Un jeune ivoirien produit du carburant à partir de manioc

Il vient de remporter dans sa catégorie la 2e édition du concours MOOV innovation. Lui c’est Edi Abe Valère et sa caractéristique c’est d’extraire du bioéthanol de l’amidon de manioc ( » lait d’attiékè que les femmes jettent « ) par un processus de distillation. Ce concours avait pour but de déceler les talents nationaux en matière de start-up innovantes. Les candidats retenus bénéficieront entre autres d’un accompagnement financier et d’une période d’incubation.

Le bioéthanol est un biocarburant utilisable dans certains moteurs à essence. L’éthanol est produit à partir de matière organique (biomasse) et appartient à la famille des énergies renouvelables. Cet éthanol d’origine végétale n’est rien d’autre que de l’alcool éthylique, le même que celui que l’on trouve dans toutes les boissons alcoolisées. D’ailleurs le bioéthanol est utilisé dans plusieurs types d’industrie.

Un jeune ivoirien produit du carburant à partir de manioc

Lire aussi : WhatsApp dispose désormais d’une nouvelle fonctionnalité

Pour ce qui est de l’industrie automobile, les véhicules FlexFuel peuvent rouler indifféremment à toutes les essences (dont le Superéthanol ) dans un seul et même réservoir. Pour info : le Supérethanol E85 est un carburant contenant jusqu’à 85% d’éthanol et 15% d’essence en volume. Une teneur minimale en essence est nécessaire pour garantir le fonctionnement à froid du véhicule

Aujourd’hui la plupart des constructeurs automobiles ont mis sur le marché des véhicules pouvant fonctionner au Supérethanol E85. Parmi ses voitures ont retrouve des Ford, Dacia, Renault, Volvo, Peugeot etc. Plusieurs modèles de motos fonctionnent aussi au Supérethanol. Enfin, le supérethanol peut servir de combustible pour centrales électriques. Le Ghana en a fait l’expérience avec succès. 

Le jeune Edi Abe Valère 29 ans est l’un des tous premiers chercheurs en Côte d’Ivoire à produire du bioéthanol à partir de manioc. Il entend développer sa petite entreprise pour pourquoi pas un jour devenir un de ces champions nationaux à envergure mondiale, dont jusqu’à présent seul le Nigeria a su en produire dans notre sous-région. À encourager et féliciter.

Jean Christian Konan 

Uber s’installe à Abidjan

La célèbre Uber est enfin en Côte d’Ivoire, précisément dans la ville d’Abidjan. Cette application qui interconnecte chauffeurs et passagers pour les courses fait son entrée . Il aura fallu 12 mois de consultations avec les autorités ivoiriennes et les parties prenantes du secteur des transports.

«Je suis très enthousiaste du lancement d’Uber à Abidjan, et tout particulièrement de le réaliser avec le soutien du gouvernement », s’est réjoui Marjorie Saint-Lot, Manager Pays pour Uber en Côte d’Ivoire.

Le lancement d’Uber à Abidjan est une première en Afrique francophone. Abidjan fait désormais partie des 15 autres villes d’Afrique sub-saharienne où l’appli est disponible. Cette ville avec sa population d’environ 4,7 millions de personnes a séduit l’entreprise américaine.

Lire aussi : Le Ghana va vers le e-cedi, sa monnaie numérique

«Nous sommes à la fois optimistes quant au développement d’Uber à Abidjan et engagés à favoriser les opportunités économiques pour les chauffeurs dans la ville. Nous pensons qu’Uber a le potentiel d’améliorer les opérations existantes de milliers de chauffeurs ivoiriens, ainsi que de continuer à améliorer la sécurité, la fiabilité et l’accessibilité des déplacements pour tous à Abidjan. Nous sommes confiants de l’impact futur que notre technologie et notre équipe locale vont avoir. », a expliqué Alon Lits, Directeur général pour l’Afrique sub-saharienne.

Les opérateurs de transport déjà sur le marché peuvent travailler avec l’application tout en continuant à exercer indépendamment avec leur structure existante. « A Abidjan, nos données indiquent que plus de 50 000 personnes ont déjà essayé d’utiliser l’application Uber dans la ville l’année passée – autant de potentiels nouveaux clients pour des milliers de chauffeurs de taxi à Abidjan», ajoute M. Lits.


 Uber fournit aux passagers les informations nécessaires sur leur chauffeur, tels que leur prénom, leur photo et leur numéro de plaque d’immatriculation, ce qui permet de reconnaître le véhicule avant même son arrivée. Les utilisateurs – chauffeurs et passagers – peuvent également communiquer entre eux directement par le biais de l’application sans partager leurs données personnelles.

Avec Abjidjanet

Côte d’ivoire : l’Institut Ivoirien de Technologie ouvre ses portes

L’institut Ivoirien de technologie (IIT), une nouvelle école en Côte d’ivoire ouvre ses portes pour la rentrée académique 2019- 2020. L’annonce a été faite le 12 octobre 2019.

La rentrée prévue initialement le 14 octobre 2019, est finalement repoussé au début du mois de novembre à cause du retard des affectés de l’Etat.

Par ailleurs, les renseignements et les inscriptions ont commencé et se poursuivent tous les jours de lundi à vendredi de 8h à 16h 30 min.

Lire aussi : Kofo Akinkugbe produit des cartes Sim pour l’Afrique de l’ouest

Selon nos informations, l’institut Ivoirien de la technologie est reconnu par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Caliste Claude M’Bahia diplômé de Harvard dirigeant d’entreprise, ingénieur et consultant dans les TIC et de la gestion des affaires est fondateur de ce nouvel établissement.

Selon le fondateur, le but de cette nouvelle école est de contribuer à l’émergence d’une société africaine plus prospère grâce à la maîtrise de la technologie de l’innovation et de l’entreprenariat. En outre, il veut contribuer à construire, gérer et développer en Afrique un écosystème.

« Nous considérons que l’acquisition du savoir est aussi importante que la mise en pratique concrète sur le terrain. Nos étudiants sont donc entraînés à identifier les problèmes leur trouver des solutions et enfin implémenter ces solutions » a-t- il précisé.

Roland ADJELE

Côte d’Ivoire : Une fondation finance l’entrepreneuriat féminin

Dans le cadre de la mise en oeuvre du projet Spark, la fondation de la société générale Côte d’Ivoire (SGCI) a récompensé avec une somme de six millions FCFA trois projets d’entrepreneuriat féminin.

Au cours de cette cérémonie à Abidjan, deux millions sont offerts gratuitement par la fondation aux bénéficiaires.  Ces lauréats bénéficieront d’un accompagnement technique dans le cadre du programme Spark initié par l’association Empower ‘Her.

Lire aussi : Passer 5 heures sur votre smartphone favoriserait la prise de poids

Le directeur général adjoint de la société générale, Outtara Adama a apprécié le professionnalisme de Empower’ Her et l’action gouvernementale dans les initiatives d’autonomisation des femmes.

« Cette action sociale de groupe sera perpétuel » a-t-il déclaré après avoir félicité les récipiendaires.

Par ailleurs, ce programme vient outiller les femmes de compétences pratiques en gestion d’une entreprise et renforcer le leadership entrepreneurial chez la femme. Plus de 56 femmes entrepreneures ont reçu des formations en management, self estime et gestion d’activité à Abidjan, Bouaké et Soubré.

« Plus de 900 femmes ont été formées pour leur autonomisation sociale et économique en côte d’ivoire », a déclaré directrice de Empower ‘Her Barthélémy soazig

Lire aussi : Rwanda :Des kiosques pour recharger 80 téléphones simultanément

Depuis sa création, la fondation intervient en faveur de l’insertion professionnelle et éducative. Elle a soutenu plus de 1022 projets .

Cliquez pour intégrer notre groupe WhatsApp Entrepreneurs d’Afrique

Roland ADJELE

Côte d’Ivoire : Mamadou Sanogo devient ministre de l’économie numérique

Mamadou Sanogo a été nommé ministre de l’Economie Numérique et de la Poste. Il a accédé à ce poste lors du remaniement ministériel qui a eu lieu ce mercredi 04 septembre 2019.

Le nouveau ministre de l’Economie numérique a promis ce jeudi 05 septembre au Plateau (Abidjan-centre) qu’il relèvera le défi dans le secteur des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) en Côte d’Ivoire.

Lire aussi : Kenya : Netflix et YouTube paieront bientôt des taxes

Selon le ministre, tous les moyens seront utilisés pour booster le secteur du numérique. De ce fait, tout sera mis en œuvre pour placer la côte d’Ivoire dans la concurrence par rapport à l’usage de la fibre optique.

Lire aussi : Nigeria : Facebook et Digify Africa forment aux métiers du numérique

L’achèvement du backbone, le réseau mère en matière de télécom figure dans les promesses de Mamadou Sanogo. « Les télécoms sont absolument fonctionnels. C’est quand-même un élément très important. » affirme-t-il.

Mamadou Sanogo succède ainsi à Claude Isaac Dé, qui a été nommé ministre auprès du Président de la République chargé des Grands projets.

Raheem Geraldo

Côte d’Ivoire : Toyota a l’accord du gouvernement pour s’installer

Le constructeur d’automobiles japonais, Toyota et le gouvernement ivoirien ont conclu un accord ce jeudi dernier à Yokohama, au Japon. Cet accord l’autorise à s’installer dans le pays.

Cette signature a eu lieu à la 7ème édition de la conférence de Tokyo sur le Développement Africain (TICAD 7). La marque d’automobiles à travers cet accord signé avec le gouvernement ivoirien, a la possibilité de créer une usine de montage de véhicules sur le territoire ivoirien.

Lire aussi : Togo/ Investissements : La structure ACN vend des obligations

Le ministre des transports Amadou Koné s’est chargé de la signature de cet accord avec Toyota qui est représenté par son PDG, ICHIRO Kashitani. La délégation ivoirienne, s’est réjoui de  ce partenariat qui permettra la fabrication totale des véhicules Toyota en Côte d’Ivoire.

Après donc l’Afrique du Sud et l’Égypte, Toyota va s’installer en Côte d’Ivoire dans le cadre de sa stratégie d’expansion sur le continent. Le PDG de Toyota a salué le gouvernement ivoirien pour les progrès économiques réalisés qui rassurent Toyota et déterminent son choix de s’installer en Côte d’Ivoire.

Raheem Geraldo

Côte d’Ivoire : 35 880 téléphones portables de contrebande saisis

35 880 téléphones portables de contrebande ont été saisis. C’est une prouesse de la douane ivoirienne. Un véritable coup dur pour les réseaux de contrebande. 

2.439 cartons contenant 35.880 terminaux portables, dont des cellulaires et des tablettes, entrés irrégulièrement en Côte d’Ivoire ont été saisis. Le manque à gagner que cela représente pour le Trésor public n’a pas encore été évalué.

Lire aussi : Ethiopie : Report du lancement du satellite d’observation

Pour l’heure, personne ne sait la suite qui sera donnée à cette affaire. Le constat ayant mené à ces traques est la réduction du dédouanement de téléphones portables dans les livres des services des douanes.

Les services de l’État comptent ne pas lâcher du lest sur ce sujet. Une invite est adressée aux opérateurs économiques à suivre la voie légale de dédouanement des marchandises.

Cote d’Ivoire/Etudesk remporte le prix d’excellence 2019

L’équipe Etudesk s’est distinguée parmi les 81 lauréats lors de la remise des prix d’excellence 2019 présidé par le Président de la république, Alassane Ouattara.

Lire aussi : Afrique : Famous, un nouveau réseau social en gestation  

A cette édition, le gouvernement ivoirien a classé l’équipe Etudesk  en tant que lauréat du prix national d’excellence 2019 dans la catégorie  » Meilleur Initiative de vulgarisation des usages des TIC ».

Dans son allocution, le président de la république Alassane Ouattara, a adressé ses chaleureuses félicitations et encouragements aux lauréats pour leur travail fournit. 

La célébration de la Journée Nationale d’Excellence, a mis en lumière des citoyens qui contribuent au développement de la Côte d’Ivoire à travers leur projet innovant. 

« Nous tenons à vous rassurer que cela n’est que l’ébauche de notre longue vision qui est de rendre l’éducation accessible à tous en Afrique », se réjouit Lamine Barro, le fondateur de la startup.

Le chef de l’État a invité les lauréats à persévérer dans leurs efforts et à demeurer des modèles afin de contribuer à l’avènement de la Cote d’Ivoire nouvelle, émergente et prospère à laquelle tous les Ivoiriens aspirent.

Alexine AFAYA

Côte d’ivoire : 447,5 millions FCFA pour 30 nouvelles entrepreneures

Le Groupe Banque Centrale Populaire  a octroyé en début de semaine un financement à hauteur de 447,5 millions de francs à trente (30) nouvelles entrepreneures. 

Le Groupe Banque Centrale Populaire accompagne  l’Etat Ivoirien dans son engagement à poursuivre la promotion et l’accompagnement de l’entreprenariat féminin en tant que moteur de croissance économique. 

Lire aussi : Rwanda: Un satellite pour connecter les écoles reculées

« En accordant des financements à des femmes entrepreneures,  Banque Atlantique entend ainsi affirmer sa volonté de respecter les engagements pris devant les plus hautes autorités ivoiriennes traduisant ainsi la dynamique des relations de partenariat Public- privé » a déclaré Arsène Coulibaly, directeur Général de Banque Atlantique Côte d’Ivoire.  Le Banque Atlantique est une filiale de la Groupe Banque Centrale Populaire.  

Le Directeur Général de Banque Atlantique a réaffirmé la  volonté manifeste de sa structure bancaire de faire du financement des PME, son cheval de bataille. 

Pour rappel, le fonds pour la promotion des PME et de l’entreprenariat féminin a été lancé depuis  2017.

Roland ADJELE

Deux milliards FCFA pour les entrepreneurs ivoiriens

Une somme de deux milliards de FCFA sera mise à la disposition des jeunes entrepreneurs ivoiriens. L’annonce a été faite lors de 18ème forum de l’AGOA.

M. Touré Mamadou, ministre de la promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes a  annoncé que l’Etat ivoirien va bientôt mettre une somme de deux milliards de FCFA à la disposition des jeunes entrepreneurs.

Lire aussi : LinkedIn: Emmanuel Adébayor, victime d’une usurpation d’identité

Le ministre reconnait la pertinence de ce forum qui donne la parole aux jeunes pour faire des propositions aux décideurs. A ce rendez-vous,  les acteurs pensent à la création d’un écosystème entrepreneurial florissant. 

Lire aussi :Togo : Des drones pour éradiquer les braquages ?

Il est question de rassembler les jeunes et les femmes pour bénéficier des financements de l’Etat. Ils seront formés et outillés  afin de  participer à la création de richesse. 

Entre 50% et 70 % de la population a moins de 35 ans selon le ministre. Ce qui connote la jeunesse et la vigueur des uns et des autres.

Roland ADJELE