Somalie : un respirateur artificiel local pour sauver des vies

Un jeune somalien emboîte le pas aux médecins pour pallier aux manques de respirateurs dans le pays. Il a créé un appareil pour limiter le nombre de morts dûs au coronavirus. La Somalie , bien que touchée par les conflits armés doit aussi faire face à la ‘sévice’ de la Covid-19 sur son territoire.

Mohamed Adawe, jeune somalien de 21 ans et ingénieur en mécanique a conçu un respirateur. C’est à l’aide de quelques planches en bois qu’il a assemblé, raccordées à un ballon rempli d’air le tout relié à un masque qui produit de l’oxygène.

Lire aussi : Burkina Faso : des respirateurs à énergie solaire bientôt disponibles

Le jeune homme pour se faire connaître opte pour le porte à porte avec son spécimen et espère convaincre dans les hôpitaux.

« J’ai vu un homme raconter sur les réseaux sociaux comment son père est décédé non pour faute de soins mais parce qu’il n’avait pas accès à un respirateur et à de l’oxygène. Alors j’ai décidé de fabriquer mon propre respirateur pour sauver des vies » a déclaré le jeune prodige.  Le système d’aide respiratoire qui était manuel auparavant a connu une mécanisation plutôt bénéfique grâce à Mohamed Adawi. Désormais il suffira de placer la machine dans une chambre sanitaire et de la mettre en marche.

« Nous sommes très fiers de lui. Cela encourage beaucoup de voir des jeunes somaliens tenter de faire de leur mieux pour aider leurs concitoyens,
 » a confié la ministre somalienne de la santé.

Lire aussi : Togo/ Covid-19 : Un respirateur artificiel fabriqué localement

Togo  : Un jeune de 19 ans crée un lavabo intelligent

Pour lutter contre la maladie à coronavirus, il est conseillé à tous de respecter les mesures barrières et de régulièrement laver les mains.

Et, depuis l’arrivée de cette dangereuse maladie, nombreux sont ces jeunes qui ont essayé de mettre à profit leur compétence.

Au Togo, un jeune étudiant inscrit à l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs (ENSI) à l’université de Lomé, crée un lavabo intelligent dans le cadre de la lutte contre le nouveau Coronavirus.

Lire aussi : Sénégal : des étudiants créent un lavabo mobile

Ce jeune togolais du nom de Sekpona Kokou Sitsopé, 19 ans, étudiant en 2ème année à l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs à l’université de Lomé vient de créer un lavabo. L’initiative est déjà très saluée sur les réseaux sociaux.

Le Lavabo intelligent met l’innovation au service de l’hygiène pour réduire la propagation du virus à covid-19. Une telle innovation permet un lavage hygiénique des mains en évitant le contact avec le robinet du lavabo. Il réduit la consommation d’eau et peut se présenter sous forme d’un système autonome.

Selon nos informations, le jeune travaille également sur un autre projet de générateur à énergie libre. Il s’agit d’un appareil qui doit produire tout seul du courant alternatif, 220v sans aucune alimentation.

Lire aussi : Burkina Faso : un jeune fabrique un lave main automatique (vidéo)

Université de Lomé : les thèses  de doctorat seront soutenues par visioconférence

La Direction des Affaires Académiques et de la Scolarité (DAAS) de l’université de Lomé au Togo se conforme à la situation sanitaire actuelle. Elle a annoncé ce mardi 5 mai à travers un communiqué que les soutenances des thèses de doctorat se feront à distance, par visioconférence.

Le communiqué renseigne que « les soutenances de thèse de Doctorat programmées pour le compte de l’année académique 2019-2020 ont repris depuis le 20 avril 2020 à la DAAS. Elles se feront exclusivement par visio-conférence ».

Lire aussi : Nigeria : Plus de 120 institutions se tournent vers la visioconférence

Pour ce faire, les Directeurs de thèse doivent réserver le plus tôt possible leur salle de visioconférence. Le communiqué indique qu’ils doivent prendre attache avec les Directeurs des salles de conférence.

Cette solution numérique permettra de respecter le calendrier académique établi malgré la crise sanitaire. Les cours ne seront pas les seuls à s’adapter à cette période de pandémie.

Lire aussi : L’Université de Lomé va faire ses cours en ligne

Facebook : les lives seront bientôt rémunérés

Le confinement en cette période de pandémie de Covid-19 n’a fait qu’augmenter les lives sur Facebook. De nombreux artistes l’ont utilisé pour des performances, des questions et réponses de fans et d’autres émissions en direct sans rien gagner en retour. Cela pourrait changer.

«Vous pourrez marquer les événements Facebook comme en ligne uniquement et, dans les semaines à venir, intégrer Facebook Live afin de pouvoir diffuser à vos invités. Pour soutenir les créateurs et les petites entreprises, nous prévoyons d’ajouter la possibilité pour Pages de facturer l’accès aux événements avec des vidéos en direct sur Facebook – des performances en ligne aux cours en passant par les conférences professionnelles », peut-on lire dans l’annonce de Facebook vendredi sur  » plus de façons de vous connecter lorsque vous êtes séparé « .

La facturation des directs sera une véritable aubaine pour les artistes musiciens. Cela augmente la pression pour que davantage d’artistes fassent des flux en direct une source de revenus. Dans le même optique, Instagram a annoncé des « plans en cours pour soutenir les créateurs et les artistes utilisant Live », car de nombreux artistes préfèrent diffuser en direct sur Instagram plutôt que sur Facebook. Le souci est que Facebook affirme ne pas avoir assez de données utiles sur le nombre de fans qui les paieront une fois que l’option sera disponible.

Cette mesure prise par Facebook pourrait bien continuer même après la levée du confinement. Les aspects économiques de la diffusion en direct payante peuvent toujours être utile dans les entreprises des artistes même lorsqu’ils sont physiquement en tournée à nouveau.

Outre la facturation des lives, le réseau social a récemment annoncé qu’il allait  étendre son système d’économie /  conseils  » stars  » aux musiciens . Cela soutiendrait des diffusions en direct gratuites ouvertes à tous, mais avec un pourcentage de téléspectateurs payant. 

Togo : Des groupes WhatsApp pour aider les élèves en classe d’examen

Pour éviter d’allonger la chaîne de transmission du covid-19 qui  a mis l’éducation nationale à l’arrêt, de nouvelles solutions sont pensées ici et là . Qu’il s’agisse d’initiatives privées ou venant de l’Etat ,la finalité est de soutenir les élèves en ces temps de pandémie où les rencontres physiques ne sont pas du tout recommandées.

L’association CAST-TOGO (Communauté des Amoureux des Sciences et Technologies) est désormais au front pour aider le ministère des enseignements primaires et secondaires à sauver l’année scolaire. Pour cela, des groupes WhatsApp ont été mis en place pour dispenser des cours et faire des révisions.

Les élèves en classe d’examen sont les seuls à être concernés. Le déroulement des activités scolaires via le réseau social WhatsApp va réunir les candidats aux différents examens. Il s’agit précisément de ceux de la Troisième, Première, Terminale et la série littéraire A4 puis scientifique  D.

Lire aussi : WhatsApp limite encore le nombre de partages

Les matières comme les Mathématiques, les sciences naturelles, les sciences physiques et l’anglais sont priorisées.

Les candidats aux différents examens auront en plus de tout cela un cours sur le développement personnel qui leur permettra de se préparer psychologiquement dans ces moments assez particuliers marqués par une pandémie.

Lire aussi : Togo : L’application Okpabac 2.0 est (enfin) disponible

Pour avoir plus d’informations , n’hésitez pas contacter les numéros qui suivent : 00228 97923868 / 92636920 / 92497097 .

Bill Gates se retire du conseil d’administration de Microsoft

Bill Gates quitte le conseil d’administration de la société qu’il a cofondé avec son ami d’enfance Paul Allen en 1975. Le milliardaire en faisait partie depuis 2014, mais il tourne la page et veut désormais s’investir pleinement dans sa fondation philanthropique.

Bill Gates compte toujours s’investir dans les prises de décision de la société mais en tant que conseiller technique auprès des dirigeants. Rappelons que le milliardaire s’était déjà éloigné des opérations quotidiennes il y a plus de dix ans pour s’impliquer dans sa fondation. Cette dernière qui porte son nom et celui de sa femme, Bill and Melinda Gates, est investie sur plusieurs fronts humanitaires dans le monde, de l’éducation au changement climatique.

Ce n’est pas la première fois que Bill Gates quitte un poste  Microsoft pour se consacrer à la philanthropie. Lorsqu’il était directeur général en 2000, il a laissé le poste à Steve Ballmer,  pour se consacrer à sa fondation. Il avait ensuite abandonné le titre de président en 2014, quand Satya Nadella avait remplacé Steve Ballmer. « Cette décision n’est pas surprenante car cela fait plus de dix ans que Gates se concentre sur sa myriade d’initiatives humanitaire sur toute la planète », a commenté Daniel Ives, analyste chez Wedbush, dans une note aux investisseurs.

« Bill a fondé notre entreprise avec la conviction de la puissance démocratique du logiciel et une passion pour résoudre les difficultés les plus urgentes de notre société. Microsoft et le monde sont meilleurs grâce à lui », a déccaré Satya Nadella, directeur général de Microsoft.

Bill Gates a commencé à coder à l’âge de 13 ans. Et à 20 ans, avec l’approbation de ses parents, il quitte Harvard pour lancer « Micro-soft » avec son ami d’enfance Paul Allen. Le succès de l’entreprise n’est dû qu’au développement de l’ordinateur personnel. Les utilisateurs se multiplient à travers le monde et prennent alors l’habitude de se servir des logiciels de Microsoft.

Geraldo RAHEEM

Togo : les utilisateurs de WordPress se donnent rendez-vous ce 14 mars

Des jeunes entrepreneurs togolais lancent un projet dénommé WordPressTOGO. Ce projet regroupe des entrepreneurs du digital Togolais ayant en commun le logiciel WordPress. Le premier événement officiel de lancement qui est le “Grand Meeting WordPressLomé#1” est fixé sur le 14 mars 2020.

WordPressTOGO est un regroupement en réseau de plusieurs Associations utilisateurs de la technologie WordPress au Togo. Ce réseau se veut être une plateforme de soutien pour des initiatives sociales et communautaires axées sur le partage de compétences technologiques de ce logiciel libre.

 » Nous avons initié le projet WordPressTOGO qui se veut un réseau national de toutes les communautés locales sur toute l’étendue du territoire national composé entre autres de producteurs de contenus (blogueurs), de développeurs informatiques, d’administrateurs systèmes, d’enseignants, d’étudiants, de startups, des E-Commerçants, des analystes, des PME/PMI » a laissé entendre le comité de WordPressTOGO.

Les initiateurs du projet Wordcamps espèrent qu’il permettra aux jeunes entrepreneurs togolais de bénéficier de plus de ressources dans le processus de digitalisation de leurs entreprises.

Le but du Wordcamps sera de pouvoir emmener des jeunes talents à se développer et à rejoindre le développement du noyau de WordPress (100% opensource), faire des rencontres et éclore des opportunités B2B comme B2C. 

Dans la continuité, les porteurs du projet espèrent organiser les WordCamps du Togo, qui seront des forums géants autour de la technologie WordPress et qui accueilleront des conférenciers, entreprises et projets digitaux à fort impact.

Les futures rencontres se tiendront à Atakpamé puis à Kara. Ceci dans le but de rassembler les jeunes de l’intérieur à s’impliquer aussi dans cette technologie libre et la culture du partage en connaissance technologique, et en entrepreneuriat digital.

Les porteurs du projet WordPressTOGO lancent un appel d’aide aux différents sponsors aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Il convient aussi à tous ceux qui veulent apporter leur aide à la réalisation de ce projet.

Togo: Un numéro d’identification à tous les togolais ainsi qu’aux expatriés

Au Togo, le Conseil des Ministres a adopté un projet de loi relatif à l’identification biométrique des personnes physiques.

L’identification biométrique consiste à attribuer à toute personne physique de nationalité togolaise ou résidant au Togo, un numéro d’identification unique (NIU) sur la base de ses données démographiques et biométriques.

« Ces données ainsi que les NIU permettront de générer une base de données centrale, sécurisée qui servira de référence pour la vérification de l’identité des bénéficiaires des services publics, privés ou sociaux », précise le communiqué du Conseil des ministres, rapporté par Togo First.

A long terme, indique le Conseil des Ministres, l’opération « permettra entre autres, d’assurer le suivi administratif du citoyen, de simplifier la mise à jour du fichier électoral, de réduire les fraudes dans le secteur financier et de faciliter l’accès aux services de santé ainsi que le ciblage des bénéficiaires des aides dans le secteur social ».

Lancé en 2018, le processus d’identification biométrique devrait prendre un coup d’accélérateur, avec l’adoption attendue de la loi y relative.

En rappel, quelques jours plus tôt, le Chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé annonçait des réformes, notamment dans l’Etat civil: « Désormais, les actes de naissance seront établis gratuitement ». Mais pour résoudre le problème d’identité, « dès cette année, nous allons démarrer un programme pour qu’à chaque Togolais, soit attribué un numéro d’identification qui jouera le même rôle que les cartes d’identité », a affirmé le N°1 togolais.

Titre modifié

Source: Ecofin

AFRINIC propose des bourses de participation à son prochain atelier

Le Centre d’information du réseau africain (AFRINIC) propose des bourses pour participer à son prochain atelier qui se tiendra à Kinshasa, en République démocratique du Congo, du 6 au 12 juin 2020.

Les bourses sont réservées aux résidents des pays africains représentant de petites organisations, des universités et des médias qui sont activement impliqués dans les opérations et le développement d’Internet ou dans les politiques en matière de TIC dans leurs pays.

Les postulants n’ont pas besoin d’être des membres d’AFRIMIC. Toutefois, ils doivent contribuer positivement et activement à la sensibilisation à la gestion des adresses IP en Afrique.

Les ateliers d’AFRINIC rassemblent les différents acteurs de la communauté des TIC en Afrique. Les boursiers participeront à des discussions et séances de formation d’ordre technique et commercial du secteur des TIC. Ces activités seront proposées dans divers domaines de l’écosystème Internet tels que: les allocations et gestion des ressources IP et ASN, la gouvernance de l’Internet, le réseautage, le peering, la cybersécurité et les noms de domaine.

La bourse comprend une assistance complète avec vol aller-retour vers le lieu de la réunion et l’hébergement.

La clôture des candidatures est fixée au 4 mars 2020. Les candidats retenus seront informés de leur sélection le 20 mars.

Source: Agence ecofin

Angola aura un musée des sciences et de la technologie

Le Président de la République, João Lourenço, a visité samedi dernier le site des travaux du musée et centre de sciences et technologie de Luanda.

Le président s’est rendu dans l’ancienne savonnerie (Congeral), à côté de la forteresse São Miguel, pour vérifier le niveau d’exécution du projet. Ce dernier vise à mettre la science, la technologie et l’innovation au service de la société angolaise.

La ministre de l’Enseignement supérieur, des Sciences, de la Technologie et de l’Innovation, Maria do Rosário Bragança Sambo, a indiqué que la structure était plus liée au centre des sciences. Elle devrait contribuer à éduquer et former les enfants avec beaucoup d’interactivité dans ce domaine.

Selon la gouvernante, l’achèvement total des travaux , est prévu pour l’année prochaine. Mais pour cela, a précisé la ministre, il faudra procéder à une nouvelle enquête sur l’état des infrastructures pour l’acquisition de nouveaux équipements.

Cliquez pour télécharger gratuitement Tech Mag Afrique numéro 3

La ministre a souligné que la plus grande contrainte était d’ordre financier. « C’est exactement ce que le Président de la République est venu voir pour savoir que l’investissement qui sera fait ici sera avantageux pour la diffusion de la science dans le pays », a-t-elle souligné.

Implanté sur une superficie de 9.600 mètres carrés, le Musée et Centre des sciences et de la technologie comprendra, entre autres, des salles d’exposition, une médiathèque, un cinéma et des auditoriums.

L’institution vise à promouvoir la culture scientifique, à contribuer à l’amélioration de l’enseignement des sciences, à généraliser l’enseignement et à attirer les jeunes vers des carrières technologiques.

Lire aussi: Centrafrique : Des élèves fabriquent un robot humanoïde