Bebi Philip lance son site de téléchargement de musique

L’artiste Bebi Philip, a lancé son site de téléchargement légal de musique  « BBP STORE MUSIC » dans le but de combattre la piraterie et le téléchargement illégal.

C’est une boutique en ligne dédié à la vente en ligne des chansons à un prix très abordables avec des moyens de paiement comme le mobile money.  L’artiste explique que d’après son expérience, les producteurs n’ont pas de retours sur investissements.

Lire aussi : L’artiste Davido lance son jeu vidéo 30BG Money Run

Dans le but de lutter contre la piraterie, le téléchargement illégal et jouir de la production de ses œuvres, l’artiste Bebi Philip a décidé de créer un site en ligne afin de parvenir à vendre et veiller aux respects des œuvres. « Il est vrai que nous sommes venus à la musique par passion. Mais si nous en avons fait notre métier, c’est aussi et surtout pour en vivre » a-t-il souligné.

Il est à notifier que ce site est également destiné aux autres artistes qui veulent bien faire la promotion de leurs œuvres. Par ailleurs, l’exclusivité est réservé pour l’instant à l’artiste avec la disponibilité du Titre « Chevalier de Dieu » sur Bebi Philip site officiel. Les œuvres des autres artistes désirant être ajoutée sur la plateforme seront bientôt disponibles.

L’artiste Bebi Philip exhorte ses fans à adopter le bon geste, en achetant légalement sa musique sur son store.

Pass Santé Mousso, meilleure initiative santé au  WIAsummit

Pour la 3ème édition du WIAsummit tenue du 27 au 28 juin dernier à Marrakech, la dynamique entrepreneure Ivoirienne Guyerman Maurice grâce à son projet  Pass Santé Mousso remporte le prix de la meilleure initiative santé au sommet de Women in Africa Summit (WIA).

Le colloque Women in Africa Summit en français ‘’Femmes en Afrique’’ est une plateforme internationale pour le développement économique des femmes africaines leaders à fort potentiel. Tenue en Afrique, elle rassemble chaque année de nouveaux talents locaux et les décideurs qui s’engagent à transformer le continent.

Lire aussi : Africa Cyber Security 2018 : Les femmes à l’honneur

D’une part, son ambition est de libérer le potentiel d’une nouvelle génération de dirigeantes africaines à tous les niveaux de responsabilité civile et gouvernementale. Il s’agit aussi de relier les femmes africaines et internationales dirigeantes dans la poursuite d’une Afrique innovante et inclusive.

Le Pass santé Mousso une initiative de Guyerman Maurice, est un bijou (Bracelet, médaillon) ou encore une carte connectée associée à une plateforme en ligne.

Lire aussi : Mabel Adekambi couronnée « ambassadrice WAOUW »

Il permet à son propriétaire d’emporter ses données personnelles et médicales partout avec lui et de les mettre à disposition, le cas échéant, du personnel médical et d’urgence. Il se présente comme un dossier médical personnalisé numérique, et un outil de réponse aux soins d’urgences.

Par ailleurs, le Pass santé Mousso aide à  améliorer la prise en charge des patients. Il réduit les risques d’erreurs médicales dues au manque d’informations sur le patient et permet surtout une surveillance médicale continue de qualité.

Les applications Web et mobile dédiées ont été conçues en collaboration avec des professionnels de santé afin d’offrir une « expérience utilisateur » simplifiée et efficace. L’ensemble s’appuie sur les nouveaux usages de la mobilité et des objets connectés.

La prise en main permanente est adaptée aux femmes et hommes de tout âge. Une fois le profil de l’individu renseigné, les données personnelles cryptées sont transmises au Pass Santé Mousso et ne sont accessibles que par les tiers autorisés (médecins / hôpitaux et propriétaire des données et/ou famille si autorisée).

 

Daniel A.

Le seul robot humanoïde Pepper de l’Afrique se trouve en Côte d’Ivoire

Le seul robot humanoïde, Pepper présent sur le continent africain se trouve en Côte d’Ivoire. Développé par la société SoftBank Robotics, il est susceptible de reconnaître certaines émotions. Ces robots servent  dans les boutiques où ils sont chargés d’accueillir les clients, leur donner des informations et les distraire  le temps qu’ils soient servis.

En Afrique, le seul robot disponible a été retrouvé dans un bureau de la Côte d’Ivoire. Il possède une variété de tons et de registres de langues qu’il sélectionne et analyse en fonction du contexte et de son interlocuteur. La reconnaissance des émotions de l’interlocuteur est basée sur la détection des expressions faciales, du ton et du champ lexical employé.

« C’est le seul robot Pepper présent sur le continent africain. Il ressent vos émotions. Surtout quand tu le caresses sur la tête, sa réaction est : ‘Tu me chatouilles! ‘. Il mémorise et stocke les visages. Un de ses usages que je trouve très intéressant : si vous avez une réunion où vous ne pouvez pas être présent, Pepper peut se substituer à vous en reproduisant tous vos gestes et votre voix en temps réel alors que vous êtes chez vous à la maison », explique sur son compte LinkedInd , Edith Brou Blandon, digital manager et bloggeuse.

Pepper a déjà été adopté par de nombreuses enseignes au Japon, en Europe, aux Etats-Unis pour accueillir les clients de façon originale. Dans les entreprises, il est à même d’informer les visiteurs, de les orienter, de recueillir leur niveau de satisfaction ou encore de les divertir le temps qu’un vendeur se libère.

Par ailleurs, Pepper est disponible en tant que robot éducatif et de recherche pour les écoles, les collèges et les universités afin d’enseigner la programmation et de mener des recherches sur les interactions homme-robot.

Dans le but d’améliorer l’interaction et la reconnaissance des émotions, les robots Pepper partagent les données recueillies dans un système d’intelligence artificielle en cloud.

Pour rappel, les robots humanoïdes Pepper accueillent aujourd’hui, les visiteurs dans plus de 2 000 entreprises à travers le monde.

Côte d’Ivoire : Refa célèbre l’entrepreneuriat féminin

La journée de l’entrepreneuriat féminin a été célébrée à Abidjan en Côte d’Ivoire vendredi 07 décembre dernier. Une cérémonie commémorative a été organisée en ce sens par le Réseau Entrepreneurial des Femmes Africaines.

Des femmes chefs d’entreprises, gestionnaires d’activités génératrices de revenus en provenance de plusieurs villes et communes de Côte d’Ivoire voire même de la sous-région ont pris part à cet événement.

« Une femme épanouie contribue au bien-être de sa famille, de sa communauté et de son pays. Et nous, femmes du Refa, sommes persuadées que c’est la femme qui doit être le pilier de l’émergence de toute l’Afrique », a laissé entendre Michelle Bamba, Présidente Fondatrice du Réseau Entrepreneurial des Femmes Africaines.

Le REFA a pour mission de promouvoir, développer et soutenir l’entrepreneuriat féminin . C’est cette vocation qu’elle poursuit à travers l’organisation d’une telle rencontre. Le but c’est aussi de renforcer les capacités de ces femmes entrepreneures pour qu’elles soient plus actives sur le terrain.

Les exposés ont tournés autour de trois thèmes principaux parmi lesquels le management et tutoring de la femme entrepreneure; la femme, pilier de la paix et du développement et les nouveaux produits des banques et micro-finances.

Les prochains projets du REFA ont été aussi évoqués. « Il s’agit de créer une plateforme de vente et de consommation de l’attiéké, la transformation de produits agricoles, la construction de magasins à l’endroit des commerçantes exerçant dans les rues. Le gouvernement ivoirien soutient le REFA à travers ses ministères qui encouragent toutes les initiatives de l’ONG », rapportent nos confrères d’Abidjanet.

Le REFA est une Organisation Non Gouvernementale qui rassemble des opératrices économiques, chefs d’entreprises individuelles ou sociétaires. Son champ d’action couvre tous les secteurs de l’activité économique africaine. Elle favorise un meilleur climat des affaires aux femmes en Afrique et dans le monde à travers l’assistance et le conseil, la formation, l’information, l’accès au financement, la protection sociale.

Crédit photo : Abidjanet

Côte d’Ivoire : Mobiladdress, la sécurité en poche

Mobiladdress est une application développée par le jeune entrepreneur ivoirien AdouKoua koutié Constant. Désormais directeur de Carto CI, il a reçu plusieurs prix et distinctions dont le prix national d’excellence, 3eme prix de l’innovation numérique ainsi que le prix de l’entrepreneur émergent du distric d’Abidjan.

L’application mobile dont il est l’initiateur, permet d’alerter très rapidement les services de secours, de sécurité en un clic avec une géolocalisation précise du lieu du sinistre. Contribuer significativement au développement de la Côte d’Ivoire son pays d’origine, renforcer la sécurité des populations sont les objectifs poursuivis par cet entrepreneur.

« Nous constatons les phénomènes grandissant d’insécurité et même plus encore les menaces terroristes au niveau local et régional. Pour ne rester que sur le vécu quotidien des populations, il est à noter d’énormes difficultés d’accès aux services de secours dans des situations d’insécurités », explique le concepteur.

Les causes de ces difficultés résident dans la caducité des moyens d’alertes traditionnelles. Encombrement des lignes d’urgence, saturation du réseau par des canulars, autant de plaintes enregistrées au quotidien.

De plus, il est évident de noter la quasi inexistence de réseau d’adressage des rues en Côte d’Ivoire qui empêche la localisation des sinistrés. Mobiladdress se positionne comme un moyen fiable, rapide et simple d’avoir accès aux secours et services de sécurité sans se déplacer, sans composer de numéro, dans une totale discrétion.

Elle est basée sur un système de géolocalisation précis fonctionnant avec ou sans connexion internet. Les services de secours pourront se rendre facilement et rapidement sur un lieu pour des cas  tels que les braquages, accidents, urgence médicales, incendies, entre autres.

Il faut ajouter que les utilisateurs pourront désormais en plus des services déjà proposés, alerter également leurs proches et familles en cas de situation malencontreuses avec la nouvelle version de l’application qui sera commercialisée sous peu en Côte d’ivoire.

Crédit photo : Mobiladdress

 

Phinée Oré

 

 

Africa Cyber Security 2018: Les femmes à l’honneur

La 3ème édition du rendez-vous annuel de la Cyber Sécurité en Afrique, s’est tenue du 24 au 26 octobre dans la capitale économique ivoirienne. Le thème retenu était : «Cyber sécurité, moteur de la transformation digitale». Une thématique qui explique l’inquiétude des instructeurs de l’ACSC 2018, conscients du fait que toute mutation digitale ne peut être profitable que si elle intègre la sécurité , indispensable pour atteindre les buts économiques, sociaux et politiques de  l’Afrique.

Cette 3ème édition de l’ACSC se donne pour objectifs principaux d’identifier les enjeux majeurs et imminents de la cybersécurité et les moyens pour raffermir la cyber défense, de présenter un schéma directeur qui renferme la sécurité dans toutes les stratégies de transformation digitale, de favoriser des rencontres d’échanges et de perfectionnement à travers les retours d’expériences entre le privé, les experts techniques et les institutions gouvernementales et d’échanger sur les nouveaux procédés réglementaires mis en place par les autorités gouvernementales.

Une place de choix a été réservée aux dames. Et c’est la Ministre de la solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté, le Professeur  Mariatou Koné qui a présidé le 25 octobre dernier, le panel Africa Women 4 tech.

Durant deux heures, les participantes ont abordé plusieurs aspects  correspondants à la représentativité des femmes dans les secteurs des nouvelles technologies et de la transformation digitale. Les discussions ont également porté sur leurs expériences et les occasions qu’offrent ces secteurs. Très attendue à ce panel, la Ministre Mariatou Koné a reçu les félicitations des professionnels des TIC et des organisateurs  pour ses actions en faveur du numérique et de la transformation digitale.

«La transformation digitale constitue un potentiel énorme pour l’Afrique, il convient désormais de la concilier avec la cybersécurité. La sécurité est non seulement inventée pour gérer les incertitudes, mais aussi pour être au cœur de la stratégie de croissance par le digital», a déclaré Mack Coulibaly, Président du comité d’organisation de l’Africa CyberSecurity Conference.

 

Ahlin ACCROBESSI

CI : Le prix entrepreneuriat et leadership féminin remis à Aïssatou Cissé

Aïssatou Cissé, Directrice générale de Pendis-CI est la lauréate du prix 2018 de l’entrepreneuriat et du leadership féminin. La distinction lui a été remise à l’occasion de la 5e édition du Grand prix des transports de l’Afrique de l’Ouest tenue à Cocody-Riviera Gofl. C’est la deuxième consécration pour cette dame déjà lauréate en 2016 du prix d’excellence décerné chaque année par le Président de la République dans la catégorie des femmes entrepreneurs.

« Le secteur du transport est l’assurance de la prouesse et du développement durable. Le transport est une activité pourvoyeuse d’emplois et de ressources. Le Président de la République ne ménage aucun effort pour en faire un secteur compétitif de notre économie depuis son arrivée à la tête du pays. Plusieurs infrastructures ont été ainsi réalisées, facilitant la fluidité routière. Le secteur du transport est vital et essentiel pour le développement de la Côte d’Ivoire. J’encourage mes sœurs qui exercent dans cette activité à persévérer »,a-t-elle fait savoir.

Pour le président du comité d’organisation, Auguste Danoh, le Grand Prix des Transports est une initiative qui est censée produire de l’émulation au sein de la communauté d’opérateurs économiques. Cette compétition annuelle chacun à se surpasser,  à donner plus en termes d’offres de services pour le bien des consommateurs.

« Nous avons mis l’accent sur le genre féminin cette année parce que partout où les femmes s’investissent, le secteur devient plus fixe et compétitif. Et nous faisons aussi des prix d’encouragement, de reconnaissance, et de valorisation», estime le président du comité.

Le représentant du ministre des Transports, Samou Diawara a aussi salué le projet de cette 5è édition lors de son lancement. « C’est une considération pour moi d’être ici ce jour au nom du ministre Amadou Koné pour marquer son accord et son appui à cette 5è édition du grand prix de l’Afrique de l’ouest. Le ministre me charge de vous congratuler pour votre appui aux actions du gouvernement, qui consiste à actualiser et assainir le secteur du transport ».

Ahlin ACCROBESSI

Côte d’Ivoire:  3 lauréats pour le Prix de l’entrepreneur social 2018

L’appel à candidature national lancé par Orange Côte d’Ivoire, a connu une hausse des dossiers qui sont passés à 117 contre 107 en 2017.  La finale s’est déroulée en milieu de semaine dernière avec 11 projets retenus. Les jeunes finalistes ont  défendu leurs projets face à un jury composé d’experts en entrepreneuriat, finance, marketing et TIC. Divers domaines ont été ciblés parmi lesquels l’éducation, la santé, l’emploi, l’agriculture, le mobile money ainsi que les réseaux sociaux.

A l’issue des délibérations, Yiri-dôtrô, Districash et Isahit sont qualifiés pour participer à la grande finale internationale du Prix de l’entrepreneur social Afrique/Moyen Orient lors des AfricaCom Awards en novembre prochain. Concours au cours duquel ils retrouveront d’autres lauréats des pays où Orange est implantée.

Les trois super lauréats internationaux retenus recevront respectivement 25 000€ (soit 16 400 000 fcfa), 15 000€ (soit 9 840 000 fcfa) et 10 000€ (soit 6 560 000 fcfa) et seront assistés par des professionnels de la création et du financement des jeunes entreprises.

Précisons que le premier lauréat Yiri dôtrô qui remporte la somme de 3 000 000 fcfa est une application qui utilise des technologies numériques pour la détection des maladies foliaires et la mise en contact des agriculteurs avec le marché des intrants le plus proche. Districash classé deuxième est une solution de paiement mobile visant à faciliter la vente et le rechargement des cartes bancaires prépayées. Le projet remporte la somme de 2.000.000 fcfa. Quant au 3è qui repart avec une somme de 1.000.000 fcfa, il s’agit d’Isahit, une plateforme internet d’externalisation de tâches digitales.

Pour rappel, le Prix de l’entrepreneur social est à sa 8e édition. C’est une initiative lancée dans les pays d’Afrique et du Moyen Orient où la marque Orange est présente, avec pour objectif de réaffirmer l’engagement du Groupe à soutenir les start-up qui contribuent à l’amélioration de la vie au quotidien. Le concours s’adresse à tout étudiant, salarié ou entrepreneur de plus de 21 ans, dont l’initiative date de moins de trois ans.

 

 

Côte d’Ivoire : Orange veut rassembler les amoureux de l’e-sport

Au mois de novembre 2018, la Côte d’Ivoire recevra pour la deuxième fois consécutive, le Festival de l’Electronique et du Jeu Vidéo d’Abidjan (FEJA).  Organisée par Paradise Game en collaboration avec Orange Côte d’Ivoire, ce rendez-vous rassemble des acteurs de l’industrie du Jeu vidéo en Afrique de l’Ouest.

Du 23 au 25 novembre 2018, Abidjan sera la capitale africaine du jeu vidéo. Le FEJA Orange 2018 est « le plus grand événement eSport d’Afrique et conviera les meilleurs gamers, les amateurs, passionnés et professionnels de l’industrie du jeu vidéo de 10 pays d’Afrique », affirme le comité d’organisation.

Bien avant le début des hostilités en novembre prochain, des tournois qualificatifs du FEJA Orange 2018 auront lieu du  22 septembre au 22 novembre 2018 en Côte d’Ivoire de même que dans les pays suivants : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Ghana, Guinée Conakry, Mali, Nigéria, Sénégal, Togo. Les inscriptions ont commencé depuis ce 12 septembre 2018 sur ce site .

Au menu de ces trois jours de festival, les phases finales des tournois d’eSport (football, sport de combat, jeux mobiles), des conférences et workshops, des expositions, des animations et jeux, égayeront le public. Ces activités sont orientées  Gaming et l’innovation technologique. Le Palais de la Culture d’Abidjan va se muter en paradis du jeu vidéo.

Création d’emplois

Le FEJA Orange 2018 porte le sceau de la création d’emplois. Contrairement à ses débuts, l’industrie du jeu vidéo offre des opportunités et génère de la richesse à travers la naissance de métiers tels que Game designers, Programmeurs, Pro-gamer, entre autres. C’est dans cette lancée que l’édition de cette année sera centrée sur la création de jeu et surtout les moyens de monétisation existants.

 « Le jeu vidéo est la première industrie culturelle au monde et génère près de 100 Milliards de dollars. L’Afrique ne représente que 1% de ce secteur. Il est donc crucial de promouvoir les métiers du jeu vidéo auprès des femmes et des hommes, afin de créer de l’emploi et des opportunités pour la jeunesse Africaine », Sidick Bakayoko, Founder and CEO de Paradise Game.

Paradise Game est une entreprise basée en Côte d’ivoire et dont l’ambition est de créer la plus grosse communauté de gamers en Afrique et de lui offrir des événements inédits, des salles de jeux de dernière génération, et des contenus multimédia (divertissement, e-Learning, etc.). La promotion des créateurs de jeux « made-in-Africa » sur le marché local et sur la scène internationale fait partie de ses priorités.

 

 

Côte d’Ivoire : Moov lance deux concours

L’opérateur Moov Côte d’Ivoire a lancé deux nouveaux concours en fin de semaine. Il s’agit de Moov’Apps2018 dédié au développement d’application et un concours de projets innovants MoovUp. Une enveloppe totale de 22 millions de F CFA est réservée aux gagnants.

Cette saison en Côte d’Ivoire, ce sont les développeurs et porteurs de projets qui seront mis en vedette. La société Moov Côte d’Ivoire compte à travers le lancement de ces deux concours encourager l’entreprenariat des jeunes, l’innovation et l’utilisation des TIC, au service du développement sociétal.

 

Moov’Apps

 

Ce concours est organisé en collaboration avec la société Colab Innovation. Pour l’opérateur et son partenaire, il est question de détecter les meilleures applications disponibles tout en accompagnant les promoteurs à travers une série d’étapes.  Il y aura entre autres des séances de benchmarking, des préparatifs au pitch, des rencontres avec des mentors pour évaluer la pertinence des solutions proposées.

Le concours « Moov’Apps » est destiné à toute personne physique quel que soit sa nationalité et résidant en Côte d’Ivoire. Néanmoins sinon naturellement, il faut être un  abonné actif, avoir  18 ans et disposer d’un compte Moov Money actif.

8 thématiques ont été proposées par Moov et chaque application devra y être conforme. On  note : Mieux vivre, biens communs, Mieux apprendre et se cultiver, s’entraider, mieux se déplacer, mieux consommer, mieux produire, aide aux producteurs et  Construire la croissance verte.

Le concours Moov’Apps se déroulera du 07 Septembre 2018 au 15 Novembre 2018  à Abidjan. Le premier et le deuxième gagnant se partageront respectivement 3 millions de FCFA et 1,5 million de FCFA  en plus de  02 mois à passer dans un incubateur d’applications mobiles.  Les 6 autres finalistes auront chacun  250 000 FCFA.

 

Moov ‘Up

 

Le concours Moov ‘Up 2018 est lancé dans l’optique de soutenir par un financement, l’esprit d’initiative et d’entreprenariat des jeunes.   Pour ce concours, il faut être une personne morale de type START-UP ou TPE (Toute Petite Entreprise) déjà en activité ou non, et dont le projet de développement à financer, participe à la promotion, à la vulgarisation et à l’utilisation du service Moov Money.  Les conditions de participations ont beaucoup de similitudes avec le premier concours.

Il faut aussi être  « propriétaire du projet ou le représentant légal de la START-UP/TPE, exercer  l’activité sur le territoire ivoirien, peu importe le domaine de compétence. Le dossier de  candidature doit comporter  la présentation de la start-up – le Problème / Opportunité de marché qui a motivé le projet, la Proposition de valeur de l’entreprise – l’analyse Concurrentielle – l’avantage concurrentiel – le Business Model – le Go-To market », lit-on dans le règlement du concours.

Le jury de « Moov ‘Up » déterminera 2 gagnants. Chacun recevra un accompagnement financier de huit (08) millions de FRANCS CFA et un suivi d’une année dans un incubateur.

 

Cliquez ici pour en savoir plus