Des Hackers Iraniens piratent un site web du gouvernement américain

Des Hackers Iraniens piratent un site web du gouvernement américain

Des messages promettant de venger la mort du général iranien Soleimani ont été publiés, ce vendredi 4 janvier sur le site Internet d’une agence fédérale américaine. Il s’agit d’un piratage opéré par un groupe se présentant comme des Hackers Iraniens.  Le général iranien Soleimani a été tué dans une frappe orchestrée par Donald Trump.

Ce site du gouvernement américain hacké est une base de données publique fédérale de documents gouvernementaux. Alors que le site Web a été mis hors ligne et n’est plus accessible, le portail indique que sur la page d’accueil du site du Programme fédéral des bibliothèques de dépôt (FDLP), des personnes non identifiées ont laissé des inscriptions en deux langues, en anglais et probablement en persan, de la part de la « République islamique d’Iran ».

Les Hackers ont affiché ce message : « Nous ne cesserons de soutenir nos amis dans la région : le peuple opprimé de Palestine, le peuple opprimé du Yémen, le peuple et le gouvernement syrien, le peuple et le gouvernement d’Irak, le peuple opprimé de Bahreïn, la véritable résistance des moudjahidins au Liban et en Palestine. Nous les soutiendrons. »

Lire aussi : Joshua Agboola (9 ans) développe un site web pour son école

Les hackers iraniens ont également publié sur la page des photos du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, et du drapeau iranien.  L’on aperçoit la légende d’un dessin montrant Donald Trump, ensanglanté, frappé par un poing venant d’Iran, entouré de missiles en vol. « Le martyre a été la … récompense (de Soleimani) pour des années d’efforts implacables».

Les autorités américaines ignorent pour l’instant qui est responsable de la cyberattaque. L’on ignore également si les données du gouvernement ont été compromises. Le site Web a été mis hors ligne et n’est plus accessible. La CISA surveille la situation avec le FDLP et les partenaires fédéraux de la U.S. Cybersecurity and Infrastructure Security Agency.

En effet, le piratage est intervenu quelques heures seulement après que Trump a menacé de lancer une frappe militaire contre des dizaines de sites iraniens, au cas où l’Iran mènerait des attaques en représailles à l’assassinat lors d’une frappe américaine du général iranien Qassem Soleimani.

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *