Le smartphone rwandais « Mara Phones » accessible au Burkina Faso

Le Rwanda est devenu l’un des premiers pays à africain à produire des smartphones sur le continent. C’est par le biais de Mara Group, une marque fondée par le Rwandais d’origine britannique Ashish Thakka. Ce premier fabricant africain – jusqu’à preuve du contraire – a une ambition de conquérir l’Afrique.

Cette conquête signifie dans certains cas la création d’usines pour la fabrication des smartphones . L’usine Mara Phones de Kigali, avec sa production d’au moins 1 200 smartphones par jour vise beaucoup l’étranger.

Mara Group, déjà implanté en Afrique de l’Est et en Afrique australe, compte sur le Burkina pour s’étendre à l’Afrique de l’Ouest. C’est du moins ce que laissent entendre nos confrères de RFI. Ils précisent que la marque n’a pas à proprement parler de projets industriels concrétisés en Afrique de l’Ouest.

Malgré que certains pays assemblent des téléphones en Afrique – Algérie, Egypte Ethiopie par exemple -, la plupart du temps les composants proviennent du monde entier. Alors que Mara fabrique sur place ses cartes mères et ses cartes mémoire, mais importe quand même les puces, les écrans et les batteries.

L’entreprise possède deux modèles de smartphones. Le Mara Phones Z est un téléphone dual sim avec une capacité de stockage de 32 Go et une mémoire de 3 Go. Quant au Mara Phones X est également un double sim avec 16 Go d’espace et 1 Go de mémoire. Les deux modèles sont préinstallés avec le système d’exploitation Android de Google.

Une chose est sûre : le marché africain hyper concurrentiel est dominé par les Chinois. D’autres marques aussi se font une rude concurrence. Il y a de la place pour tous…

Lire aussi : Facebook est une menace mondiale pour la santé publique (rapport)

Facebook est une menace mondiale pour la santé publique (rapport)

Facebook est pointé du doigt dans un nouveau rapport. Le réseau social dont le succès ne fait plus l’objet de débat est tout sauf parfait. Il est souvent accusé de ne pas réagir comme il faut afin de sanctionner les fausses informations qui se répandent à la vitesse de la lumière.

Le nouveau rapport d’Avaast est explicite. En ces temps de pandémie et bien avant, Facebook a contribué à propager des recettes et des remèdes qui ne devraient pas être pris au sérieux. Et pourtant.

Selon un rapport publié par le groupe d’activistes à but non lucratif Avaaz, «les réseaux de diffusion de désinformation sur la santé mondiale dans au moins cinq pays ont généré environ 3,8 milliards de vues sur Facebook au cours de l’année dernière».

En avril 2020, lorsque la pandémie de coronavirus atteignait un pic dans le monde entier, des sites Web colportant de la désinformation médicale ont réussi à recueillir 460 millions de vues grâce à Facebook.

Les 10 principaux sites Web diffusant des informations erronées sur la santé ont reçu près de quatre fois plus de vues que les sites Web de 10 établissements de santé réputés, y compris les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Le réseau social devrait avoir un ton plus dur avec des actions concrètes. Mais cela n’a pas été le cas. Avaaz a fait valoir que Facebook devrait proposer des corrections factuelles indépendantes aux publications contenant des informations inexactes et modifier l’algorithme pour rétrograder les informations erronées dans le fil d’actualité des utilisateurs.

Le porte-parole de Facebook, Andy Stone a réagi. Grâce au réseau mondial de vérificateurs de faits, d’avril à juin, Facebook affirme avoir « appliqué des étiquettes par rapport à 98 millions d’informations erronées sur le covid-19 et supprimé 7 millions de contenus susceptibles d’entraîner des dommages imminents ». Plus de 2 milliards de personnes ont pu être redirigées vers des ressources provenant des autorités sanitaires.

Des véhicules de course fabriqués par l’Ivoirien Daniel Legou

Comme chaque semaine, un nouveau buzz secoue la ‘toile africaine’. Ces derniers jours, les images d’un véhicule de course et une moto de l’Ivoirien Daniel Legou sont relayées abondamment. Selon les premières informations, l’homme qui doit avoisiner la quarantaine (âge) vit à Korhogo considérée comme la quatrième ville de la Côte d’Ivoire en termes de population et d’économie.

« Une première pour la Côte d’Ivoire ! L’ivoirien qui conçoit des voitures sans aucune formation.  LEGOU, Inventeur de plusieurs engins, jeux, grandeur, véhicules de F2 et de F3, tous fabriqués avec les moyens de bord (…) Ce jeune entrepreneur n’a pas fait de lycée professionnel ou d’école de mécanique », rapporte la page dénommée ‘La Côte d’ivoire est chic’.

M. Legou n’a visiblement pas de présence sur les réseaux sociaux. Les tentatives pour tomber sur son profil ont été tout simplement infructueuses.

Des véhicules de course fabriqués par l’Ivoirien Daniel Legou

Néanmoins, les internautes appellent à lui venir en aide.  « Bravo à cet Ivoirien , nous saluons cette initiative. Félicitation » écrit un internaute au moment où un autre relativise : « C’est salutaire. Bravo. C’est une étoile qui doit être suivie. Il est très fort. Malheureusement, il est en Afrique ».

Le souhait de ses compatriotes est qu’il soit soutenu et encadré afin de lui permettre de peaufiner ses produits, les commercialiser, mais aussi et surtout former des jeunes pour assurer la relève .

La suite : Togo Zoom, une application mobile qui embrasse l’actualité

Twitter : 130 comptes de personnalités piratés

Plus d’une centaine de comptes Twitter de personnalités ont été piratés. Cent trente comptes ont été touchés par une attaque sans précédent, a reconnu Twitter dans un communiqué vendredi matin. Twitter a rassuré les titulaires de compte que les mots de passe n’étaient pas accessibles lors de l’attaque. Elle n’a pas été en mesure de donner la même certitude en ce qui concerne d’autres informations privées, y compris le contenu des messages directs.

« Nous continuons à évaluer si les données non publiques liées à ces comptes ont été compromises et fournirons des mises à jour si nous déterminons que cela s’est produit », a déclaré Twitter.

En effet, des comptes de plusieurs personnalités du monde politique et de l’univers du sport, de la musique, entre autres, ont été victimes de piratages. Obama, Elon musk, Kim Kardashian, Kanye West, ils sont nombreux.

En prenant possession de leurs comptes, les hackeurs promettaient de doubler les investissements des internautes. Ces derniers devraient envoyer des bitcoins afin d’avoir un retour sur investissement, ce qui ressemble à un soutien de la part de ces stars en ces temps de pandémie. Le montant final du préjudice n’est pas encore connu mais devrait dépasser les 12 BTC (plus de 100 000 dollars) , plus de 53 millions de FCFA selon les spécialistes.

Alors que les enquêtes sont en cours, les premiers éléments renvoient vers un petit groupe de pirates qui avaient précédemment tenté de monétiser leur accès en volant et en vendant des comptes avec des noms d’utilisateur.

L’attaque a attiré l’attention du FBI, qui enquête sur la situation, selon les informations de Reuters. «Nous sommes conscients de l’incident de sécurité impliquant plusieurs comptes Twitter appartenant à des personnalités de haut niveau. Les comptes semblent avoir été compromis afin de perpétuer la fraude par crypto-monnaie », a déclaré le bureau dans un communiqué.

Lire aussi : Le Kenya met l’accent sur les formalités nuptiales en ligne

Madagascar a la 5G

Telma, la société de télécommunication malgache a officiellement lancé la 5G faisant de Madagascar l’un des premiers pays de l’Afrique à bénéficier de la nouvelle génération de connectivité mobile. 

Le réseau 5G a officiellement été présenté à Madagascar lors de la célébration du 60eme anniversaire par Telma . « Nous avons décidé d’accélérer le lancement de la 5G pour permettre une véritable transformation digitale à Madagascar et répondre dès aujourd’hui aux défis révélés par la crise du covid-19. le rôle clé des télécoms durant cette crise montre bien la nature stratégique de nos activités et la pertinence de nos choix en matière d’inclusion numérique » souligne Hassanein Hiridjee, PCA de Telma & CEO du groupe Axian.

Les deux usages clés de la 5G pour le marché malgache sont le haut débit mobile amélioré et l’accès sans fil fixe. La 5G offrira de nouvelles expériences aux clients de Telma et des services de jeux et divertissement . Cette nouvelle technologie permettra également de redessiner le paysage technologique et entrepreneuriale sur la Grande île. 

Pour Telma, la transformation digitale de Madagascar passe par la 5G mais pour l’heure le dispositif est en cours d’expérimentation uniquement à Antananarivo. L’opérateur malgache promet d’activer son réseau commercial dans les autres provinces une fois la crise sanitaire liée au Covid-19 terminée.

Maman Taméa a enfin sa chaîne YouTube

Maman Taméa connue pour ses propos à la fois critiques et « humoristiques »à l’endroit du gouvernement présente sa nouvelle chaîne YouTube. Cette chaîne sera destinée à des discussions sur l’actualité politique d’ici et d’ailleurs,des informations diverses et bien d’autres.

Maman Taméa s’est révélée au public togolais après une de ses publications où elle remettait en question les journalistes et le gouvernement. De là, est sortie une question qui a fait le Buzz en ville : « accompagnement dé ? « , une question qu’elle laisse ouverte. La chaîne YouTube nommée  » Taméa Accompagnement-dé Info  » vient dans le but de mobiliser plus d’audience avec qui partager ses points de vue. 

Pour maman Taméa, la chaîne sera destinée à aborder les problèmes de la société à y proposer des solutions. « Nous allons discuter ensemble des d’actualités politiques du Togo et du monde, des informations diverses, des faits divers, de la formation civique, des conseils pratiques, de l’éveil de conscience, des droits et des devoirs, des discussions interactives en direct et vos points de vue », explique-t-elle.

La chaine  » Taméa Accompagnement-dé Info  » est enfin accessible. Abonnez-vous directement à partir de ce lien 

Brésil : Les paiements via WhatsApp suspendus par la Banque centrale

Coup de massue sur la tête de Facebook ! La Banque centrale du Brésil n’est pas sur la même longueur d’onde que le géant de la Silicon Valley. Verdict : les paiements via Whatsapp annoncés la semaine dernière ne sont plus une réalité. Pas pour le moment…

La banque centrale du Brésil a suspendu la fonctionnalité de paiement WhatsApp une semaine après le lancement du service . Dans un communiqué, la banque centrale a indiqué qu’elle avait pris la décision pour garantir la concurrence sur le marché des systèmes de paiement.

Selon le journal Bloomberg qui rapporte l’information,  la banque prendra ce temps de suspension pour évaluer les risques potentiels pour l’infrastructure de paiement du pays et déterminer si WhatsApp est conforme à la réglementation.

WhatsApp avait espéré que son système de paiement pourrait être utilisé par des personnes pour payer des entreprises ainsi que pour transférer de l’argent à des particuliers. Le service serait gratuit pour les particuliers. Les entreprises auront des frais de traitement de 3,99%.

L’entreprise a été surprise par la décision de la Banque centrale brésilienne, car la société avait été en contact régulier avec l’autorité selon nos informations. « Notre objectif est de fournir des paiements numériques à tous les utilisateurs de WhatsApp au Brésil en utilisant un modèle ouvert et nous continuerons à travailler avec des partenaires locaux et la Banque centrale pour rendre cela possible », a déclaré les responsables de l’entreprise.

La Banque centrale du Brésil a demandé à Mastercard et Visa de cesser d’autoriser les paiements et les transferts d’argent via l’application. En cas de non-respect de cette injonction, les sanctions vont tomber. Après avoir raté le lancement de ce service de paiement en Inde, l’application de messagerie appartenant à Facebook est dans de beaux draps avec le Brésil, son deuxième plus grand marché.

Lire aussi : Trois entrepreneuses togolaises parmi les finalistes de WIA 2020

Facebook a supprimé des pages accusées de propagande pour Faure Gnassingbé

Il y a encore beaucoup à apprendre sur l’affaire des suppressions de pages Facebook . Cette action, de nombreuses personnes y ont vu un abus d’autorité.  Mais selon les responsables de l’entreprise basée dans la Silicon Valley, c’est une manière de mettre fin à toute action allant à l’encontre de leurs règles.

Ainsi , des pages, de groupes créés par l’entreprise tunisienne UReputation ont été supprimés. Cette entreprise de « cyberinfluence et d’intelligence digitale » est accusé d’être derrière une vaste opération de désinformation et d’influence politique par Internet, en Tunisie ainsi qu’en Afrique de l’Ouest francophone.

Le laboratoire américain d’investigation, DFRLab s’est penché sur ces cas et en collaboration avec Facebook. La campagne d’influence et d’infox, en cours depuis 2016, était nommée « Opération Carthage » d’après des informations de France 24.

Dans le cas du Togo, des pages comme « Allons-y » ont été indexées et en ont fait les frais. Elle est donc administrée par Ureputation pour soutenir l’élection du présidant sortant, Faure Gnassingbé qui était candidat à sa propre succession.

