Entretien avec Cedric Yamdjeu , Co-Fondateur de TelecomParis-Africa

Entretien avec Cedric Yamdjeu , Co-Fondateur de TelecomParis-Africa

Cédric Yamdjeu est  fervent promoteur de la tech et de l’émergence africaine, mentor de startups. Il a été désigné Leader par le  Crans Montana Forum de renommée mondiale est depuis 2016 Président fondateur du Club TelecomParisAfrica et du media think tank 50Afrique. Cedric s’est spécialisé en matière de questions économiques en vue de l’émergence à travers 50Afrique qui vise à conseiller les institutions internationales, publiques et privées.

C’est en sa qualité de passionné du numérique que lui et son équipe Club Telecom Paris Africa a accepté notre interview.

Tech en Afrique : Présentez-vous  à nos lecteurs?

Cédric Yamdjeu : Je m’appelle Cédric Yamdjeu , un jeune africain porteur de différentes initiatives pour aider la jeunesse africaine :un media think do tank 50Afrique autour de l’émergence mais en ce qui ne concerne aujourd’hui j’ai créé un club Telecom Paris Africa autour du digital Africain.

 

Tech en Afrique : Quel est ce club ?

Cédric Yamdjeu : C’est le club digital sur le numérique africain de TelecomParis. Remarquant une révolution digitale en Afrique , l’idée de rassembler toutes ces synergies et de développer l’écosystème numérique a été matérialisée par le club TelecomParistechAfrica après avoir convaincu le conseil d’administration de cette école.

Cette année, nous avons un projet phare un forum digital qui nous espérons concrétiser.

 

Tech en Afrique : Parlez-nous de votre prochain évènement.

Cédric Yamdjeu : Nous organisons un afterwork digital le 4 juillet avec les lauréats du dernier Startup Week end Africa. Le Startup Weekend est un événement entrepreneurial mondial  dont le but est de rassembler différents acteurs (développeurs, chefs d’entreprise, graphistes, etc.) pour suggérer des idées de nouvelles entreprises, former des équipes autour de ces idées, et de développer un prototype de démonstration de celles-ci (ou une présentation), à la fin des 54 heures

Nous y attendons donc investisseurs, entrepreneurs, membres actifs …

Lire aussi : Sam Kodo : « Sans aucune action, votre projet n’est qu’un rêve, une illusion »

Tech en Afrique : Quels constats en avez-vous tirés sur la compréhension du numérique en Afrique ?

Cédric Yamdjeu : Nous constatons que les pays les plus propices à l’émergence des startups sont Le Kenya, le Nigeria et l’Afrique du Sud. Sans aucun doute, deux secteurs se démarquent: ceux des services financiers et des services aux entreprises, B2B et B2C. Selon PartechAfrica, les start-up africaines ont réalisé des levées de fonds d’un montant global de 1,16 milliard de dollars en 2018, un montant en hausse de 108% par rapport à 2017.

Enfin, selon la banque mondiale, la transformation numérique peut apporter à l’Afrique subsaharienne une hausse annuelle de la croissance de pratiquement deux points de pourcentage et permettre un recul de la pauvreté de quasiment un point de pourcentage par an.

 

 

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *