Au Ghana, les drones livrent des médicaments

Au Ghana, voir des drones livrant des médicaments ne pourra plus étonner. Les autorités du pays en ont décidé ainsi en officialisant la livraison de produits pharmaceutiques via des drones. II est question d’épargner les citoyens de certaines situations difficiles où acheminer des médicaments peut prendre du temps trainé pour une raison ou une autre.

Les zones rurales sont les plus visées du moment où le manque d’infrastructures routières empêchent les populations d’avoir convenablement accès aux services médicaux.

Le Ghana est entrain de construire « le plus grand service de livraison par drones au monde », assure le président ghanéen, Akufo Addo.  « Personne au Ghana ne devrait mourir parce qu’il n’a pas eu accès à un médicament dont il a un besoin urgent », poursuit-il.

Un centre pour drone est déjà opérationnel à Omenako à 70 km de la capitale Accra. Trois autres seront ouverts dans les prochains mois. Ils auront chacun 30 drones et de 150 produits (médicaments, vaccins, anti-venins, matériel chirurgical…) qui seront distribués dans 500 cliniques rurales.

Le projet est piloté par l’entreprise américaine Zipline. L’Etat ghanéen devra lui verser 12 millions de dollars. Une somme jugée ‘énorme’ par les opposants au pouvoir actuel. Ils estiment que cet argent pourrait plutôt servir à équiper les centres de santé en matériels notamment ambulances et autres.

L’idée est de servir environ 2 000 établissements de santé desservant 12 millions de personnes dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Lik Pc, l’ordinateur made in Togo est sur le marché

Lik Pc, l’un des premiers ordinateurs fabriqués au Togo a été lancé vendredi à l’auditorium de la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS) au Togo.

Conçu par la société Liksoft, Lik Pc est doté d’équipements informatiques de la nouvelle génération de type tout-en-un. Il est doté d’un écran léger, avec une souris sans fil . Il ne dispose pas d’unité centrale et n’a pas besoin d’onduleur pour son fonctionnement.

L’ordinateur Lik Pc a été conçu par le jeune Togolais Malik Mouzou en collaboration avec la société Liksoft. De par sa faible consommation en énergie, l’ordinateur Lik Pc se positionne comme la solution pour travailler en réduisant les coûts en électricité.

L’ordinateur professionnel et personnel Lik Pc est conçu avec : un design élégant, avec une touche spéciale d’humilité.

Une faible consommation en énergie électrique et un support des systèmes d’exploitation professionnels de dernière génération (Windows 10, édition professionnel et édition familiale). Une aubaine pour les entreprises en quête de simplicité dans la productivité.

LIKSOFT est un concepteur togolais de solutions d’optimisation des systèmes d’informations et d’innovations technologiques au service de l’émergence et du développement.

 

Pc dispose des caractéristiques suivantes :

Système d’exploitation : Windows 10
Processeur : Intel® Core™ i5-3337 V, 1.80GHZ, 02 cores
Mémoire RAM : 08GB (extensible 32GB), 1600 MHZ
Ecran: 21, 5” – HD 1920 x 1080 pixels
Stockage: SSD 32Go + 1 TB SATA
Virtualisation: activée
Réseau: wifi, ethernet

 

Pour contacter la société LIKSOFT
E-mail: contact@liksoft.tg
Site web: www.liksoft.tg
Tel: +228 96981211

 

Daniel A.

Afrique :Fadima Diawara va bientôt lancer son smartphone Kunfabo

L’entrepreneure Fadima Diawara va bientôt lancer son smartphone Kunfabo pour l’Afrique. Elle compte en faire un téléphone moins cher accessible à toutes les bourses. Fadima et son équipe travaillent sur le projet depuis 2 ans.

A part ouvrir une usine de montage de ces appareils en Afrique, un autre volet social permettra de construire des écoles dans les milieux reculés.

A quelques mois de son lancement, elle se confie à la Rédaction de Tech en Afrique dans une interview exclusive.

 

Donnez-nous quelques raisons qui peuvent pousser une personne à acheter Kunfabo ?

Kunfabo s’imposera par sa qualité et son prix accessible ; par ces applications purement africaines de géolocalisation des centres de santé, hôpitaux, pharmacies, recettes africaines, musique,
la mode sur le continent…intégrées au smartphone .

Pour être une marque, le concept même de Kunfabo , c’est réellement d’accompagner le client africain dans sa vie quotidienne.

