Le Ghana avance sur son programme d’énergie nucléaire

Le Ghana avance sur son programme d’énergie nucléaire. Le gouvernement annonce son intention d’introduire l’énergie nucléaire dans le mix énergétique du Ghana. Il faudra entre 10 et 15 ans pour réaliser cette vision afin d’assurer une énergie abordable pour le développement industriel.


Nuclear Power Ghana est le nom de l’équipe qui travaille sur cet ambitieux programme.  Elle a été constituée pour faire une évaluation préliminaire et d’une collecte de données de site pour le Programme d’énergie nucléaire.
Des activités de sensibilisation de masse sont menées pour faire comprendre la portée d’une telle initiative à la population.

 Lire aussi : Free Togo maps rend accessible la carte du Togo hors ligne


« Nuclear Power Ghana », a été constituée par le gouvernement pour superviser la mise en œuvre complète du programme. Elle aura à collaborer avec des nations nucléaires comme l’Iran, l’Irak, la Russie et la Corée du Sud.


La Volta River Authority et d’autres institutions ont été chargées d’appuyer la mise en place des structures d’une centrale nucléaire en tenant compte des échéanciers établis par le gouvernement.

La Chine, la France, la Russie et les États-Unis avaient déjà manifesté leur intérêt pour le programme d’énergie nucléaire du Ghana. Ils ont exprimé leur volonté de collaborer avec le Ghana. 
Il faut noter que des scientifiques ghanéens font des recherches sur l’exploitation en miniature de centrale nucléaire depuis 25 ans. 

Ghana: Interdiction d’utiliser le téléphone portable dans les hôpitaux

Le directeur général du service de santé du Ghana (GHS), Anthony Nsiah-Asare, envisage interdire l’utilisation du téléphone portable aux professionnels de la santé dans divers établissements.

Cette décision fait suite à des plaintes concernant le mauvais service à la clientèle des agents de santé très connectés. Ils le sont plus pendant les heures de travail, au détriment de la prise en charge des patients.

Lire aussi : Tech Mag Afrique 0002 : L’Afrique tech et entrepreneuriale en 32 pages

Pour y remédier, le  Dr Nsiah-Asare a déclaré : « nous allons bientôt envoyer des lettres expliquant comment le système fonctionnera, de sorte que lorsque vous entrez dans un hôpital ou une clinique, vous n’aurez pas accès au réseau mobile et que, à la place, nous utilisons des interphones ou fournissons d’autres moyens de communication en cas de besoin ».

 

Le Ghana accueille la 2e édition du Forum DataCloud en Afrique

Le Ghana accueillera la deuxième édition du Sommet sur le leadership en Afrique DataCloud. L’événement est prévu à Accra, le 26 septembre prochain. Ce forum abordera le développement des infrastructures des data centers , les projections  futures et les défis de l’Afrique.

La conférence DataCloud en Afrique devrait attirer du monde. Le public sera composé des acteurs des centres de données, cloud, fibre, les fournisseurs et les utilisateurs finaux. L’événement est organisé par BroadGroup.

Lire aussi : Kenya : Telkom ouvre son data center

Son Président, Philip Low a exprimé sa joie de se joindre aux délégués locaux et internationaux du monde de la technologie pour une rencontre réussie.« Nous apportons la vision de notre rencontre DataCloud à Accra, au Ghana, où nous partagerons les énormes possibilités de ce secteur dans la région », a-t-il dit.

« Le forum est considéré comme une opportunité de réseautage pour beaucoup d’investisseurs. Il est une excellente occasion pour les visites sur place, une rencontre avec les responsables locaux et les acteurs de centre de données», a-t-il ajouté. 

Lire aussi : Tech/ Carrier Hotel : Ce que cela pourrait apporter aux Togolais

Le Sommet du leadership de Datacloud Africa sera axé sur l’investissement, la connexion et le déploiement de centres de données sur tout le continent. Il abordera également les défis à relever pour la croissance de l’économie numérique.

Ghana : Le vice-président Dr Bawumia,primé leader numérique de l’année

Lors de la 9ème édition des Prix du Ghana pour les technologies de l’information et les télécommunications (GITTA), le prix du leader numérique de l’année a été décerné au vice-président de la république Dr Mahamudu Bawumia.

Le vice-président Bawumia a été honoré lors d’une cérémonie à Accra, pour son engagement à mettre la technologie au profit de la formalisation de l’économie ghanéenne, afin de rendre la prestation des services publics plus efficace.

Grâce à l’introduction d’un système de port sans papier, la collaboration entre le gouvernement et les entreprises du secteur des technologies de l’information a favorisé la réduction des délais de dédouanement et de redressement dans les ports du pays.

