Que sait-on réellement de l’application Lomotif ?

Que sait-on réellement de l’application Lomotif ?

De par le passé, les applications Facebook et WhatsApp ont fait couler beaucoup d’encre parce qu’elles facilitaient la vulgarisation des photos et vidéos pour adultes. C’est le tour de « Lomotif » de faire parler d’elle. Grâce à elle seule, les utilisateurs filment et montent des vidéos à tout va.

De plus en plus de jeunes togolais  et africains rejoignent des challenges « érotiques » sur Lomotif. Elèves et autres personnes majeures se retrouvent au cœur de ces scandales qui ternissent plus que leurs propres images. Ces genres de vidéos deviennent de plus en plus virales sur la toile. Au vu des dérives, il y a lieu de se demander à quoi sert cette application très prisée des Africains ?

Lancé le 21 juin 2014, Lomotif est une application iPhone (au départ) qui permet aux utilisateurs de créer une vidéo à partir de leur stock de clips vidéos et de le compléter également par la chanson de leur choix. Lomotif à été cofondé par les Singapouriens Paul Yang, Loh Xin Hui et le ressortissant indien Deepak Sharma qui ont respectivement une formation en vidéographie.

Le développement de l’application découle de leur volonté de rendre le montage sur téléphone plus rapide et les vidéos uniques. Au bout de trois mois l’application Lomotif est devenue une réalité.

Loh Fin Hui, co-fondateur de Lomotif a déclaré : «  Nous voulons créer un produit pour aider les gens à reconstituer des clips vidéos étonnantes à partir des vidéos capturées sur leurs appareils » . L’application est conçue pour créer des vidéos rapidement sans avoir à modifier les points de début et de fin des pistes vidéos.

Grâce à son éditeur intégré, l’utilisateur peut modifier son film à la perfection en sélectionnant l’extrait de vidéo qu’il souhaite assembler. Au départ l’application était réservée aux utilisateurs de iPhone et iPad mais un peu plus tard , elle a débarqué sur Google Playstore d’où la version Android.

Quoi qu’on dise, l’application a été créée à des fins utiles. Aux utilisateurs de faire preuve de maturité d’esprit car elle demeure un « chaud » couteau suisse.

Lire aussi : Le Kenya met l’accent sur les formalités nuptiales en ligne

Tsevi Yawo Enok

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *