L’Australie oblige Facebook et Google à rémunérer les groupes de presse

L’Australie oblige Facebook et Google à rémunérer les groupes de presse

Entre l’Australie et les géants du web, la relation a été toujours tendue. Un bras de fer qui ne dit pas son nom. En pleine pandémie, le pays se soucie de ses groupes de médias. Après l’échec des discussions avec ces géants, c’est l’étape des contraintes.

L’Australie compte adopter dans les prochains mois une loi contraignant Google et Facebook à partager leurs revenus publicitaires avec les groupes de presse. Les deux multinationales américaines dominent incontestablement le marché de la publicité en ligne.

Le bureau du Trésor a fait savoir que les négociations avec Facebook et Alphabet, (maison-mère de Google) n’ont pas été concluantes. Elles font suite aux plaintes des médias locaux qui reprochent aux deux compagnies américaines  d’avoir dominé  le marché de la publicité à leur détriment.

« Sur la question fondamentale de la rémunération du contenu, que le code cherchait à résoudre, il n’y a eu aucune avancée significative », a dit le trésorier national, Josh Frydenberg, dans une tribune publiée par le journal The Australian. Sur 100 dollars dépensés en publicités numériques dans le pays, près d’un tiers revient à Facebook et Google.

Facebook parle de  « déception » vis-à-vis de l’annonce du gouvernement,  et estime avoir « investi des millions de dollars localement pour soutenir les éditeurs australiens ». Google se dit apte à travailler pour la mise en place  d’un code de conduite avec la presse.

En décembre dernier, les autorités australiennes  ont commencé l’édition de règles pour éviter les abus provenant de ces grosses entreprises.  

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *