WhatsApp dispose désormais d’une nouvelle fonctionnalité

WhatsApp ne finira de surprendre ses utilisateurs. Pas de sitôt. Une nouvelle fonctionnalité vient d’être ajoutée à celles existantes. Elle permet de créer des tâches et de programmer des alarmes. Cette innovation est présentée sur le site Web whatsapp.any.do.

Cette nouvelle fonctionnalité Rappels a fait son apparition sur la messagerie. Elle est disponible sur tous les appareils compatibles WhatsApp, partout dans le monde.

Il s’agit d’un chatbot qui permettra une utilisation et une gestion faciles des tâches directement depuis l’application. Rappels est disponible par abonnement payant.

Lire aussi : Etinsel.com rend accessible gratuitement les offres immobilières

Pour créer une tâche, vous devez envoyer un message au bot Any.do en indiquant l’heure de rappel. Pour générer automatiquement des tâches, vous pouvez transférer les messages reçus d’autres contacts. Tout comme pour la création d’une tâche, transférez-moi des messages pour créer automatiquement des tâches.

Plus de 20 millions de personnes comptent déjà sur Any.do pour être plus organisé et faire toujours plus selon WhatsApp.

Instagram ne veut plus des moins de 13 ans

Réputé comme un réseau social des plus jeunes, Instagram commence par dicter ses règles. Les moins de 13 ans ne sont plus les bienvenus. En effet, le réseau social, propriété de Facebook veut faire le tri de ses utilisateurs en mettant de côté ceux qui n’atteignent pas encore 13 ans. 

Pour fermer ses portes aux utilisateur.trice.s de moins de treize ans, Instagram va les obliger à renseigner leurs dates de naissance. Les plus petits des années 2007 ne passeront plus. 

Lire aussi :

La décision qui risque d’énerver les concernés est issue d’un communiqué rendu public le 4 décembre 2019. Instagram , très adulé des millennials et de la génération Z entend bannir les personnes nées après 2006 de son algorithme, comme le font déjà Facebook, Snapchat et TikTok, pourtant plébiscité par les très jeunes.

À l’inscription, il sera  obligatoire de renseigner sa date de naissance qui n’apparaîtra pas sur les profils. « Cette information va nous aider à assurer la sécurité des jeunes utilisateurs et à faciliter une expérience plus appropriée en termes d’âge », a déclaré l’entreprise californienne.  La mesure devrait plus intéresser les parents qui n’ont cessé de se plaindre des revers de ce réseau social sur la vie de leurs enfants. 

Nul ne sait la stratégie avec laquelle le réseau social va vérifier les informations renseignées par les utilisateur.trice.s. Il convient de retenir que la société fait un certain nombre de modifications de son algorithme pour mieux répondre aux besoins de l’heure.  Instagram teste la suppression des mentions j’aime réputées être à la base d’une certaine course au plus grand nombre de likes. 

Cocoon, une application destinée exclusivement aux familles

L’application Cocoon ne cible que les familles. Elle veut être un cocon c’est-à-dire un espace sécurisé pour les discussions intimes et donc familiales. Ce réseau social veut ainsi rassembler dans des petits groupes privés les personnes qui nous sont les plus proches.

Cette application a été lancée par un ancien collaborateur de Mark Zuckerberg, le patron de Facebook. Il s’agit de Sachin Monga, ancien salarié de Facebook, pour qui rapprocher vos parents, frères et sœurs, cousins, mais aussi vos amis fidèles n’a pas de prix. 

Lire aussi : Etinsel.com rend accessible gratuitement les offres immobilières

Néanmoins, le choix doit se faire de manière précise car il n’est pour l’instant possible de créer qu’un seul groupe comprenant au maximum 12 personnes. Au-delà, l’application, disponible en IOS est gratuite pour le moment. Par après, apprend-on, elle sera accessible via abonnement, de quoi mettre fin au système classique de publicité intrusive voire de manipulation de données personnelles. 

Sachin Monga estime créé un « cocon » avec sa mère domiciliée à Toronto et ses sœurs basées à New York et San Francisco. « Nous n’habitons plus sous le même toit depuis 17 ans, mais nous sommes toujours une famille et nous pensions qu’il devrait exister une application pour gérer cela. Il semble évident qu’il devrait y avoir une application sur votre téléphone pour les personnes les plus importantes de votre vie », explique-t-il.

Cocoon devrait être prochainement accessible sur Android. 

Uber s’installe à Abidjan

La célèbre Uber est enfin en Côte d’Ivoire, précisément dans la ville d’Abidjan. Cette application qui interconnecte chauffeurs et passagers pour les courses fait son entrée . Il aura fallu 12 mois de consultations avec les autorités ivoiriennes et les parties prenantes du secteur des transports.

«Je suis très enthousiaste du lancement d’Uber à Abidjan, et tout particulièrement de le réaliser avec le soutien du gouvernement », s’est réjoui Marjorie Saint-Lot, Manager Pays pour Uber en Côte d’Ivoire.

Le lancement d’Uber à Abidjan est une première en Afrique francophone. Abidjan fait désormais partie des 15 autres villes d’Afrique sub-saharienne où l’appli est disponible. Cette ville avec sa population d’environ 4,7 millions de personnes a séduit l’entreprise américaine.

Lire aussi : Le Ghana va vers le e-cedi, sa monnaie numérique

«Nous sommes à la fois optimistes quant au développement d’Uber à Abidjan et engagés à favoriser les opportunités économiques pour les chauffeurs dans la ville. Nous pensons qu’Uber a le potentiel d’améliorer les opérations existantes de milliers de chauffeurs ivoiriens, ainsi que de continuer à améliorer la sécurité, la fiabilité et l’accessibilité des déplacements pour tous à Abidjan. Nous sommes confiants de l’impact futur que notre technologie et notre équipe locale vont avoir. », a expliqué Alon Lits, Directeur général pour l’Afrique sub-saharienne.

Les opérateurs de transport déjà sur le marché peuvent travailler avec l’application tout en continuant à exercer indépendamment avec leur structure existante. « A Abidjan, nos données indiquent que plus de 50 000 personnes ont déjà essayé d’utiliser l’application Uber dans la ville l’année passée – autant de potentiels nouveaux clients pour des milliers de chauffeurs de taxi à Abidjan», ajoute M. Lits.


 Uber fournit aux passagers les informations nécessaires sur leur chauffeur, tels que leur prénom, leur photo et leur numéro de plaque d’immatriculation, ce qui permet de reconnaître le véhicule avant même son arrivée. Les utilisateurs – chauffeurs et passagers – peuvent également communiquer entre eux directement par le biais de l’application sans partager leurs données personnelles.

Avec Abjidjanet

Le Ghana va vers le e-cedi, sa monnaie numérique

Le Ghana travaille sur le  e-cedi, sa monnaie électronique. Mais, elle n’a rien à avoir avec le bitcoin, cette autre monnaie dont la fluctuation fait l’objet de débat. Au Ghana, ce serait plus une forme de monnaie nationale numérisée et non de crypto, le pays ayant sa propre monnaie et imprimant ses propres billets.

Dr Ernest Addison, gouverneur de la Bank of Ghana, a donné des détails par rapport à l’E-Cedi lors de la 23ème conférence nationale sur les banques organisée par le Chartered Institute of Bankers.

« Il ne s’agit que de monnaie électronique garantie par des devises… Pour que [les banques] ne puissent pas créer l’argent ; ils ont seulement une représentation électronique du cedi que la Banque du Ghana met en circulation. Ce n’est donc pas une crypto. »

Lire aussi : La Start-up togolaise DASHMAKE finaliste du MED’INNOVANT AFRICA

La Banque centrale rend essentiellement les symboles cedi du Ghana et E-Cedi interchangeables. De là, si vous avez 100 Ghana Cedis à la banque, vous pouvez aussi bien dire que vous avez 100 E-Cedis dans votre portefeuille électronique. A y voir de près, c’est une forme de conversion de la monnaie déjà existante.

Le E-Cedi sera pratique, rassurent les spécialistes. Vous aurez un portefeuille électronique dans lequel vous stockerez votre E-Cedi, comme avec un portefeuille Mobile Money sur vos téléphones. 

Avec Ghanaweb

Fermeture définitive de Google Translator Toolkit

Google a au moins deux outils de traduction. Si Google Translate est sans doute le plus connu, il y a un autre qui l’est moins.  Malheureusement pour ceux qui l’utilisent, Google Translator Toolkit sera fermé plus tard cette semaine.

Google Translator Toolkit sera définitivement fermé ce mercredi 04 décembre. Le service a fait ses débuts en 2009 en tant qu’option pour les éditeurs de traduction basés sur le Web. Google indique que le produit a été conçu comme une option pour ces utilisateurs à une époque où peu d’options étaient disponibles. Maintenant, Google cite d’autres options disponibles en tant que raison de la fermeture.

Lire aussi : La Start-up togolaise DASHMAKE finaliste du MED’INNOVANT AFRICA

Translator Toolkit n’a pas été mis à jour depuis un certain temps et l’interface reflète le manque d’attention du service. Pour la première fois, Google a annoncé cette fermeture en septembre de cette année, en envoyant des courriers électroniques aux utilisateurs qui utilisaient activement le service. Cela n’aura pas le même effet de grande envergure que l’arrêt prochain de Google Cloud Print.

Évidemment, cela n’affecte pas la très populaire Google Translate.

Avant la fermeture de Translator Toolkit, Google recommande aux utilisateurs de télécharger leurs données à l’aide de Google Takeout. Sur une page de support, Google explique exactement comment cela peut être fait.

« Lorsque nous avons démarré pour la première fois, il existait peu d’options Web pour les éditeurs de traduction, mais il existe maintenant de nombreux outils formidables, notamment Google Translate, qui resteront disponibles et ne sont pas affectés par cela. Un chaleureux merci à nos utilisateurs du monde entier », a écrit l’équipe de Google en guise d’adieu.

Des Rwandais chez Huawei pour un transfert de Technologie

C’est une initiative de collaboration entre Huawei et le Rwanda.   Le ‘Seeds for Future’ a été lancée en 2017 dans le but de ressortir   des talents dans le domaine des TIC en offrant aux étudiants rwandais des stages et des opportunités d’emploi au siège de Huawei en Chine.

Ils sont Huit étudiants sélectionnés parmi 37 candidats provenant de cinq universités.  Après avoir présenté divers projets TIC dans les domaines thématiques susceptibles d’avoir un impact positif sur la vie des Rwandais.

Lire aussi : Sénégal : Awa Ly, lauréate du concours de programmation en ligne

  Le directeur national de Huawei, Yang Shengwan, a déclaré que les étudiants se rendraient en Chine en novembre dernier, où ils ont passé deux semaines à Beijing et à Shenzhen. Le stage Huawei consiste à accorder aux étudiants des rencontres avec d’autres stagiaires de 67 pays et des professionnels   de la technologie.                

   Ils suivront une formation sur la culture chinoise, la langue, la calligraphie et de la formation pratique sur les dernières tendances telles que la 5G, l’intelligence artificielle, l’informatique en nuage, entre autres à   Shengwan.

   «Les universités doivent aider les candidats à examiner leur proposition avant leur soumission et encourager les femmes à postuler, car nous n’avions que huit (8) candidates sur 37 et seules trois filles ont réussi à être sélectionnées», a déclaré le juge Lambert Ntagwabira, un senior Capacité des technologues et développement des compétences au sein du ministère des TIC

   La ministre des TIC et de l’innovation, Paula Ingabire, a profité de l’occasion pour rappeler aux étudiants qu’ils doivent porter haut le drapeau rwandais et pouvoir ainsi apporter une transformation informatique au Rwanda. 

Bonnes nouvelles pour le smartphone africain Kunfabo

Le smartphone africain Kunfabo n’est pas encore accessible à la grande masse. Ses concepteurs font de leur mieux malgré la limite des moyens. En attendant que la majorité des Africains puissent l’avoir, de nouvelles étapes viennent d’être franchies.  


La toute première bonne nouvelle est celle de l’annonce d’un partenariat entre la société générale Guinée dans le cadre de son partenariat avec l’agence de promotion des investissements privé (APIP) pour accompagner l’entreprise productrice du smartphone.

Lire aussi :  A 10 ans, Emmanuella Mayaki enseigne le codage informatique

A travers cette convention la SG Guinée a financé la cofondatrice Fadima Diawara et son équipe pour la production de 3.000 unités sous forme de ligne de crédit et souhaite faciliter l’acquisition des smartphones kunfabo à sa clientèle les nouveaux services bancaires innovants offerts via internet : l’application mobile connect et YUP.


« Nous avons déjà commencé la production les smartphones qui seront livrés à Conakry au mois de janvier.
Nous remercions la Société générale Guinée, l’APIP de leurs engagements et accompagnés. Le Groupe Lanala Assurances est un partenaire stratégique pour une assurance sur les smartphones kunfabo une première en Guinée », expliquent les responsables de Kunfabo .

Ensuite, une synergie à 3 entre la fondatrice de Kunfabo, la DGA de Lanala Assurances et la fondatrice de YaaLan a été officialisée Yaalaan devient  désormais le centre officiel de maintenance des smartphones Kunfabo.

Kunfabo

Le smartphone africain offre également des assurances de casse d’écran grâce à un partenariat avec LANALA assurance dont la souscription à moindre coût aidera les utilisateurs.

Windows phone ne sera plus compatible avec WhatsApp

WhatsApp et Windows phone ne seront plus compatibles. La célèbre application de messagerie instantanée ne sera plus disponible pour les smartphones qui fonctionnent sous Windows Phone. La date butoir est fixée au 31 décembre 2019.

L’application de messagerie disparaîtra du Microsoft Store, la boutique en ligne de Microsoft. Il urge que les utilisateurs concernant prennent leurs dispositions en optant pour une messagerie instantanée chiffrée autre que WhatsApp.

Les représentants de Microsoft Corporation ont confirmé sur leur site Web que les smartphones qui fonctionnent sous Windows ne pourront plus accueillir WhatsApp après le 31 décembre 2019.

Lire aussi : A 10 ans, Emmanuella Mayaki enseigne le codage informatique

Les concepteurs de WhatsApp,  ont été clairs. Aucune mise à jour n’a été développée pour Windows phone. Les deux entreprises conseillent donc aux utilisateurs de préparer l’après WhatsApp dès maintenant. prochaine.

Notons aussi qu’à compter du 1er février 2020, les smartphones fonctionnant sous les systèmes d’exploitation Android 2.3.7 et iOS 8 ne seront plus pris en charge par WhatsApp.

Jobees (missions freelance) disponible en téléchargement gratuit

L’application de recherche intelligente d’emploi freelance, d’opportunité et de mise en avant des compétences est enfin disponible. Quelques mois après son annonce, l’équipe a mis cette application gratuite à la disposition du public.

Jobees permet aux jeunes talentueux, compétents, à toute personne dotée d’une expertise particulière d’offrir leurs services à des clients, et à des entreprises qui ont des besoins spécifiques. Il permet aux talents d’exprimer et de révéler leurs savoir-faire. Grâce à ceci, ils se font des revenus en capitalisant leurs compétences.

Lire aussi : Africa Netpreneur Prize : LifeBank obtient 250 000 dollars

L’application Jobees dispose de plusieurs fonctionnalités dont un portefeuille numérique, une zone pour le chat, la possibilité d’utiliser un code QR, entre autres.

CLIQUEZ ICI POUR TELECHARGER