Afrique :Fadima Diawara va bientôt lancer son smartphone Kunfabo

L’entrepreneure Fadima Diawara va bientôt lancer son smartphone Kunfabo pour l’Afrique. Elle compte en faire un téléphone moins cher et de surcroît accessible à toutes les bourses. Fadima et son équipe travaillent sur le projet depuis 2 ans. Pour l’équipe, le smartphone doit réfléter au plus  près la réalité des Africains. Pour ce faire, il faut y intégrer  des applications développées par les Africains pour les Africains. C’est une manière de promouvoir une solidarité à l’échelle continentale.

Selon nos informations, deux applications 100 % africaines seront préinstallées sur ce smartphone. Il s’agit par exemple de l’application de messagerie instantanée Dikalo lancée par le Camerounais Ekambi Alain. Il faut noter aussi l’installation d’une application de géolocalisation des centres de santé,  hôpitaux et pharmacies de proximité développée par Eguitec, une start-up guinéenne.

A part ouvrir une usine de montage de ces appareils en Afrique, un autre volet social permettra de construire des écoles dans les milieux reculés. A quelques mois de son lancement, elle se confie à la Rédaction de Tech en Afrique dans une interview exclusive.

 

Donnez-nous quelques raisons qui peuvent pousser une personne à acheter Kunfabo ?

Kunfabo s’imposera par sa qualité et son prix accessible ; par ces applications purement africaines de géolocalisation des centres de santé, hôpitaux, pharmacies, recettes africaines, musique,
la mode sur le continent…intégrées au smartphone .

Pour être une marque, le concept même de Kunfabo , c’est réellement d’accompagner le client africain dans sa vie quotidienne.

Prototype de Kunfabo

Faites-nous un aperçu de votre expérience depuis le début de l’aventure

Depuis le début du projet, j’ai appris énormément car je me suis entouré des personnes expertes dans leurs domaines. J’ai surtout compris que rien n’est impossible. L’impossible, c’est dans notre tête et la clé c’est la persévérance.

Quel message pour l’Afrique ?

Je lance un appel à tous mes frères et Sœurs Africains à soutenir cette nouvelle marque, se l’approprier et faire en sorte qu’elle grandisse et surtout consommons africain pour le développement de notre continent.

J’en appelle aussi aux investisseurs Africains , aux sponsors… nous avons besoin de leurs collaborations pour l’aboutissement du projet .

Il sera possible d’envoyer et de recevoir de l’argent via Dikalo

Dikalo, l’application de messagerie instantanée lancée en novembre 2017 fait son petit bonhomme de chemin. Pour les mois à venir, l’équipe conceptrice basée au Cameroun va y intégrer une nouvelle  fonctionnalité. Il sera possible d’envoyer et de recevoir de l’argent via l’application.

C’est tout de même rare d’être connecté et d’avoir des « solutions maison » pour résoudre certains soucis quotidiens. Il y a toute une panoplie d’applications de messagerie instantanée qui de jour comme de nuit essaient dans la mesure du possible de connecter l’Afrique toute entière voire avec sa diaspora.

Mise en ligne il y a pratiquement 9 mois, l’application conçue par le Camerounais Alain Ekambi et son équipe apporte une nouveauté. Selon les explications de son concepteur, ce sera un moyen de se démarquer, de faire la différence entre Dikalo et le reste des applications existantes.

« Nous travaillons actuellement sur la possibilité d’envoyer/recevoir de l’argent de façon instantanée. La messagerie était juste une première étape. Une fois les gens connectés, il nous faut leur offrir des services qu’ils ne  trouveront pas sur d’autres plateformes. Et Dikalo Money (Nkap) est le premier service qu’on offre sur la plateforme », nous confie l’entrepreneur Ekambi Alain.

capture d’écran/ Crédit photo: DR

 

Une concurrence aux services de mobile money ?

 

Non, non, ce n’est pas l’idée. C’est ce que réitère l’un des cerveaux derrière Dikalo. Pour lui, il ne s’agit pas de vouloir concurrencer les opérateurs de téléphonie mobile mais de plutôt permettre aux internautes de se rendre utiles les uns aux autres en un clic. Néanmoins, les tarifications devront être flexibles pour tous. « Concurrence aux mobile money classique ? Pas forcement. Disons plutôt que c’est une alternative moins chère et qui donne plus de chances aux compagnies locales dominés par les opérateurs de télécom », rassure-t-il.

Dikalo va nouer des partenariats avec des microfinances où les envois et retraits pourront se faire plus aisément. La finalité est de mettre le cap sur le monde entier et de pouvoir servir tous les utilisateurs.

 

CLIQUEZ ICI POUR TELECHARGER DIKALO

 

Dikalo est là

Il y a quelques semaines nous vous annoncions la sortie  d’une application de messagerie instantanée dénommée Dikalo. Aujourd’hui, c’est une réalité.5 jours à peine après son lancement le 22 octobre dernier, l’application a commencé par ravir la vedette aux autres au Cameroun. Dans les classements sur Playstore , Dikalo occupe la 11ème place. Ses particularités en sont pour quelque chose.

Des communauté d’internautes promettaient en faire leur application favorite. Elles l’attendaient avec impatience jusqu’au jour J.  Cette thèse semble être confirmée par les interactions qui sont autour de l’application.

La particularité avec Dikalo , selon les explications de son promoteur, est cette possibilité de l’utiliser sans entrer son adresse mail, donner son numéro et donc de pouvoir protéger un tant soit peu sa vie privée. Un simple code suffit pour échanger avec qui on veut sans forcément partager son identifiant Facebook par exemple ou des informations personnelles.

« Durant un voyage j’avais rencontré une personne intéressante. Au moment de se séparer j’aurais bien voulu rester en contact avec la personne sans toutefois (du moins au début) donner mon numéro de téléphone à la personne. Les messageries du moment ne m’offraient pas cette option. Du coup, j’ai pensé à une messagerie qui pourrait marcher avec mes proches mais aussi avec des gens que je ne connais pas (encore). Ce n’est pas tout le monde qui doit atterrir dans votre liste de contacts téléphonique. Du moins au début. Et en tant qu’africain j’ai décidé d’ajouter quelques éléments à connotation africaine comme le nom Dikalo ou les stickers africains (nous avons commencé avec les stickers camerounais mais comptons ajouter d’autres pays très bientôt) » , a expliqué Alain Ekambi, le créateur de Dikalo.

Dikalo compte déjà près de 2 millions d’utilisateurs.

Télécharger ici