepreneurs et des investisseurs.

Selon les organisateurs, cela permettrait de promouvoir le ciel au-dessus de l’Afrique en tant que ressource et technologies précieuses pour aider à construire des infrastructures durables.

Forum des drones africains

Pendant ce temps, Africa Drone Forum 2020, dont l’objectif est de montrer comment les drones peuvent être utilisés pour tout, de la livraison de fret à l’intervention d’urgence, démarre la semaine prochaine. Il se déroulera du 5 au 7 février.

Le forum, qui réunira des personnalités éminentes de la technologie des drones du secteur privé et des régulateurs de l’espace aérien pour discuter de ce qui est possible pour l’avenir des drones en Afrique, est le résultat de la collaboration entre le gouvernement du Rwanda et le Forum économique mondial (WEF) .

Avec New Times

Lire aussi : Motema, une tablette made in RDC