Prototype de Kunfabo

Faites-nous un aperçu de votre expérience depuis le début de l’aventure

Depuis le début du projet, j’ai appris énormément car je me suis entouré des personnes expertes dans leurs domaines. J’ai surtout compris que rien n’est impossible. L’impossible, c’est dans notre tête et la clé c’est la persévérance.

Quel message pour l’Afrique ?

Je lance un appel à tous mes frères et Sœurs Africains à soutenir cette nouvelle marque, se l’approprier et faire en sorte qu’elle grandisse et surtout consommons africain pour le développement de notre continent.

J’en appelle aussi aux investisseurs Africains , aux sponsors… nous avons besoin de leurs collaborations pour l’aboutissement du projet .

Sciences et Technologie/ Le Nigeria décroche la médaille de bronze en Tunisie

Quatre jeunes hommes nigérians du collège scientifique et technique St John’s, Alor (État d’Anambra), ont remporté la médaille de bronze au Festival international de l’ingénierie, des sciences et de la technologie en Tunisie. Ils ont mis en place un dispositif appelé Source d’alimentation alternative adaptable pour l’Afrique subsaharienne. 

L’appareil, un onduleur électrique doté d’un panneau solaire qui absorbe l’énergie du soleil, stocke l’énergie dans l’onduleur et la distribue aux ménages et aux bureaux, selon le besoin.

Le festival a duré neuf jours, du 21 au 29 mars 2019 et était destiné aux étudiants âgés de 14 à 24 ans de 40 pays. Il comportait un concours scientifique dans différents domaines visant à renforcer les compétences innovantes des jeunes scientifiques et à les encourager à faire preuve d’imagination et de créativité pour résoudre les problèmes de leur environnement.

Les talents nigérians se sont affrontés avec des représentants des pays suivants: Canada, Italie, Corée du Sud, Turquie, Chine, Suède, Ukraine, Ukraine, Malaisie, Bosnie-Herzégovine, Indonésie, , Tunisie, Afrique du sud etc.

Le Dr Nkem, sous-gouverneur de l’État d’Anambra, a déclaré qu’il « faut beaucoup pour que les enfants quittent les côtes de ce pays et battent les gens qui viennent des pays développés; se lever et défendre ce qu’ils ont produit et montrer ce qu’ils peuvent faire si l’occasion se présentait. En écoutant ces garçons parler avec une telle confiance, cela montre qu’ils possèdent cette invention. Ils comprennent ce qu’ils font. Je pense qu’ils doivent être davantage encouragés à continuer dans ce qu’ils font », a-t-il fait savoir.

Togo : Edem Agbeko veut multiplier ses sacs solaires

Le jeune togolais, Edem Koffi Agbeko, après des études en graphisme et réalisation audiovisuelle, s’est lancé dans l’entreprenariat avec la création d’un “sac solaire’’. Son défi actuel est de trouver plus de moyens financiers pour passer du prototype à des sacs commercialisables.

Grâce aux recherches et l’envie d’aider les jeunes en milieu reculé, il invente sur fond propre un “Sac Solaire’’ monté à la main. Cette idée lui est venue après avoir observé les jeunes de son village parcourir de longue distance pour l’école. De retour, ils n’ont pas de l’électricité pour étudier.

Ce sac qui possède une plaque solaire, une batterie en lithium de 4,5 voltes et un indicateur de niveau de pile, peut faire fonctionner une lampe et qui peut éclairer une chambre dans un rayon de 2 à 3 mètres.

Avec ce “sac solaire’’ et d’autres innovations comme, briquet solaire, rideau téléguidé, WIFI routeur solaire, le jeune Agbeko compte conquérir toute l’Afrique ainsi que le monde entier.

prototype du sac

Pour Edem Koffi Agbeko, l’Afrique dispose des têtes bénies. «Les nouvelles technologies c’est pour l’Afrique » a-t-il affirmé.

Pour rappel Edem Koffi AGBEKO, a co-réalisé le film “Rêves d’Afrique’’ avec Remi Jennequin un réalisateur français. Et le montage du film “Mariage Impossible’’ du groupe Triomphale à Kara est à mettre à son actif.

Il a plusieurs cordes à son arc.

 

Prudence A.

 

 

Sécurité digitale : les banques ouest-africaines déclarent la guerre aux cybercriminels

Nous sommes loin de l’époque où la cybercriminalité se limitait aux arnaques. Aujourd’hui, les modes opératoires ont changé et les banques se retrouvent premières cibles des attaques.

Des «key loggers» pour espionner les frappes du clavier, des « Remote Access Tools » pour contrôler à distance, ou encore des outils d’envoi automatique des e-mails ; les hackers rivalisent d’ardeur pour attaquer les institutions financières. Ce système pirate s’installe discrètement sur les ordinateurs des victimes, souvent via des virus cachés dans des «fake mails».

Ce type d’attaque est le plus fréquent dans l’espace UEMOA. Un ensemble de mesures a été élaboré pour détecter et combler les failles. Au préalable, les banques misent sur la sensibilisation des utilisateurs lors de la réception des e-mails et sur les comportements à risque à éviter lors de l’utilisation des ressources informatiques en entreprise. Il serait inefficace d’avoir tous les outils de sécurité requis si les utilisateurs ne sont pas sensibilisés puisqu’ils sont les premiers en interne à ouvrir des brèches par ignorance.

Aussi les banques ont l’obligation de mettre en place des Firewalls (ou pare-feu) pour filtrer le contenu, les liens externes reçus par le réseau de la banque, de même que des outils de cryptages des informations confidentielles des banques. Ceci permettra de réduire le risque de vol de données. Elles disposent également des outils pour la modification des fichiers et des répertoires sur toute l’étendue de leur infrastructure IT.

Pour sécuriser les données, les banques suivent également un ensemble de protocoles et de procédures définis par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et des organismes, comme le Groupement interbancaire monétique (GIM-UEMOA) qui compte près de 130 banques au sein de son réseau. Selon les consignes, en cas d’attaque ciblée, les appareils infectés sont aussitôt mis sous scellé. Ensuite, la banque procède à l’analyse de l’ensemble des postes impactés pour remonter aux sources de l’attaque.

Ahlin Accrobessi

 

Kenya: une application pour faciliter l’apprentissage de la conduite

Karim Kanji un étudiant de 21 ans de l’université de Maseno au Kenya a conçu une application mobile dénommée ‘’Drive in Theory’’ dans le but d’aider les étudiants à obtenir aisément leurs permis de conduire.

Comme beaucoup de pays dans le monde, au Kenya, personne n’est autorisée à rouler si elle ne possède pas un permis de conduire valide. Mais avant qu’un permis de conduire ne puisse être délivré, l’on doit passer un test.

Karim a eu l’idée de faire  son  application mobile quand il  s’est rendu compte que la plupart des élèves ou étudiants échouent lors de leur examen de permis de conduire. C’est sa manière de trouver une solution à cet obstacle.

Avec l’application ‘’Drive in Theory’’, l’étudiant qui prépare son examen, peut apprendre et comprendre le rôle des panneaux sur les routes avec des  annotations simplifiées.

«Les informations dans l’application mobile peuvent servir comme une référence pour ceux qui avaient passé déjà l’examen. Ils les aideraient à améliorer leur niveau de connaissances dans le domaine et aussi apprendre les mêmes choses qu’ils auraient pu manquer lors de leurs formations », explique Karim Kanji.

Karim a décidé de mettre en place une entreprise de développement informatique, des applications et des logiciels et où peut se former un individu lambda passionné des nouvelles technologies.

« J’ai décidé de créer une entreprise pour former les gens sur comment suggérer les solutions et développer les logiciels. Ainsi leur donner l’opportunité de mettre en pratique ce qu’ils ont eu comme formation dans le but de surmonter les problèmes que font face nos sociétés dans le domaine technologique », a-t-il déclaré.

 

 

 

Daniel A.

Un jeune sénégalais conçoit un drone ‘intelligent’

Mohamed Thiam, un jeune sénégalais a conçu un drone ‘intelligent’ à même de reconnaître les commandes vocales. Actuellement développeur web au Canada, le concepteur du drone ‘Zuri’ nourrit de grandes ambitions pour l’Afrique.

«C’est un drone capable de reconnaître des commandes vocales complexes, et de les traduire en une séquence d’actions simples afin de les effectuer de la meilleure des manières. En d’autres termes, l’utilisateur peut lui dire de faire quelque chose à travers le voix, puis le drone va interpréter ce qui a été dit et l’effectuer», a expliqué le concepteur.

Pour lui, cette fonctionnalité n’est qu’une partie tant d’autres à venir. «La partie de la commande vocale n’est qu’une fonctionnalité parmi tant d’autres. J’évaluerai le niveau d’avancement du projet aux environs de 10%. Mon souhait, c’est d’arriver à le mener à terme avec toutes les capacités possibles».

A 24 ans , ce concepteur de drone a du talent à revendre. Il travaille en freelance depuis le Canada et a déjà conçu un jeu vidéo pour un studio de par le passé. Il est aussi spécialiste de l’Internet des objets (Internet of things) ou IOT.

Sur le continent, il n’est pas le premier concepteur de drone sauf que le sien a des particularités. William Elong du Cameroun excelle aussi dans le domaine.

 

Togo: Kaba Delivery vous livre vos plats à la minute

Kaba Delivery Sarl, est une entreprise de livraison qui propose ses services à  travers une plateforme mobile pour  des personnes occupées, ne pouvant ou ne voulant pas se déplacer. Grâce à son application, les consommateurs se font livrer quotidiennement leurs plats préférés depuis les restaurants partenaires.

L’idée de la création de Kaba Delivery vient de certains constats et de l’envie de répondre à un besoin en proposant des solutions innovantes de livraison. Très souvent, le restaurant dans lequel il faut manger est distant. L’on se retrouve occupé à midi et il est difficile de prendre des pauses. Kaba vient à leurs secours.

Elle dispose de moyens logistiques et des collaborateurs, pour satisfaire sa clientèle. L’entreprise possède en outre une application et des systèmes informatisés qui leur permettent d’accomplir au mieux les objectifs et les missions.

cliente satisfaite

L’objectif  premier  de l’entreprise Kaba Delivery Sarl, est la livraison de biens consommables en misant sur la qualité des mets que ses restaurants fournissent.

La mission de Kaba est de simplifier la vie de toute personne via des solutions innovantes de livraison. Kaba est donc cet intermédiaire, qui livre des menus des restaurants à des personnes occupées, ne pouvant ou ne voulant pas se déplacer mais ayant un petit creux.

« La vision de Kaba Delivery dans 5 ou 10 ans est de devenir la plus grande entreprise de livraison au Togo et dans la sous-région, évoluant dans presque tous les secteurs faisant appel à la livraison », expliquent ses promoteurs.

L’application mobile  ‘’kaba’’ est téléchargeable  ICI

Vous pouvez contacter KABA Delivery SARL sur :

Tel: 00228 92 10 94 74

Email: contact@kaba-delivery.com

Facebook: https://www.facebook.com/kabadelivery

Instagram: https://www.instagram.com/kaba_delivery/

 

 

Daniel A.

Le Kenya ouvre le ‘’Centre d’incubation Cisco EDGE’’

Cisco, une entreprise informatique américaine spécialisée dans le cyber sécurité a annoncé le lancement d’un centre d’incubation KES de 69 millions d’euros au Kenya. Le centre a pour mission de transmettre des connaissances commerciales et accélérer l’accès au marché pour les petites, moyennes et micro entreprises (PME) dans l’espace des TIC.

Ce centre, appelé «Centre d’incubation Cisco EDGE», vise à fournir une plate-forme permettant aux PME-PMI de collaborer avec les experts de Cisco du monde entier afin de permettre aux petites entreprises d’inviter leurs clients à expérimenter les solutions Cisco.

Le centre offrira aux PME et PMI la possibilité d’employer des diplômés du programme NetAcad et leur donnera une expérience en milieu de travail. À leur tour, les entreprises PME, PMI mettront à profit les compétences des diplômés de l’Université de Nairobi.

Le ‘’Centre d’incubation Cisco EDGE’’ sera hébergé à l’Université de Nairobi. Il s’agit d’une première pour Cisco en Afrique de l’Est.

Lors du lancement, le vice-chancelier de l’Université de Nairobi a laissé entendre que l’Université de Nairobi soutient l’innovation et la créativité parmi les jeunes en leur fournissant diverses plates-formes, telles que notre laboratoire C4D.

« Nous sommes heureux d’étendre notre assistance en hébergeant le centre d’incubation Cisco EDGE. Nous félicitons Cisco pour l’ouverture de ce centre qui profitera à de nombreux jeunes et entrepreneurs », a-t-il ajouté.

« C4DLab est à l’avant-garde de la promotion de l’innovation au sein de l’Université de Nairobi et au-delà. Conscient du fait que la promotion de l’innovation est un effort de collaboration, le pôle d’innovation recherche activement des partenariats avec des parties prenantes ayant des intérêts communs.

Cisco est l’un de ces partenaires et nous attendons avec impatience pour promouvoir l’innovation par le biais de CISCO-EDGE « , a déclaré Tonny Omwansa, directeur du C4D Innovation Lab.

Cisco continue de travailler en étroite collaboration avec les universités et les étudiants et diplômés en formation supérieure des collèges techniques, parmi lesquels des jeunes sans emploi par le biais de la Cisco Networking Academy.