FaceApp, l’application russe de ‘vieillissement’ n’est pas sans danger

FaceApp, l’application russe de ‘vieillissement’ n’est pas sans danger

FaceApp collecte des données personnelles. Vos données. On en parlera jamais assez. Des milliers d’internautes ont lancé un nouveau challenge depuis quelques jours. Si faire vieillir sa photo fait rire,  cela pose des questions de protection de données.

FaceApp appartient à l’ingénieur russe Yaroslav Goncharov. A y voir de près, elle collecte bien des données. C’est comme la plupart des applications s’intéressant à l’adresse IP, identifiants publicitaires et autres métadonnées.

Les conditions d’utilisateurs de l’application précisent ces détails. En les acceptant, l’application a l’autorisation d’utiliser le contenu de l’utilisateur , sa ressemblance, sa voix, entre autres. Des données suffisant pour indiquer l’identité de la personne.

Lire aussi : En Australie, des migrants africains apprennent à monter des ordinateurs

Plus loin, il est clairement mentionné que le contenu de l’utilisateur pourrait être utilisé à des fins commerciales. « Vous reconnaissez que certains des Services sont financés par des revenus publicitaires et peuvent afficher des publicités et des promotions », lit-on.

Selon nos confrères de Forbes, les déplacements via le suivi de localisation, par exemple sont suivis. Pour modifier les autorisations, il faut supprimer l’application ou accéder aux paramètres de l’application sur smartphone et modifier les autorisations.

Lire aussi : Afrique du sud : Des étudiants construisent un avion 

FaceApp précise avoir des infrastructures hors de l’Europe où les données recueillies pourront être transférées. C’est sans doute la partie visible de l’iceberg. Il y a de quoi se demander jusqu’où cette entreprise peut aller… Avec vos données.

Related Post

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *