[Startup] Le CEO et ses 5 missions

Toute organisation a besoin d’un leader pour mener à bien sa vision. Dans le domaine de l’entrepreneuriat, un terme bien spécifique est attribué à une personne occupant la plus haute responsabilité de l’équipe : le CEO. Qu’est-ce qu’un CEO ? Quels sont ses missions principales ?

 

Le CEO : Chief Executive Officer

 

Par définition, le Chief Executive Officer est celui qui incarne la légitimité de la boîte. Ce terme en français désigne le directeur général autrement dit, le numéro 1. Il est l’âme de l’entreprise, l’esprit et le visionnaire. Le CEO est le capitaine qui est à la tête d’un navire à l’inconnu en quête d’un trésor. Il n’est pas forcement la personne qui a les meilleures compétences ni le plus intelligent dans une boîte, car ses missions sont regroupées en cinq points essentiels.

 AVOIR LA VISION

 

Comprendre ce qui est train de se passer dans le monde afin d’inscrire son projet dans cette tendance est l’un des challenges d’un CEO. Une vision doit être facilement décrite en moins de 10 mots. Il doit créer la vision de l’autre avenir qu’il souhaite pour ses clients. Les meilleurs leaders sont sans relâche à la poursuite de l’évolution de la valeur de l’entreprise aux yeux des clients. S’assurer que la vision est simple, puissante et unique. Prendre le temps de vraiment la préciser, parce qu’elle sera votre seul vrai guide à travers votre entreprise. La vision va évoluer grâce aux retours d’expériences et c’est le job du CEO de savoir quand garder le cap et quand la faire évoluer. Garder le cap contre les investisseurs, employés et utilisateurs parce que vous savez qu’il est le bon. Enfin, s’assurer que les employés aient la vision globale et unifiée de la culture de l’entreprise permet à chacun de ramer dans la même direction et se concentrer clairement sur l’objectif.

 RECRUTER DU PERSONNEL

 

Le CEO est le premier recruteur de la boîte, il doit recruter et retenir que les meilleurs avec les moyens en possession. En effet, le problème numéro 1 des entreprises, en particulier les entreprises en croissance est l’acquisition de talents, le combustible le plus important. Embaucher des gens qui sont motivés intrinsèquement par la mission de l’entreprise et axés sur la réalisation. Des personnes qui peuvent faire leur travail mieux que vous le pourriez, qui ont une attitude positive, qui ont une forte éthique du travail et qui peuvent communiquer efficacement. Les meilleurs candidats sont motivés par l’objet et les conséquences, non pas par l’argent. Enfin, le CEO doit savoir licencier lorsque cela est nécessaire.

 FAIRE DU PUSH MANAGEMENT

 

C’est expliquer à vos employés l’importance de ce qu’ils sont train de faire, les inciter et les amener à comprendre pourquoi ils doivent le faire. Votre rôle est de donner du feedback en permanence; c’est l’instrument d’éducation numéro 1 d’un CEO. Donner du feedback en permanence permet de faire des erreurs tout en apprenant. Il faut discuter sur les sujets les plus importants et pas plus. Une fois que la vision est définie et maintenue au fil du temps, vient l’exécution qui va consister à rassembler une approche holistique de l’équipe pour faire fonctionner l’entreprise et bien la mener. Enfin, vous réussirez plus si votre équipe se rend compte que ses bonnes idées pour l’amélioration de la vision sont prises en compte.

ÊTRE LA VOIX DE L’ENTREPRISE

 

La personnalité du CEO doit refléter la culture de l’entreprise. Il doit la renforcer quotidiennement. Évangéliser le marché, intervenir à des conférences, dans des interviews, parler avec la presse, communiquer avec les parties prenantes de son entreprise. Veillez à ce que la communication soit fluide entre l’équipe, sont en quelques sorte les tâches à faire en matière de communication.

TROUVER DE L’ARGENT

 

S’assurer que l’entreprise dispose d’un capital et soit sur la bonne assise financière est une mission permanente que doit avoir le CEO. Trouvez de l’argent que ce soit chez les clients ou chez les investisseurs. Si vous pouvez vous passer des investisseurs c’est encore mieux. La collecte de fonds prend du temps, mais elle prend moins de temps si vous faites vos devoirs afin de comprendre qui seraient les investisseurs pour votre entreprise. Il doit s’assurer que l’entreprise ait générée ou amassée suffisamment de capitaux pour permettre à son équipe de penser à long terme. Pour garder le contrôle de son entreprise, le CEO ne doit pas lever de fonds si cela n’est pas vraiment utile.

Vu l’étendue des missions assignées au CEO, il incombe que chaque membres de l’équipe fasse ses tâches avec rigueur et professionnalisme afin d’atteindre l’objectif visé. Être le CEO d’une startup, c’est un voyage extraordinaire où vous découvrez vos limites. Voulez-vous être le leader, si oui alors appliquez-vous à mettre en pratique ces cinq points.

 

Aubin Zoh

 

Stratégiste numérique et formateur

BiasharaBot booste les ventes au Kenya

Deux amis, Felix Cheruiyot et Moses Korir sont entrain de propulser les ventes au Kenya à travers leur jeune entreprise BiasharaBot. Ils aident les PME à  accroître leurs ventes en ligne notamment sur les réseaux sociaux et en y associant  des services de livraison.

Felix Cheruiyot et Moses Korir, auteurs de cette innovation, sont des bénéficiaires d’un financement après leur participation tout récemment de Pangea Accelerator. Par BiasharaBot ces jeunes ont développé un chatbot e-commerce pour permettre aux clients dans la procédure de vente jusqu’à une confirmation de leurs commandes.

Les  Petites et moyennes entreprises (PME) ont cette possibilité de se faire créer des campagnes marketing et de les programmer pour des publicités sur les médias ou réseaux sociaux. Il y a aussi un service d’envoi des messages en masse aux comptes Messenger pour les alerter sur les nouveaux produits et également sur les produits dont l’entreprise en question veut promouvoir.

Les promoteurs ont intégré M-Pesa pour donner les transactions  aux clients  afin qu’ils puissent réaliser des paiements via Messenger.

BiasharaBot compte actuellement construire sa base d’utilisateurs au Kenya, son pays d’origine d’abord conquérir l’Afrique de l’Ouest, et plus tard le reste du continent.

BiasharaBot a vu le jour suite à un constat. Ses promoteurs se sont rendus compte que nombreuses sont les entreprises qui n’avaient pas les ressources pour employer les gestionnaires de médias sociaux à temps plein. Ce qui implique qu’ils ne pouvaient pas s’engager efficacement sur ces médias sociaux et attendre un retour sur investissement. C’est ainsi que BiasharaBot s’est imposée comme une solution incontournable.

Il faut rappeler que l’équipe de  BiasharaBot, s’autofinance jusqu’à sa participation au programme Pangaea.

 

Crédit photo : DR

Kits solaires et tablettes éducatives en milieu rural

La Startup Baobab+ compte  atteindre 150 000 foyers au Mali, au Sénégal, à Madagascar et en Côte d’Ivoire en leur fournissant des kits solaires et tablettes éducatives. Il s’agit pour les promoteurs d’apporter une solution durable à l’électrification en milieu rural et soutenir l’éducation des élèves et enfants non-scolarisés.

Alexandre Coster, bien connu dans l’univers entrepreneurial en Afrique est le principal porteur de ce projet. En 2003 lorsqu’il arrive au Sénégal, sa première ambition était d’apporter un plus dans le secteur éducatif et par après résoudre les incessantes difficultés d’accès à l’électricité que connait nombre de pays africains.

« J’avais envie d’entreprendre dans des secteurs à impact social. L’éducation est un premier volet que je souhaitais développer », explique le directeur et fondateur de la start-up.

Baobab+ fournit des kits solaires aux populations en se basant sur le système « pay as you go ». Il consiste à devenir propriétaire d’un bien lorsque l’on finit de le payer en totalité. Autrement dit, en utilisant les kits solaires, les foyers ont la possibilité de payer 30 à 50 centimes d’euro par jour par paiement mobile jusqu’à ce que cela ne deviennent finalement leurs propriétés.  Les kits varient entre 150 et 500 dollars.

« À chaque fois que le client paye, le système se débloque pour le nombre de jours payés et permet de devenir propriétaire de son kit à moyen terme, une fois la somme totale atteinte. Une fois cet objectif atteint, le client devient éligible à un crédit chez Microcred pour acheter sa tablette qu’il pourra recharger grâce à son kit solaire », renchérit Alexandre Coster.

 

 

Pap’s, une application de livraison par géolocalisation

Trouver de solutions aux problèmes sociaux, tel est souvent le premier pas de la naissance d’une innovation.  Et Pap’s, l’application de livraison par géolocalisation lancée au Sénégal il y a deux ans a su mettre ensemble technologie et satisfaction de besoins vitaux.

Pap’s est une application mobile qui propose aux clients, le livreur le plus proche afin de faciliter  la tâche . « On a développé une technologie qui nous permet de réceptionner les commandes aux mêmes endroits afin qu’elles  puissent être optimisées en fonction des trajets de nos coursiers dont certains gèrent des zones et d’autres travaillent avec des e-commerçants », a laissé entendre, Bambo Lo,  le fondateur de la start-up.

L’entreprise dans son dynamisme,  gérait  plus de 16 commandes par jour ce qui équivaut à plus de 500 commandes par mois au Sénégal. Ces livraisons géolocalisées sont effectuées par une équipe de 30 coursiers actifs.

« Quand le client nous appelle, on prend la livraison chez le client ou à Paps, un colis ou une lettre et on ramène ça au destinataire. Et vu les embouteillages ce n’est pas facile et la circulation, mais on se débrouille pour donner un délai convenable au client », a expliqué un livreur coursier.

Les clients ne cachent pas leurs émotions pour le service de qualité  qu’offre la start-up. Ils font cas aussi de sa crédibilité  et sa rapidité. « Ce qui me plaît, c’est la rapidité,  la ponctualité et ça facilite la tâche nous les femmes »,  a témoigné une cliente de Paps.

Etant une start-up de l’Afrique francophone, sa croissance encourage le promoteur à voir au-delà du Sénégal. Le fondateur de la start-up envisage en effet de  conquérir la Côte d’Ivoire et d’autres pays de l’Afrique francophone dans les années à venir.

En rappel, la start-up a été lauréate en 2016 du prix Orange Innovation challenge avec à la clé un chèque de 3 000 euros.

 

Crédit Photo : Africanews

Aimé Amson

Du digital dans le monde du voyage

La start-up camerounaise Ease Travel service (EST) a annoncé il y a quelques jours le lancement d’une application éponyme. Elle compte par ce biais faciliter les réservations ou achats de titres de transport, via mobile.

L’application Ease Travel sert à effectuer, en temps réel, la réservation ou l’achat de billets d’avion,  la réservation d’une voiture ou la location d’une voiture avec chauffeur pour un long  voyage ou pour des déplacements en ville.

Les promoteurs de la start-up assurent vouloir offrir à sa clientèle « la possibilité de parcourir une flotte de plus de 120 voitures à Douala et Yaoundé,  de comparer les prix et tout de même choisir la voiture dont on a besoin (Berline, 4×4, pickup ou bus, etc) en  toute aisance ».

Pour les mois à venir, l’application sera enrichie de d’autres fonctionnalités.  Il sera notamment possible de réserver une chambre d’hôtel ou un appartement meublé,  ainsi que d’acheter son ticket de bus pour des voyages interurbains.

L’ambition est toujours grand pour ses promoteurs qui envisagent  aussi de créer un guichet unique du voyage en Afrique, rassembler les meilleures prestataires de services du domaine du voyage, du tourisme et des loisirs à travers une seule application .

Il y a quelques années, cette même start-up a lancé l’application  mobile MyAirport permettant d’accéder gratuitement et en un clic, aux programmes des vols des compagnies aériennes dans tous les aéroports du Cameroun.

 

 

Alfred Nadjere

error: Content is protected !!