Selon DFRLab, les pages et les pseudo-médias  «publiaient des contenus mais aussi des sondages trompeurs qui soutenaient le président comorien Azali Assoumani ainsi que l’ex-président ivoirien Henri Konan Bédié, en campagne pour les élections d’octobre 2020, le magnat tunisien des médias Nabil Karoui, candidat battu à la présidentielle fin 2019, ou encore le président togolais Faure Gnassingbé, réélu en février. »

Ces actions dites de « tromperie politique en ligne » basée sur la diffusion d’informations partisanes, orientées et biaisées, via des comptes Facebook et Instagram ne sont pas autorisées sur le réseau social de Mark Zuckeberg.

Quant à la présidentielle du 22 février au Togo, elle a donné lieu à un véritable bras de fer entre le parti au pouvoir, UNIR et la dynamique Mgr Kpodzro qui a toujours contesté les résultats même définitifs.

Lire aussi : Ouganda : Des étudiants fabriquent un bus électrique

Google Chrome : les utilisateurs pourraient se partager près de 2 901 milliards FCFA

Les utilisateurs du mode navigation privée de Google Chrome veulent obtenir justice. Ils estiment avoir été trompés par le géant du Web qui recueilleraient illégalement des informations lors des sessions de navigation privée.

Selon le média britannique, Thé Mirror, certains utilisateurs de la navigation privée de Google Chrome ont lancé un recours collectif contre la firme américaine. Ils réclament près de 5 milliards de dollars soit 2 901 milliards FCFA accusant Google de ne pas respecter des règles de confidentialité de la navigation privée. 

Le géant américain du Web est accusé de recueillir illégalement des informations des utilisateurs qui naviguent en privée. « Même lorsque ces personnes suivent expressément les recommandations de Google pour empêcher le suivi ou la collecte de leurs informations et communications personnelles », affirment les avocats du cabinet Boies Schiller Flexner.

Selon les utilisateurs, Google collecterait les données lors des sessions de navigation privée grâce au service Google Analytics, au gestionnaire de publicité et au bouton de connexion. Toutefois, la firme américaine conteste ces accusations affirmant qu’elle n’enregistre aucune information des utilisateurs en navigation privée sauf les téléchargements et les signets. « Chaque fois que vous ouvrez un nouvel onglet de navigation privée, les sites web peuvent être en mesure de collecter des informations sur votre activité de navigation pendant votre session », indique le porte-parole de Google.

Il faut noter que le mode navigation privée de Google Chrome, permet à ses utilisateurs de naviguer sur le net sans enregistrement de leurs activités.

Togo/ OpenHack : Nunya Lab retient 3 projets sur 10

L’incubateur Nunya Lab basé à Lomé et ses partenaires ont organisé 3 jours de hackathon. Ils ont pu sélectionner ce vendredi 5 juin, 3 projets sur 10. La phase finale de cet Hackathon a permis de passer en revue les 10 projets classés dans trois catégories. Il s’agit de la santé, l’énergie et la Fintech.

Tous les projets ont été évalués sur des critères précis. Au cours du processus, les critères comme la valeur ajoutée du projet pour la population, son accessibilité et sa facilité d’utilisation et son adéquation vis-à-vis de ses initiateurs ont été pris en compte.

La phase finale a été marquée par la pitch de chaque projet. Le premier prix d’une valeur de 1 million de FCFA est revenu à Ego Transfert, une solution web et mobile qui facilite l’interopérabilité des moyens de paiements. Autrement, il permet d’envoyer de l’argent de Tmoney vers Floz et vice versa. Il intègre les transactions du mobile money vers les banques ou Western Union, Ria, entre autres.

La deuxième place est revenue à Ekom, une application mobile de banking destinée aux étudiants pour leur permettre de faire leurs transaction en ligne. Avec Ekom, ils auront la possibilité de payer des factures, du crédit de communication, recevoir des tranches, payer du wifi, des tickets de bus, d’inscription universitaire, d’épargne , entre autres.

Le lauréat 3 est l’équipe de Nye Control ayant développé une application web et mobile de contrôle médical, par sms, chat, voix, vidéo orientée plus vers les personnes vulnérables (personnes en situation de handicap, personnes âgées, entre autres). Un montant de 300 000 F a été mis à la disposition de l’équipe.

Les 7 autres finalistes bénécifient tous d’une subvention de 100 000 F chacun. Pour information, ce Hackathon organisé par Nunya Lab est soutenu par le PNUD et le CIC notamment.

Lire aussi : Togo : Un jeune de 19 ans crée un lavabo intelligent