Lire aussi : Ghana/ Le Royaume Ashanti développe sa propre application

A cela s’ajoute  l’élimination virtuelle des pratiques de corruption au sein de l’autorité de délivrance des permis de conduire et des véhicules ; l’émission d’une carte d’identité nationale. Il faut également tenir compte de la fourniture de services bancaires à tous les résidents du Ghana à travers la plateforme innovante d’interopérabilité des paiements mobiles.

Lors de la cérémonie, le vice-président Bawumia a salué le rôle que la technologie continue de jouer dans le développement national et a assuré les parties prenantes du secteur de la technologie de l’engagement du gouvernement à l’égard du vaste programme de numérisation conçu pour produire une population sensibilisée au numérique.

 

 

Au Ghana,FemITI 2.0 initie 50 000 filles au numérique

Elles sont au total 50000 filles venant de l’ashanti, des régions de l’est et l’ouest, et d’autres régions à travers le pays, pour recevoir une formation en initiation numérique. Cette initiative dénommée FemITI promeut la formation des jeunes filles aux nouvelles technologies. Elle célèbre les femmes dans la  technologie .

FemITI  cherche à offrir aux jeunes filles des zones défavorisées une opportunité de s’initier au numérique. En collaboration avec Ghana Education Service (GES), la fondation DreamOval a organisé une manifestation dénommée FemITI 2.0 constitué de  76 filles de la capitale Accra.

Les participants ont été sélectionnés dans les écoles publiques de Madina, Adenta, Amrahia, Ogbojo et Ayi Mensah, toutes situées dans la région Accra.

Lire aussi: Togo : La Tech est aussi une affaire de filles !

Dans le cadre d’une formation intensive dans les nouvelles technologies de huit semaines, les participantes seront initiées au concept d’Internet des Objets (IOT), de robotique et de codage.

Lors du lancement à Accra, le premier vice président de la fondation DreamOval Francis Ahene-Affoh, a invité les participantes à tirer profit des possibilités offertes par le programme afin de renforcer leurs connaissances de l’espace numérique.

Il poursuit : « le Ghana et le reste du monde ne peuvent pas se développer sans la nouvelle initiation au numérique qui a conquis le monde entier. Le monde de la technologie est devenu un environnement en constante évolution. Il est donc approprié que chaque individu en Afrique, enfants et adultes rejoignent cette révolution numérique et faites partie de la nouvelle ère numérique ».

Lire aussi : Etats-Unis : Le Nigeria remporte le ‘World technovation challenge’

Ahene-Affoh encourage les filles à se baser sur cette formation pour développer des programmes et des projets susceptibles de soutenir leurs écoles et leurs communautés. Il a également indiqué que la fondation croit en une société transformée à travers l’évolution numérique.

 

Alexine Afaya

Ghana : Truckrtech sort vainqueur de la TechCircle Pitch2Win 2019

Fondée en 2018 par Caryl Joshua Akonor, la startup ghanéenne Truckrtech a récemment remporté l’édition 2019 du concours Pitch2Win de TechCircle à Lagos.

Truckrtech est une startup ghanéenne qui offre aux entreprises manufacturières, aux biens de consommation de grande consommation, aux distributeurs, aux exportateurs, aux importateurs et aux transitaires la possibilité de réserver n’importe quel type de camion de transport en ligne pour transporter leurs marchandises.

Le concours a été organisé par Techcircle, en partenariat avec la société japonaise FreakOut Holdings, afin d’aider les jeunes entreprises locales à trouver des opportunités d’investissement locales et internationales.

Truckrtech offre aux expéditeurs et aux conducteurs une visibilité en temps réel, une assurance des marchandises en transit et des canaux de communication appropriés.

Selon la fondatrice Caryl Joshua Akonor, Truckrtech a terminé son projet pilote et elle espère qu’il commencera à être pleinement opérationnel au cours des prochains mois.

Lire aussi : Avec le robot Dzidula, une équipe togolaise lauréate en France

« Entre mai et juin, nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 12 000 $. Avec ce financement de Pitch2Win, nous pouvons nous attendre à une augmentation des revenus de 15 % d’un mois à l’autre », a-t-elle déclaré.

La startup Truckrtech a conquise au total neuf (9) finalistes dont Asusu une société SaaS, Gricd Frij une société IoT, LendSqr une plate-forme en ligne pour petits prêteurs et particuliers, CashBudy une plateforme qui permet aux Nigérians de recevoir et d’envoyer de l’argent, Curacel un moteur de détection des fraudes, Prodigy un logiciel de gestion scolaire, Driversgng une société de recrutement numérique à la demande, Plumter et Aidahbot (des sociétés de solutions AI).

Lire aussi : Huawei Kenya récompense 11 des meilleurs étudiants de sa compétition

La compétition finale a eu lieu le mercredi 12 juin 2019 à l’Impact Hub dans la ville de Lagos.

Truckrtech, le gagnant du concours, a reçu un financement de 2 700 $.

Le Ghana veut lutter contre les cyberattaques et la fraude numérique

Les cyberattaques menacent beaucoup de pays comme le Ghana. Le président de la République a mis l’accent sur ce volet. « Tout comme la technologie offrait des opportunités de croissance économique au pays, il y avait des criminels qui étaient déterminés à l’exploiter pour leurs intérêts personnels », disait  le chef d’État ghanéen Nana Addo Dankwa Akufo-Addo lors de la Conférence régionale africaine de SWIFT (Worldwide Interbank Financial Telecommunication) à Accra.

Le président Akufo-Addo a rassuré le public de l’engagement du gouvernement à mettre en place les mesures de sécurité nécessaires pour faire face aux nouvelles tendances des cyber-attaques et de la fraude en matière de paiement numérique.

Selon lui, la cyberguerre du gouvernement serait implacable pour maintenir la confiance du public dans l’utilisation de la technologie et des plateformes numériques pour les transactions financières et autres activités.

La Conférence régionale africaine de SWIFT a rassemblé environ 500 représentants des services financiers de l’ensemble du secteur, y compris des institutions financières, des infrastructures, des marchés financiers, des entreprises et des partenaires technologiques.

Lire aussi : Ghana: Le Royaume Ashanti développe sa propre application

L’économie numérique  a été l’objet de réflexion. Les participants venant de près de 50 pays ont échangé sur des questions telles que les moteurs du changement, les technologies émergentes et la pression réglementaire croissante.

Le président Akufo-Addo a déclaré que partout dans le monde, les cyber-attaques étaient devenues sophistiquées et a souligné la nécessité pour les pays de s’unir pour faire face aux tendances émergentes ou risquer l’érosion de la confiance dans les systèmes de paiement financier.

Le Président a énuméré un certain nombre de politiques et de programmes que son administration avait mis en place pour créer une économie numérisée. «  Avec les réformes continues des systèmes de paiement du pays, le Ghana disposerait d’un avantage concurrentiel important dans la région pour l’innovation financière et l’accès au crédit », a-t-il affirmé.

Il a également indiqué que le Ghana avait ratifié la Convention de Malabo de l’Union africaine sur la cybersécurité. Cette mesure de protection des données personnelles, également connue sous le nom de Convention de Malabo se situe dans le cadre des efforts mondiaux de lutte contre la cybercriminalité.

 

 

Des étudiants conçoivent une application pour suivre les compteurs d’eau

Des étudiants ghanéens ont conçu une application pour suivre les compteurs d’eau en temps réel. Elle aide également les utilisateurs à couper le robinet à distance voire payer les factures via mobile money.

Les étudiants Awudi Eric Okyere, Quarm Sylvanus et Ebenezer Azumah avec le superviseur et Benjamin Kommey ont décidé de concevoir un compteur permettant de mesurer le volume d’eau consommé, de synchroniser l’enregistrement du compteur à distance, de suivre et de mettre à jour les données de mesure. Ils ajoutent une application à ce dispositif.

«Nous voulions concevoir un compteur permettant aux utilisateurs de suivre la consommation d’eau à l’aide d’une application et aux sociétés de l’eau de pouvoir suivre tous les compteurs déployés dans le monde entier», a déclaré Ebenezer Azumah.

Le système comprend une application Web, et une application mobile. Un serveur distant calcule la facture et fournit un graphique en temps réel de la consommation des compteurs et du débit. Les utilisateurs savent un peu à quoi s’attendre en termes de paiement  de factures.

« Quand vous n’êtes pas là et que l’eau déborde, l’intrigue vous aura un signal que l’eau coule toujours, ce qui signifie que le robinet a été ouvert ou qu’il y a un problème de compteur », a ajouté Quarm Sylvanus.

L’application mobile utilise l’argent mobile pour effectuer un paiement pour l’eau consommée. «Le client peut voir la liste de tous les paiements et le client peut effectuer un paiement en saisissant le numéro de téléphone, l’identifiant et le montant», poursuit Awudi Eric Okyere.

Les utilisateurs seront en mesure de détecter les fuites et de fermer à distance l’alimentation en eau des maisons afin de prévenir l’augmentation des factures et le gaspillage d’eau. Le dispositif aidera aussi les ménages à faire des économies d’eau et payer moins de facture.

Les innovateurs ont annoncé qu’ils intégreraient une analyse d’intelligence artificielle qui permettra de recommander des mesures de gestion efficace aux utilisateurs.

 

 

Ghana/ Le Royaume Ashanti développe sa propre application

Le royaume Ashanti au Ghana est l’un des plus anciens et les plus puissants d’Afrique ayant survécu à des siècles de guerre et de colonisation. Pour le 20e anniversaire de naissance du roi Nana Barima Kwaku Duah, une application mobile sera lancée.  Dénommée “Application mobile Manhyia Palace’’, elle présentera de nombreuses fonctionnalités dont l’accès à l’histoire du royaume.

Cette toute première application royale africaine facilitera une interaction avec le Royaume, partage du contenu via ses canaux de podcast et de diffusion vidéo en direct et alerte, puis  informera  les utilisateurs, des événements et des activités qui se déroulent au sein du palais via sa plate-forme de messagerie texte.

Développé conjointement par le consultant en communication et sous-chef Nana Obiri Amaniapong II et  l’Otumfuo Nkonwasuafuohene Kyeame, connue sous le nom de Nana Yaw Obiri Yeboah, la conception  a été motivée par les plateformes de réseaux sociaux dynamiques du palais sur Facebook, Twitter, Instagram. Elle sera lancée dans les mois à venir et disponible en téléchargement gratuit.

En dehors de l’aspect ludique et informatif que présente l’application, les développeurs ont pensé à une fonctionnalité particulière qui va raconter un peu mieux l’histoire du royaume : Manhyia Palace Museum.

Le Manhyia Palace Museum est une fonctionnalité spéciale de l’application. Selon nos informations, elle proposera  une visite virtuelle du musée royal le plus unique et le plus décoré du palais. Les utilisateurs peuvent faire ses visites virtuels du musée en s’abonnant via une plate-forme de paiement pour accéder à une histoire de plus de 400 ans.

L’application mobile Manhyia Palace est la toute première application mobile historique d’Afrique à être alimentée par un royaume et pour un royaume. Un Royaume qui s’adapte à l’ère du numérique, cela montre à suffisance que la technologie n’est ni réservée aux quartiers huppés d’Afrique ni aux pays développés. Ces types d’initiatives contribuent à réduire le fossé numérique , parfois trop grand entre les villages et les villes africaines.

 

Prudence A.

 

Cliquez pour accéder au site du Royaume 

Robofest 2019 : Une équipe féminine du Ghana, championne du monde

Une équipe exclusivement féminine présentée par le Ghana a été championne du monde aux USA lors du Robofest 2019. Elle a battu toutes les autres venues  des États-Unis, du Mexique, de l’Égypte, de la Corée du Sud , entre autres.

La Team Acrobot est formée par neuf filles d’un lycée du Ghana. C’est une équipe de la Ghana Robotics foundation. A Lawrence Technological University (LTU) de Southfield, dans le Michigan, elle a fait parler d’elle en battant toutes les autres équipes participantes. Elle a réussi les 10 grandes catégories du championnat disputées du 16 au 18 mai dernier.

Les catégories comprennent le jeu (missions robotiques complètes), l’exposition (projets d’exposition), le défi Vision Centric (développer des robots pour résoudre des problèmes à l’aide de caméras), le défi Mission inconnue (missions Surprise). A ceux-ci s’ajoutent le RoboArts (concours de musique, danse et arts robotiques), BottleSumo (Pousser la bouteille ou les adversaires de la table), RoboParade (Défilé de robots), Camps, Carnival et WISER, une conférence sur l’éducation par la robotique.

L’équipe ghanéenne a mis au point un robot qui organisait les boîtes en fonction d’un nombre binaire qui leur avait été attribué lors de la compétition.

Cette équipe du nom de Acrobot n’était pas la seule équipe du Ghana. Ce pays d’Afrique de l’Ouest a également présenté aussi les équipes I-BOT et Cosmic Intellect.  Cette dernière composée de cinq garçons de l’Académie Mikrobot au Ghana s’est classée 6ème sur un total de 52 équipes de la division. L’équipe I-Bot est sortie s’est classée 15ème dans la catégorie senior du match senior.

Depuis le début de Robofest, plus de 25 000 étudiants de 14 États américains ont participé, Brésil, Canada, Chine, Colombie, Équateur, Égypte, Angleterre, France, Ghana, Hong Kong, Hongrie, Inde, Liban, Macao, Mexique, Singapour, Afrique du Sud, et la Corée du Sud. Les équipes s’affrontent dans les divisions junior, senior et universitaire.