Fadji Maina, première scientifique nigérienne à la NASA

Fadji Maina, première scientifique nigérienne à la NASA

La jeune Fadji Maina, originaire du sud du Niger plus précisément de la ville de Zinder entre dans l’histoire. Elle devient la première scientifique nigérienne à travailler   pour la fameuse agence aérospatiale américaine.

Âgée de 29 ans, elle intègre la NASA comme spécialiste de l’hydrologie et de l’eau. Son intégration à la NASA le 27 Août 2020 n’est pas passée inaperçue et fait la Une des journaux. Ceux qui la connaissent bien ne sont pas étonnés de son nouveau poste. Avec un parcours plein de travail, de détermination et de réussite, elle a le droit d’avoir le meilleur.

Tout a commencé dans sa ville natale, le Zinder où elle a obtenu son baccalauréat, ce diplôme qui lui  a permis de bénéficier des bourses d’études pour étudier au Maroc, France et l’Italie. Elle aura une licence à l’Université de Fès au Maroc. Elle quittera le Maroc pour la France dans le but de continuer ses études à l’Université de Strasbourg où elle décrochera un Master en Génie  et Sciences de l’environnement et un doctorat en hydrologie. Le Docteur Fadji Maina poursuivra ses recherches au Laboratoire de Strasbourg avant de se diriger vers « Le Politecnico di Milano ». en 2018, Elle rejoint le Laboratoire National « Lawrence Berkeley » au pays de l’oncle Sam en Californie. Un parcours glorieux pour enfin intégrer la NASA.

Lire aussi: A 22 ans Tiera Guinn intègre la NASA en tant qu’ingénieur

Les problèmes d’eau dans sa ville natale ont motivé Fadji Maina à faire des recherches sur l’eau. Elle déclare : « Moi-même, j’ai grandi dans un environnement où l’eau était très problématique. Cela m’a encouragé à étudier l’hydrologie et à vouloir approfondir mes connaissances  sur les molécules de l’eau ».

Son travail est reconnu mondialement et elle a été plusieurs fois récompensée. En 2017, elle reçoit le prix Kepler pour avoir écrit la meilleure thèse en science et technologie à l’Université de Strasbourg en France. Deux ans après, elle devient l’étoile montante du MIT en génie civil et environnemental. Tout dernièrement en 2020, elle est dans la liste Forbes 30 Under 30 en Science.

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *