WhatsApp accuse NSO Group d’avoir piraté 1400 utilisateurs

WhatsApp accuse NSO Group d’avoir piraté 1400 utilisateurs

WhatsApp fait de nouvelles révélations sur les piratages au sein de son réseau social. Elle accuse NSO Group d’avoir piraté 1400 utilisateurs. Pandémie ne signifie pas arrêt d’activité illégale. C’est ce que confirment les s ingénieurs de WhatsApp. Ils pointent encore du doigt les activités peu recommandables de NSO Group. Cette entreprise israélienne dispose de Pegasus, un logiciel utilisé pour pirater des comptes WhatsApp.

Le Maroc et 44 autres pays sont indexés comme des clients de NSO.  L’entreprise israélienne est « profondément impliquée » dans le hacking de 1 400 utilisateurs d’après une enquête interne du réseau social.

NSO Group aurait mis en place un « code malveillant pour amener l’appareil mobile d’un utilisateur de WhatsApp à se connecter à un serveur distant, non associé à WhatsApp », révèle Claudiu Gheorghe, responsable de l’ingénierie software.

Il indique ainsi que pour 720 des 1400 cas d’attaque, la même adresse IP d’un serveur distant apparaissait. Selon l’ingénieur, ce serveur était basé à Los Angeles et lié à une société dont le centre de données est utilisé par NSO.

Les personnes ciblées sont entre autres des avocats des droits humains, des journalistes, des hauts-fonctionnaires, mais aussi des dissidents politiques. Le Maroc est cité comme un des 45 pays utilisateurs du Pegasus. Bill Marczak, chercheur de Citizen Lab, estime que le Royaume chérifien mène « d’importantes activités de Pegasus » et est associé à « l’utilisation abusive de logiciels espions pour cibler la société civile ».

D’après la plainte de l’entreprise américaine, près de 1400 téléphones ont été infectés du 29 avril au 10 mai 2019.

Lire aussi : WhatsApp porte plainte contre NSO Group

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *