Ondjoss, l’application africaine concurrente de WhatsApp

En ces périodes de crise sanitaire de la COVID-19, pendant que le monde tout entier est tourné vers les applications de messagerie pour le flux d’informations, une nouvelle application africaine de messagerie vient aussi s’imposer. Ondjoss s’illustre comme une plateforme de messagerie instantanée concurrente de WhatsApp.

C’est une création purement africaine. La nouvelle application de messagerie instantanée Ondjoss est conçue et développée par un jeune étudiant camerounais. Elle s’impose à WhatsApp en tant que concurrent par sa particularité pour le respect de la vie privée et la protection des données de ses utilisateurs. Effectivement l’application permet à ses utilisateurs de protéger leurs données grâce à leur ADN, une garantie qu’on ne retrouve pas chez la filiale de Facebook.

Lire aussi : WhatsApp : cette fonctionnalité tant attendue sera bientôt disponible

Outre les fonctionnalités propres aux applications de messagerie instantanée (l’envoi des textos, les notes vocales, les appels audio et vidéos), l’application Ondjoss permet également le transfert des fichiers lourds et de créer des groupes de discussion pouvant contenir jusqu’à 500 personnes.

Notons que les sauvegardes sont faites de manière automatique avec un stockage illimité. Ce qui permet de retrouver tous les anciens messages même dans le cas d’un changement de smartphone. Ondjoss s’est également donnée pour mission de protéger les messages et fichiers sauvegardés par ses utilisateurs contre l’attaque des hackers. Si l’on croit le site officiel de l’application Ondjoss.com, une équipe est mise en place pour donner encore plus de fonctionnalités à l’application dans la mise à jour à venir.

Safia Mahamat Youssouf, une figure emblématique des TIC en Afrique

La Tchadienne Safia Mahamat Youssouf est l’une des icônes de la technologie en Afrique. Elle fait partie de la liste de 21 femmes qui font évoluer les lignes de code en écrivant l’histoire de l’Afrique dans le domaine de la technologie. Cette distinction a été faite par le centre malien des ressources “Musodev” à l’occasion de la Journée panafricaine des femmes.

La distinction de Safia Mahamat Youssouf est due au rang qu’elle occupe dans la société. Issues de divers horizons, les 21 femmes sont majoritairement des cheffes d’entreprises, des présidentes d’associations, des formatrices. Chacune d’entre-elles s’est frayée un chemin et aujourd’hui s’impose dans son domaine d’activité.

Lire aussi : Togo : Les femmes dans les TIC, ça se célèbre !

Directrice générale adjointe de SoudaTchad, Safia Mahamat Youssouf fait partie des femmes retenues par “Musodev” qui font bouger le domaine de TIC en Afrique.

Fondatrice du Green Village Hub, un ensemble de solutions green tech, Safia est aussi la promotrice de Smart Village, un espace d’accompagnement de projets de jeunes. Depuis elle s’est engagée à améliorer la productivité agricole par le partage d’informations et de connaissances.

“Musodev”, à travers ce classement, veut inciter plus de femmes et jeunes filles à faire carrière dans les TIC, en faisant la lumière sur celles considérées comme des modèles.

TikTok bientôt interdit aux Etats-Unis

Le réseau social TikTok appartenant au groupe chinois ByteDance est suspecté aux USA d’être utilisé par le renseignement chinois. Ce réseau social très populaire auprès d’un public jeune, compte aujourd’hui près d’un milliard d’utilisateurs.

La Maison Blanche suspecte le réseau social TikTok. Pour ce faire, le président américain, Donald Trump, fait savoir qu’il comptait l’interdire aux Etats-Unis. Selon lui, les services de renseignement chinois pourrait l’utiliser pour espionner. A bord de son avion présidentiel, Air Force One, M. Trump a déclaré aux journalistes : « En ce qui concerne TikTok, nous l’interdisons aux Etats-Unis ».

Une annonce que digère mal les responsables de ce réseau social populaire. TikTok estime avoir des liens avec la Chine, où ByteDance possède une application similaire, sous un autre nom. Il a toujours nié partager des données avec les autorités chinoises et a assuré ne pas avoir l’intention d’accepter de requêtes en ce sens. L’entreprise faisait l’objet d’une enquête du CFIUS, l’agence américaine chargée de s’assurer que les investissements étrangers ne présentent pas de risque pour la sécurité nationale.

TikTok, pour rassurer les utilisateurs et les régulateurs d’une transparence pour son réseau a permis l’ouverture des contrôles de ses algorithmes.

Lire aussi : Des ex-employés de Google et Facebook chez TikTok

Pour le patron de TikTok, Kevin Mayer « Nous ne sommes pas politiques, nous n’acceptons pas de publicité politique et nous n’avons pas d’agenda. Notre seul objectif est de rester une plate-forme animée et dynamique appréciée de tous ». Toute l’industrie est examinée de près, et avec raison. En raison des origines chinoises de l’entreprise, nous sommes examinés d’encore plus près. Nous l’acceptons et relevons le défi ».

Le risque de sécurité encouru en utilisant TikTok est « proche de zéro. Il semble que ByteDance pourrait être mis sous pression par Pékin », a déclaré M. Lewis, chef du programme de politique des technologies au Center for Strategic and International Studies.

Aux Etats-Unis comme ailleurs le réseau est contesté. C’est le cas de New Delhi, l’Inde et le Pakistan qui l’accuse de divulguer des contenues « immoraux, obscènes et vulgaires »

Le président turc rend la vie difficile aux réseaux sociaux

La volonté du président turc de prendre des mesures pour censurer les contenus en ligne s’est réalisée. Ce mercredi 29 juillet, le gouvernement a adopté une loi draconienne destinée à renforcer la censure sur les réseaux sociaux. Cette loi coupe le souffle à toutes les voix dissonantes dans ce pays qu’est la Turquie où la liberté d’expression n’est pas aisée.

Cette nouvelle loi donne un large champ d’action aux autorités turques pour sanctionner les auteurs de ces contenus en ligne. Les plateformes à plus d’un millions d’abonnés notamment Facebook, YouTube, Twitter et autres doivent nommer des représentants en Turquie. Ces représentants seront tenus de répondre à des plaintes dans les 48 heures sous peine de poursuite.

Dans le cas de refus pour la nomination des représentants, ces plateformes subiront des amendes, des interdictions de faire leur publicité sur le territoire turc. Pire ceux qui critiquent tout le temps le gouvernement , les parlementaires demandent aux plateformes de stocker les données des utilisateurs et de le transmettre au besoin au gouvernement turc.

Lire aussi : Togo : l’accès aux réseaux sociaux est restreint ce jour d’élection


« Cette loi va permettre de lutter contre la cybercriminalité et d’empêcher les insultes faites aux femmes », a déclaré la députée du Parti de la justice et du développement (AKP).

Malgré les efforts de l’opposition minoritaire pour empêcher cette loi, elle est passée grâce aux voix majoritaires de l’AKP et de leurs alliés ultranationalistes. Pour Garo Paylan, c’est le seul moyen que le pouvoir a trouvé pour imposer son autorité dictatoriale. « De cette façon, on coupe le dernier lien de l’opposition avec l’opinion publique », a-t-il déclaré . Cette guerre contre les réseaux sociaux ne date pas d’aujourd’hui mais certains utilisateurs de Twitter qui avaient fait des blagues sur l’annonce de la venue au monde de son huitième fils vient remuer plus le couteau dans la plaie.

L’étau se resserre plus sur les turcs. Un pays dans lequel les condamnations pour insultes au président tombent plus vite que la pluie. Dans cette chasse aux sorcières, Twitter est clairement visé car la plateforme a suspendu 7000 comptes. C’est un réseau au service de la présidence turque qui les gère. Dans un pays où les habitants aiment l’internet plus que tout, les réseaux sociaux deviendraient presque tabous.

Huawei, numéro 1 mondial des ventes de smartphones !

Le géant chinois Huawei a de bons résultats. Premier du monde en termes de vente de smartphones. Il devance pour une des rares fois son concurrent Samsung. En avril dernier, le constructeur chinois détrônait son rival avec 19% de parts de marché dans le monde, contre 17% pour Samsung pour la première fois.

Les sanctions américaines n’auront finalement pas eu raison de l’entreprise chinoise. Ses performances sont attribuées plutôt à la crise sanitaire actuelle dont l’épicentre reste la Chine. Son rang a été facilité par la reprise des activités économiques marquée par le déconfinement.

D’après les chiffres relayés par le bureau d’études Canalys, Huawei s’est imposé devant Samsung pendant tout le second trimestre 2020. Pendant cette période, la marque chinoise a vendu 55,8 millions de smartphones (en baisse de 5% sur un an), contre seulement 53,7 millions pour Samsung (-30% sur un an).

Le rapport de Canalys démontre clairement que Huawei profite de la reprise en Chine. « C’est un résultat remarquable que peu de gens auraient prédit il y a un an. Sans le COVID-19, cela ne serait pas arrivé. Huawei a pleinement profité de la reprise économique chinoise pour relancer son activité de smartphone » explique Ben Stanton, analyste de Canalys. Depuis le déconfinement en Chine, le groupe a consolidé sa domination sur ce marché avec 70% des parts, loin devant la concurrence. Au même moment, Samsung a 1% du marché.

Des analystes pensent que Huawei ne peut se féliciter de sitôt car la reprise des activités en Europe, USA, Brésil arrangera prochainement Samsung. « Nous avons démontré notre exceptionnelle résilience en ces temps difficiles. Malgré cette période de ralentissement économique mondial et de défis sans précédent, nous avons continué de croître et d’asseoir notre position de leader » fait valoir un porte parole de Huawei à l’AFP.

Lire aussi : WhatsApp : cette fonctionnalité tant attendue sera bientôt disponible

Nigeria : Polaris Bank et Facebook soutiennent les PME

Polaris Bank s’est associée au géant mondial des médias sociaux, Facebook, pour fournir une formation gratuite en marketing digital aux PME au Nigéria. Cette initiative vise à aider les petites et moyennes entreprises (PME) à se concentrer sur l’utilisation des outils de médias sociaux pour stimuler les affaires et les ventes.

Selon Adebimpe Ihekuna, responsable du groupe, produits et développement de marché de la banque, « Ce partenariat fait partie des offres non financières de la Banque Polaris aux PME dans leur tentative de passer au niveau supérieur. »

«En tant qu’entreprise positionnée pour relever les défis de l’ère numérique, en particulier à l’ère du COVID-19, nous voulons aider autant de PME que possible pour garantir qu’elles tiennent dans leur secteur d’activité», a-t-elle souligné.

Une formation virtuelle est prévue du 3 au 7 août et durera 5 jours avec un maximum de 2 modules par jour, à des intervalles de temps différents (matin et après-midi). Une autre session se tiendra la semaine suivante pour la prochaine série de PME qui n’ont pas été prises en compte la première semaine.

Les participants apprendront entre autres à trouver de nouveaux clients et à bâtir des communautés d’affaires à l’aide d’outils numériques. Ils seront également exposés à des stratégies pour développer leur entreprise à l’international, établir une présence commerciale en ligne avec Facebook, utiliser WhatsApp pour développer leur entreprise, apprendre à créer des publicités Facebook et faire évoluer la publicité avec Ads Manager et dénicher des outils pour propulser leurs entreprises.

Lire aussi : Togo Zoom, une application mobile qui embrasse l’actualité

WhatsApp : cette fonctionnalité tant attendue sera bientôt disponible

C’est le plus grand souci des utilisateurs. Un compte WhatsApp ne peut être utilisé que sur un seul appareil. Dans la nouvelle version bêta de l’application, on peut voir clairement une nouvelle rubrique « Linked devices » pouvant regrouper tous les appareils connectés à un même compte WhatsApp.

L’entreprise de Mark Zuckerberg met tout en œuvre pour améliorer tous ses applications et satisfaire les utilisateurs. Leur nouvelle mission, permettre aux utilisateurs d’utiliser plusieurs appareils pour se connecter. « Facebook — qui détient WhatsApp — semble néanmoins travailler sur une fonctionnalité permettant d’utiliser WhatsApp sur davantage d’appareils en simultané. Dans le code source de la version 2.20.196.8 bêta, WABetaInfo a découvert une fonctionnalité intitulée ‘Linked Devices’ », rapporte Frandroid.

Contrairement à d’autres applications de messagerie instantanée qui permettent aux smartphones de communiquer exclusivement entre ceux ayant le même opérateur téléphonique, WhatsApp permet par exemple la communication entre un iPhone et un Android et vice versa.

Elle est aussi utilisable sur Mac ou PC Windows néanmoins si on veut utiliser son compte WhatsApp sur ordinateur il faut obligatoirement avoir son smartphone à proximité après avoir scanner un code QR

Le réseau social aux plus de 2 milliards d’utilisateurs ne permettait pas d’utiliser deux appareils avec un même compte. Toutefois si l’utilisateur veut essayer, le premier appareil se  retrouve automatiquement déconnecté. Cette nouvelle version n’est qu’une question de temps.

Lire aussi : Le Bénin lance des e-services casier judiciaire et passeports

Le Bénin lance des e-services casier judiciaire et passeports

Le Bénin fait un grand pas vers la dématérialisation des services publics. Cela vient à point nommé en pleine pandémie où les contacts physiques ne sont plus recommandés comme avant. Les attroupements au sein des services de délivrance de passeports et casiers judiciaires vont naturellement être réduits cette fois-ci.

Le Ministère du Numérique et de la Digitalisation lance des e-services casier judiciaire et passeports (ordinaire, de service et diplomatique), ce mercredi 29 juillet 2020. « La demande de ces services publics très attendus par les citoyens béninois résidents et de la diaspora se fera à partir de « Service-Public.bj » , le Portail National des Services Publics, accessible à l’adresse web  https://www.service-public.bj/ », lit-on sur la page Facebook du ministère.

Ce portail permet également de consulter en toute sécurité les informations sur plus de 370 services publics dont plus de + 70 e-services, 24h sur 24, 7 jours sur 7, d’effectuer la demande et obtenir des e-services dématérialisés…

Un petit tour sur le site permet de découvrir l’étendue des services proposés. Obtenir ces précieux documents administratifs sera sans doute plus facile que jamais.

Il y a deux ans , c’était un service permettant de faire les demandes de tous les eVisas proposés par le Bénin qui a vu le jour. En un mot, ces exemples devraient inspirer de nombreux pays voisins et au-delà. Cela y va du dynamisme de l’administration et de la réduction des risques de propagation du nouveau coronavirus dans le contexte actuel.

Lire aussi : Togo Zoom, une application mobile qui embrasse l’actualité

Des ex-employés de Google et Facebook chez TikTok



Le réseau social chinois TikTok compte rapidement s’accroître. Pour ce faire, la société a promis d’embaucher 10 000 salariés peu importe le prix à payer. Dans cette quête aux employés efficaces, le réseau social a fini par attirer des ex-employés de Google et Facebook.

Pour les trois prochaines années, le réseau social détenu par la maison mère chinoise ByteDance prévoit d’embaucher 10 000 employés supplémentaires. TikTok met tout en œuvre pour avoir en son sein les meilleurs employés. Elle a même posé ses grappins sur plusieurs dizaines d’employés de Google et de Facebook, dont plusieurs cadres de haut rang.

Selon une étude fournie par Linkedln, TikTok a déjà embauché 172 ex-Googlers et 165 ex-Facebookers mais l’entreprise ne s’arrête pas là. Aux USA, TikTok emploie proportionnellement  79 personnes qui travaillaient chez Google et 79 autres qui travaillaient chez Facebook. Tout cela est dû à la popularité du réseau social qui depuis quelques temps s’est fait remarquer.

Parmi ceux qui ont fait cet exode de Google et Facebook pour TikTok, l’on peut compter d’importantes personnalités. L’on peut donner l’exemple de Blake Chandlee, l’ancien directeur des partenariats mondiaux chez Facebook. Il a quitté Facebook en janvier 2020 pour devenir directeur commercial chez TikTok dont le siège est basé à New York. Il n’est d’ailleurs pas la seule tête pensante à rejoindre TikTok. Il y en a bien d’autres qui sont passés par Google et Facebook avant de rejoindre la boîte chinoise.

En dehors des deux géants du Web cités plus haut, TikTok a aussi embauché 57 personnes qui travaillaient chez Amazon et 40 qui travaillaient chez Apple, selon LinkedIn. Notons que TikTok propose de gros salaires à ses cibles qui n’ont que le choix d’accepter. Selon un ingénieur à qui l’entreprise aurait fait la cour, celle-ci est prête à payer un ingénieur en intelligence artificielle à 220 000 euros par an.

Lire aussi : Des véhicules de course fabriqués par l’Ivoirien Daniel Legou

TikTok : Plus de 113 milliards FCFA pour rémunérer ses influenceurs

TikTok pense désormais à fidéliser ses créateurs de contenus. Le réseau social annonce un fonds de 200 millions de dollars, ce qui fait plus de 113 milliards FCFA. Les créateurs de contenus et les infuenceurs vont être récompensés en espèces sonnantes et trébuchantes. C’est d’ailleurs ces créateurs qui aident la plateforme chinoise à s’imposer.

TikTok va rémunérer directement certains des créateurs de vidéos légères, artistiques ou humoristiques dont la popularité a explosé à la faveur des confinements pendant la pandémie. Le réseau social a annoncé la création d’un fonds américain doté de 200 millions de dollars (172 M EUR), un montant qui va augmenter au fil du temps. Les liasses vont couler !

Les personnes concernées devront être âgées de 18 ans et plus, avoir un nombre minimum d’abonnés à leur profil, et poster régulièrement des vidéos qui respectent le règlement de la plateforme. « Nos créateurs pourront générer des revenus additionnels qui récompenseront le soin et la passion qu’ils mettent dans la création de liens originaux avec leur public », a indiqué TikTok.

Pour le moment, le réseau social n’a pas précisé combien de personnes seraient éligibles ni combien chacun pourrait toucher. Ceci dit, très bientôt, les personnes qui drainent du public seront rémunérés comme de nombreux YouTubeurs de par le monde.

TikTok , aussi désigné par Douyin est une application mobile de partage de vidéo et de réseautage social lancée en septembre 2016. C’est la propriété du groupe chinois ByteDance. TikTok est dans le viseur de l’administration Trump qui veut la bannir l’accusant au passage de récolter des données pour le compte du gouvernement chinois. Ce dernier balaie du revers de la main cette thèse.

La fameuse application compte plus de 800 millions d’utilisateurs actifs dans le monde. Elle a dépassé la barre des 2 milliards de téléchargements depuis avril 2020 .

Lire aussi : Des véhicules de course fabriqués par l’Ivoirien Daniel Legou